AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et si rien ne s'était passé ? (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nicolaï KalonErc'h

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Mer 23 Mai 2012 - 20:02

S'il y avait une chose qui était tout à fait certaine, c'était que Nicolaï ne s'attendait pas du tout à voir débarquer la ''princesse'' Aureane. Loin de là. Il était pour sa part persuadée qu'elle allait rester à bouder dans son coin et à attendre les bras croiser. Le chevalier était présentement très occupé avec un traité sur les poisons et les enchantements de lame. Rien de particulièrement pacifique, bien au contraire. C'était plutôt le genre de manuel sur ''tout se que vous avez toujours voulus savoir sur l'étripage de vos voisins sans jamais avoir osé le demander''.

Avec la finesse d'approche d'un bulldozer sans conducteur, Aureane fonça dans la direction du chef du groupe qui l'avait capturé pour se planter devant lui, ne prêtant aucune attention à tout se qui se trouvait autour.

" J'aimerais vous parler. "

Le jeune homme réussi de justesse à retenir un pic acide et bien placé du genre ''je ne m'y attendait pas'' ou alors ''tien, quel surprise, pas moi''. Toujours était-il que le ton de la donzelle était moins assuré que sa démarche. Est-ce qu'elle avait été sure d'elle jusqu'alors et se trouvait maintenant en train de flancher maintenant qu'il était en face de lui ? C'était possible en effet. Par contre, à son air fermé, on pouvait aisément deviner qu'elle n'avait pas l'intention de bouger tant qu'il n'aurait pas accepté de l'écouter et de répondre à ses questions.

" Seul à seul. "

Nicolaï poussa un léger soupire. Qu'est-ce qu'elle lui voulait ? Techniquement, il aurait été tout à fait dans son droit de ne pas chercher d'explication et de simplement l'envoyer voir ailleur s'il y était. Il était d'ailleurs bien tenté de le faire. Enfin, de toute façon, ça n'allait pas s'arranger s'il l'envoyait balader comme cela.

Avec un léger haussement d'épaules, il s'éloigna un petit peu pour se mettre à l'écart et attendit qu'elle commence à parler. Après tout, c'était elle qui voulait entamer une conversation. À elle de commencer. Pour sa part, Nicolaï avait d'autres choses à faire que de jouer le baby siter.

" Vous vouliez que je vous aide, non ? "

Effectivement. Pour éviter de mourir, cela risquait d'être une riche idée. Enfin, vu comment elle avait réagis, il avait un peu fait une croix dessus. Peut-être qu'elle allait revenir sur sa décision. Se serait toujours bon à savoir en tout cas.

" Je veux savoir ce qui m'attends. Je suis partie pour protéger sa famille mais aussi en me disant que j'aurai un jugement honnête car je n'ai rien fait de mal. Après, il y a eu ce... cet... enfin... qu'est-ce que... que voulait dire ce regard ? Ce "je t'attends avec impatience ma petite chérie" ? Qui est-ce ? Et que me veut-il ? "

Beaucoup de questions pour laquelle il n'avait malheureusement pas toutes les réponses. Les mages étaient assez peu souvent des gens tout à fait saints d'esprit et, autant ne pas se le cacher, Harnyll était de loin le plus puissant.

" Vous ne pouvez pas me demander de vous suivre aveuglément ou de vous aider à vaincre un... un monstre sans que je sache ce qui m'attend ! Je ne sais même pas ce qu'est... la... canoum ? Carnoum ? Et... Et je veux savoir quand je reverrai ma famille. "

Bon, il n'allait pas couper aux explications. Et peut-être que ça collerait les idées en place à cette pauvre idiote. Elle allait peut-être finir par se remuer les fesses. Le jeu en valait la chandelle.

« Pour se qui t'attend, tu passeras devant le haut conseil de l'Arcanum. C'est lui qui décidera de ton sort. Ils jugeront s'il est plus sage de t'intégrer à leur rang, de te garder prisonnière ou de t'exécuter. Ce sont à peu prêt les trois seules options possibles. »

Deux de ces options n'étaient certes pas des plus réjouissantes, mais elles n'étaient appliqué que pour des cas relativement important et relativement grâve. En général, lorsqu'un mage arrivait devant le haut conseil de l'Arcanum, c'était qu'il avait déjà eu à faire à l'ordre de la tour. Cela signifiait souvent qu'il y avait une petite bonne volonté chez ce mage et en tout cas, qu'il n'était pas si dangereux que cela. Les équipes de l'ordre sur le terrain s'occupaient assez peu de ramener de belle prises au conseil. La sécurité prévalait avant tout. Si un mage était dangereux ou menacent, il y avait de fortes chances qu'il ne paraisse jamais devant le haut conseil parce qu'il avait été éliminé avant par les équipes de chasseurs.

« Quant à l'impatience du seigneur Harnyll... vous lui ressemblez. Il est le plus puissant mage humain qui ait existé depuis des siècles. Sa compréhension et sa maîtrise de la magie dépasse de loin celle de tout les autres mages. Et voilà qu’apparaît une autre mage tout aussi puissante que lui, qui comprendra vraiment se qu'il veux dire et arrivera à le suivre dans ses réflexions. À sa place, moi aussi je serais impatient de vous rencontrer. »

Et elle n'imaginait pas à quel point c'était rare. Dans l'histoire, il n'existait que trois cas avéré et confirmé de mage du dixième rang. Nakor le Grand qui avait fondé l'Arcanum, le seigneur Harnyll qui en était à présent le maître et elle. Une illustre paysanne sortie d'un trou perdu de la campagne diantroise. Mais elle ne s'en rendait sans aucun doute pas compte.

« Quant à l'Arcanum, c'est très simple. Les mages sont capables de plier la réalité pour faire des choses étonnante, mais aussi terribles. Imaginez se que cela pourrait devenir si tout le monde était libre de faire tout et n'importe quoi. Un simple exemple, les pouvoirs se manifestent souvent à l'adolescence. Vous avez une idée des dégâts que pourrait causer un damoiseau qui viens de se faire tourner en ridicule par une jeune femme de son village qui l'a éconduit et qui se retrouve avec entre les mains assez de pouvoir pour rayer son village de la carte ? »

Un exemple bâteau, mais cela arrivait beaucoup plus souvent qu'on ne le pensait. L'ordre de la tour n'était pas omniscient. Il lui arrivait d'échouer comme il lui arrivait d'arriver trop tard.

« L'Arcanum est un organe de régulation qui permet aux gens qui possèdent des dons de les travailler et de les développer dans certaines limites que sont les règles imposées par le haut conseil. »

Il laissa un petit temps de latence, désignant les membres du groupe dont il faisait partit.

« Et puis, il y a nous. L’Ordre de la Tour. Nous sommes le bras armé de l'Arcanum. On s'assure que tout le monde respecte les règles et on ramène les mages nouvellement apparut devant le haut conseil. »

Une légère grimace apparut sur le visage de Nicolaï.

« Pour ta famille, je ne sais pas. La décision ne me reviens pas, se sera au haut conseil de choisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aureane KalonErc'h

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 07/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 20 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame de Dyriet

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Sam 26 Mai 2012 - 14:49

Aureane se sentit mieux dès qu'elle comprit que son ravisseur allait accepter de répondre à ses questions. Dans le cas contraire, elle ignorait comment elle aurait réagi, mais le résultat n'aurait sûrement été positif pour personne. Si elle savait où elle en était, elle pourrait anticiper et agir en conséquence. Parce qu'il était évidemment hors de question d'attendre les bras croisés en se laissant mener elle ne savait où.

Etre intégrée aux rangs de l'Arcanum, être enfermée ou exécutée. La jeune femme se força à rester de marbre et à ne rien répondre, se contentant d'un bref hochement de tête pour signifier qu'elle avait compris. En revanche, ses yeux lancèrent des éclairs lorsqu'il prétendit la comparer au seigneur Harnyll. Il lui fallut une bonne dose de volonté pour se mordre la langue et éviter de lui exposer le fond de sa pensée. En revanche, il venait de lui dire encore une fois qu'elle était une magicienne puissante. De deux choses l'une : soit il avait raison et elle comptait bien savoir ce qu'il en était exactement, soit il lui mentait afin de lui donner une fausse sécurité et de la manipuler. Vu ce qu'elle avait été capable de faire jusqu'à présent grâce à sa supposée magie, elle n'écartait pas la seconde option.

Elle relégua ces considérations au second plan en entendant la suite. Un organe de régulation. Hum. Elle laissa dire, acceptant de jouer le jeu. Pourquoi pas. Au fond, que connaissait-elle du monde extérieur à Trois-Chemins ? Le calme qu'elle avait retrouvé fut à nouveau mis à rude épreuve lorsque le jeune homme conclut : revoir sa famille serait au bon vouloir de ces étrangers. Mais que répondre ? Qu'y pouvait-elle ? Elle n'avait plus qu'une chose à espérer : soit avoir des pouvoirs tellement insignifiants que personne ne voudrait d'elle dans les rangs des mages et qu'on la renverrait chez elle car ne présentant aucun intérêt ; soit être assez puissante pour tenir cet organisme en respect et faire ce qu'elle voulait : vivre en paix avec sa famille. La première option semblait exclue, sinon Nicolaï et ses sbires l'auraient déjà laissée à Trois-Chemins. Restait la seconde option...

Pour savoir, elle avait besoin de deux choses : du temps et de l'entrainement. Un bon maître en magie aurait été l'idéal, mais elle avait toujours appris à se débrouiller avec un rien pour arriver à ses fins, alors il n'y avait pas de raisons pour que ces bonnes habitudes changent. Si on arrivait à faire de la soupe au caillou pour nourrir toute une famille en hiver, on pouvait bien devenir une magicienne surpuissante par soi-même. Bien.


" Je vois. "

Elle avait retrouvé une voix posée, neutre. Sachant ce qui l'attendait, elle s'était décidée sur la meilleure façon d'agir. Et pour le moment, il s'agissait de coopérer. Et donc, maintenant, elle était censée les aider à vaincre le monstre des mers.

" Je veux bien vous aider à tuer votre bestiole, mais que suis-je censée faire ? Je vous rappelle que j'ai un petit handicap. "

Elle effleura ses anneaux. C'était bien censé l'empêcher d'utiliser sa magie, non ? Comme si elle avait été prête à les massacrer si on ne l'en avait pas affublée ! Comme si... Elle préféra ne pas y penser davantage. Il fallait qu'elle reste concentrée sur son objectif.

" Et je n'ai pas la moindre idée de ce que je suis censée être capable de faire. Il va falloir m'expliquer. Vos magiciennes devraient pouvoir me montrer ? "

Malgré les problèmes qu'elle soulevait, elle avait au moins l'air décidé. Quelque soit la façon dont elle avait pris ses réponses, il l'avait décidée à coopérer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï KalonErc'h

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Jeu 7 Juin 2012 - 15:33

" Je vois. "

Elle n'avait pas vraiment l'air convaincue et Nicolaï pouvait presque voir frétiller les idées dans sa gentille petite tête. Il n'était pas idiot et savait parfaitement qu'il allait jouer avec le feu. Il allait en partie laisser la jeune femme se servir de son pouvoir. Le problème serait qu'une fois le kraken vaincu, elle pourrait très bien se servir de ce pouvoir pour les tuer tous et s'enfuir.

Il allait donc falloir la convaincre de ne pas le faire s'ils voulaient triompher du kraken et rester en vie ensuite.

" Je veux bien vous aider à tuer votre bestiole, mais que suis-je censée faire ? Je vous rappelle que j'ai un petit handicap. "

Oui, les anneaux qui l'empêchaient de faire de la magie. D'un autre côté, s'ils lui enlevait tout de suite, il n'était pas certain que les choses seraient bien meilleurs qu'une fois qu'elle serait devant le monstre mort. Elle pouvait parfaitement les mètrent en pièce tout de suite et tenter de s'enfuir en laissant une traînée de cadavres fumant dans son sillage.

D'un autre côté, il n'était même pas certain que ces choses l'empêchent vraiment d'user de ses pouvoirs. Peut-être que cela la bloquait, peut-être que ça retenait une partie de sa magie, peut-être que ça ne faisait strictement rien du tout. Allez savoir.

" Et je n'ai pas la moindre idée de ce que je suis censée être capable de faire. Il va falloir m'expliquer. Vos magiciennes devraient pouvoir me montrer ? "

Le jeune homme hocha la tête et sortit une petite clef d'une de ses poches.

« Je vais t'enlever tout ça. Tu iras voir Sheela et Triss pour qu'elle te donnent quelques conseils de base. »

Il n'était pas idiot. Bien sur, un coup d'adrénaline avait toujours pousser les mages à se surpasser. Mais bon, tout parier là dessus en la mettant en première ligne face à un kraken, c'était peut-être un peu trop lui demander à cette pauvrette.

« Encore un détail. »

Nicolaî défit le collier et s'attaqua aux bracelets.

« Si on meurt et que tu fuis, tu aurais l'ordre de la tour à tes trousses... Ils commenceront par aller dans ton village... »

Le premier bracelet s'ouvrit.

« Là bas, ils tueront tout le monde. Ensuite, ils te traqueront. »

Le second bracelet s'ouvrit.

« Et ils ne chercheront pas à t'attraper vivante. Ils te tueront. »

Le jeune homme rassembla les cercles de métal. Elle était libre à présent. Bien sur, la dernière partie était du bleuf. Ils ne la tueraient pas et tenteraient de la ramener vivante. Mais cela, elle n'avait pas le moindre moyen de le savoir.

« Sheela et Triss doivent encore être dans leur chambre. Je te conseille de manger un solide petit déjeuné. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aureane KalonErc'h

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 07/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 20 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame de Dyriet

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Sam 9 Juin 2012 - 17:57

Nicolaï n'avait pas tort : la jeune femme n'avait pas perdu l'espoir de revoir son fils et de le regarder grandir en coulant des jours heureux avec son mari. Et il faudrait plus que des menaces pour l'en empêcher. Seulement il avait aussi tout à fait raison sur le fait que si elle se révoltait maintenant, elle n'arriverait qu'à se faire tuer, à assister au massacre de son village voire les deux à la fois (enfin, dans un sens du moins, dans l'autre ça serait compliqué même si Nicolaï paraissait déterminé).

Bref, elle avait décidé de jouer le jeu le temps que cela l'arrangerait. Et après... après, elle continuerait à improviser comme elle le faisait depuis qu'ils l'avaient embarquée. Elle se contenta donc de hocher la tête lorsqu'il annonça qu'il allait lui retirer bracelet et collier. Toujours ce tutoiement qu'il se permettait, comme s'il se prenait pour elle ne savait quoi... bien le genre à avoir du sang noble, tiens ! Elle chassa ces idées un peu mesquines et regarda le sol pour ne plus avoir à croiser son regard. Par les Cinq ! Ce qu'elle lui en voulait de ce qu'il lui faisait subir ! Bien plus qu'aux autres, allez savoir pourquoi. Elle le détestait de se montrer aussi peu compréhensif. De ne pas comprendre qu'il avait piétiné sa vie sans le moindre remord. Les autres, elle s'en moquait, mais lui, ce comportement lui restait en travers de la gorge.

Elle eut un sourire amer quand il termina sa petite diatribe :


" Si vous pensez que ma propre mort m'effraie plus que de perdre les êtres qui me sont chers... vous n'avez donc jamais aimé personne ? Votre raisonnement est complètement faussé. "

Comme si, une fois son fils mort sous ses yeux, elle aurait encore envie de vivre ! Mais avait-il un coeur ? Pour un peu, il lui aurait presque fait pitié.

Massant ses poignets et appréciant de ne plus rien sentir sur son cou, elle se dirigea vers la table et prit un peu de pain ainsi qu'un bol de lait avant de s'isoler près de la cheminée. Elle n'avait aucune envie de partager le petit-déjeuner avec eux et préférait réfléchir, une fois de plus. Comment agir avec Triss et Sheela ? Comment s'en sortir face à la bestiole ? Ils voulaient qu'elle use de magie pour se débarrasser du kraken quand elle n'avait jamais que soigné quelques blessures ! Et pourtant... elle sentait qu'elle était capable de mieux. De beaucoup mieux. Et ce serait le seul moment où ses ravisseurs accepteraient qu'elle s’entraîne ouvertement. Le seul moment aussi où elle n'aurait pas ses bracelets et collier, car elle ne doutait pas qu'il les lui remettraient juste après. Au cas où...


***

Travailler avec Triss et Sheela avait été un peu tendu, évidemment. Aucune d'entre elles n'avait refait allusion à la discussion houleuse de la veille, mais elles la gardaient en mémoire. Aureane répétant qu'elle ne savait toujours pas quel genre de magie elle était capable de faire - ce qui était une semi vérité - elles commencèrent par l'entraîner à gérer son énergie. Avec un peu de chance, face à la bébête, l'adrénaline ferait bien sortir quelque chose de tout ça, volontairement ou non. Aureane passa donc quelques heures à prendre conscience de la magie qui l'habitait. Rien de bien spectaculaire, on aurait même pu se demander ce que la jeune femme allait bien pouvoir faire.

Enfin, elle passa finalement beaucoup de temps à regarder comment Sheela s'y prenait pour jouer avec le feu, comment Triss jonglait avec ses bulles d'eau et elle commença à beaucoup mieux percevoir les possibilités qui s'offraient à elle. C'était d'ailleurs l'occasion de voir de ce dont les magiciennes étaient capables par rapport à elle. Etrangement, Aureane se sentait confiante. Elle qui découvrait complètement la magie avait l'impression de retrouver une vieille amie et les prodiges de ses deux professeurs improvisées ne l'impressionnaient pas plus que ça, même si elle se doutait qu'elle n'en voyait qu'une infime partie. Elle avait juste envie de tester à son tour. Sauf qu'elle ne tenait pas à étaler ce dont elle était capable à la vue de tous. D'autant que pour le moment, elle doutait être capable de grand chose. Enfin, c'était un sentiment très bizarre : l'impression d'être dans un élément qu'elle maîtrisait et l'impression de ne rien savoir en même temps. Vraiment bizarre.

Tant et si bien que lorsqu'il fut décidé qu'il était temps d'affronter le kraken, les deux magiciennes se demandaient si Aureane cachait bien son jeu ou si elle était réellement incapable de faire éclore son potentiel magique. Aureane n'avait pas cherché à éclairer leur lanterne : les laisser dans le doute lui allait très bien. Si on la savait puissante et autonome on redoublerait de méfiance ; si on la savait sans défense, on n'hésiterait pas à l'écraser. Autant laisser planer le doute le plus longtemps possible.

En tout cas, avoir approché la magie avait été loin de lui déplaire et elle était tout simplement rayonnante quand elle émergea enfin de son entrainement improvisé. Oui, elle souffrait toujours d'avoir été éloignée des siens, mais cette approche de la magie l'avait ravie, ses yeux brillants étaient suffisamment parlants.

Son sourire s'assombrit pourtant lorsqu'elle se retrouva près de l'eau. Décidément, l'eau, ce n'était pas son truc et elle sentit son estomac se nouer. Elle ne voulait pas prendre le bateau ou quoi que ce soit dans ce genre. Plus les secondes passaient et plus l'idée de devoir faire face à l'élément liquide la terrifiait. Peur d'enfant. Irrationnelle, sans doute. Mais peur quand même, qu'elle maîtrisait à grand peine en fixant la mer d'un oeil terrorisé sans oser rien dire. Elle avait un kraken à affronter, pour pouvoir continuer son voyage, voir le responsable de son enlèvement, lui dire sa façon de penser et revoir sa famille en paix. Beaucoup de choses de prévues et la difficulté allait croissante, mais ce n'était pas une raison pour baisser les bras, peur de l'eau ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï KalonErc'h

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Sam 16 Juin 2012 - 13:33

Ce qu'il y a de pratique à vivre non loin d'un marais, c'est qu'on sait exactement à quoi s'attendre de la part de cet encombrant voisin. C'est un peu comme avoir un colocataire qui, après avoir reniflé un peu trop de sucre en poudre décide, à trois heure du matin, de se lancer dans une réécriture très personnelle de la cinquième symphonie de Beethoven à l'aide d'assiette, de casserole et de tout un tas d'instruments de cuisines pour le moins hétéroclite, le tout accompagnée par sa voix complètement désaccordée entonnant un chant montagnard dans un patois compréhensible des seuls mecs bourré ou défoncé. Notons d'ailleurs la nudité complète dudit colocataire lors de cette prestation ou, tout du moins, le fait qu'il ait réussi à nouer correctement sa cravate autour de sa tête dans une étrange imitation du bandana de Rambo. Ben oui, on fait les choses bien et complètement, ou on ne les fait pas.

Il est également important de noter que, contrairement au colocataire, on ne peu pas mettre un coup de poêle à frire dans la tête du marais avant de se débarrasser discrètement du corps en l'enterrant au fond du jardin.

Nekkers, Noyeurs, Manchites et autres joyeusetés venimeuses du genre, les habitants du bourg y étaient quelque peu habitué, soyons honnête. Ce n'était pas cela qui allait réellement contrarier leur train train quotidien. Par contre, l'espèce de grosse bêbête avec des tentacules et des dents partout, c'était autre chose. A moins qu'elle ne se révèle être en fait une créature au grand cœur qui se sentirait délaissée et abandonnée par tout ceux qu'elle aime. Genre, sa tentaculette qui s'est barré avec leur petit tentaculeu. Alors le grand tentaculeu se met à déprimer, broie du noir, le noie dans la bibine en regardant de son unique œil torve les photos de son petit tentaculeu emmené par la tentaculette. Puis, ivre de tristesse, se mettre à attaquer par-ci par-là, des caravanes de marchands ou quelques navires sur le fleuve, espérant y trouver la mort et la tranquillité.

Mais voilà, se qui n'est pas de chance lorsqu'on est un tentaculeu de plusieurs tonnes avec plein de tentacules de partout, c'est qu'on trouve assez difficilement un adversaire à sa mesure. Alors ça ressemblait à une bestiole qui tuait comme ça pour se nourrir.

Mais au fond, comment ne pas être émus par la détresse tentaculique de ce tentaculeu ?

Enfin bref, assez de digressions, revenons à nos moutons.

L'aventure...

Eh bien l'aventure messieurs dames, ça peu vous prendre comme une envie de pisser.

Et après que Veshork ait eu le temps de soulager la sienne, tous se remirent en route pour entrer dans le marais. Ils n'avaient pas vraiment le choix. S'ils voulaient trouver cette maudite bestiole, le mieux à faire était de trouver sa tanière et de le forcer à les attaquer en l'attirant ensuite sur un terrain où ils n'auraient pas l'avantage.

À moins bien sur que Miss pécor ne parvienne soudain à avoir un éclair de génie et à le carboniser sur place.

Ou à moins qu'il ne leur tombe dessus par surprise et ne les tuent tous avant que les autres n'aient eu le temps de réagir. Ce scénario là aussi était du domaine de l'envisageable.

Lentement, ils avançaient dans le marais pour éviter tout genre de surprise comme.

« Nekkers, cria Veshork en abattant sa hache dans la pousse. »

Comme s'ils avaient attendu le signal, une douzaine de créatures vaguement humanoides se dressèrent autour d'eux. Avec l'efficacité d'une équipe bien rodée, les boules de feu se mirent à pleuvoir comme les coups d'épée ou de hache.

Aureane les regardaient avec des yeux énormes... au points de ne pas voir le Nekkers qui lui fonçait dessus. Nicolaï la poussa sans la moindre délicatesse , l'envoyant directement s'écraser par terre alors que la créature le percutait violemment, roulant tout les deux au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aureane KalonErc'h

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 07/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 20 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame de Dyriet

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Mer 20 Juin 2012 - 15:06

Aureane avançait en silence, essayant de se convaincre qu'un marais, c'était toujours mieux que l'océan. Au moins, il n'y avait pas que de l'eau, il y avait aussi de la terre. Enfin, de la terre... de la boue, surtout. Mais elle ne se plaignait pas. Ni de l'odeur, ni des moustiques, ni de la fange qui s'infiltrait dans ses bottines de mauvaise qualité avant de les submerger complètement lorsqu'elle lui arriva à mi molets. C'était le prix à payer pour revoir un jour Trois-Chemins et son petit bout de chou qui lui manquait tant. Un prix pas trop élevé, pour le moment.

Triss et Sheela lui avaient appris à se concentrer pour faire éclore sa magie. Cette dernière était prête à agir, Aureane la sentait... seulement, elle n'était pas certaine de la façon dont il fallait s'y prendre. Pour le peu qu'elle s'était entraînée... Alors, elle se contentait d'avancer aux côtés de Nicolaï et ses sbires. Et si ces derniers disparaissaient dans le marais ? Elle avait depuis longtemps écarté l'idée de les voir tous mourir ou de s'enfuir : si c'était pour qu'une autre équipe de psychopathes débarque à Trois-Chemins, c'était inutile. Non, elle voulait aller voir ce fameux Grand-Psychopathe qui tenait soit-disant tant à la rencontrer. Mais pour ça, elle n'avait pas besoin de la troupe au complet. Qu'ils ne s'imaginent pas qu'elle allait les défendre bravement. Un seul ferait l'affaire pour l'amener à bon port. Et puis franchement... ils croyaient vraiment qu'elle allait être utile alors qu'elle n'avait jamais usé de sa magie ?

Elle se morigéna intérieurement : elle en était tout à fait capable. De là à y arriver... Il fallait qu'elle se concentre. Ce devait être instinctif, en un sens. Elle imaginait très bien ce qu'elle pouvait faire et si elle n'était pas convaincue que ce soit une bonne chose, elle savait qu'elle finirait par agir si on l'y poussait.

Concentration donc, malgré les flic flac floc laborieux à travers le marais. Sa robe de grosse laine ne l'aidait pas beaucoup, il fallait avouer. Elle l'avait relevée un peu un la coinçant dans sa ceinture, mais c'était quand même moins pratique que si elle avait eu des chausses et des bottes pour lui protéger les jambes.

" Nekkers ! "

Né quoi ? Aureane n'eut que le temps d'ouvrir de grands yeux ahuris en entendant le cris et en voyant surgir les... les trucs. On la poussa soudain la faisant atterrir dans l'eau saumâtre sans crier gare. L'un des trucs lui passa au-dessus de la tête. La peur mêlée à la magie accumulée juste avant suffit à donner le déclic à la jeune femme.

Pchhhh. Autour d'elle, le marais se mit à fumer. En quelques secondes, elle se trouva au centre d'un petit îlot de terre sèche et craquelée avec des roseaux et des sangsues grillés aux pieds... puis la nature reprit ses droits et le marais vint combler la petite surface. Aureane avait assisté à l'opération, les yeux écarquillés. Difficile à assimiler pour qui avait été élevé à Trois-Chemin et tenait la magie comme un mythe. Un des trucs en profita pour se jeter à nouveau sur elle, la faisant basculer violemment.

Surprise, Aureane se retrouva sous la surface stagnante. Elle but la tasse, s'étouffa. Elle n'y voyait rien, mais sentait le poids du truc qui la maintenait sous l'eau. Les griffes s'enfoncèrent dans ses côtes, mais la jeune femme n'avait pas le loisir de crier malgré le déferlement de douleur. Ce fut la magie qui réagit une nouvelle fois avant son cerveau.

Cette fois, le marais ne changea pas, mais la créature fut repoussée, hurlant à son tour de douleur, avant de se recroqueviller en agonisant. Désorientée, Aureane se releva en tremblant, palpant son ventre d'un geste fiévreux. Hormis sa robe qui aurait besoin d'un bon raccommodage, elle se sentait saine et sauve, juste terrorisée. Elle jeta un regard circulaire autour d'elle, hébétée. Les combats s'achevaient. Elle, elle n'avait qu'une envie, quitter ce marais en courant, mais se sentait incapable d'esquisser un geste à moins de vouloir s'effondrer. Elle avait vu ce qu'elle était capable de faire et tout ce qui en ressortait était une nausée qui n'avait rien à voir avec le fait qu'elle avait manqué se noyer.

Elle avait eu le déclic, elle avait compris ce qu'elle pouvait faire et... elle l'avait fait. En partie seulement. Si elle ne se sentait pas fatiguée, elle était en état de choc et incapable de réagir.

Le kraken choisit cet instant pour faire un premier coucou à la compagnie.

Le tentacule jaillit de nulle part, s'enroula autour d'une jambe de Nicolaï et le souleva dans les airs avec l'intention évidente de lui faire autre chose qu'un gros câlin. Ou alors un gros câlin mortel. Il n'en eu pas le loisir.

Aureane ne prit pas le temps de réfléchir, encore une fois, et en une fraction de seconde, l'étreinte se desserra. Le jeune homme n'avait dû sentir qu'une forte chaleur. Secouée, Aureane se précipita à ses côtés, inquiète, avant de réaliser qu'elle avait décidément un comportement bien bizarre et de s'immobiliser, confuse. Faire griller tout ce qui passait sous son nez était déjà étrange, mais si en plus elle en venait à prendre soin de ses bourreaux, alors là, rien n'allait plus !

Le kraken, lui, était à nouveau invisible et silencieux, comme s'il avait juste voulu tester la résistance de ses nouvelles futures victimes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï KalonErc'h

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/10/2011

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Jeu 5 Juil 2012 - 17:23

Nicolaï roula par dessus le Nekker. Abandonnant son épée trop longue pour être vraiment efficace, il attrapa son poignard et attira la créature puante plus prêt de lui... plus prêt, beaucoup plus prêt. Jusqu'à se qu'elle soit assez proche pour qu'il puisse lui ouvrir la gorge. Il eu tout juste le temps de récupérer son épée qu'un autre venait lui sauter dessus, et ce n'était certainement pas pour avoir un bisou. Quoi qu'on ne sait jamais avec ces bestioles là. Elles doivent déborder d'affection. Mais les humains ont toujours eu des problèmes avec les créatures affectueuses aux longues dents et aux griffes acérées.

Pourtant, d'éminents sociologues sont tout à fait persuadé que dans la culture Nekker, le fait de déchiqueter quelqu'un est une preuve d'affection... malheureusement, ces sociologues ont tendance à disparaître au moment où ils souhaitent confirmer cette charmante théorie.

Trop d'affection sans le moindre doute.

Toujours est-il que les Nekkers étaient loin d'être assez nombreux pour vraiment les mettres en danger longtemps. Avec un complet effet de surprise, ils auraient été un problème sérieux, voir mortel, mais les deux secondes qui avaient séparé le moment où Veshork avait poussé son cris de celui auquel ils étaient passé à l'attaque avait largement suffit pour gâcher les chances de ces bêbêtes ainsi que leur surprise.

Pendant que Triss était en train de faire s'évaporer l’ensemble de l'eau contenue dans le corps du dernier Nekkers encore debout, Nicolaï regarda brièvement autour de lui avant de sentir quelque chose contre sa jambe et de baisser les yeux.

Vous savez, c'est un de ces fameux moment qu'on vois dans les films, juste avant que le gros et terrible monstre ne fasse une apparition... grosse et terrible. Il y a le héros qui se retrouve avec un tout petit truc. En général, il balance une petite phrase sur un ton un peu blasée dans le genre ''Eh merde''.

Mais de toute évidence, le kraken n'avait rien à faire de ce genre de convention puisqu'il ne laissa pas à Nicolaï le temps de rire quoi que se soit avant de le soulever de terre. À partir de là, tout devint confus pour le jeune homme. À force de se faire envoyer dans tout les sens, c'est sur, on en fini par perdre la notion de haut, bas, gauche, droite. Ne reste alors qu'une intense envie de rendre son petit déjeuné.

Il y eu un éclair de lumière et soudain, le sol se mit à se rapprocher vite... très vite... trop vite.

Nicolaï s'y écrasa purement et simplement dans un fracas de métal... et d'os brisés.

Aureane fit un mouvement en direction de Nicolaï que celui-ci, toujours immobile, ne remarqua pas. Sheela quant à elle fondit littéralement sur son amant pour le faire basculer et le mettre sur le dos. Il y avait un angle étrange sur sa poitrine qui faisait qu'on comprenait assez rapidement d'où avait put provenir ce bruit d'os brisé. En effet, quatre côtes avaient décidé que de faire un petit tour en dehors du corps était quelque chose de plutôt amusant.

Les mains de la magicienne se mirent à luire doucement, irradiant Nicolaï. Les os craquèrent, mais ne rentrèrent pas énormément avant que du sang ne se mette à couler du nez de la magicienne... puis, de ses oreilles. Lorsque des larmes vermeilles commencèrent à apparaître dans ses yeux, Veshork l'assoma du manche de sa hache avant de jeter un regard à Nicolaï dont la blessure était toujours ouverte et continuait à saigner.

« Il sera bientôt mort, dit-il tristement en se penchant vers le jeune homme. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aureane KalonErc'h

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 07/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 20 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame de Dyriet

MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   Jeu 5 Juil 2012 - 19:53

La jeune femme n'eut pas vraiment le temps de réagir, la magicienne l'avait prise de vitesse et s'était précipitée auprès de Nicolaï. Aureane regarda autour d'elle, hagarde. Le kraken ne semblait pas décidé à se manifester à nouveau et les nekkers avaient disparu, mais elle avait du mal à se remettre de ses émotions. En état de choc, elle refit tout de même surface pour voir Sheela qui glissait sur le sol, inconsciente.

Aureane se secoua et s'approcha assez pour voir le sang, prit spontanément le pouls et fut rassurée de voir que la jeune femme n'était pas morte. Rassurée... C'était tout de même étrange, comme sentiment, envers cette femme qu'elle méprisait.


" Il sera bientôt mort. "

Ces quelques mots achevèrent de remettre un peu de logique dans l'esprit perturbé de la jeune femme. Nicolaï gisait à ses pieds, agonisant. Quelque chose en elle lui criait d'agir. Mais pour quoi, vraiment ? Elle n'avait pas besoin de lui pour qu'on la mène à bon port. Elle n'avait rien à y gagner. Rien du tout.

Elle s'agenouilla et lui prit la main sans un mot. Il fut un temps où elle pensait qu'elle ne faisait qu'implorer les dieux qui répondaient à son appel. Tyra pour qu'elle accepte de se retirer pour cette fois, Kyria pour qu'elle prête un peu de sa force au blessé, Mogar pour qu'il lui apporte la combativité, Néera, évidemment, la première des déesse... Arcamenel, enfin, parce qu'elle était persuadée que l'amour pouvait beaucoup. Maintenant, c'était différent. Aureane percevait la magie qui venait doucement réchauffer la main de Nicolaï et se diffusait dans tout son corps. Mais au fond, c'était toujours pareil. Elle lança un regard d'avertissement à Vershork qui avait esquissé un geste pour s'approcher et le fit reculer.

Puis elle ferma les yeux et s’abîma dans sa prière.

Elle ne voulait pas qu'il meure. Il n'avait rien fait pour qu'elle se dévoue ainsi pour lui, mais ce n'était pas suffisant pour le laisser agoniser à ses pieds. Elle n'avait jamais supporté la souffrance et s'était même sentie mal d'avoir tué le nekkers. Elle n'allait pas laisser mourir un être humain sans lever le petit doigt. Elle n'était pas criminelle. C'étaient eux, les criminels. Elle ne tomberait pas aussi bas. Et puis... elle ne voulait pas qu'il meure. Cette idée lui était simplement insupportable.

Les côtes rentrèrent lentement en craquant sinistrement, mais se ressoudèrent un instant plus tard. Les plaies béantes commencèrent à cicatriser et quelques couleurs revinrent sur le visage du jeune homme. Aureane continuait à murmurer des prières, indifférente à ce qui l'entourait, la main de Nicolaï serrée dans la sienne. Lorsqu'elle la sentit tressaillir, elle rouvrit les yeux et attendit qu'il fasse de même pour le lâcher.

Ils échangèrent un regard et elle se leva, sachant qu'il devait à présent être capable de faire de même. Il était logiquement en pleine forme. Jamais encore elle n'était allée aussi loin dans un soin. Mais elle était persuadée que c'était efficace. D'ailleurs, elle s'approcha de Sheela pour renouveler l'exercice. Ce fut beaucoup plus rapide. La jeune femme n'avait fait que trop puiser dans sa magie, lui en transférer à nouveau suffit à la remettre sur pied.

Ensuite, Aureane se détourna et fixa le marais en silence, le visage fermé. Elle venait de sauver deux de ses ravisseurs sans réel intérêt si ce n'était garder bonne conscience. Et encore... sauver des probables meurtriers était loin de l'apaiser.

Quelque chose bougea dans un coin. L'équipe leva ses armes. Aureane se retourna brusquement. Le kraken surgit du marais. Sa masse les domina tous un instant.

Puis l'animal se transforma subitement en torche vivante.

Aureane fit volte face et s'enfuit vers le village, traçant un petit chemin sec à travers le marais. Forcément, dans ces conditions, avec l'eau saumâtre qui se refermait sur son passage alors qu'elle même était sur la terre ferme, ce n'était pas très simple de la suivre. Elle eut bientôt disparu à leur vue.

Pourtant, lorsqu'ils rentrèrent au village et se lancèrent sur ses traces, ils n'eurent pas bien loin à aller chercher : la jeune femme s'était assise sur le bord du quai, les jambes dans le vide. Elle n'avait pas l'air décidée à passer inaperçue, même si elle avait cherché un coin plutôt tranquille, à l'écart. Elle ne risquait pas d'aller bien loin, à moins de se jeter dans l'eau. Ne sachant pas nager... A vrai dire, c'était exactement à ça qu'elle pensait. Se jeter à l'eau. Elle avait tourné la situation dans tous les sens et c'était de loin la solution plus efficace. La plus définitive, mais la plus efficace pour protéger son petit Rob.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si rien ne s'était passé ? (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si rien ne s'était passé ? (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» Et si Obi-Wan était passé du Côté Obscur ?
» « Le destin n'est rien qu'un peu de passé en retard. »
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ♥︎
» « Lorsque ton passé t’appelle, ne réponds pas, il n’a rien de nouveau à te dire »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG fantasy et fantastiques-
Sauter vers: