AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:24


    Depuis mon retour de mission, j’avais eu quelques jours de repos pour me remettre, assister au débriefing avec Mom Mothma et faire quelques recherches dans la base de donnée de l’Alliance. Depuis quelques temps déjà l’idée de rencontrer un Chevalier Jedi me tourmentait et ma récente rencontre avec un contrebandier sur Nar Shaddaa n’avait guère arrangé les choses. J’avais besoin de savoir si une formation était toujours possible malgré mon âge et surtout si j’avais les capacités nécessaires pour rejoindre ce qui restait de l’Ordre Jedi auquel appartenait Rewan. Où que j’aille j’avais toujours son sabre laser avec moi, pour me rappeler ce qu’il était et ce qu’il avait fait pour l’alliance. J’aurais aimé pouvoir brandir son sabre fièrement, pouvoir l’utiliser contre l’Empire, mais pour l’heure je n’étais bonne qu’à le faire léviter.
    Alors que j’avais trouvé le nom et le lieu de résidence d’un Jedi je me mis en tête de monter toute une expédition pour le rencontrer et espérer le convaincre de m’apprendre à manier la Force. Mais je n’eus guère le temps d’aller plus loin, Mom Mothma me convoquait dans la salle de briefing. Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose : je repartais en mission. Tant pis ce n’était que partie remise, à mon retour je ferais ce que j’avais à faire.

    Dans la salle de briefing, la commande de l’Alliance Rebelle me faisait face de l’autre côté du projeteur d’hologramme. Elle me félicita brièvement sur ma précédente mission et m’expliqua la prochaine. Avec dextérité, elle pianota sur l’appareil et presque aussitôt l’image d’une planète apparut. Je la reconnus immédiatement bien que je ne m’y sois jamais rendue. C’était Ghorman. Fronçant les sourcils, j’écoutais Mom Mothma me détailler ma mission. Livrer des armes, former une milice sur place et repartir. Cela ne me plaisait guère mais après tout je n’étais pas là pour prendre les décisions. Visiblement tout était près pour que je parte sur l’heure et je fus déçus d’apprendre que l’équipe qui m’accompagnait n’était pas la même que sur Nar Shaddaa. Et puis l’idée de m’en remettre aux mains d’un contrebandier ne me plaisait pas énormément, surtout depuis ma récente rencontre avec l’un d’eux. Me redressant j’adressais un fin sourire à Mom Mothma et m’inclinais légèrement pour la saluer.


    - Je pars sur l’heure, je vous contacterai à mon arrivée sur Ghorman et vous tiendrez informée de l’évolution de la situation le plus souvent possible. A bientôt.

    Tournant les talons je fis un rapide passage dans la cabine qui m’était affecté et récupérais quelques affaires. Le sabre laser, quelques vêtements et rien d’autre. Pas besoin de m’encombrer, après tout je n’étais pas à l’abri d’une fuite précipitée comme sur Nar Shaddaa.
    Fin prête, je me dirigeais vers l’aire de lancement numéro 4. La zone était pleine d’agitation, le départ était imminent et l’on vérifiait les dernières petites choses. Près du croiseur se trouvaient encore quelques caisses, probablement remplies d’armes, qui attendaient d’être chargé, quelques hommes contrôlés divers coins et recoins du vaisseau et un petit groupe de personne se trouvait devant la passerelle. Alors que je m’avançais un robot de protocole me rejoignit.


    - Je vous souhaite bon voyage Aryià. Votre séjour aura été court, vous n’avez pas eu le temps de tout me raconter.
    - Je me rattraperai à mon retour et j’aurais deux fois plus de chose à te raconter.

    Pratiquement arrivée à hauteur du groupe je levais la tête et reconnus aussitôt le visage de l’un d’eux. Mon sang se glaça et je me stoppais net. Que faisait-il là celui là ? Je ne pensais plus jamais le voir de ma vie et voilà qu’il se tenait fièrement devant le vaisseau sur lequel j’allais embarquer.

    - Peux-tu me dire qui est cet homme là bas, avec la barbe ?
    - Oh celui là ! C’est le pilote du vaisseau.

    Je faillis m’étouffer en entendant ça…Visiblement cette mission s’annonçait plus compliquée que prévue…


Dernière édition par Aryià Renhanda le Jeu 12 Avr 2012 - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:26

Je déteste travailler avec le matériel des autres. Un vaisseau spatial devient au bout d’un certain temps une extension de vous-même, presque comme votre enfant : vous connaissez ses réactions, ses caprices… vous le bichonnez, vous en êtes fier. Aussi l’idée de me retrouver à piloter un croiseur de classe Gozanti en lieu et place de l’Iron II me déplaisait souverainement. Sans doute alors allez-vous me demander ce qui m’y obligeait et pourquoi je commence à râler dès le premier paragraphe ? Patience, nous y venons.

Suite à mes mésaventures sur Nar Shaada avec une voleuse aux ordres de l’Alliance, aussi jolie que traitresse, j’avais pris le large loin du secteur hutt le temps que les choses se calment. De toute façon, je ne voulais pas sembler travailler exclusivement pour les hutts, ce qui aurait risqué de nuire à ma réputation d’indépendant. La lune des contrebandiers se passerait aisément de moi quelques temps, et c’était l’esprit tranquille que j’avais quitté le secteur. A partir de là, les choses se gâtèrent…

L’hyperpropulseur de l’Iron II tomba en panne. Fichu coup du sort ! Je m’étais gargarisé de cet hyperpropulseur de classe 1 que j’avais fait installer en lieu et place du classe 2 standard présent sur la gamme YT-2000, mais lorsque se posa le problème des réparations, je compris ma douleur. La plupart des chantiers restent dans le cadre des gammes sorties d’usines, et j’en fus pour un surcout assez élevé avant de réussir à lancer les réparations de mon vaisseau, cela sans compter qu’il y en avait pour plusieurs semaines d‘attente le temps que les pièces particulières soient livrées. En attendant, je ne pouvais me tourner les pouces, je décidais donc d’accepter la première offre qui se proposerait à moi.

Par un contact, j’appris qu’il y avait dans le secteur un contrat pour un pilote ayant certaines « connaissances » permettant d’éviter les contrôles : autrement dit un contrebandier. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, j’acceptais et voilà pourquoi je me retrouvais ce jour là à surveiller le chargement de la cargaison à bord du croiseur sur lequel j’allais accomplir cette mission. J’ignorais tout du contenu des caisses que des droïdes amenaient à bord, de même que l’identité exacte de mon employeur. Bah, je n’étais pas payé pour m’interroger à ce sujet, mais juste pour obéir aux ordres de mon contact qui ne devait pas tarder. Dans le métier, on évite de trop en dire avant d’être en route, et je n’aurais certainement pas accepté de travailler pour quelqu’un clamant aux quatre vents qu’il faisait de la contrebande !

Bref, je regardais d’un air légèrement écœuré le Gozanti en me disant que ce veau allait me paraitre bien peu maniable et peu rapide après mon cher vaisseau. Mieux vaudrait éviter les acrobaties et les courses poursuites, il n’était pas conçu pour. Encore heureux que les boucliers et l’armement de ce robuste appareil soient de qualité et pourraient le cas échéant nous servir d’arguments contre des patrouilles. Je comptais également sur le fait que ce type de vaisseau restait assez courant et n’attirerait de ce fait pas particulièrement l’attention. Si mon contact se décidait enfin à apparaître au lieu de trainasser, peut être pourrions nous bientôt partir.

Me retournant, je me trouvais nez-à-nez avec…

Oh non ! La moitié de la galaxie de traversée pour retomber sur elle ? Le destin est facétieux, mais je ne trouvais vraiment pas cela amusant. Et je savais hélas trop bien que si elle pouvait accéder à cette plate-forme, c’est qu’il s’agissait de ce fameux contact tant attendu. D’un ton morne, je demandais à la jeune femme que je connaissais sous le nom de « Gwen » :


Je suppose que c’est toi que j’étais censé attendre ?

Au moins maintenant, je connaissais l’identité de mon employeur : l’Alliance rebelle.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:26

    Le contrebandier ne mit pas bien longtemps à me repérer et à l’expression de son visage je vis immédiatement qu’il était aussi ravi que moi. Bon sang, mais pourquoi l’Alliance Rebelle avait fait appel à lui… LUI alors qu’il y avait des milliers de contrebandiers dans toutes la galaxie il fallait qu’il aient fait appel à lui…. Raaaahh. Poussant un long soupir blasé, je quittais le robot de protocole qui me salua une dernière fois et gravis la passerelle du vaisseau. Tout était fin prêt, la cargaison était chargée, plus rien ne nous retenait. Bien que j’avais une envie folle de quitter l’appareil sur le champ, je me répétais silencieusement ma mission, le but, l’enjeu, les conséquences qui découleraient de tout ça. Excellente stratégie pour penser à autre chose. Mais j’étais loin de me leurrer, un vaisseau spatial c’est relativement petit et durant toute la durée du voyage je ne pourrais pas constamment éviter Havan…

    Bon allez, un petit effort pour essayer de détendre l’ambiance un peu trop électrique, c’était dans mes cordes ça. Il me suffisait d’oublier que quelques semaines auparavant il avait pointé son blaster sur moi. Mouais…. Ce genre de détail est tout de même un peu difficile à oublier.
    Ayant trouvé une cabine sans la moindre trace d’affaire masculine, je rangeais mon sac dans l’un des casiers sous la couchette et pris quelques secondes pour reprendre un minimum de contenance puis je me dirigeais vers la cabine de pilotage. Evidemment il était là, en train de tripoter tous les boutons qui lui passaient sous la main. Sa mine n’était pas très engageante mais tant pis, pour le bon déroulement de cette mission je devais tout de même faire un petit effort.


    - Hum…. Bon, je suppose que cette situation ne vous enchante pas, mais comme nous allons devoir faire ensemble, peut-être que nous pourrions tout reprendre du début. Bonjour, moi …c’est Gwen.

    J’eus une légère hésitation au moment de dire mon prénom, il me connaissait sous le pseudonyme de Gwen et pour le moment ça conviendrait parfaitement. Je n’étais pas encore tout à fait sûre de pouvoir lui faire confiance. Je tendis ma main vers lui en espérant qu’il ne m’enverrait pas paître dans ma cabine. Comme je voyais qu’il ne réagissait pas, probablement parce qu’il essayait de jauger le degrés de confiance qu’il pouvait m’accorder, je repris immédiatement la parole pour ne pas installer un long silence gêné.

    - Je suppose qu’on ne vous a pas dit grand-chose à propos de cette mission, si vous avez la moindre question je tâcherai d’y répondre.

    Toujours aucune réaction et cette fois le silence s’installa entre nous. Tournant les talons je quittais la pièce et regagnais d’un pas rapide ma cabine. Je n’avais aucune envie de passer le reste du voyage à faire la conversation à des droïdes et encore moins à attendre que mon cher pilote daigne me parler.
    Ce voyage s’annonçait long….très très long.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:27

Inutile de préciser que l’ambiance pour ce voyage ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Gwen ne paraissait guère plus satisfaite que moi de se retrouver dans cette galère galactique, et la température métaphorique avoisinait déjà le zéro absolu. A travers toute la galaxie, il fallait que je retrouve celle par qui mes problèmes étaient arrivés. Grommelant dans ma barbe, j’allais m’installer au poste de pilotage en maudissant l’Alliance, en maudissant ce vaisseau, en maudissant les hutts, l’empire… en fait au maudissant un peu tout le monde. Les tentatives de Gwen pour briser la glace se heurtant à un véritable iceberg, elle eut la sagesse de me lancer tranquille et de s’en retourner dans sa cabine. Certains sentiments demandent à être partagés, mais je préférais garder ma morosité pour moi.

Je n’avais jusque là jamais piloté un croiseur Gozanti, toutefois je savais que cela ne me poserait guère de problèmes. Un bon pilote doit s’avoir s’adapter, et me retrouver aux commandes de tous types de vaisseaux avait été mon occupation principale ces quinze dernières années. Refermant la soute d’accès, je démarrais les rétropropulseurs et augmentait la puissance fournie par le réacteur. Pour avoir été répétée mille fois et plus, le décollage reste toujours un moment dangereux, la moindre panne d’un système ne vous laissant pour réagir qu’une courte fraction de seconde. Lentement, pesamment, le Gozanti s’arracha à la plate-forme et entama sa montée vers le vide sidéral. Si en temps habituel j’admirais toujours l’apparition de la courbure de la planète, spectacle enchanteur à mes yeux, ce jour là je gardais un regard attentif et renfrogné sur mes commandes.

Oui, mon mauvais caractère faisait décidemment des siennes mais je n’y pouvais rien, l’injustice de la situation m’excédant au plus haut point. Par la faute de Gwen j’avais du quitter l’espace hutt ainsi que les juteuses primes que payaient les seigneurs du crime de Nar Shaada, et voilà que je me retrouvais à travailler pour elle ! Tandis que le croiseur accélérait et s’arrachait aux plus hautes couches de l’atmosphère, je me retournais et braillais :


Gwen !

Oui, brailler me soulageait. De toute façon, elle ne s’attendait tout de même pas à ce que je me déplace pour aller lui demander les informations qu’il fallait me communiquer ? La galanterie se perd vite chez les exilés, et puisque madame dirigeait la mission, elle allait devoir faire avec mon caractère. Lorsque la belle mais traitresse rebelle arriva, je lui lançais d’un ton narquois :

Comme vous l’avez si judicieusement fait remarquer, je n’ai pas eu les détails de cette mission. Aussi, et si ce n’est pas trop vous demander, auriez vous l’extrême obligeance de m’indiquer vers quelle destination je dois tracer un cap en hyperespace ?

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:28


    Bon ce n'était pas si terrible tout de même. J'avais une petite cabine tranquille, de quoi m'occuper le temps du voyage avec quelques informations sur les jedis que l'on supposait en fuite et un pilote de croiseur qui n'avait pas l'air décidé à me parler. Et bien tant mieux, moi non plus je n'avais rien à lui dire. M'allongeant à moitié sur la couchette je sortis le sabre laser de mon père et le fis tourner dans mes mains. C'est étonnant comment un si petit objet pouvait être si important pour moi. Il me rappelait tout ce que j'avais appris avec l'homme que j'avais cru être mon oncle. Me concentrant je fis léviter le sabre quelques centimètres au dessus de moi. J'essayais de vider mon esprit, de ne penser à rien et j'y parvenais très bien jusqu'à ce que mon adorable pilote murmure avec amour mon petit nom. Excédée, je rangeais le sabre dans le sac et quittais ma cabine. Pour qui me prenait-il celui là ? Son majordome ?
    J'avais beau râler cela ne m'empêcha pas de me déplacer jusqu'à la cabine de pilotage. Son air narquois et l'ironie délibéré qu'il appliqua à sa phrase fit monter en moi une irrésistible envie de le frapper. Oui, oui, il faisait naître en moi des envies de violence ! Mais j'avais encore besoin de lui en tant que pilote alors je me forçais à lui parler avec une fausse gentillesse évidente.


    - Nous allons sur Ghorman.

    J'aurais pu tourner les talons, le laisser là avec la seule information qu'il m'avait demandé et le laisser gérer la partie pilotage. Mais pour je ne sais quelle raison, je me glissais sur le fauteuil resté vide, celui destiné au copilote je suppose. Nous avions quitté la flotte rebelle et l'immensité obscure de la galaxie s'ouvrait devant nous. Cela avait toujours quelque chose d'angoissant pour moi, mais je ne laissais rien transparaître. Je n'allais pas non plus lui donner le plaisir de voir que je n'étais pas entièrement rassurée.

    - Voulez vous en savoir plus ou vous vous fichez complètement de la mission ?

    Et voilà que je lui faisais la conversation maintenant. A voir sa mauvaise humeur apparente, j'étais sûre qu'il allait me calmer tout de suite en me demandant de regagner ma cabine pour lui foutre une paix royale.
    J'aurais bien aimé le faire d'ailleurs, retourner dans ma cabine et attendre la fin du voyage mais il était le seul humanoïde à bord et il fallait bien reconnaître je préférais sa compagnie à celle des droïdes dans la soute. Et maintenant que je commençais à angoisser, je n'avais pas envie de me retrouver seule dans la boite de conserve qu'était ma cabine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:29

Charmante et délicieuse comme à son habitude, Gwen arriva en souriant afin d’éclairer gentiment ma lanterne. Non… je blague, elle paraissait à peu près d’aussi bonne humeur que moi et si elle se forçait à me parler sur un ton courtois on pouvait assez aisément sentir que sous la surface son esprit bouillonnait. Quelle magnifique mission vraiment ! Je n’en étais pas encore à me dire qu’avoir un hutt et sa cour à bord, comme cela m’était arrivé une ou deux fois par le passé, constituait une alternative préférable à ma situation actuelle, mais je m’en rapprochais rapidement. Bref, toujours est-il qu’elle me donna notre destination : Ghorman.

Je ne m’étais jamais rendu sur cette planète d’une importance toute relative sur le plan galactique. Pour autant que je le sache, l’empire la tenait d’une main ferme bien que quelques mouvements dissidents aient été signalés. Les contrebandiers s’intéressaient toujours aux planètes sur lesquelles le pouvoir de l’impératrice et des moffs faiblissait, car les seigneurs du crime hésitaient rarement à venir ensuite tremper leurs longs doigts fuselés (ou leur petits doigts potelés dans le cas des hutts) afin de profiter du chaos ambiant.

Pianotant sur la console d’astronavigation, je commençais à calculer une trajectoire rapide pour rejoindre notre destination. Enfin par « rapide » , je me comprends, car vu l’hyperpropulseur dont était équipé le Gozanti, il ne fallait pas espérer de miracle. Heureusement les cartes hyperspatiales se trouvaient être parfaitement à jour et je réussis sans trop de difficulté à établir un cap quasi-direct vers Ghorman. Cela me changeait agréablement des cas où il fallait effectuer plusieurs détours du fait de trajectoires incomplètes dans l’ordinateur de bord.

Un signal sonore retentit dans le cockpit, nous avertissant que le vaisseau se trouvait près à sauter en hyperespace. Enclenchant l’hyperpropulseur, je vis l’espace normal se distordre devant nous alors que nous entrions dans le tunnel hyperspatial. Me callant confortablement dans mon siège, j’aurais surement profité du trajet pour faire une petite sieste réparatrice mais ma chère patronne semblait atteinte du syndrome de la conversation aigüe et me demanda si je désirais des informations supplémentaires sur notre mission. Les yeux mi-clos, je répondis :


Hmm, laissez moi deviner, Gwen. Vous travaillez pour l’Alliance et j’ai appris récemment que Ghorman se trouvait la proie à quelques mouvements séparatistes. Oh, rien qui ne puisse inquiéter l’empire à ce stade mais je suppose que vos chefs désirent changer cet état de fait.

Du temps de la guerre des clones, j’avais connu bien des cas de ce genre. Poussés à bout par la corruption endémique et l’incapacité de la République à traiter les problèmes, des mouvements autonomistes se créaient sur nombres de planètes. Mal armés, mal organisés, ils ne faisaient guère le poids face aux troupes régulières de l’armée. Mais lorsque la CSI les équipait en armes modernes et leur fournissait les bases logistiques nécessaires à la guerre, elles devenaient d’un coup des adversaires sérieux qui nécessitaient pour le haut état-major de Coruscant d’ouvrir un nouveau front d’opération. En un sens, l’Alliance réutilisait désormais les méthodes de la CSI… ironie de l’histoire !

Je parierais que les caisses que nous avons chargé contiennent soit des armes soit des médipacs, et que notre tâche sera de les livrer aux rebelles de la planètes en échange de leur allégeance à l’Alliance. Peut être même envisagez vous de coordonner les différentes cellules rebelles via une autorité unique qui en référerait directement à la flotte rebelle. J’ai bon ?

Alors que je finissais de parler, je me fis subrepticement la réflexion qu’il faudrait que je mesure mes paroles avec Gwen. Je savais qu’elle ne croyait déjà qu’en partie que je sois un simple contrebandier, inutile de lui montrer que les opérations militaires constituaient également un de mes domaines de compétence, cela risquerait de l’amener à se poser trop de questions sur mon passé.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:29

    Légèrement surprise et amusée par les spéculations qu’il faisaient sur notre mission je me tournais vers lui un franc sourire aux lèvres. Mais au vue du regard qu’il m’adressa je le perdis plutôt brusquement. Visiblement il n’avait pas la moindre envie de rigoler, ni même de détendre l’atmosphère, rien d’étonnant à cela au vue de notre passé commun. Cette mésentente était plutôt désagréable, surtout pour moi qui avait toujours eu l’habitude de travailler dans la joie et la bonne humeur avec mes coéquipiers, mais soit, s’il voulait bouder alors tant pis, du moment que ça ne nuisait pas à la mission, je ne pouvais pas faire grand-chose.

    Je notais dans un coin de ma tête qu’il semblait très au courant des évènements intergalactiques, ce qui était d’autant plus surprenant qu’il n’était qu’un simple contrebandier à la solde des Hutt à des milliers d’années lumières de Ghorman. Je me souvenais parfaitement de notre dernier échange sur Nar Shaddaa, lorsque j’avais clairement évoqué son appartenance à l’Ordre Jedi. Je n’avais pas oublié l’éclair de surprise qui avait traversé son regard une fraction de seconde. Même si à ce moment là je l’avais surtout joué au bluff, j’avais la réelle sensation de ne pas mettre trompée. Il devait faire partit de ces Jedis qui avaient du fuir après la guerre des clones. Certains s’étaient terrés sur des planètes quasi désertes, mais lui avait choisi la voie des contrebandiers… étonnante reconversion pour un homme ayant juré de faire respecter l’ordre. Peut-être était-il passé du côté obscur ? Mon père m’avait parlé de cette part sombre de la force, des effets dévastateurs qu’elle pouvait entraîner, mais Havan ne me semblait pas être quelqu’un de mauvais…. Enfin, je pouvais me tromper hein, il m’avait quand même tiré dessus avec son blaster !


    - Vous n’êtes pas loin de la vérité. Vous êtes plutôt du genre perspicace pour un simple contrebandier.

    Cette fois je gardais mon sourire aux lèvres et gardais les yeux fixés droit devant. Nous étions entré en hyperespace. Je ne savais pas combien de temps prendrait le voyage, mais au rythme de notre conversation, nous en serions toujours au même point d’ici là !
    Un long silence s’installa entre nous, à plusieurs reprises je voulus me lever et quitter la cabine mais à chaque fois je me forçais à ne pas bouger. J’avais besoin d’être sure de ce que j’avançais, je voulais savoir si l’homme à mes côtés était un chevalier Jedi… Mais comment aborder la question alors qu’un froid polaire enveloppait notre conversation. Je finis par hausser les épaules et prononcer à mi-voix.


    - Je suis désolée pour ce qui c’est passé sur Nar Shaddaa… Je n’abuse pas de la confiance des gens de gaieté de cœur… Vous n’étiez pas mon ennemi là bas, juste….un moyen de terminer ma mission….puis vous êtes devenu un obstacle. Ca serait plus simple si pour cette mission vous ne l’étiez pas non plus…je préfèrerais largement.

    Les yeux toujours rivés vers tous les boutons lumineux, je n’osais pas tourner la tête vers lui. Lire un sourire moqueur sur son visage aurait fini de froisser mon orgueil et plus de tentative d’approche possible après ça. Je me connaissais trop bien. Tant pis s’il trouvait ma tentative de paix ridicule, j’avais au moins le mérité d’avoir tenté de briser la glace, moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:33

Un peu trop perspicace pour un contrebandier d’ailleurs, il faudrait que je fasse très attention avec cette fine mouche. Me forçant mentalement à revenir au simple rôle de transporteur pour lequel j’étais payé, j’essayais de mettre de côté les motivations de Gwen et de l’Alliance. Au fond, que m’importait leur lutte contre l’empire ? Autrefois, j’avais lutté pour sauvé la République, mais elle nous avait trahi et je ne ressentais aucun désir de tenter de la faire revivre. Je n’irais pas jusqu’à dire que voir les sénateurs qui avaient si joyeusement acclamé la création de l’empire devenir des valets serviles et se voir retirer leur prérogative me réjouissait, mais en tout cas je trouvais une certaine ironie à la situation.

Cela étant dit, ma patronne temporaire n’en soulevait pas moins un point important, à savoir la collaboration dont nous devrions faire preuve pour réussir cette mission. Je faillis l’espace d’un instant que j’avais bien réussi à travailler pour les hutts et que je devrais donc sans trop de problème m’adapter à elle, mais je me retins. Envenimer la situation ne servait à rien, et si je lui en voulais de son rôle sur Nar Shaada, je comprenais suffisamment bien l’importance de ne pas laisser cela m’aveugler.


Si vous craignez que mes sentiments se ressentent sur mon travail, je peux vous rassurer. Je n’ai aucunement l’intention de faire échouer cette mission… me retrouver avec l’empire aux fesses ne me tente pas le moins du monde.

Ca, c’était une douce litote. Quelque part dans les bases de données impériales devait se trouver une liste des jedis dont le sort suite à l’ordre 66 restait inconnu, et je savais être sur cette liste. Certainement pas sur la première ligne, cet honneur devant probablement revenir à Kenobi, l’ancien maître de Vador, mais je préférais ne pas jouer avec le feu. Rester dans l’ombre et penser en priorité à moi, voilà le credo qui me permettait de survivre depuis tant d’années.

Gwen tentant de faire ce qui pourrait s’approcher de la paix avec moi, je décidais d’accepter la main tendue. Inutile de passer le reste du voyage à se regarder en chien de faïences ou à bouder dans nos cabines. Nous nous retrouvions embarqué ensemble que cela nous plaise ou non, il fallait faire avec. Au fond, tout ce que je pouvais lui reprocher à Nar Shaada, c’était de m’avoir eu, de s’être montré plus maligne que moi. Dur pour l’orgueil n’est-ce pas ?

Tout en commençant à préparer les commandes pour la sortie de l’hyperespace, je lui demandais :


Dites moi, Gwen… si cela est votre vrai nom bien sur… qu’est ce qui vous a poussé à rejoindre l’Alliance ? Est-ce par idéalisme de liberté ? Espérez-vous vraiment réussir à jeter à bas l’empire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:33


    Bon, voilà un point de clarifié. Mon copilote m’avait l’air suffisamment sincère pour que je n’aie pas à m’inquiéter outre mesure. Certes je n’étais pas tranquille, après tout qui l’aurait été à ma place. Je me retrouvais au milieu de nulle part, en route vers une planète que je ne connaissais pas du tout, embarquée pour une mission plus que risquée et j’avais pour partenaire un homme qui avait encore en travers notre dernière rencontre. Très franchement j’avais connu mieux comme début de mission. Mais après tout je n’étais pas à l’abri d’une surprise, surtout si j’arrivais à lui tirer les vers du nez à propos de ses antécédents Jedi. Pour le moment je n’avais rien de concret pourtant sa phrase à propos de l’empire qu’il ne voulait pas avoir à ses trousses me fit légèrement tiquer. Beaucoup de monde dans la galaxie ne voulait pas avoir à faire à l’Empire, mais plus encore les chevaliers Jedi…

    Tournant la tête légèrement vers lui, je vis que ma tentative de réconciliation n’était peut-être pas si puérile et inutile que ça. Au lieu de m’envoyer paître à l’autre bout du vaisseau, Havan prit le parti de s’accrocher à la perche que je lui lançais et cette fois je lui adressais un sourire sincère. Et comme pour prouver sa bonne fois il prit même l’initiative de lancer un sujet de conversation. Et pour le coup il avait décidé d’y aller franco ! Pas de détour !
    Faisant mine de ne pas relever sa petite pique au sujet de mon nom qu’il pensait être un nom d’emprunt – et il n’avait pas tout à fait tort – il poursuivit en me parlant de mes convictions et de mon implication au sein de l’Alliance.
    Je ne le connaissais pas depuis assez longtemps pour lui accorder une confiance aveugle, aussi ne devait-il pas s’attendre à ce que je lui dise tout sur ma vie. Mais certaines choses ne relevaient pas du secret d’état alors autant se montrer pleine de bonne volonté ! Après tout c’est moi qui avait voulu établir le dialogue avec lui…


    - J’ai connu quelqu’un qui croyait fermement à la liberté et à la justice. Il était persuadé qu’un jour la République renaîtrait, qu’elle instaurerait un ordre nouveau et équitable. Je le traitais d’utopiste et d’éternel rêveur. Et malgré cela, il continuait à partir en mission pour l’Alliance et chaque fois il revenait avec un grand sourire, fier d’avoir accompli ce qu’il pensait être juste.

    Plongée dans mes souvenirs, je revoyais le visage souriant de mon père lorsqu’il revenait de mission. Les années qui avaient suivis notre fuite d’Alderaan, j’avais vécu au cœur même de la base rebelle, j’avais vu l’effervescence qui y régnait, j’avais pleuré ceux qui n’étaient jamais revenu de mission et j’avais fini par épouser leur cause. Mon père était mort avant que je puisse lui annoncer fièrement qu’on me confiait ma première mission.

    - L’Empire a causé la mort de bien trop de gens. Le règne de l’empereur s’est élevé dans le sang et la violence. Ceux qui pensent pouvoir vivre leur petite vie tranquille à l’écart se voile la face… l’Empire ne cessera jamais de traquer et de tuer des peuples entiers d’innocent. Pour notre liberté à tous, l’Alliance tente d’empêcher cela.

    Je n’aimais guère parler de politique, ni même de mes convictions, mais bizarrement, cette gêne était absente lorsque je m’adressais à Havan, peut-être parce que je ne le connaissais pas. A moins que ce soit sa faculté à écouter les gens parler….quoi qu’il pouvait tout aussi bien être en train de penser à autre chose et faire genre de m’écouter blablater sur ma vie.

    - Alors oui, si j’ai rejoins l’Alliance, c’est par idéalisme de liberté, comme vous dites, et oui, nous mettrons à bas l’Empire. Cette vermine tombera un jour et je pourrais dire ‘j’y ai contribué’ !

    Pour conclure je poussais un long soupir, et fixait à nouveau mon regard vers l’obscurité qui s’étendait à perte de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:34

Au moins, elle croyait en ce qu’elle faisait. Ses paroles me paraissaient marquées du sceau de la sincérité, et je ne doutais d’ailleurs pas que dans les rangs de l’Alliance nombre de jeunes gens comme Gwen croyaient réellement qu’un jour l’Empire chuterait face à la liberté qui se dressait un peu partout. De tels sentiments pouvaient paraitre très beaux et très nobles, mais je savais ô combien ils étaient vains. A voix basse, à moitié pour moi et à moitié pour Gwen, je murmurais :

L’idéalisme ne renverse pas les tyrans, Gwen. Il n’amène que du sang et des larmes.

J’avais moi-même été un idéaliste, j’avais moi aussi cru en ces grands principes de liberté qu’elle défendait si vigoureusement. Pendant trois ans, la lutte contre la CSI m’avait amené à parcourir la galaxie seul ou avec d’autres jedis afin d’intervenir sur les différents théâtres d’opérations. Aujourd’hui encore je revoyais les immenses champs de bataille, je pouvais entendre les hurlements des blessés que ne pouvaient faire taire les tirs d’artillerie. Oui, nous autres jedis étions des idéalistes persuadés de nous battre pour le bon droit ? Nous avions sauvé la République, et elle nous avait trahi.

Gwen aussi un jour comprendrait l’inutilité de cette lutte. J’espérais juste qu’elle aurait la sagesse de prendre ses distances avec l’Alliance avant que cette dernière ne soit écrasée par le poing de fer impérial. Quand bien même elle m’avait roulé dans la farine sur Nar Shaada et qu’il me faudrait éviter quelque temps l’espace hutt par sa faute, je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine sympathie pour elle et l’idée de la voir finir dans une prison ou pire me déplaisait. Si seulement elle comprenait que sa lutte ne menait à rien…


Vous croyez que la République mérite d’être sauvée ? Vous êtes trop jeune pour vous souvenir du jour où Palpatine proclama la fondation de l’Empire. Tous ces sénateurs qui applaudissaient… bande d’imbéciles ! Traitres et imbéciles ! Qu’ils récoltent ce qu’ils ont semé !

L’espace d’un instant, mes mais se crispèrent sous le coup de la colère. Cette vieille compagne, étouffée sous des flots de dégout et d’égoïsme, revenait parfois et reprenait corps en moi. Combien de jedis avaient cédé au côté obscur suite à l’ordre 66 ? Il est facile de chuter dans l’ombre lorsque le sentiment de trahison s’impose à vous. Ce n’est que le premier pas qui est difficile, la chute en elle-même reste un processus très calme. Je savais que tout jedi se trouve perpétuellement menacé, et même aujourd’hui encore je ne pouvais me permettre de me laisser aller.

Le silence se fit dans la cabine, Gwen sans doute surprise de ma colère et moi un peu gêné de m’être laissé aller. Pour briser le froid qui s’installait, je repris :


Ah, nous arrivons.

Attrapant les commandes du vaisseau, je regardais le tunnel hyperspatial s’effondrer devant nous alors que la planète Ghorman apparaissait.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:35

    Si j’avais encore quelques doutes sur l’identité secrète de mon pilote, son excès de colère à l’évocation de la république ne fit que confirmer mon intuition. Je le sentais bouillir de rage et ses paroles… Oui, Palpatine avait trahit l’esprit même de la République et bon nombre de sénateurs véreux avaient applaudit la proclamation de l’Empire. Seulement tous ne faisaient pas partie de ses imbéciles comme il se plaisait à les appeler. Ceux qui n’avait pas applaudis, ceux qui avait tenté d’élever la voix avaient soit été tués, soit obligés de fuir. La plupart de ses sénateurs avaient d’ailleurs participé aux premières missions de l’Alliance Rebelle. Je pensais notamment à Bail Organa. Le voir réagir si violemment prouvait qu’il n’avait pas été contrebandier toute sa vie.

    Alors que le silence s’installait, je voyais bien que ce moment de faiblesse le gênait. Il n’était pas du genre à se montrer en spectacle et je ne voulais surtout pas le mettre mal à l’aise. Je gardais donc la question qui me brûlait les lèvres et lui laissait le temps de se reprendre.
    Une bonne minute s’écoula avant qu’il ne me signale notre arrivée. Ca avait été plus rapide que je l’imaginais mais tant mieux. Je n’aimais guère me trouver dans un vaisseau au beau milieu de l’espace. Je préférais largement garder les pieds sur terre !
    Ghorman se dessinait devant nos yeux et je me replongeais aussitôt dans ma mission. J’indiquais à Havan les coordonnées de notre site d’atterrissage et je me levais pour quitter la cabine. Je devais m’occuper de pas mal de petites choses, notamment surveiller le déchargement des caisses remplies d’armes, de rappeler les règles aux droïdes de combat et de récupérer mes affaires, mais arrivée sur le seuil de la porte je me tournais une dernière fois vers lui et m’arrêtais quelques secondes.


    - Je lutte pour une république nouvelle, pas pour restaurer le système bancal et pourri de l’intérieur que vous avez connu…et… je m’appelle Aryià.

    Lui demander de me faire confiance tout en continuant à lui mentir sur mon prénom ne me plaisait pas vraiment. J’avais un minimum de sens moral mine de rien et de toute façon qu’elle importance qu’il m’appelle Gwen ou Aryià ? Aucune.
    Quittant la cabine de pilotage, je récupérais mes affaires et rejoignis les droïdes dans la soute. Il nous fallut attendre une bonne dizaine de minute avant de sentir la légère secousse provoquée par l’atterrissage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 12 Avr 2012 - 12:37

Suivant les indications de Gwen, je dirigeais le Gozanti vers une petite cité qui ne payait pas trop de mine mais qui semblait présenter l’avantage non négligeable de ne pas être surveillée par l’empire. Enfin tout du moins je l’espérais, bien que la présence de quelques espions dans la région soit toujours possible. La plate-forme d’atterrissage se trouvait à la limite de la cité et nous donnerait une certaine intimité bienvenue, bien que son état d’entretien soit loin d’être satisfaisant. Enfin, après avoir connu les plates-formes de Nar Shaada, je ne me sentais pas de faire le difficile.

Je vous passerais sous silence le moment peu épique de l’atterrissage puisqu’il n’y a strictement rien à en dire, si ce n’est que les Gozanti réagissent vraiment comme des veaux aux commandes et qu’il vaut mieux avoir une certaine expérience de pilotage avant de s’en servir. Mais tout se déroula bien et je pus avec satisfaction ouvrir la trappe extérieure. Nous étions attendus apparemment, puisque Gwen… enfin Ariyà puisque tel semblait être son véritable nom… fut rapidement abordée par un petit groupe de locaux. Les laissant discuter, je donnais quelques ordres aux droïdes de déchargement qui se mirent à l’ouvrage.


Le réacteur 2 surchauffe un peu, je vais y jeter un œil.

Une fois arrivé dans ma cabine, je me mis à fouiller dans mes affaires pour y trouver les outils dont j’aurai besoin lors des réparations. En remuant le bazar, je tombais sur mon sabre laser que je sortis un instant afin de le voir à la lumière. Pourquoi donc avais-je emmené cette arme que je ne sortais d’habitude presque jamais de son compartiment secret à bord de l’Iron II ? Par nostalgie ? Pour me rappeler qui j’étais autrefois ? Ou pour m’en servir un peu comme porte bonheur ? Refourrant le sabre-laser au fond de mon sac, je me dis que peut être tout simplement je n’arrivais pas à tourner la page sur mon passé, même après toutes ces années.

Moins d’une heure plus tard et après avoir réparé autant que faire se pouvait la surchauffe, je ressortis du cargo afin de voir où en était le déchargement. Je constatais avec satisfaction que les droïdes avaient quasiment fini. Les rebelles semblaient assez bien organisés car des airspeeders venaient déjà récupérer les caisses au fur et à mesure, évitant de les laisser trop longtemps sur une aire d’atterrissage ouverte aux quatre vents et surtout à la vue de n’importe quel curieux.

J’avais repéré un rodien qui apparemment vendait des pièces détachées, et je comptais en profiter pour aller voir son stock. Bien qu’en mission pour l’Alliance, si je trouvais des pièces de rechange qui pourraient me servir à bord de mon propre vaisseau, autant les acheter. Ces vendeurs de spatioports ou de plateformes isolées détenaient parfois des modèles particulièrement rares car non standards aux gammes des constructeurs, et j’aimais beaucoup aller trainer dans leurs échoppes à la recherche de la perle rare. Et là, surprise… pas de trace du rodien. Son stock se trouvait toujours là, mais il avait disparu. Tournant autour du cargo, je le cherchais afin de vérifier s’il ne s’était pas juste absenté quelques minutes. Sans être paranoïaque, je trouvais bizarre qu’un vendeur laisse son échoppe ouverte et disparaisse.

De plus en plus intrigué, je m’approchais d’Ariyà et lui demandais :


As-tu vu où est passé le vendeur de pièces détachées ?

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Ven 13 Avr 2012 - 12:19


    Les pieds bien ancrés sur le sol de Ghorman, je me replongeais dans ma mission et laissais à Havan le temps de régler les problèmes liés au vaisseau. Notre conversation tournait en boucle dans mon esprit, au point de me faire rater quelques phrases de mon interlocuteur actuel. L’humain en face de moi devant avoir la trentaine comme moi, il semblait être l’un des principaux activistes de la rébellion sur la planète et pour l’heure il me remerciait d’être venu si vite et avec autant d’armes. Visiblement il n’avait pas espéré une intervention de l’Alliance si rapide et si efficace… Tant mieux ! Marquer les esprits et prouver aux différents peuples soumis à l’Empire qu’ils avaient un autre choix faisaient partie de ma mission.
    L’homme se nommait Mackney et s’était lui qui s’occupait de la base rebelle dans ce secteur de la planète. Il avait l’air d’être quelqu’un de sur et d’organisé mais le rapide descriptif des entrepôts et des rebelles qu’il avait sous la main me fit légèrement grimacer. Ce qu’il considérait comme son armée n’était rien d’autre que des ados tremblants, des vieillards séniles et des veuves. Avions nous trop tardé avant d’intervenir ? Il y avait eu tellement de mort à l’entendre….
    Poussant un soupir, je lui expliquais ma présence sur Ghorman et l’aide que je pouvais lui apporter. Ce fut une claque dans le dos amicale qui scella notre ‘contrat’.

    Mackney voulut me conduire vers les fameux entrepôts où se cachaient les rebelles mais je ne pouvais pas partir en laissant derrière moi Havan. Je me tournais pour l’appeler mais je fus surprise de le trouver à quelques pas de moi, visiblement soucieux.
    Le vendeur de pièces détachées ? Non mais il est sérieux là ?


    - Non mais qu’est-ce que tu veux que ça me….

    Et là tilt ! Le vendeur de pièces détachées… Il m’avait salué quand Mackney était venu à ma rencontre juste devant son stand. Je n’avais pas vraiment fait attention à lui mais qu’il ait disparut si soudainement était très surprenant. Inquiétant même.
    Croisant le regard d’Havan, je vis qu’il pensait exactement à la même chose que moi – encore une chose inquiétante tiens !
    Ce pouvait-il que ce type au visage totalement banal et passe-partout ait pu être un espion à la solde de l’Empire ? Bon de toute façon il n’était nulle part, alors autant faire vite et ficher le camp de cette piste d’atterrissage un peu trop à découvert.


    - Dissimulez les armes dans vos entrepôts, je vous laisse la moitié des droïdes pour assurer votre protection, l’autre moitié vient avec moi, on ne sait jamais…
    - Et vous ? Vous n’allez pas repartir alors que vous venez de me dire que…
    - Non,coupais-je impatiente de bouger de là. Nous allons revenir, mais d’abord, nous devons mettre notre vaisseau à l’abri et vérifier que nous n’avons pas attiré un peu trop l’attention.

    Tournant les talons, je donnais les ordres à l’un des droïdes qui étaient restés près du vaisseau et pendant qu’il s’occupait à organiser deux groupes je retournais près d’Havan.

    - Il ne faut pas qu’on reste ici….Pensez-vous pouvoir trouver un endroit discret sur cette planète pour planquer cet engin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Dim 15 Avr 2012 - 13:25

Visiblement, Ariyà partageait mon inquiétude quand à la brusque disparition du rodien, alors que ses contacts rebelles semblaient eux se désintéresser complètement de ce qu’ils considéraient comme un non-évènement. Je ne pus m’empêcher de pousser un soupir d’exaspération en voyant que les membres de l’Alliance sur cette planète semblaient décidément peu au fait des méthodes à adopter en temps de guerre. Mackney et ses acolytes auraient du vérifier avec beaucoup plus d’attention les environs de la piste d’atterrissage avant que nous n’arrivions. Enfin, le vin était tiré, il fallait le boire et filer avant que les impériaux n’arrivent. Peut être le vendeur de pièces détachés avait-il juste quitté la zone pour se reposer ou régler d’autres affaires, mais je n’y croyais guère et mon instinct me dictait que le danger approchait à grands pas.

Aboyant quelques ordres secs, j’ordonnais à Mackney et à ses acolytes de filer au plus vite avec les airspeeders et la moitié des droïdes qu‘Ariyà leur laissait, en ne laissant avec nous que quelques rebelles qui devaient nous guider jusqu’à une base de la rébellion dans les montagnes qui d‘après eux leur servait de quartier général. Je ne pouvais que craindre que cette base secrète soit juste un village isolé loin des patrouilles impériales, mais il faudrait faire avec ce que nous avions. Nous avions encore près de la moitié de la cargaison à bord, et malgré les protestations de Mackney je refusais obstinément de les décharger, leur conseillant de filer avec ce qu’ils avaient déjà et de nous retrouver dans les montagnes pour récupérer le reste.

Maugréant, les rebelles obéirent tandis qu’Ariyà me jetait un regard où se mêlait surprise et interrogation, sans doute étonnée de me voir prendre en main la situation, mais assez sage pour comprendre que je n’agissais pas ainsi sans motif. Et de fait, un motif ne manquait pas, car le danger que je sentais instinctivement s’approchait à grands pas. Maitre Yoda et les autres membres du conseil auraient surement affirmé que la Force me révélait pour partie l’avenir, mais je croyais surtout que mes années à combattre la CSI puis ma vie au service des seigneurs du crime me permettaient de sentir venir les ennuis à l’avance. Dans l’espace hutt, si vous ne disposez pas d’un instinct de survie de tout premier ordre, vous finissez rapidement à l’état de cadavre.

Alors que les derniers airspeeders disparaissaient dans le lointain, je me tournais vers mes compagnons. Ariyà semblait plus inquiète que les rebelles, qui eux paraissaient surtout agacés. Ma « patronne » du moment devinait-elle aussi qu’il nous fallait fuir ? En tout cas, présenter un front uni nous permettait de faire suffisamment forte impression sur les rebelles pour qu’ils nous obéissent. Peu entrainés et mal commandés, il ne rechignaient pas à suivre des consignes même étonnantes dès lors qu’on agissait envers eux avec l’autorité nécessaire.


Allons-y, nous sommes trop à découvert et…

Je fus interrompu par le bruit d’une porte de sas qui s’ouvrait. Me retournant, je réprimais un juron en voyant les soldats en armure blanche qui couraient vers nous. Imbéciles de Mackney ! Trop confiant en lui-même, il n’avait pas pris les précautions nécessaires. Mais plus que les troupes de chocs impériales qui, blaster au poing, nous mettaient en joue, ce fut la silhouette vêtue d’une grande cape sombre à capuchon et brandissant un sabre laser à la lame rouge grenat qui me causa un choc. Un sith ? Un jedi noir ? Dans l’immédiat, la différence importait peu.

On ne bouge plus ! Au nom de l’impératrice, rendez-vous !

Dégainant mon blaster, je tirais sur un stormtrooper qui s’effondra raide mort et hurlais :

Tout le monde à bord ! Vite !

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Lun 16 Avr 2012 - 11:27

    Si les nouvelles recrues continuaient d’obéir avec autant de lenteur, il n’y aurait bientôt plus aucun rebelle sur cette planète. Ce fut le ton autoritaire d’Havan qui finit par décider les derniers récalcitrants. Je coulais vers lui un regard surpris mais légèrement amusé, s’il n’avait été à la base que le pilote du vaisseau, il semblait prendre plus part à la mission qu’il ne l’aurait imaginé lui-même. Loin de m’offenser de son comportement je l’approuvais d’un hochement de tête et regardais les derniers airspeeders quitter la piste d’atterrissage. Bon, plus que les droïdes et quatre hommes laissés par MacKney pour nous indiquer la planque dans les montagnes. Bon, un seul aurait suffit mais je comprenais le chef rebelle qui ne voulait pas voir s’envoler la moitié de la cargaison d’armes qu’on lui apportait. Les droïdes montèrent les premiers, bien disciplinés comme toujours, je passais la sangle de mon sac sur mon épaule et me tournais vers les hommes pour leur faire signe de monter. J’étais loin de me sentir à l’aise, quelque chose me gênait mais je n’aurais pas su dire quoi, comme un poids sur l’estomac, un nœud en travers de la gorge…
    Tout s’éclaira lorsque les portes du hangar s’ouvrirent et qu’une troupe de stormstrooper se déploya sur la piste qui devint presque aussitôt extrêmement petite. Une seconde après j’avais mon blaster dans la main gauche visant le soldat le plus proche.

    Trahi à peine arrivée… c’était une chose très surprenante mais on m’avait annoncé la couleur avant que j’accepte cette mission. Je savais que la planète était sous le contrôle de l’empire et qu’il s’agissait d’un voyage extrêmement dangereux… Avait-on informé Havan des risques qu’il prenait en m’accompagnant ? J’espère de tout cœur que oui, sinon il m’en tiendrait une nouvelle fois rigueur…
    Ce poids que je ressentais dans la poitrine était toujours pressent et il se fit plus fort lorsque je vis s’avancer un homme vêtu d’une longue cape noire, la capuche rabattue sur sa tête. Il tenait à la main un sabre laser et presque aussitôt je me crispais. Ainsi donc les rumeurs étaient vraies… Les Sith étaient à la solde de l’Empire… A moins que les Sith soient l’Empire…. Et là tout devenait bien plus effrayant. Instinctivement je serais un peu plus mon sac en toile contre moi. Je savais que le sabre laser de mon père était à l’intérieur, mais qu’aurais-je pu faire contre un Seigneur Sith alors que je n’étais même pas capable manier mon sabre ?

    Havan fut le premier à réagir et sans même une seule hésitation je me précipitais sur la passerelle, couvrant mes arrières et répondant à chaque tir qui fusait autour de moi.
    Une douleur fulgurante me traversa le bras mais je continuais de courir et une fois en haut, je me tournais pour protéger le retrait d’Havan. Dès que tout le monde fut à bord je me jetais littéralement sur le bouton permettant la fermeture de la passerelle et je me tournais pour chercher du regard mon pilote. Il n’était nulle part…
    L’avais-je oublié dehors ?
    J’étais sur le point d’ouvrir la passerelle quand j’entendis les moteurs se mettre en route. Ouf…il était à bord et il n’avait pas traîné une seconde pour mettre le plus de distance possible entre le Sith et nous.

    Choquée par cette apparition, autant que par ma blessure, je me laissais glissé contre la paroi métallique. Comment pouvais-je réussir ma mission alors qu’un Sith se promenait sur Ghorman….C’était perdu d’avance…
    J’étais bel et bien en train de sombrer dans le pessimisme et lorsque je me forçais enfin à regarder l’étendu des dégâts, je grimaçais davantage. Ma tunique était couverte de sang, mais c’était minime en comparaison de la brûlure noire et suintante de sang qui partait de la moitié de mon bras jusqu’à mon épaule.


    - Fait chier…. Sur cette planète depuis dix minutes et j’ai déjà…le bras en charpie…

    Impossible de bouger, je me contentais d’appeler un droïde à pleins poumons mais c’était à croire qu’ils étaient tous bouchés ou désactivés…à moins que le bruit du moteur ne couvre ma voix… Et merde j’allais quand même pas crever là non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Lun 16 Avr 2012 - 13:29

Alignant un deuxième soldat, je l’abattis froidement. Cela, combiné aux tirs de mes compagnons qui commençaient à siffler à travers le spatioport doucha immédiatement l’enthousiasme des impériaux. Sans doute au courant de la piètre qualité martiale des rebelles de la région, ils devaient s’attendre à les voir s’effondrer au premier choc et une résistance inattendue n’entrait pas dans leurs plans. Ghorman restait une planète d’une importance toute relative et je savais que nous n’avions pas face à nous l’élite des troupes de choc impériales mais plutôt à des soldats habitués à une vie tranquille de garnison. Heureusement d’ailleurs, sinon nous aurions été cuits.

Les soldats en armure blanche épaulèrent leurs armes et répliquèrent, abattant le rebelle qui se trouvait juste à côté de moi et qui s’effondra dans un cri. Tout en me ruant sur la rampe d’accès du cargo, j’ajustais le sith, mais mon tir fut dévié par la lame rouge et je n’eus pas le temps de retenter ma chance avant que la passerelle ne se referme. Obéissant à mes réflexes, je couru jusqu'au poste de pilotage et lançais les moteurs à fonds, bénissant l’idée que j’avais eu de ne pas couper le réacteur pendant le déchargement.

Activant les batteries quad-laser pour qu’elles obligent les impériaux à se mettre à couvert pendant la phase de décollage, je maniais ce gros veau de croiseur en maudissant sa lenteur comparé à mon cher cargo qui jamais ne m’avait plus manqué qu’en cet instant. Heureusement, les boucliers se trouvaient chargés à pleine puissance et les tirs des impériaux s’écrasaient dessus sans dommage pour nous, preuve de la qualité des ingénieurs de la Corporation Technique Corellienne qui les avait conçus. Appareil civil, notre vaisseau se voyait heureusement doté de moyens défensifs de classe quasi-militaire et à moins que les impériaux n’aient des chasseurs TIE sous la main, nous devrions pouvoir nous en sortir.

De par le fait, aucun chasseur ne nous poursuivit, mais je gardais toutefois une altitude volontairement basse afin de rester sous les faisceaux radars, ce qui m’obligea à jouer du rase-motte à pleine vitesse. Lorsque les rebelles se mirent à crier qu’Ariyà était blessé, je répondis sur le même ton :


Utilisez les pansements au bacta, nous en avons un stock dans la soute. Et que l’un de vous vienne me guider jusqu’à votre base.

J’étais désolé pour Ariyà, mais si je lâchais les commandes nous étions bons pour percuter. M’éloignant à pleine vitesse de la ville et des impériaux, j’ordonnais au rebelle qui m’avait rejoint de prendre la place du copilote et de m’indiquer la direction à suivre.

Tout en pilotant, je repensais à cette apparition sur le spatioport. Un sith… ou un jedi noir ? La différence était fondamentale, car un jedi noir pouvait n’être rien de plus qu’un sbire de Vador, un de ses exécuteurs. Mais si l’inconnu se trouvait être un vrai sith, cela impliquait des idées bien plus désagréables. N’ayant pas connaissance que le seigneur noir ait pris un apprenti, une nouvelle faction serait-elle entrée dans la danse aux côtés de l’empire ? Des questions auxquelles il faudrait bien un jour répondre.

Après plus d’une heure de vol à frôler dangereusement les parois rocheuses, nous arrivâmes en vue d’un plateau dominant de vastes plaines quasi-inhabitées. Quand je craignais que la base rebelle ne soit rien de plus que quelques huttes, je me moquais. Mais néanmoins, il ne s’agissait pas d’un grand ensemble bien organisé tel que je l’espérais. Une piste d’atterrissage, quelques bunkers et des postes de guets, rien d’autre. Il ne restait qu’à croiser les doigts pour que leur complexe souterrain soit plus conséquent.

Posant le Gozanti, je coupais les moteurs et allait rapidement rejoindre Ariyà dans la petite infirmerie du cargo. La jeune femme avait été installée sur l’unique lit et les rebelles avaient soignés comme ils l’avaient pu son épaule blessée. M’asseyant à son chevet, je soulevais délicatement les pansements et jetait un œil aux chairs noirâtres que l’action du bacta n’avaient pas encore régénérées. Les regards inquiets des rebelles me confirmèrent qu’ils n’avaient jamais vu de blessures causées par un blaster auparavant.


Ce n’est pas une belle blessure, mais elle n’est pas trop profonde. Si cette base est correctement outillée médicalement, vous devriez pouvoir vous servir à nouveau de votre bras dans quelques jours.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Lun 16 Avr 2012 - 21:21

    A force de beugler dans les couloirs, l’un des rebelles de Ghorman me répéra dans les couloirs. D’abord surpris de me voir affalée par terre, il finit par réagir et m’aida à me relever. Malgré l’agitation du vaisseau nous parvînmes jusqu’à l’espèce de placard qui tenait lieu d’infirmerie. Vu les secousses, Havan devait s’amuser à slalomer entre arbres et bâtiments et ne rien voir m’angoissait plus que je n’aurais osé le reconnaître. Heureusement qu’il s’agissait d’un excellent pilote – d’après l’Alliance. Un second rebelle déboula dans la petite pièce déjà bien remplie et appliqua sur mon épaule un pansement au bacta. La sensation de froid me fit légèrement grimacer mais en peu de temps je ne sentis presque plus rien. Mon épaule devint presque aussitôt insensible et je me mis à sourire en sentant cette désagréable sensation de fourmillement gagner le bout de mes doigts. Une légère secousse m’informa de notre atterrissage. Le voyage avait été trop long à mon goût surtout dans cette boîte de sardine mais le rebelle n’avait pas voulu en démordre : je devais rester assise un point c’est tout.

    Maintenant que je ne sentais plus rien, je commençais à me dire qu’il ne s’agissait que d’une égratignure, qu’elle ne m’empêcherait pas d’accomplir ma mission sur cette fichue planète. Poussant un soupir j’attendis donc qu’on daigne me libérer pour prendre en charge la suite du déchargement. Ma surprise ne fut pas feinte lorsque je vis entrer Havan. S’il y en avait bien un que je ne pensais pas voir dans cette pièce s’était bien lui. Cependant il vint s’installer près de moi et jeta même un coup d’œil à ma blessure. Je lui adressais un fin sourire reconnaissant, et tournais légèrement la tête vers les deux rebelles.


    - Y’a une soute à décharger, au boulot.

    Surpris, ils finirent par obtempérer et nous saluèrent d’un signe de tête avant de s’éclipser. La pièce me parut alors un peu plus grande, du moins, l’air se fit plus respirable. J’avais encore cette désagréable sensation au niveau de la poitrine et c’était bien de cela que je voulais parler avec Havan… Pas de ma poitrine bande de vicieux, mais de la cause de cette gêne. Le silence était en train de s’installer et je ne voulais absolument pas laisser passer cette chance de lui parler alors, après une grande inspiration, je lâchais ce que j'avais sur le coeur.

    - Vous l'avez vu vous aussi n'est-ce pas ? Je n'ai pas rêvé...c'était un Seigneur Sith hein ? Vous avez senti....cette force...c'était presque étouffant.

    Et même si s'en était pas réellement un, il s'agissait tout de même d'un Chevalier Jedi usant du côté obscur de la force pour arriver à ses fins et c'était au final, tout aussi dangereux. Havan n'avait pas l'air de vouloir me répondre, du moins aucun son ne sortit de sa bouche la minute suivant ma question. Je sentis l'exaspération me gagner mais je me forçais au calme malgré l'urgence de la situation. Si un Sith était réellement à nos trousses alors on avait peu de chance de s'en sortir si nous n'étions pas capable de nous faire mutuellement confiance. Glissant mon regard jusqu'à son visage, je restais un moment à le détailler. J'aurais pu être gêné de le fixer ainsi, mais au contraire j'étais fascinée par cet homme. Il avait réussit à se cacher tant d'année de l'Empire et à cause de moi il risquait de tomber entre les mains d'un Sith...

    - Ça ne sert à rien de renier votre passé, surtout maintenant.... Si cet homme est bien ce que je pense alors vous êtes vraiment en danger sur cette planète...Je suis navrée de vous avoir mêlé à tout ça.

    Je songeais aussitôt à prévenir l'Alliance, mais comment envoyer un message sans qu'il soit intercepter par l'Empire ? Nous étions en plein territoire ennemi et je ne pensais pas la base rebelle suffisamment équipée pour posséder des brouilleurs assez puissants. Baissant la tête je fixais mon sac de toile que je n'avais pas lâché une seule seconde. J'étais gênée pour cet homme que j'avais dérangé quelques semaines plus tôt au milieu d'une transaction probablement juteuse pour lui. Je l'avais obligé à quitter le secteur Hutt et voilà qu'il me retombait dessus et que je l'entraînais dans une mission périlleuse, pour défendre une idéologie qu'il ne partageait, sur une planète infestée de stormstrooper et sous le contrôle d'un Sith....Vraiment, il avait largement de quoi me détester !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Mar 17 Avr 2012 - 8:28

Ariyà ordonna aux deux rebelles d’aller s’occuper du déchargement de la cargaison et de nous laisser un peu tranquille. Il fallait admettre que l’infirmerie du croiseur ne permettait pas d’y tenir une conférence plénière et que nous commencions à nous marcher un peu sur les pieds. D’ailleurs, si nous devions parler d’un sujet que j’aurais amplement préféré taire, autant éviter la présence de témoins qui n’y comprendraient rien ou qui ne feraient que rapporter ensuite des ragots plus ou moins erronés à leurs camarades.

Je ne fus guère étonné lorsque la jeune femme me révéla avoir senti la présence du sith lors de l’attaque du spatioport. Moi aussi bien sur, mais j’avais déjà ressenti ce gout amer autrefois, et les souvenirs remontaient à la surface. Le fait qu’elle ait senti le sith, si tant est-ce que sentir soit le terme approprié confirmait mes doutes quand à sa relation avec la Force. Le côté obscur procurant souvent cette sensation d’étouffement, et depuis Nar Shaada je soupçonnais Ariyà d’être plus que ce qu’elle soupçonnait elle-même.


Nous sommes en danger, que ce soit un sith ou pas. L’empire connait notre présence sur Ghorman et la présence d’un sith prouve qu’ils prennent la situation au sérieux.

Pour autant, je me refusais encore à accepter un retour de mon passé. Non, je n’étais plus un chevalier jedi, juste un contrebandier qui connaissait quelques « trucs ». Mais Ariyà parlait vrai en disant que nous étions en danger, et je craignais que les rebelles n’en soient pas tous conscients. La présence des impériaux sur le spatioport ne pouvait seulement s’expliquer par l’absence du marchand rodien. Qu’il se soit agit d’un espion, je le croyais volontiers, mais la coïncidence de sa présence et la vitesse d’intervention des stormtroopers ne pouvait être le fruit du hasard.

Ariyà, l’empire savait que nous arrivions. Un sith et une escouade ne se déplacent pas comme cela, ils nous attendaient. Quelqu’un les avait renseignés à l’avance.

A cet instant j’aurais du filer, redémarrer les moteurs du croiseur sitôt le déchargement terminé et disparaitre. Qu’est-ce que l’empire aurait à faire d’un simple contrebandier ? Je pourrai trouver du travail auprès d’autres organisations telles que le soleil noir et laisser ces encombrants alliés se débrouiller avec l’empire. J’aurais du le faire… et pourtant, je n’arrivais pas à me détourner d’eux. Mon égoïsme qui depuis tant d’années dictait ma conduite faiblissait. Était-ce du à Ariyà ? Son courage, sa détermination restait intactes et je ne pouvais m’empêcher d’admirer sa foi en une république meilleure.

Vous êtes la représentante de l’Alliance sur Ghorman, et à ce titre c’est à vous de décider que faire désormais. Il faut évacuer cette base d’urgence, celui qui nous a vendu là-bas risque d’en révéler la position si ce n’est déjà fait, et après leur échec au spatioport l’empire viendra nous déloger ici-même. Les rebelles sont encore trop faibles pour se permettre d’installer de telles bases qu’une escouade de choc et quelques TR-TT pourraient détruire en quelques heures. Il leur faut adopter la tactique des hommes des sables sur Tatooine : de petits groupes mobiles qui frapperont là où l’empire ne les attend pas, et une structure de commandement réduite au minimum.

Non, je n’étais pas un jedi, mais je pouvais leur faire bénéficier de mon expérience de soldat. La CSI maniait en maître l’art de la guérilla, et en un sens les rebelles devenaient leurs successeurs sur ce plan, clin d’œil amusant du destin. J’aurais juré que les impériaux connaissaient déjà l’emplacement de la soi-disant base secrète des rebelles et qu’ils n’attendaient plus que l’arrivée des armes pour étouffer dans l’œuf la contestation sur Ghorman. Tant que l’Alliance n’intervenait pas, la présence de quelques groupes de mécontents mal armés ne devait guère inquiéter le moff en charge du secteur mais désormais il lui fallait agir.

Plus je réfléchissais et plus je réalisais que nous étions tombés dans un piège tendu de main de maître. La présence d’un sith, la vitesse d’intervention des stormtroopers, la centralisation des instances de commandement rebelles… tout prouvait que l’empire avait dans un premier temps laissé la rébellion croitre dans le sens qui les arrangeait afin que l’Alliance envoie un émissaire et de l’équipement. A ce moment, ayant toutes les cartes en main, il ne leur resterait plus qu’à refermer le filet. Et manque de chance, j’étais moi aussi dans ce filet !


_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Mer 18 Avr 2012 - 16:22

    Les paroles d’Havan résonnèrent à mes oreilles, me faisant l’effet d’un brouhaha assourdissant. J’eus juste le temps de me retenir à la couchette pour éviter de perdre la face en m’étalant ridiculement par terre. L’idée même que nous ayons été trahi avant notre arrivée sur Ghorman m’était insupportable. Pourtant je savais qu’Havan avait raison sur ce point. Comment diable l’empire aurait-il pu tenir prête une armée entière et un sith si ça n’avait pas été le cas ? Mais d’où venait la fuite ? Il fallait remonter jusqu’au traître sans quoi je voyais mal comment nous pouvions continuer cette mission. Un rebelle de Ghorman ? C’était plus que probable, mais il fallait qu’il soit suffisamment proche de MacKney pour avoir été au courant de notre arrivée. Malgré cela je gardais dans un coin de ma tête l’idée que cette fuite vienne de l’Alliance même. Après tout nous avions nos propres mouchards au sein de l’Empire, il aurait fallut être idiot pour penser que l’inverse n’était pas possible.
    Poussant un long soupir, je m’accordais dix secondes d’accablement puis je respirais un grand coup et me tint droite et déterminée. Ce n’était pas ça qui allait me faire peur tout de même ! J’avais passé l’âge de me cacher sous les draps à la moindre angoisse. J’avais une mission et je l’accomplirai jusqu’au bout, même si pour cela je devais risquer ma vie. Mais je ne pouvais pas imposer ce choix à Havan.


    - Vous avez raison. Nous savons maintenant que l’Empire est au courant de notre présence ici et je suis quasiment sure qu’on ne nous laissera pas filer tranquillement…Donc…

    Je m’autorisais une minute de réflexion. Il nous fallait de l’ordre et de la discipline au sein de cette jeune rébellion, sans quoi elle allait au massacre. L’idée proposée par Havan était loin d’être mauvaise et au milieu des montagnes de la planète il serait plus facile de se cacher en petit groupe. Par contre il faudrait du matériel sophistiqué pour assurer une communication fiable et sécurisé. Mais cela ne faisait partie que des détails. D’abord on devait faire évacuer la base et s’occuper de retrouver le traître, en commençant par le vendeur de pièces détachées.

    - Je vais m’occuper d’expliquer la situation à MacKney. Et je m’assurerai que la base soit évacuée dans l’heure. J’aurais besoin d’aide pour former des groupes autonomes et leur expliquer les principes de base du maniement des armes et du camouflage. A deux nous irons plus vite.

    Les yeux toujours rivés dans ceux du contrebandier, je me sentais beaucoup moins seule. S’il accepter de me donner un coup de main, je pouvais espérer que tous les hommes et femmes cachés dans la base rebelle vivraient encore un petit peu. Nous avions peu de temps, il fallait faire vite mais bien et pour cela ne je ne pouvais pas faire confiance à tout le monde. Les droïdes ne servaient à rien et je ne pouvais pas donner un tel pouvoir de décision aux rebelles eux-mêmes. Seul Havan pouvait m’épauler.

    - Une fois que la base sera évacuée….vous pourrez quitter Ghorman à bord du vaisseau. Il est inutile que vous risquiez votre vie pour l’Alliance. Votre mission était de me conduire ici, c’est chose faite.

    Je quittais la couchette d’un petit bond et testais mon épaule en faisant quelques moulinets de bras. C’était encore douloureux mais supportable. Après un dernier regard vers Havan, j’appuyais sur le bouton lumineux permettant d’ouvrir la porte de la cabine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Jeu 19 Avr 2012 - 18:55

Alors mettons nous au boulot, nous n’avons pas de temps à perdre. Si les impériaux suivent la procédure classique, il leur faudra quelques jours pour assembler une force de frappe apte à venir nous dénicher.

Puisque nous étions dedans jusqu’au cou, autant jouer la partie avec les cartes que nous donnait le destin. Pour avoir autrefois dirigé des troupes clones dont les successeurs étaient devenues les troupes impériales, je connaissais les échelons de commandement et les processus de décision auxquels devraient se livrer le sith et l’officier commandant le secteur. Après l’échec du spatioport, ils leur faudrait tout d’abord en référer au moff qui les autoriserait à nous traquer, puis rameuter une troupe suffisante pour prendre une base même mal défendue d’assaut… au final nous devions avoir un peu de temps devant nous.

Les jours qui suivirent furent des plus éprouvants et nous ne nous vîmes pas beaucoup, Ariyà et moi. La jeune femme, auréolée de sa blessure de guerre et de son rôle de porte parole de l’Alliance sur Ghorman, prenait le statut d’une héroïne aux yeux des rebelles qui obéissaient à ses ordres sans discuter. Du moins sans trop discuter, l’idée d’abandonner cette base et d’éclater leur organisation, déplaisant à certains des chefs rebelles les plus conformistes. Heureusement, je pus m’appuyer sur un jeune rebelle nommé Keshif, l’un des seconds de Mackney, qui se morfondait de voir les rebelles rester cachés dans les montagnes et qui accueillit avec enthousiasme notre proposition de monter de petits groupes mobiles pour traquer les impériaux sur leur propre terrain.

J’admis durant ces quelques jours que l’enthousiasme et la foi en une vie meilleure de ces jeunes gens qui quittaient tout pour lutter contre l’oppresseur faisait plaisir à voir. Du matin au soir, Ariyà et moi formions les petits groupes de rebelles qui allaient se disséminer un peu partout. Ariyà leur expliquait les moyens de rester en contact, les codes à utiliser pour passer des messages, les informations à révéler ou à garder, la meilleure façon de s’organiser pour assurer leur ravitaillement ou les messages politiques de l’Alliance à faire passer dans la population. Les rebelles de Ghorman devaient venir s’intégrer dans la structure de l’Alliance et il leur fallait pour cela commencer à penser comme une entité ordonnée et consciente que sa lutte s’étendait au-delà de leur planète.

De mon côté, je repris ma casquette oubliée depuis tant d’années et je formais aussi vite que possible les rebelles au maniement des armes et à la dureté de la guérilla. Je repérais ceux qui me paraissaient le mieux à même de pouvoir ensuite former de nouveaux soldats et je leur fis subir un calvaire pendant le peu de temps que je passais avec eux. Habitués au petit confort de leur base, ils eurent la joie des entrainements qui commençaient à l’aube et se finissaient à la lueur des projecteurs. Corps-à-corps, armes de poings, maniement des explosifs, je tentais au mieux de leur donner les bases de la lutte qu’ils allaient devoir mener contre des troupes entrainés.

Les malheureux devaient me haïr, mais je n’avais guère le temps de prendre des gants. Ils allaient devoir prendre la tête de petites sections opérationnels sous le commandement des hommes qu’Ariyà sélectionnait, et ce seraient eux qui mèneraient les rebelles en infiltration et au combat contre l’empire. Souvent enthousiastes mais sans aucune expérience, ils durent subir mes récriminations lors des entrainements au tir, mes engueulades à chaque erreur de maniement des explosifs, et mordre la poussière à chaque fois que nous allions dans une petite arène de combat aménagée en urgence.

Oui, ils devaient me haïr, mais ils comprendraient plus tard. Pour avoir participé au programme de formation des troupes clones durant la guerre puis pour avoir travaillé en compagnie des petites armées des seigneurs du crime, je savais à quel point il fallait briser leurs illusions si on voulaient qu’ils aient ensuite le temps de se perfectionner. Trop confiants en eux-mêmes, ils se seraient jetés dans le premier traquenard venu. Jour après jour, je les soumis donc à un entrainement intensif et je commençais à pouvoir leur faire quelques compliments sur leurs progrès lorsque les évènements s’accélérèrent.

Une semaine après notre arrivée, je me levais à l’aube et comme chaque matin j’allais faire le tour du plateau en réfléchissant à ce que j’allais faire subir à mes bleusailles. Pour un peu, j’en aurais oublié mon rôle de contrebandier, mais jamais depuis tant d’années je ne m’étais senti aussi vivant que lors de ces entrainements et avec la menace impériale qui plainait au-dessus de nous. Méditant là-dessus, je tentais de percer les brumes matinales qui s’étendaient sur les plaines lorsqu’un mouvement au loin attira mon attention. Prenant mes jumelles, je restais un long moment à fixer l’horizon, alternant un mode de vision normale et un mode infrarouge qui me permettait de transpercer la brume, avant de lâcher un juron et de repartir en courant vers les quartiers d’habitations.

Arrivé devant la chambre d’Ariyà, je tambourinais violemment à la porte.


Ariyà, nous avons de la visite. Une colonne impériale en vue à moins de trois heures de marche au nord-est.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Ven 20 Avr 2012 - 11:39

    Après notre brève mise au point dans la cabine de soin du vaisseau, les choses s’enchaînèrent à une vitesse ahurissante. Il y avait énormément de travail et je n’avais guère le temps de souffler. Certes MacKney faisait tout son possible pour m’épauler, mais je devais reconnaître que mon plus gros soutien venait d’Havan. Lorsque je lui avais proposé de prendre la tangente, j’avais pensé qu’il ne perdrait pas une minute et qu’il aurait formé les groupes en trois minutes. Au lieu de ça, il s’appliquait soigneusement à choisir chaque candidat de chaque groupe, il passait du temps à les former à l’utilisation des armes et même à les conseiller individuellement…on aurait dit un vrai maître d’armes. De mon côté j’organisais l’évacuation de la base rebelle et je formais les leaders de chaque groupe à utiliser le matériel de communication sans se faire repérer par l’Empire. La tâche n’était pas simple et j’étais persuadée qu’en moins d’une semaine l’un d’entre eux ferait une boulette. Pessimiste ? Non, réaliste je dirais. Il me suffisait de voir leur tête quand je leur expliquais que la planète était occupée par l’Empire et que, de fait, les réseaux de communication étaient tous écoutés et enregistrés. Ils avaient tous l’air de poisson que l’on sort de l’eau trop longtemps…

    Heureusement que mes conversations avec MacKney étaient plus passionnantes, sans quoi j’aurais déjà fichu le camp de cette planète.
    Au bout d’une semaine nous avions presque terminé de vider et de nettoyer la base, seuls les quartiers d’habitations encore occupés étaient restés en l’état. Toutes les données informatiques avaient été transférées sur deux data-bloc, l’un se trouvait entre les mains du chef rebelle, l’autre dans les miennes.
    Au fil des jours, j’avais vu se métamorphoser chaque rebelle. Visiblement les cours intensifs prodigués par Havan, faisaient leurs effets et à la place de poissons bouches bées, j’avais une véritable petite guérilla devant moi.

    J’avais rarement l’occasion de dormir, mais il fallait avouer que le septième jour m’avait vu m’écrouler sur ma couchette, complètement épuisée par cette très très longue semaine. Sauf que voilà, j’avais l’impression d’avoir fermé l’œil depuis une minute à peine qu’on tambourinait déjà à ma porte. Quittant mon lit, j’enfilais rapidement ma tunique sans prendre soin de l’attacher. Je constatais d’un coup d’œil par la fenêtre que le soleil n’était même pas levé ce qui me fit pester d’autant plus contre mon visiteur nocturne. J’appuyais sur le bouton lumineux et la porte coulissa pour disparaître dans le mur. Debout, devant moi, visiblement bien éméché se tenait tout souriant MacKney. Ce qu’il avait fichu de sa soirée pour se mettre dans cet état là je n’en savais strictement rien, par contre il avait visiblement une excellente idée pour la suite. D’un mouvement rapide je voulus appuyer à nouveau sur le bouton mais il était déjà entré dans la chambre.

    Ce qui suivit est encore relativement flou dans mon esprit, mais à force de me débattre, de donner des coups et d’en recevoir aussi quelques uns, j’arrivais enfin à mettre la main sur mon blaster. Lorsqu’il sentit le canon pressé contre sa tempe, MacKney cessa aussitôt tout mouvement et se recula lentement. Je me relevais en grimaçant légèrement car certains coups m’avaient fait mal mine de rien et je le reconduisis gentiment jusqu’à la porte mon arme toujours braquée sur lui. Une fois sur le pallier je lui envoyais un méchant crochet du gauche dans le visage et refermait aussitôt la porte de ma cabine.
    J’avais tapé si fort que j’avais entendu mes doigts craqués mais ce n’était pas pour cette raison que je tremblais comme une feuille. Il me fallut une heure entière pour me remettre à force de larmes et de tremblements. Un coup d’œil dans le miroir accroché au mur m’apprit que j’avais la lèvre fendue et un joli hématome sur le visage, quelques marques sur le cou et tout un tas d’autres jolis bleus sur le corps, mais rien de bien méchant.

    J’avais terriblement envie de mettre les voiles, de laisser ce salaud se débrouiller tout seul avec ses rebelles à la noix.

    Assise sur ma couchette je vis le jour se lever lentement à travers ma fenêtre et lorsqu’on frappa à nouveau à ma porte je me surpris à sursauter. D’abord incapable de faire un mouvement, je me détendis lorsque j’entendis la voix d’Havan. Certes ces paroles me refroidirent l’instant d’après mais je savais que je n’avais rien à craindre de lui. Nouant ma tunique du mieux que je pus malgré mes mains tremblantes, j’attrapais mon sac en toile et quittais ma chambre en évitant de croiser le regard du contrebandier.


    - Faut réveiller la base et quitter cet endroit rapidement. Dès que tous les groupes seront partis, nous mettrons les voiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Ven 20 Avr 2012 - 19:11

Lorsque je vis Ariyà, j’oubliais instantanément l’empire, l’évacuation des rebelles et mes problèmes sur mon statut de jedi ou de contrebandier. La jeune femme s’était battue, témoin la lèvres fendue et un gros hématome. Je pensais l’espace d’un instant qu’il s’agissait de blessures comme celles que je faisais parfois subir à mes recrues dans le cercle d’entrainement, mais Ariyà n’était pas censée avoir participé à de telles séances. Non, il s’était passé autre chose et le tremblement de ses mains qu’elle réussissait difficilement à contrôler confirmait mes craintes.

Que s’est-il …?

Ariyà ne me laissa pas le temps d’aller plus loin et fila d’un pas pressé dans le couloir afin de prendre en main l’évacuation de la base. Peut être s’agissait-il aussi d’un moyen pour elle d’éviter de me répondre, mais je me jurais que ce serait reculer pour mieux sauter et que quelqu’un allait avoir des comptes à rendre. Je savais qu’il y avait très peu de femmes sur la base et ce genre de risque existait, car je me doutais déjà vaguement de ce qui avait pu se produire, et pourtant je n’arrivais pas à croire que l’un des rebelles ait osé porté la main sur la représentante de l’Alliance, aussi séduisante soit-elle.

Toutefois, l’arrivée imminente des impériaux nous obligeait à repousser les explications à plus tard. Passant en courant par ma chambre ou je récupérais mes affaires, je rejoignis Ariyà qui se trouvait dans la salle de briefing avec les principaux chefs rebelles.

Depuis plusieurs jours le plan se trouvait près : des navettes de survie attendaient dans le hangar que les différents groupes embarquent. Nous avions estimé qu’il serait quasiment impossible de faire décoller plus d’un groupe par demi-heure du fait de l’encombrement que la petite taille des installations nous imposait. Seuls les armes les plus lourdes et l’équipement le plus encombrant se trouvait déjà à bord, le matériel léger étant utilisé au quotidien. Hors nous avions huit navettes à faire décoller, sans compter le Gozanti… les trois heures que j’estimais disponible avant que les stormtroopers ne fasse sauter les portes blindées des bunker ne suffiraient pas.


Le premier groupe décolle immédiatement. Keshif, prends ta section et arme les canons de défense de la base. Avancer sous un feu nourri devrait ralentir suffisamment les impériaux pour que nous ayons le temps de filer.

Le jeune homme me plaisait, sa capacité à garder la tête froide et son intelligence le démarquant des autres rebelles, raisons pour lesquelles j’avais décidé qu‘il ferait partie du dernier groupe qi évacuerait sur le croiseur Gozanti même. Pour un peu, je regrettais qu’il ne soit pas le chef de la rébellion sur Ghorman. Mackney n’était pas un mauvais chef mais il maitrisait moins bien ses nerfs et manquait d’initiative aux moments clés. Mackney justement… qu’avait-il à rester presque caché par ses subordonnées ? Et pourquoi gardait-il sa main sur le menton depuis son entrée dans la pièce ?

Un gros doute naquit dans mon esprit, mais je le repoussais momentanément de côté afin de régler les derniers détails de l’évacuation, tout en me promettant que si Mackney évacuait également par le Gozanti, il aurait des explications à fournir.

L’absence de soutien aérien chez les impériaux m’étonnait légèrement, mais au milieu des canyons, même un chasseur TIE aurait du manœuvrer très lentement et serait devenu une cible aisée pour la première batterie anti-aérienne rebelle. Restait à espérer que les impériaux aient une telle confiance dans leurs troupes au sol pour que cela demeure ainsi. Nous allions lever la réunion lorsqu’un guetteur affolé nous interrompit.


Les impériaux ont un TB-TT avec eux !

Le visage de tout le monde pâlit, car nous savions à quel point ces engins pouvaient à eux seuls renverser la décision sur un champ de bataille. Le simple fait que l’empire en ait amené un face à nous indiquait leur intention de réduire la base rebelle avant que nous n’ayons pu fuir. Nous ne disposions pas d’équipement assez lourd pour le contrer, ce qui impliquait que mon idée d’utiliser des tirs de couverture pour ralentir les impériaux devenait caduque. A moins que…

Pris d’une impulsion subite, je déclarais :


Les défenses de la base n’ont aucune chance contre un TB-TT, il faut le bloquer avant qu’il ne soit à portée de tir, et je crois savoir comment. J’ai besoin d’un des PLX que nous vous avons amené et de deux personnes pour surveiller mes arrières.

Je savais qu’ils risquaient de me croire fou, car même un lance-missile PLX ne réussirait à percer le lourd blindage d’un TB-TT. Mais j’avais un plan, qui s‘il fonctionnait nous permettrait soit de détruire le TB-TT soit à minima de bloquer sa progression. Peu adapté aux terrains en pente, l’engin allait devoir passer par un canyon peu large ou je comptais l’attendre et lui régler son affaire à ma façon. Enfin du moins dans la théorie, la pratique risquait d’être plus compliquée.

Je devais être complètement fou pour ainsi me proposer à une mission qui s‘apparentait quasiment à du suicide, mais j‘avais trop souvent vu ces engins de malheur raser villes ou cités qui avaient déplu à l‘empire, et ce qu‘il restait de jedi en moi hurlait sa rage de pouvoir rendre la monnaie de sa pièce à l’un d’eux. Le voir massacrer ces jeunes gens que j’avais appris à apprécier depuis mon arrivée me révoltait. Non, cette fois ci, cela n’arriverait pas !

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Lun 23 Avr 2012 - 19:09

    Quittant ma cabine sans un regard derrière moi je fus reconnaissante à Havan de ne pas chercher à creuser davantage la question qui lui brûlait les lèvres. Pour l’heure j’étais bien incapable de dire quoi que ce soit au sujet de cette nuit sans sentir aussitôt les larmes me monter aux yeux. Non pas que j’étais du genre à pleurnicher sur mon sort des jours durant, mais je devais avouer que ce qui s’était passé quelques heures plus tôt m’avait totalement bouleversée. Je n’aurais jamais imaginé vivre cela un jour et j’étais d’autant plus choquée qu’il s’agissait d’un homme à qui j’avais accordé ma confiance. L’arrivée des troupes ennemies était au moins un moyen de me distraire pour l’instant.
    La base ne fut pas longue à s’éveiller. Grâce aux entraînements intensifs de la semaine passée, les rebelles étaient disciplinés et en alerte. Chacun était habillé, tenait son arme contre lui et levait la tête fièrement en attendant les ordres. J’étais allée tellement vite que je n’avais pas vu qu’Havan ne me suivait plus et lorsque j’entrais dans la salle de briefing, je me sentis toute petite surtout quand je me sentis dévisagée par tout le monde.
    Pour éviter les questions comme je l’avais fais avec Havan plus tôt, je donnais les premiers ordres. Je fus vite rejoint par le contrebandier qui prit la relève le plus naturellement possible. D’ailleurs j’aurais bien été incapable de continuer… mon sang s’était glacé dès que j’avais vu entrer la mine renfrogner le chef de la rébellion de Ghorman. Avant qu’il ne glisse son regard vers moi, je détournais les yeux et fixais un point dans le mur. Je ne devais pas laisser voir que cet homme me faisait peur, car c’était bien cela que j’éprouvais…j’étais complètement terrorisée par sa présence. Je ne savais pas exactement ce qu’avait dit Havan mais en moins de deux, tous les rebelles présents s’éclipsèrent pour rejoindre le hangar. Tous….sauf un qui me barra la route. Il se tenait le menton l’air minable et à son regard de chien battu je faillis éclater de rire tant sa présence me rendait nerveuse.


    - Ariyà…je suis désolé. Je ne sais pas ce qui m’a pris, je ne voulais pas te faire de mal tu sais…

    Tout en parlant il avait fait un pas vers moi et m’avait attrapé le bras. Malgré ses paroles il me tenait fermement et il devait me sentir trembler, d’ailleurs il eut l’air tout d’un coup beaucoup plus à l’aise. Se fut le son de mon blaster que je mettais en charge qui le fit reculer, un sourire amusé sur les lèvres. Visiblement il n’était pas près de me lâcher… Et ça me donnait d’autant plus envie de quitter cette fichue planète.

    - Ne m’approche plus ou tu finiras une décharge de blaster entre les deux yeux…

    C'était tout ce dont j'étais capable mais mon arme braquait sur lui sembla suffire, je le regardais reculer et me précipitais dans le couloir enfin dégagé. Je parvins légèrement essoufflée dans le hangar où tout le monde s’activait pour assurer au mieux l’évacuation. Mon premier reflexe fut de chercher du regard Havan, le seul, étonnamment, en qui j’avais confiance sur cette planète. Il était à côté d’un groupe d’hommes à la mine sévère. Je fus suffisamment près pour l’entendre exposer son plan. Un TB-TT ? Où ça ? Bon sang, si les impériaux se ramenaient avec l’une de ses machines de guerre nous n’avions pratiquement plus aucune chance… Et lui qui voulait se jeter dans la gueule du loup avec pour seule arme un lance-missile, il courrait droit au suicide. Mais à voir son air déterminé je me surpris à le croire capable d’un miracle…

    - Je viens.

    Les hommes qui ne m’avaient pas encore vu furent visiblement surpris par les marques sur mon visage mais aucun ne fit de commentaire. D’ailleurs personne ne semblait vouloir me contrarier, sûrement parce que je devais afficher le même air buté que Havan.
    Tout semblait décidé lorsque j’entendis la voix de MacKney derrière moi. Lui aussi voulait se joindre au petit groupe et à voir les mines réjouies de ses hommes, il aurait été difficile de refuser…
    Un rebelle revint avec le fameux PLX et le tendit à Havan. Après un rapide signe de tête je pris la tête du groupe, non pas pour assumer mon rôle de chef, mais plutôt pour mettre le plus de distance entre moi et MacKney. Une fois sortie de la base, la forêt s’étendait devant nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Mar 24 Avr 2012 - 8:00

Qu’Ariyà décide de venir avec moi ne m’étonna guère, je commençais à la connaître et je savais qu’elle détestait subir les événements de loin. Par contre la venue de MacKney me surpris un peu plus, le leader rebelle n’ayant jusque là pas spécialement brillé par son courage et son goût du risque. Ajoutez à cela le froid glacial qui existait entre mes deux compagnons et je commençais presque à regretter de ne pas y être allé seul malgré les risques que cela aurait entrainés.

Enfin, l’heure n’était plus à la réflexion mais à l’action. J’hésitais un instant à laisser le reste de mes affaires au camp, mais elles n’étaient guère encombrantes et je préférais éviter de les laisser trainer. Mon sabre laser se trouvait toujours dedans et un rebelle un peu trop curieux aurait risqué de mettre la main dessus, ce qui m’aurait causé encore plus d’ennuis. Le PLX sur l’épaule, je quittais la base en compagnie d’Ariyà et de MacKney, non sans avoir une dernière fois recommandé aux rebelles d’accélérer l’évacuation autant que faire se pouvait.

Les alentours de la base alternaient forêts et canyons, un paysage peu engageant mais idéal pour les embuscades. Nous avancions en silence et sans doute aussi un peu la peur au ventre. De la peur, mais également de l’excitation… jamais depuis la guerre je n’avais ressenti ce flot d’adrénaline qui me brûlait les veines comme à mes plus belles heures de jedi. Pour un peu, je me serais cru revenu en pleine opération contre les hordes de droïdes de la CSI, et non pas contre les successeurs des troupes que j’avais moi-même commandées durant la guerre des clones.

Je guidais mes compagnons vers un canyon un peu plus large que les autres et qui servait de principale voie d’accès au plateau sur lequel les rebelles avaient installé leur base. D’autres accès existaient, mais aucun ne disposait d’un sol assez plat pour les engins blindés. Sortant mes jumelles infrarouges, je fouillais les brumes matinales et murmurais d’un ton satisfait :


Parfait, ils vont passer par ici.

Peu avant la sortie du canyon et l’arrivée sur le plateau, une massive arche de pierre le traversait, arche en dessous de laquelle les impériaux allaient devoir passer. Je m’installais derrière un rocher qui me cacherait à la vue des éclaireurs éventuels, et nous attendîmes en silence.

Le TB-TT apparut dans le lointain, avançant lentement mais inexorablement, les soldats en armure blanche grouillant autour de ses pattes massives. Confiant dans leur supériorité, nos ennemis tentaient le passage en force sans même avoir pris la peine de sécuriser auparavant la zone par des troupes légères. Des années de domination sans conteste émoussaient largement leur méfiance et ils sous-estimaient le potentiel militaire de leurs adversaires, faiblesse dont je comptais bien profiter.

Demandant à Ariyà de rester près de moi afin de couvrir mes arrières lorsque je tirerais, j’envoyais MacKney sur la corniche précédente afin qu’il repère et liquide discrètement un éventuel éclaireur impérial qui patrouillerait la zone. Je n’y croyais guère, mais je préférais l’éloigner un peu et lui permettre de jouer son rôle de héros. Après tout, il voulait venir avec nous, n’étais-je pas en droit de lui laisser une chance de prouver sa valeur ? Au regard qu’il me jeta, je vis avec satisfaction qu’il aurait préféré l’arrière garde, mais à un contre deux son avis ne comptait guère et sur le terrain son grade ne lui serait d’aucun secours contre un bon blaster.

Oubliant le rebelle, j’épaulais le PLX et me concentrais. Je savais qu’Ariyà devait me croire fou d’utiliser une arme qui n’avait aucune chance de percer le lourd blindage du TB-TT, mais le canon du lance-missile ne pointait pas vers l’engin en approche. Réglant la hausse, je visais l’arche de pierre elle-même. Ralentissant ma respiration, je me laissais aller à oublier tout ce qui ne concernait pas ma cible, m’unissant à la Force pour me guider. Presque dans un état second, je savais où trouver les points faibles et comment les atteindre. L’instinct d’un jedi est son arme la plus précieuse, et se laisser guider par la Force permet d’atteindre des objectifs que les meilleurs ordinateurs de visée échoueraient à toucher.

Alors que le TB-TT approchait, j’appuyais sur le système de tir, décalait horizontalement le canon du PLX et tirait à nouveau. Les deux missiles jaillirent et filèrent à grande vitesse vers les deux extrémités de l’arche de pierre. Dans un vacarme de fin du monde, ils explosèrent en plein dans leur cible. Fragilisée, désormais trop peu soutenue par rapport à son poids, l’arche toute entière s’effondra en plein sur le blindé impérial.


En plein dans le mille !

Écrasé par des tonnes de pierre, le TB-TT vacilla, ses moteurs ne parvenant plus à compenser le poids qui s’amoncelait sur lui. Au milieu des cris d’effroi des impériaux, il bascula lentement sur le flanc, à moitié enseveli sous la roche. Il faudrait des semaines à l’empire pour amener du matériel de dégagement et effectuer les réparations lui permettant de reprendre sa place dans une ligne de bataille, si tant est-ce que le coût de telles opérations ne soit pas supérieur au coût de fabrication d’un nouveau modèle.

Un grand sourire aux lèvres, je me tournais vers Ariyà.


Allons récupérer MacKney et nous pourrons retourner à la base. Sans le TB-TT, les impériaux mettront des heures à travers les réseaux de batterie rebelles, et d’ici là nous aurons quitté la zone.

D’ailleurs, où était le chef rebelle ? Pourquoi ne nous avait-il pas rejoints en voyant le TB-TT mis hors jeu ?

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   Mar 24 Avr 2012 - 11:16

    Durant la petite quinzaine de minutes de marche j’avais assuré les arrières de notre petit groupe. Havan devant, MacKney a porté de tir et le chemin derrière moi pour m’enfuir en courant au cas ou je n’aurais pas assez de courage pour lui tenir tête. Le rebelle devait sentir l’angoisse qu’il m’inspirait car à mesure que nous avancions il redressait les épaules et paraissait plus sur de lui…ce qui m’inquiétait davantage. J’avais de nombreuses fois du me battre pour sauver ma vie…mais l’attaque de cette nuit n’avait absolument rien à voir. Et cette différence me terrifiait. Je n’avais jamais pensé qu’on puisse un jour vouloir abuser de moi comme il avait voulu le faire et je me sentais faible comme une gamine face à ce genre d’agression.
    Je cessais de me torturer l’esprit lorsque nous fûmes parvenus à destination. Havan me demanda de couvrir ses côtés et il se débarrassa de MacKney en l’envoyant paître sur une corniche à bonne distance de nous. Toujours sans un mot j’observais les préparatifs du contrebandier tout balayant du regard le canyon et l’orée de la forêt derrière nous. J’essayais de faire le vide en moi pour être plus réceptive à la Force. Mon père m’avait appris voilà des années à être attentive au fluctuation de cette étrange « énergie ». Il m’avait dit qu’avec beaucoup de concentration je pouvais augmenter mes perceptions et de fait, anticiper certains évènements. Mais aujourd’hui je n’arrivais pas à trouver cette paix intérieure nécessaire… J’étais trop chamboulée, trop effrayée aussi.

    Par contre Havan était loin de perdre le nord et après quelques minutes d’attente, il tira les deux missiles contenus dans le PLX. Coulant mon regard dans le canyon en contrebas, je regardais l’arche de pierre s’effondrer sur le TB-TT. Nous échangeâmes le même sourire triomphal.


    - Bien visé pour un contrebandier !

    Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. Il ne voulait pas discuter de son passé mais ma conviction était depuis longtemps forgée, qu’il ne veuille pas le reconnaître devant moi je pouvais parfaitement le comprendre, après tout nous ne savions rien l’un de l’autre.
    Après avoir attendu une ou deux minutes sans bouger pour ne pas se faire canarder par les impériaux, Havan annonça notre repli vers la base rebelle. Bien que l’idée de récupérer MacKney au passage ne me plaisait guère, j’acquiesçais d’un hochement de tête. Quittant notre cacheté légèrement penchée en avant, je retournais sous le couvert des arbres et pointais mon regard vers la corniche où aurait du se tenir embusquée le chef rebelle… Sauf qu’il n’était visible nulle part.
    Où était-il passé cet abruti ? Sur la défensive, j’avançais lentement, regardant partout autour de moi. Ca sentait le coup fourré à plein nez mais pas question de repartir sans lui, les rebelles auraient pu voir d’un mauvais œil notre retour sans leur chef…


    - Bon sang mais il est passé où ?

    Je me tournais pour voir si Havan en avait la moindre idée, mais du contrebandier aucune trace non plus… Etait-il encore sur la corniche près du canyon ? Je n’étais pas partie si vite que ça non ? Je m’apprêtais à faire demi tour lorsque j’entendis le grésillement d’un blaster à mon oreille. Je tournais lentement la tête et vis le sourire carnassier de MacKney. Il était visiblement fier de son petit effet de surprise et j’avais tenté de me contrôler je savais qu’il n’était pas dupe… Mon cœur battait si fort à mes tempes qu’il était impossible qu’il ne l’entende pas… D’un geste vif il me prit mon blaster des mains et le jeta dans les buissons derrière lui.

    - On dirait que ton copain s’est fait la malle ! Il t’a laissé toute seule avec moi hein ! On devrait pouvoir trouver de quoi passer le temps t’inquiète pas ma jolie ! D’ailleurs pour commencer…je t’en dois une !

    Avant que je n’ai eu le temps d’assimiler ses paroles, sa main s’abattit sur ma joue droite avec une telle violence que j’en restais sonnée un long moment. Où était donc Havan ? Avait-il sentit ce traquenard dans lequel j’étais tombée la tête la première ? En tout cas je priais pour qu’il ne soit pas sur la corniche en train d’agoniser…sinon j’étais persuadée de ne pas faire long feu moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[STAR WARS]Une mission en agréable compagnie [Havan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Star Wars Pocket Models TGC
» Star Wars Starship Battle
» figurines STAR WARS
» Star Wars
» Une petite fille qui aime star wars !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG univers connus-
Sauter vers: