AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 4 Mai 2012 - 11:59


    - […]et c’est pourquoi le conseil a décidé de t’éloigner quelques temps […] nous pensons qu’il est essentiel pour ta sécurité que tu […] le mieux étant probablement la bordure extérieure […]

    La nuit qui avait précédé cette discussion décousue avait été longue, très longue. J’avais demandé à être reçu par le conseil dès mon arrivée sur le vaisseau amiral afin d’en finir avec le débriefing habituel et de passer à autre chose, mais on m’avait demandé de patienter jusqu’au lendemain matin. Je n’avais pas pu fermer l’œil de la nuit, tournant en rond, cherchant à comprendre ce qui était encore une énigme pour moi, à savoir mes sentiments pour cet homme que j’avais entraîné malgré lui dans un combat qui n’était pas le sien. Finalement j’avais pris une longue douche brûlante, j’avais changé de vêtement et j’avais nettoyé mes affaires. Même s’il s’agissait de tâches stupides, elles m’avaient permis de penser à autre chose pendant une bonne heure.
    Lorsque le droïde de protocole était venu me prévenir que l’on m’attendait dans la salle de réunion, j’avais faillis le renverser en quittant précipitamment ma chambre.

    La salle de réunion était vaste et pouvait accueillir des centaines de rebelles, mais ce matin, elle était vide. Seule Mom Mothma m’attendait à côté de la table ronde centrale. Je lui avais fais mon compte rendu de mission en passant sous silence la mort du sith. J’avais fais un bref rapport à un droïde la veille, juste les informations importantes à propos de Palpatine et du sith, notre victoire sur Ghorman et la mort du chef des rebelles sur la planète.
    Elle avait donc été informée de la situation la veille et le conseil s’était réuni durant la nuit. J’en fus parfaitement sûre lorsqu’elle m’expliqua que pour l’heure il était trop dangereux pour moi de partir à nouveau en mission. Il était possible que mon signalement ait été transmis sur toutes les planètes occupées par l’Empire, ce qui anéantirait toute chance d’infiltration.

    Le choc me fit perdre le fil de ses paroles, mais je parvenais à capter deux trois phrases, par-ci par-là.


    - […] partir aujourd’hui. Bien sur nous te laissons choisir le vaisseau de ton choix. Et tu pourras emporter autant de droïde que nécessaire mais […]
    - Havan !

    C’était moi qui avais prononcé son prénom si vivement ? A en juger par l’air surpris de la chef des rebelles, pas de doute. Pour ma défense, chaque mot qu’elle venait de prononcer m’avait fait penser à lui. Il m’avait proposé de partir avec lui, me cacher quelques mois dans la bordure extérieure. J’avais refusé parce que j’avais mes missions auprès de l’Alliance, j’avais mes convictions à défendre… mais voilà que c’était l’Alliance elle-même que me demandait d’aller me terrer quelques temps pour qu’on m’oublie.

    - Le contrebandier ? Ah ! Pourquoi pas. Mais si mes informations sont bonnes il est en train de quitter la flotte à bord de son vaisseau. Il a été payé ce matin. Il doit être dans le hangar prêt à décoller. Prenez ceci et faites bon voyage agent Renhanda.

    Mom Mothma me tendait un comlink comme celui que j’avais utilisé sur Nar Shaddaa. Grâce à ce petit appareil je pourrais recevoir des nouvelles de l’Alliance sans jamais être repéré. Nos techniciens étaient des gens diaboliquement doués !
    Un dernier « Allez oust ! » de la vieille femme et je me retrouvais à courir dans les couloirs du vaisseau amiral. Je bousculais au passage bon nombre de rebelles et de droïdes mais mon sourire et le « excusez-moi » que je leur adressais, suffisait à calmer leur colère naissante. Je fis un rapide détour dans ma cabine pour récupérer mon sac et le sabre laser de mon père puis je me remis à courir.
    Essoufflée je débouchais dans le hangar remplis de vaisseau, un technicien me désigna le vaisseau d’Havan et je repris ma course. Je ne pensais plus, la seule chose dont j'étais sure c'est qu'il fallait que j'embarque sur ce vaisseau. J'aurais tout le temps pour réfléchir après, tout le temps pour comprendre ce qui se passait dans ma tête, tout le temps pour lui dire ce qu'il faudrait que je lui dise. Mais je voyais déjà la passerelle se refermer et je commençais à croire que je n’arriverais pas à le rattraper à temps. Au dernier moment je fis un bond, tête la première, avec la même grâce qu'un félin... jusqu'à l'atterrissage !
    Une roulade et un arrêt relativement violent me firent grimacer de douleur. J’avais du faire un boucan d’enfer car une dizaine de seconde après mon atterrissage, j’entendis des bruits de pas précipités. La tête par terre et les jambes contre la paroi métallique, je devais offrir un spectacle tout à fait singulier. Je gardais les yeux fermés pour éviter de croiser le regard de celui qui me surplombait.


    - Je voudrais….venir avec vous…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 4 Mai 2012 - 12:53

La flotte rebelle voguait à faible allure dans le vide sidéral, hors d’atteinte des impériaux tant que leurs coordonnées exactes resteraient secrètes. Nous avions été accueilli la veille à bord d’un massif croiseur de type MC80 et c’était sans regret que j’avais laissé le lourd Gozanti pour récupérer mon propre vaisseau. Les techniciens Mon Calamariens avaient fait du bon travail et l’hyperpropulseur de l’Iron II ronronnait de nouveau sans hoquet. En tout cas, l’Alliance s’était montrée honnête en affaire, le reste de ma paye m’ayant été versé sans hésitation ni marchandage. Je m’étais de mon côté abstenu de faire le moindre commentaire ou le moindre rapport sur la mission en elle-même, laissant Ariyà se charger de cela. Après tout, je n’appartenais pas à l’Alliance et je ne désirais pas me mêler de leurs problèmes.

Ariyà…

J’avais peu dormi, les images de la jeune femme tournant en boucle dans mon esprit. Je repensais sans cesse à notre dernière conversation, à ma proposition de me suivre dans la bordure extérieure le temps que l’empire nous oublie, et à sa question « pourquoi ? ». J’hésitais encore à repenser à cette question car je n’osais trop en chercher la vraie réponse. Je savais qu’elle serait en danger une fois moi parti, mais elle ne croyait apparemment pas à ma prémonition et ne voulait pas abandonner la lutte. Quant au manque qu’elle laisserait en moi une fois que j’aurais quitté la flotte rebelle, je préférais essayer de ne pas trop y penser, les regrets ne faisant pas partie des sentiments que peut se permettre un contrebandier.

Poussant un soupir sur cette page qui se fermait, j’allais m’installer dans le cockpit de pilotage et enclenchait le réacteur. Je fis signe au coordinateur des vols que je m’apprêtais à décoller, et il me répondit de même avant de crier aux techniciens d’évacuer la zone. Un vaisseau en phase de décollage peut être dangereux si l’on se trouve trop près de la tuyère lorsque le pilote la met en marche. Jetant un dernier regard sur les rangées de X-Wing et de Y-Wing, regrettant amèrement que ces jeunes pilotes souvent plein de fougues ne comprennent pas qu’attaquer l’empire ne leur amènerait que la mort, j’appuyais sur la commande de fermeture de la rampe d’accès. Mes réserves de nourriture et de pièces de rechanges remplies, je pouvais m’apprêter à affronter la bordure.

Un tintamarre près de la rampe d’accès qui me fit sursauter et porter instinctivement la main au blaster accroché à ma ceinture. Réaction instinctive du fait des spatioports dans lesquels je faisais régulièrement étape, mais ici je ne risquais rien. Les rebelles n‘étaient pas du genre à vous poignarder dans le dos. Persuadé qu‘un droïde d‘entretien avait du tenter une intervention en plein décollage, je me ruais dans le couloir d‘accès en espérant que les dégâts ne seraient pas trop importants et je restais bouche bée face au spectacle que je découvris.


Ariyà ?

La jeune femme que je ne croyais plus revoir un jour se tenait effondrée là, dans l’embrasure du couloir, son sac de voyage au sol à côté d‘elle, et elle m’annonça d’une voix douce son intention de venir avec moi. Lui tendant la main pour l’aider à se relever, je ne trouvais rien d’autre à dire que :

Bienvenue à bord.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 4 Mai 2012 - 15:54

    Gênée ? Moi ? Non ! Pas le moins du monde, pourquoi cette question ! Voyons j’ai juste l’air complètement ridicule devant l’homme qui a totalement chamboulé ma vie depuis la veille. Bon chamboulé… ce serait peut-être exagéré pour certains, mais dans le contexte actuel de ma vie je vous assure que les mots qu’il avait prononcés dans le cockpit du Gozanti avaient de quoi me retourner littéralement. Jamais personne en dehors de mon père, que je croyais être mon oncle à l’époque, ne s’était inquiété, ni même soucié de moi. J’avais bien conscience en risquant ma vie pour l’Alliance que je n’étais en quelque sorte que de la chair à canon. Mais c’était mon choix, j’avais pris cette décision toute seule et je ne l’avais jamais regretté… sauf peut-être depuis que j’avais entendu cette simple phrase.
    Je ne connaissais que depuis peu Havan, mais j’appréciais sa compagnie. Du genre discret, pas trop bavard, mais sympathique dès qu’il engageait une conversation. Et puis nos deux secrets nous avaient liés plus qu’on ne l’aurait probablement voulu. Cette mission sur Ghorman avait révélé tellement de chose, dont certaines que j’avais encore du mal à assimiler.

    Attrapant la main qu’il me tendait je me hissais sur la pointe des pieds et me forçais à croiser son regard. Je l’avais fuis la veille sans la moindre explication et par la même j’avais du rajouter une nouvelle raison de ne pas beaucoup m’apprécier à la longue liste que je me traînais déjà. Je lui adressais un sourire, le plus enjoué possible sans qu’il paraisse forcé.


    - Merci commandant ! Je ne pouvais pas vous laisser aller vous perdre tout seul au fin fond de la bordure extérieure !

    Je faillis rajouter que j’aurais eu trop de peur de ne jamais le revoir… parce que c’était exactement ce que je ressentais. Si j’avais foncé comme une possédée à travers les couloirs du vaisseau ce n’était pas parce que j’avais besoin d’un chauffeur pour m’éloigner de la flotte rebelle quelque temps, ce n’était pas non plus parce que ma vie était en danger…c’était parce que j’avais peur de le voir partir et de ne jamais le revoir.
    Maintenant j’en étais certaine, je n’avais plus de doute sur ce que je ressentais, même si tout restait encore trop flou et trop compliqués pour moi.

    Je le suivis jusqu’à la cabine de pilotage. Ce vaisseau était très différent du Gozanti, l’espace n’était pas du tout pensé de la même façon mais bizarrement il paraissait moins…impersonnel que le vaisseau de l’Alliance. J’eus une légère hésitation avant de m’asseoir sur le siège du copilote, mais une fois installée, je me tournais vers Havan.

    Pourquoi avais-je l’impression d’être revenir au moment où je l’avais planté sans un mot la veille ? Comme si la journée d’hier ne s’était pas écoulée…
    Peut-être parce que je culpabilisais d’être partie comme une voleuse après tout ce qu’il avait fait pour moi sur Ghorman. Après tout c’était lui qui nous avait tiré d’affaire, c’était lui qui avait tué le sith, lui qui m’avait sauvé des griffes de MacKney dans la forêt.


    - A propos d’hier… je suis désolée de…d’être partie sans un mot. Je ne voulais pas me montrer grossière … mais vous m’avez dit quelque chose qui m’a beaucoup…troublée...

    De toute façon on aurait été obligé de l’avoir cette discussion, alors autant l’avoir tout de suite et en finir une bonne fois pour toute. Si nous devions cohabiter pendant une durée indéfinie, autant partir avec des bases saines et surtout claires ! Je savais parfaitement que c’était la meilleure chose à faire alors dites moi pourquoi je me retrouvais à lâcher cette phrase :

    - …parce que je me suis rendue compte que je ressentais la même chose…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 4 Mai 2012 - 19:30

La douce lueur bleutée du bouclier de la soute vacilla devant nous et fut remplacée par l’immensité du vide sidéral. Activant le réacteur, je lâchais la bride au vaisseau qui fit un bond avec l’impétuosité d’un jeune poulain. Que c’était agréable de retrouver l’Iron II, sa vitesse et son agilité après la lourdeur du Gozanti. Et qu’il était agréable qu’Ariyà soit à mes côtés car si mes sentiments envers elle demeuraient pour partie un mystère que je préférais laisser intact dans l‘immédiat, je savourais sa présence. Nous ne nous connaissions que depuis quelques semaines mais la jeune femme comptait déjà beaucoup pour moi. Trop peut être ? Je me répétais en boucle qu’elle pourrait être ma faiblesse, mais j’acceptais de courir ce risque.

Posant ma main sur son poignet, je la fixais droit dans les yeux.


Je suis heureux que vous soyez venue.

Jaillissant des soutes du MC80, nous tombâmes en plein milieu du reste de la flotte rebelle que le croiseur stellaire avait rejoint au cours de la nuit. Des bâtiments de tous types et de toutes sortes nous entouraient, tandis que des chasseurs tournaient autour de ce troupeau géant. Si cela pouvait paraitre impressionnant, je savais d’expérience que les flottes de guerre impériales l’étaient plus encore. L’Alliance disposait probablement des moyens de contrer le régime en place sur des théâtres d’opérations extérieurs, mais je craignais que tout cela ne serve à rien le jour où il leur faudrait affronter en combat ouvert les nuées de destroyers stellaires de Palpatine près des mondes du Noyau.

Tout cela ne me concernait pas. Tout cela ne me concernait plus. Faisant pivoter le vaisseau, je passais à frôler une frégate Nébulon puis je mis le cap loin de la flotte rebelle. La présence d’Ariyà changeait mes plans, même si je ne m’en plaignais pas. Habitué à ne me reposer que sur moi-même, il allait me falloir compter avec ma nouvelle alliée. Activant le chargement des cartes hyper spatiales vers la bordure dans la mémoire de l’ordinateur, je me tournais vers Ariyà afin de lui faire part de mes intentions.


Nar Shaadda n’étant plus un refuge possible pour le moment après nos démêlés avec Grutta, je comptais me rendre dans le système Yavin. Ce secteur est en dehors des zones de patrouille impériale, ce qui ne manque pas d’ironie quand on pense que deux des plus grands seigneurs sith de l’histoire y ont vécu. Oh, ne vous inquiétez pas Ariyà, Naga Sadow et Exar Kun sont morts depuis des millénaires.

Je me rendis compte en prononçant ces noms qu’Ariyà risquait de ne pas me suivre. L’histoire des longues luttes entre les sith et les jedis n’était guère enseignée, et seules les archives du temple disposaient de récits réellement complets sur ces sujets. Rewan les connaissait, mais je ne pensais pas qu’il ait jamais parlé à sa fille de l’histoire des jedis vu le secret dont il avait veillé à entourer ses activités. Tentant de clarifier mes propos, je repris :

Les sith sont une croyance, une idéologie qui a traversé les âges. Palpatine et Vador ne sont que les derniers maillons d’une chaîne qui remonte à plus de sept millénaires. Si cela vous intéresse, je vous raconterai cette histoire un jour.

Peut être ne serait-ce en effet pas inutile que je lui explique les racines de l’ordre jedi et ses grandes luttes. Fille d’un des nôtres, elle ignorait quasiment tout de son père, et comprendre la mentalité de Rewan ou la mienne lui serait impossible tant qu’elle ne connaitrait pas l’histoire de l’ordre jedi. Sa quête de passé ne commençait pas à son père mais en réalité bien avant.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Dim 6 Mai 2012 - 7:25

    Après m'avoir confié qu'il était heureux de m'avoir à ses côtés, Havan se mit au courant de notre future destination. Je ne connaissais que très peu le secteur méridien près duquel se trouvait le système Yavin mais je faisais confiance au jugement du chevalier jedi à mes côtés. Cependant je pensais pouvoir donner mon avis étant donné que nous étions deux à devoir fuir l'Empire. Mais avant que j'ai pu émettre la moindre objection Havan avait entamé un bref récit sur deux seigneurs sith. Mon père m'avait très peu parlé du côté obscur de la Force et encore moins des sith, mais j'avais pu apprendre deux trois choses en consultant la base de donnée rebelle. Certes, rien de bien clair mais Havan avait l'air ravi de m'en parler et contre toute attente il se proposait même à me raconter cette histoire plus en détail une autre fois.

    Je lui adressais un sourire enchanté pour toute réponse. Nous allions devoir nous terrer des jours entiers, peut-être même plusieurs semaines, nous aurions donc tout le temps d'évoquer cette époque révolue que la guerre des Clones avait clôturée d'une bien triste façon.
    Me penchant vers l'ordinateur de bord en face de moi, je me mis à tapoter sur le clavier à la recherche de ce fameux système Yavin. J'en avais entendu parlé lors des réunions générales de l'Alliance, et il ne me paraissait pas judicieux de nous rendre là bas. Si une action rebelle était en cours il valait mieux que je m'en tienne le plus loin possible. Aussi je continuais à tapoter sur l'écran, cherchant un système peu peuplé, voir même trop hostile pour que des troupes de stormtrooper puissent s'y rendre. Bien sur il fallait que ce soit une planète viable, un endroit pas trop dangereux non plus. On devait pouvoir la quitter en vie tout de même.


    - Le système Yavin n'est pas une mauvaise idée mais...lors de la dernière réunion à laquelle j'ai participé, il était question d'envoyer sur la planète une vingtaine de rebelle en mission. Et pour l'heure l'Alliance veut me tenir le plus loin possible des zones à risque...

    Sans lever les yeux de l'ordinateur, je continuais à faire glisser mes doigts sur la carte, m'arrêtant sur chaque système de la bordure extérieure. J'étais partie du système de Yavin et j'étais descendu, passant sur l'hégémonie Hutt sans m'y arrêter. Et au moment où j'allais cesser toute recherche une petite planète attira mon attention. Elle était loin de tout, et à lire sa description, peu peuplée.
    Dagobah.
    Dans le système de Sluis. Bon elle était sûrement oubliée du reste de la galaxie parce qu'elle était loin d'être agréable. Ce n'était pas une planète recouverte de prairie enchantée, mais de marécage putride et nauséabond. Et c'était exactement ça qu'elle cherchait !


    – Pourquoi pas le système Sluis. Je vois là une petite planète toute à fait charmante ! Tellement charmante que je suis étonnée de ne jamais avoir reçu d'offre de séjour touristique là bas. Que diriez-vous de Dagobah?

    J'appréciais énormément cette atmosphère beaucoup moins lourde que lors de notre précédent voyage ensemble. Peut-être que notre rencontre sur Nar Shaddaa n'était plus qu'un lointain souvenir. Peut-être qu'il ne m'en voulait plus d'avoir ruiné ses chances de commerce lucratif avec l'un des plus importants seigneurs Hutt.
    Je continuais encore quelques secondes à chercher mais je ne trouvais rien d'aussi intéressant que cette petite planète abandonnée dans un coin reculé de la galaxie.

    Poussant un long soupir je me laissais glisser au creux du fauteuil. Mine de rien j'étais épuisée, cela faisait depuis le matin de l'attaque sur Ghorman que je n'avais pas fermé l'oeil et il fallait reconnaître que la nuit avant ce fameux jour n'avait pas été de tout repos puisque j'avais eu la visite de MacKney. Visite dont je portais toujours les traces sur le visage et sur le corps. Enfin, j'avais du prendre quelques coups aussi durant les combats, comme ce tir de blaster que j'avais reçu sur le flanc. Il n'était quasiment plus douloureux mais j'avais encore une marque rouge vif.
    J'aurais bien dormi un peu, mais je n'aurais été qu'une piètre copilote si à peine décollé j'avais abandonnée Havan dans la cabine de pilotage. Après tout j'aurais tout le temps de dormir une fois notre destination atteinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Dim 6 Mai 2012 - 12:26

Un peu surpris, je haussais un sourcil.

L’Alliance prévoit de s’installer dans le système Yavin ?

Première nouvelle que m’apprenait Ariyà, mais il fallait croire que les rebelles se cherchaient eux aussi plusieurs planques à l’échelle planétaire. Logique somme toute, regrouper ses forces sur une seule base aurait constitué la même erreur que celle effectuée sur Ghorman. Mais cela nous fermait, tout du moins pour l’instant, ce système comme point de refuge puisque nous désirions justement rester aussi loin que possible de l’Alliance comme de l’Empire.

Fouillant dans les cartes d’astronavigation, Ariyà me proposa une autre destination : le système Sluis, et plus précisément la planète Dagobah. Le nom ne me disait rien, aussi je me penchais pour voir les informations que fournissait l’ordinateur sur ce lieu, et à ma grande surprise je constatais que la plupart des cartes stellaires dont je disposais ne mentionnaient même pas l’existence de Dagobah.

Comme tout contrebandier qui se respecte, je disposais, outre des cartes impériales fournies par les autorités de Coruscant, de cartes tenues à jour par les hutts et destinées à leurs pilotes, d’autres issues du marché noir bothan, et même d’une ancienne carte en provenance des archives jedi avant leur destruction. Seules me manquaient les cartes secrètes de la flotte impériale, mais je sentais instinctivement qu’aller toquer poliment à la porte d’un destroyer stellaire pour la demander serait une mauvaise idée.


Bizarre.

Les cartes impériales officielles ne mentionnaient pas Dagobah, celles des bothans faisaient bien référence à une voie hyperspatiale jusqu’au système Sluis mais sans en détailler le système plus avant, et seule l’ancienne carte jedi indiquait la présence de la planète Dagobah. Certes aucune carte ne peut prétendre à l’exhaustivité au vu de l‘immensité de la galaxie, mais il demeurait rare que des systèmes soient si peu tracés.

Dagobah n’est citée nommément dans aucune carte hors celle-ci.

Du doigt, je désignais l’écran de l’ordinateur à Ariyà.

Il s’agit de la carte stellaire issue des archives jedi. Je doute que cette carte existe aujourd’hui encore dans plus d’une dizaine d’ordinateur d’astronavigation à travers la galaxie. En actualisant les cordonnées selon les informations bothan, je devrais pouvoir tracer un cap vers Dagobah.

En tout cas, s’il fallait disposer de telles cartes pour s’y rendre, nous devrions y être tranquille. Les cartes bothans ne couraient pas les rues, et je connaissais peu de pilotes ayant du temps à perdre à explorer des systèmes non décris. Tout au plus un explorateur ou un ermite pourrait-il s’y intéresser, et nous ne redoutions guère ce genre de personnes. Parcourant la description de la planète, je souris et murmurai à voix basse :

En effet Ariyà, je ne comprends pas que le tourisme ne soit pas plus développé sur Dagobah, cette planète à tout pour plaire.

Au pire nous resterions en orbite, je disposais à bord de suffisamment de réserves de vivres pour ne pas avoir besoin d’aller se réapprovisionner. Mais j’admettais en mon fort intérieur être surpris que cette planète soit si peu connue. D’autres système se montraient peu propices à l’installation de la civilisation, et pourtant ils apparaissaient sur la plupart des cartes quand bien même leur description se voyait réduite à « environnement hostile ». Une planète totalement oubliée sauf des archives jedi laissait à penser qu’il avait du se passer quelque chose sur Dagobah, et je sentais ma curiosité prendre le dessus.

Bah, nous verrions plus tard. Ayant fini mes calculs, j’activai l’hyperpropulseur et je lançais l’Iron II dans l’hyperespace. Mettant en marche le pilote automatique, je me levais et je fis signe à la jeune femme de me suivre.


Il nous faudra plusieurs jours pour atteindre Dagobah. Venez, je vais vous montrer vos quartiers.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Lun 7 Mai 2012 - 11:57

    La surprise affichée d'Havan lorsque je lui révélais les intentions de l'Alliance concernant le système Yavin me fit sourire. Il devait parfaitement se douter que je ne lui confierais aucun secret d'envergure concernant l'Alliance et d'ailleurs, il n'insista pas davantage. La conversation glissa sur les fameuses cartes que j'avais observé, et notamment sur cette étrange petite planète que j'avais désigné. Il était en effet surprenant que seule la carte stellaire des archives jedi mentionne Dagobah. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Que même les Hutt ignorent son existence était surprenant. Qu'une seule carte soit capable d'indiquer la présence de cette planète était à la fois rassurant et tout de même très déconcertant. Nous étions quasiment sur d'être tranquille une fois là bas, mais qu'allions nous y trouver ?
    Pendant qu'Havan enregistrait les données pour tracer un cap vers la petite planète de la bordure extérieure, je tentais d'en apprendre plus sur elle grâce aux fichiers des archives Jedi. Il n'y avait que quelques lignes, une description rapide et pas vraiment très encourageante, mais suffisante pour savoir qu'il s'agissait d'une planète viable pour l'homme avec une atmosphère respirable bien que nauséabonde et que la quasi totalité de sa surface était recouverte de marécage. Rien de plus sur sa faune et sa flore, ni même sur ces habitants.

    Me sortant de mes recherches, Havan me fit signe de le suivre. Le vaisseau venait d'entrer dans l'hyperespace et nous étions en sécurité pendant plusieurs jours. Le seul risque serait que les hyper propulseurs tombent en panne et que nous sortions de l'hyperespace. L'idée d'être perdu au milieu de la galaxie ne m'enchantait guère aussi tentais-je de ne plus penser au pire.
    Au sein de l'Alliance j'avais été formé à piloter et à comprendre le fonctionnement des vaisseaux en cas de panne.
    Havan ouvrit un porte sur la droite et je pénétrais dans une cabine à peine plus grande que celle du Gozanti. Ce serait parfait pour la durée du voyage, de toute façon je n'étais pas du genre difficile. Jetant mon sac sur la couchette je me tournais vers mon commandant et lui adressais un grand sourire amusé.


    - Je ne voudrais pas avoir l'air d'une ogresse mais j'ai vraiment très faim. Pourriez vous m'indiquer la soute ou vous entreposez les rations alimentaires ?

    Je ne voulais pas le retenir davantage, après tout il avait peut être besoin de dormir lui aussi. Mais il me guida dans les couloirs de l'Iron II. La salle était mieux aménagée que la plupart des garde-mangers que j'avais pu voir dans d'autres vaisseaux. On voyait bien que cet appareil était plus qu'un moyen de transport. Pour un contrebandier, c'est comme sa propre maison. Alors voir cette petite table, la banquette fixée au mur et les autres petits aménagements que l'on s'attendrait plus à trouver dans un appartement me firent sourire.

    - C'est très agréable chez vous ! On en oublierai presque qu'on est dans un vaisseau en hyperespace!

    Un petit compliment ça ne fait pas de mal hein ? Je n'avais jamais été très à l'aise dans ces boites métalliques, rien ne valait mieux pour moi que d'avoir les pieds sur terre et de sentir l’apesanteur sur ses épaules. Je m'installais sur la banquette et détaillais un peu plus la décoration de la pièce !

    - Je voulais vous remercier une nouvelle fois de m'accueillir à bord...Vous qui aviez des vues sur une charmante petite planète, voilà que je vous envoie dans un marécage pestilentiel ! Décidémment je vous donne toute les raisons de me détester.

    Je concluais ma phrase d'un petit rire amusé. Il fallait reconnaître qu'Havan aurait probablement préféré ne jamais me rencontrer. J'avais littéralement bousculé sa routine et une nouvelle fois je l'entraînais vers l'inconnu, sur une mystérieuse planète dont on ne connaissait rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Lun 7 Mai 2012 - 19:37

Ariyà parut satisfaite de ses quartiers, certes spartiates mais fonctionnels et en bon état. Trop souvent les cabines à bord des cargos ressemblaient à de véritables taudis, mais je veillais à bien entretenir mon vaisseau qui me servait également de résidence principale. Quand à la présence d’une douche dans chacune des cabines, il s’agissait presque d’un luxe que j’avais fait installer afin de pouvoir loger à mon bord les envoyés importants des seigneurs du crime hutt, des gens souvent habitués au luxe des résidences de leur patron et qui rechignaient à l’idée de douches communes ou à celle de renoncer à se laver durant un voyage.

De retour dans la pièce centrale du vaisseau située au centre du disque que formait schématiquement l’Iron II, j’expliquais à Ariyà que la cuisine du bord se trouvait trop petite pour y manger et que nous déjeunerions ici. J’allais chercher de quoi nous restaurer et nous nous mîmes à table. Pendant le repas, un bip interrogateur venu d’un coin d’ombre nous fit tourner la tête.


Oh, je vous présente R6-D4, mon astromécano. R6, voici Ariyà, une amie qui va vivre ici avec nous.

R6 fit pivoter sa tête à 360° et bipa à plusieurs reprises avec énergie en guise de salutation. Comme tous les droïdes de cette gamme, il ne pouvait s’exprimer qu’en tonalités binaires ce qui limitait un peu les possibilités de dialogue, mais avec un peu d’entrainement, on arrivait à assez bien comprendre ce qu’il voulait dire. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi les concepteurs ne les dotaient pas d’un vocabulateur fut-il rudimentaire, les iatromécaniciens jouant un rôle très important à bord des vaisseaux quel que soit leurs tailles.

Ne vous étonnez pas s’il fait parfois preuve d’un caractère bien plus affirmé que les astromécanos standards. Je ne lui ai pas réinitialisé sa mémoire depuis des années et les droïdes que l’on efface pas régulièrement ont tendance à acquérir des personnalités propres. Mais il connait le vaisseau comme sa poche et l’entretient admirablement bien, je n’ai pas envie de perdre tout ça en le formatant.

D’après les procédures d’utilisation, une réinitialisation complète annuelle constituait la bonne mesure pour veiller à maintenir un droïde dans son état optimal, mais si cela s’avérait vrai dans la plupart des cas les iatromécaniciens semblaient au contraire se bonifier avec l’âge. Erreurs de programmation ayant au final aboutit à une optimisation du vieillissement ? Conceptions particulièrement intelligente ? Peut être un peu des deux.

Tout en mangeant, je balayais d’un revers de la main les excuses d’Ariyà au sujet de la destination glauque où nous allions devoir nous rendre en lieu et place de la luxuriante mais tout aussi dangereuse Yavin. La curiosité me tiraillait, et je me sentais presque « attiré » par Dagobah, comme si je devais m’y rendre. Instinct, prémonition… je trouvais étonnant qu’Ariyà soit tombé sur cette planète entre toutes et j’avais tendance à estimer que ce genre de hasard cachaient une nécessité. Bah, nous verrions bien.

Le restant de la journée se passa de mon côté en rangeant les approvisionnements dans la soute tandis qu’Ariyà, après avoir fini le tour du vaisseau, prenait pleinement possession de ses quartiers en y installant tout selon sa convenance et selon des principes et des règles que j’aurais été bien en peine de comprendre. Une chose à sa place, chaque place pour une chose semblait son principe, alors qu’en ce qui me concernait le principe du premier emplacement venu convenait tout à fait.

Le soir venu, ou ce qui aurait été le soir si nous n‘avions pas été dans un tunnel hyper spatial, Ariyà me rejoignit dans le cockpit alors que je rangeais mon sabre laser dans le comportement sécurisé et verrouillé où je le tenais à l‘abri des regards indiscrets. Clapant la trappe, je me retournais et lui demandais :


Eh bien Ariyà, vous avez pris vos marques à bord ?

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Lun 7 Mai 2012 - 22:07

    Rencontrer R6-D4 me fit largement sourire. C'est fou ce que je pouvais adorer ces petits droïdes ! Ils étaient plus adorables et moins casse pied que la plupart des robots de protocole, trop bavard à mon goût. Bien que doté d'un langage particulier il m'était plus agréable de passer du temps en leur compagnie qu'avec d'autres droïdes plus sophistiqués. Je rendis son salut à cet astromécano et lui fit un rapide compliment sur ses pièces brillantes de propreté ! Je n'avais rien trouvé d'autre en réserve mais je savais qu'en règle générale ils étaient très friand de compliment, même les plus bizarres à nos oreilles.
    Terminant mon repas en même temps qu'Havan, je tâchais de me rendre utile le reste de la journée. J'étais certes fatiguée mais ce n'était pas une raison pour lambiner. J'aurais droit à ma nuit de sommeil, mais pour l'heure j'aidais le commandant de bord à ranger les diverses provisions que lui avaient donné l'Alliance. Un peu d'ordre ne faisait pas de mal, aussi pris-je un soin méticuleux à tout ranger correctement à sa place.

    Je fis la même chose une fois de retour dans mes quartiers. La cabine était spacieuse et remplie de rangement, mais je ne possédais qu'un sac de voyage et pas grand chose à l'intérieur. Une tenue de rechange, le sabre laser de mon père et une trousse de toilette. Bref le strict nécessaire ! Généralement ce sac me suivait partout, puisqu'il contenait mon bien le plus précieux, il ne m'avait d'ailleurs pas quitté un instant de toute notre cavalcade sur Ghorman, et ce n'était pas la première mission qu'il vivait, d'où son piteux état.
    Une fois mes vêtements rangés dans l'armoire et mes affaires de toilette placés près de la douche, je roulais mon sac en boule autour du sabre de mon père et le plaçait sous mon oreiller. Je m'y couchais dessus quelques minutes, respirant profondément pour essayer de retrouver calme et sérénité. J'avais encore du mal à me retrouver seule dans une cabine comme celle-ci, mon esprit avait trop souvent tendance à me repasser en boucle la scène survenue sur la base rebelle avec MacKney. Ca avait été le cas la nuit précédente alors que j'étais en sécurité dans mes quartiers sur le vaisseau amiral de la flotte rebelle...et visiblement ça continuait ici, sur l'Iron II, alors que je n'avais rien à craindre non plus.

    Lassée de trembler et de me torturer l'esprit, je me levais pour prendre une douche. Un vrai luxe et un vrai bonheur ! Néanmoins j'évitais d'en abuser, je ne voulais pas passer pour le genre d'invité qui reste des heures sous l'eau chaude. Une fois rhabillée, je ne trouvais rien pour sécher mes cheveux, mais tant pis, je n'étais pas pressée, ils pouvaient donc sécher tout seul pour une fois. Pour ma part, j'en avais assez de tourner en rond et de ressasser mes trop récents démons.  Je rejoignis Havan dans le cockpit et presque aussitôt je me sentis apaisée. Alors que j'entrais dans l'étroite cabine de pilotage, je le vis appuyer sur une plaque en fer, visiblement une trappe dans laquelle il entreposait certaines choses importantes pour lui. A moins que ce soit tout simplement le boîtier des fusibles ou un truc du genre. M'installant près de lui, je lui adressais un sourire en entendant sa question.


    - Oui, je viens de faire un tour pour finir de repérer un peu le lieu. Votre vaisseau est vraiment très bien conçu et très bien entretenu. Il va me falloir un peu de temps pour m'y habituer mais après tout nous ne sommes pas encore arrivés sur Dagobah et rien ne nous dit qu'on pourra installer un campement dehors...alors je finirais bien par me croire presque chez moi!

    Ponctuant ma phrase d'un léger rire, je fixais mon regard sur le tube lumineux dans lequel nous avancions à une vitesse faramineuse. Repliant mes jambes contre moi, je restais un moment à observer le paysage que nous offrait notre voyage en hyperespace. Dans combien de temps serions nous en vue de Dagobah ? Deux jours ? Trois ? Peut-être quatre ? Je n'en avais aucune idée, d'ailleurs je perdais généralement la notion du temps une fois à bord d'un vaisseau, raison de plus qui m'angoissait généralement et qui me faisait préférer mes séjours sur une planète.
    En parlant d'angoisse, je ne devais franchement pas être d'humeur très agréable. Certes je n'avais jamais été d'une genre joyeuse exaltée mais il fallait reconnaître que ma dernière mission en date avait beaucoup assombri mon humeur. Et mon air ailleurs était sûrement du à mes nuits sans sommeil et mes angoisses trop nombreuses à mon goût. Je détestais être ce genre de femme tremblante à chaque claquement de porte et j'avais hâte que mon esprit ne me torture plus...j'espérais qu'après une bonne nuit de sommeil tout rentrerait dans l'ordre. Mais ça m'étonnait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Mar 8 Mai 2012 - 9:40

Vous devriez aller dormir, Ariyà, vous paraissez épuisée.

Il fallait admettre que la jeune femme ne paraissait pas très en forme. Nerveusement ces derniers jours avaient été rudes, et elle en portait les marques. Moi-même je fatiguais et je ne fis pas non plus long feu avant d’aller me coucher. Une fois couché, je me laissais aller, laissant mon esprit voguer loin du vaisseau, loin de ce tunnel hyper spatial. Et comme cela m’arrivais parfois, des visions s’imposèrent à moi au milieu de mes rêves. Méditation ? Transe ? Je ne saurais décrire exactement cet état, mais il me permettait de trouver une paix intérieure qui m’avait souvent soutenu dans les dernières années.

Je me revis tout jeune apprenti au temple jedi de Corsucant, admirant un homme à l’allure aristocratique s’entraîner au sabre laser face à un autre jedi. Les deux lames se croisaient et s’entrecroisaient à une vitesse hallucinante, mais l’aristocrate prenait assez aisément le dessus, avec une nonchalance presque étudiée. Je le connaissais, je savais qu’il s’agissait de celui qui un jour mènerait les armées de droïdes à la guerre contre la République. Le comte Dooku…

Je méditais.

A mes côtés, un padawan, âgé de quelques années de plus que moi, admirait lui aussi celui qui venait d’être nommé comme son maître. Je connaissais juste le nom de ce padawan, je l’avais croisé quelques jours plus tôt. Un jour je savais que je combattrai à son côté durant un conflit qui embraserait la galaxie, mais pour l’instant ni lui ni moi ne pensions que ces temps troublés approchaient à grande vitesse. Rewan…

Je méditais…

L’image de Rewan s’effaça pour être remplacée par celle d’une jeune femme que je ne connaissais que depuis quelques semaines. Comme à chaque fois sa vision me troubla, éveillant en moi des sentiments que je croyais avoir enfoui profondément. Mais quelque chose ne collait pas, cette jeune femme se tenait au milieu d’un groupe de stormtrooper, sabre laser à la main. Sur son visage nulle peur ne se lisait, juste une froide détermination et une pointe de regret pour ses adversaires dont le destin était déjà scellé. Ariyà…

Je méditais…

L’image d’Ariyà au milieu des stormtroopers s’estompa et fut remplacé par une autre où la jeune femme se tenait dans les gradins d’un immense stade. Sur la pelouse, deux équipes s’affrontaient, une vêtue de maillots noirs à bandes rouges sur le côté droit, l’autre vêtue d’un maillot rayé blanc et bleu ciel. Et c’était cette dernière équipe qui écrasait avec une aisance déconcertante les noir et rouge, au grand désarroi d’Ariyà qui voyait les siens incapables de résister à la marée. Ariyà…

Je tauntais…

Toutes ces images s’effacèrent et furent remplacées par celle d’une planète aride et quasi-désertique, entrecoupée de canyons et de gorges profondes. Sur les flancs des canyons, des massives statues indiquaient l’entrée de tombeaux. Et au fond d’une vallée, plusieurs inconnus s’entrainaient, leurs sabres lasers rougeoyants jetant des étincelles dans le soleil couchant. Plus inquiétant la grande silhouette vêtue de noir qui dominait la scène. Une silhouette que tous dans la galaxie redoutaient. Vador…

Je méditais… mais aucune autre vision ne vint.

Le lendemain fut une journée surtout consacrée à l’actualisation des cartes hyper spatiales et à continuer le rangement de la soute. Aidé d’Ariyà, je venais d’achever de mettre à jour les données du système hoth selon les derniers rapports bothan lorsqu’un profond signal sonore retentit à bord du vaisseau, indiquant que nous allions sortir de l’hyperespace. Courant tous les deux jusqu’au cockpit, nous eûmes juste le temps de voir le tunnel s’effondrer et laisser apparaître une planète à l’aspect peu engageant.


Dagobah.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 10 Mai 2012 - 11:44

    Epuisée ? C’était même au-delà de ça. Seulement voilà, j’étais persuadée qu’une fois dans ma cabine je ne trouverais pas le repos… Et j’avais raison ! La première heure je la passais à me tourner et à me retourner sur la couchette. Tout allait bien pourtant, je savais qu’il ne pourrait rien m’arriver sur ce vaisseau, je savais aussi qu’Havan ne représentait aucun danger pour moi… Et pourtant je n’arrivais pas à fermer l’œil. Les heures suivantes, je fis les cent pas dans ma cabine, à essayer de comprendre ce qui me terrifiait tant à l’idée de dormir. C’est assez brutalement que je m’en rappelais, alors que j’étais appuyée contre la cloison de la cabine, la tête pendante, proche…telle proche de m’endormir. Et puis soudain son visage, son souffle d’ivrogne, ses mains baladeuses et les coups échangés.
    J’étais bien incapable de me rappeler toutes les nuits passées sur Ghorman mais de celle-ci…la dernière… je me rappelais de tout, avec infiniment de détails. Je revoyais ces yeux brillants dans le noir, et son sourire carnassier quelques heures plus tard dans la forêt.

    D’un bond je me redressais, les yeux grands ouverts pour ne plus le voir. Il fallait que je m’occupe, que je trouve quelque chose à faire pour ne plus penser à lui. Je quittais donc ma cabine à pas de loup. Lorsque je passais devant la porte des appartements d’Havan, je le revis bondir sur MacKney dans la forêt…s’il n’avait pas été là à ce moment précis…
    Non, ne plus penser, s’occuper l’esprit à autre chose !
    Je revins dans la cabine de pilotage et m’installais à nouveau devant l’écran de l’ordinateur de bord. Je passais en revue les systèmes proches de Dagobah. Cette petite planète discrète n’aurait peut-être rien à nous offrir pour nous nourrir aussi valait-il mieux prévoir le coup avant. Il y avait bien cette petite planète du nom de Xagobah mais tout indiquait qu’elle était du même style que Dagobah. La plus proche et la plus intéressante pour trouver des vivres était certainement Sluis Van. Je pouvais lire qu’elle était située sur la Voie commerciale de Rimma et qu’il s’agissait de la capitale du système. Il y aurait donc beaucoup de population et nous aurions plus facilement la possibilité de nous fondre dans la masse.

    J’étais en train de lire de nouvelles informations sur la planète Utapau quand j’entendis le bruit d’une porte. Quelle heure pouvait-il être ? On n’en sait jamais rien dans ces fichus vaisseaux. Quittant la cabine de pilotage je retrouvais Havan installait dans la petite cuisine. Après quelques amabilités échangées, nous nous mimes à nouveau au travail et même après avoir fini de vider la soute je n’arrivais pas à m’obliger à trouver le sommeil. Pourtant il me faudrait bien dormir tôt au tard…je ne tiendrais pas longtemps ainsi, et j’aurais besoin de tous mes réflexes une fois sur cette planète inconnue.

    Nous étions en train de mettre à jour certaines bases de données, quand une sonnerie retentie à travers tout le vaisseau. Nous allions quitter l’hyperespace. Courant jusqu’au cockpit, nous étions au première loge pour voir la sombre petite planète qui nous attendait sagement.
    Aucun vaisseau alentour, un rapide scan de la planète nous appris qu’un humain ne se trouvait à sa surface…devions-nous nous réjouir ?


    - J’espère que c’était une bonne idée ! Parce que au premier abord…. Elle est moins charmante que sur le dépliant !

    Un trait d’humour et un sourire pour effacer mes yeux cernés et mon air fatigué. Ca ne faisait guère illusion, mais je ne supportais pas avoir l’air faible. Me penchant sur l’ordinateur, je regardais attentivement le scan pour voir s’il y avait une zone accessible pour atterrir. Et c’était loin d’être évident avec tous ces marécages. Quand j’en trouvais enfin un, je l’indiquais à Havan pour qu’il amorce une descente.

    - Par contre je ne sais pas si nous trouverons des vivres sur place. Bien que nous ayons un large stock pour tenir deux ou trois semaines, j’ai fais quelques recherches dans les environs de Dagobah. Il y a Sluis Van, sur la voie commerciale de Rimma. Elle est au main de l’Empire mais je sais qu’il y a bon nombre de sympathisant rebelle là bas. L’un des pilotes de l’unité qui était avec moi sur Nar Shaddaa venait de là ! Si notre réclusion forcée commence à nous rendre fou nous pourrons toujours nous y rendre pour avoir des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 10 Mai 2012 - 13:32

En effet, Dagobah ne paraissait pas très attrayante au premier abord et y trouver un endroit pour atterrir semblait quasiment relever de la gageure, ce d’autant plus que notre vaisseau pesait son poids et que je préférais ne pas finir notre épopée au fond d’un marécage. Utilisant les scanners, Ariyà trouva une zone qui semblait à peu près stable et hors de l’eau. Ce ne serait pas la panacée mais au moins nous y serions au sec et le risque d’y trouver un impérial avoisinait le zéro absolu. Il aurait fallu être fou pour envisager d’installer une base en ces lieux.

Réduisant la vitesse, j’entamais l’entrée dans l’atmosphère brumeuse et nuageuse de la planète où je fus surpris par les vents violents que n’indiquaient pas les cartes d’astronavigation. Maudissant à voix basse les tempêtes stratosphériques, je tentais tant bien que mal de maintenir l’Iron II sur sa trajectoire, aidé en cela par l’aérodynamisme très bien pensé du vaisseau qui le rendait assez peu sensible à de telles perturbations. De là à croire que les concepteurs prévoyaient que ces cargos serviraient à atterrir loin des spatioports et des calmes couloirs de descente orbitale, il n’y a qu’un pas. Mais ce serait être mauvaise langue que d’accuser la CTC de penser au contrebandier dès leurs bureaux d’études.

Lorsque la couche de nuage se dissipa, je vis que nous étions près du sol. Beaucoup trop près même, et le sol se trouvait être un marais. Activant les rétrofusées à pleine puissance, je forçais l’Iron II à se trainer jusqu’au bord de la lagune, passant par moment à tout juste un mètre au dessus de la surface glauque. Fort heureusement j’arrivais à amener le vaisseau jusqu’à sa destination et quelques minutes après les lourds patins se posèrent sur un sol suffisamment ferme pour nous soutenir.


Eh bien, je ne ferais pas ce genre d’atterrissage tous les jours.

Le paysage que nous pouvions voir à travers la vitre du cockpit était… glauque, au risque de me répéter. Nous nous trouvions au bord d’un vaste marais boueux, près d’un petit bois d’arbres morts à l’aspect assez peu engageant. Au moment où je portais mon regard sur ce bois je ressentis d’ailleurs une sensation de malaise, une sorte de frisson me parcourut et je m’empressais d’en détourner les yeux.

Proposant à Ariyà d’aller explorer les environs et vérifier l’absence de toute forme de vie hostile, je bouclais ma ceinture, puis après une seconde d’hésitation j’ouvris le compartiment secret et m’équipait également de mon sabre laser. Si nous tombions sur une créature hostile, je préférais ne pas compter uniquement sur un blaster pour nous défendre. Guère connaisseur de la faune de Dagobah, je me doutais cependant qu’il ne s’agissait sans doute pas de paisibles herbivores.

Une fois dehors, nous pûmes constater qu’un calme plat régnait sur la lagune. Pas un bruit, pas un cri, à peine une légère brise et un silence presque angoissant. Pourtant je n’avais pas l’impression que nous étions seuls, j’aurais juré être observé mais rien ne bougeait nulle part. Le doigt sur la gâchette et fouillais la pénombre du regard, je murmurais :


Je… ressens… une présence… que je n’ai pas ressentie depuis…

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 18 Mai 2012 - 10:04

    Quitter l’appareil pour faire un tour dehors ne m’inspirait guère, il fallait reconnaître que l’aperçu que nous avions de l’environnement depuis le cockpit n’avait rien d’engageant. Des marécages, des arbres aux longues branches retombantes, il y avait même une sorte de brume verdâtre… Bref j’aurais vraiment préféré ne pas mettre un pied dehors.
    Mais Havan était lui bien décidé à aller explorer la parcelle de planète où nous venions d’atterrir et je ne pouvais pas le laisser partir seul ! Mon ego en aurait pris un coup mine de rien ! Je m’équipais donc de mon blaster et notais avec un léger sourire qu’Havan avait sortit son sabre laser. Je ne savais pas exactement où il le conservait dans le vaisseau mais il l’avait bel et bien attaché à la ceinture quand je le rejoignis sur la rampe de sortie.
    Bon sang que l’atmosphère était infecte à respirer. Cette odeur de moisissure me retournait littéralement l’estomac et ce n’est qu’à force de volonté que je parvins à contenir la nausée que je sentais monter à mes lèvres.
    Il me fallut plusieurs minutes pour m’habituer à l’odeur, mais je ne pouvais pas effacer de mon visage l’air dégoûté qui s’y était installé dès que j’avais mis les pieds sur terre.
    Enfin…sur terre, plutôt sur la boue oui ! Le décor aurait été parfait pour un film d’horreur bien sanglant avec mort vivant et squelette ambulant.

    Poussant un soupir, je fis quelques pas à la suite d’Havan jusqu’à ce qu’il s’immobilise assez brutalement. Si brutalement que je faillis lui rentrer dedans à vrai dire. Je le contournais par le côté pour voir moi aussi ce qu’il avait vu, mais rien du tout…des arbres, des branches, des cailloux et des flaques d’eaux croupies. Tournant les yeux vers lui, je vis son visage crispé, tendu…et aussitôt je fus sur le qui-vive. Il avait l’air….choqué. Et la phrase qu’il prononça me glaça le sang.

    Je savais qu’il faisait référence à la Force, en règle générale j’arrivais à avoir moi-même ce genre de sensation, mais peut-être que la présence dont il parlait se trouvait trop loin ou qu’elle savait se dissimuler au sens des moins aguerri.


    - Ami ou ennemi ?murmurais-je sans bouger les lèvres.

    Pas de réponse. Mon regard glissa à nouveau vers Havan et je le vis profondément concentré, les yeux fixés droit devant lui comme s’il fixait intensément une chose que lui seul pouvait voir. Levant mon blaster droit devant moi, je priais pour que la « présence » en question ne soit pas trop nombreuse et pas trop armé non plus. Sans quoi notre premier séjour sur Dagobah serait le dernier.

    Je plissais légèrement les yeux, cherchant à mon tour quelque chose dans le décor verdâtre qui nous entourait. Un mouvement, une ombre, une quelconque couleur qui dénoterait mais je ne voyais rien. Légèrement exaspérée je finis par lancer :


    - Ohé ! Il y a quelqu’un ?

    Ca pouvait paraître ridicule mais c’était une façon d’être fixée sur la présence éventuelle d’une ou plusieurs personnes. Rien ne se produisit, et Havan était toujours figé, comme en pleine réflexion. Il semblait tellement troublé que je m’écartais légèrement pour ne pas gêner sa concentration. Je fis quelques pas sur ma gauche et mis le pied dans une profonde flaque que me masquait cet étrange brouillard au sol. J’allais pester contre ma stupidité et le peu de charme de cette planète quand je vis juste en face de moi deux yeux qui brillaient dans le noir. Mon premier réflexe fut de lever mon blaster mais inconsciemment quelque chose me disait que ces deux yeux appartenaient à une chose qui ne me voulait aucun mal. Aussi baissais-je mon arme tout en regardant la petite silhouette s’approcher d’un pas extrêmement lent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Dim 20 Mai 2012 - 10:08

Je fixais de nouveau les bois obscurs du regard, tentant d’y discerner quelque chose malgré le malaise qui m’envahissait. Ce lieu était puissamment corrompu par le côté obscur et j’y sentais un danger, une épreuve pour tous ceux qui oseraient en franchir la lisière. Ce fut une voix derrière moi qui me tira de ma semi-rêverie.

Aucun mal à toi je ne veux.

Me retournant, je fixais avec des grands yeux écarquillés la petite silhouette qui s’avançait lentement vers Ariyà, lourdement appuyée sur sa canne. Une silhouette que je connaissais bien pour l’avoir souvent vu du temps où je vivais au temple de Coruscant, une silhouette qui autrefois symbolisait l’ordre jedi dans son plus noble accomplissement. Arrivant à peine aux genoux de la plupart des gens, cette silhouette se révélait cependant le plus redoutable adversaire de l’ordre, son plus grand duelliste et son membre le plus expert dans la maîtrise de la Force.

Yoda ?
Une padawan tu as décidé de former, Havan ?

Les « bonjour, comment allez-vous ? » ne faisaient pas partie du vocabulaire de Yoda, qui préférait toujours aller à l’essentiel et placer la discussion sur le sujet qui lui tenait à cœur sans trop se soucier du reste dans un premier temps. J’ignorais si cela venait de son éducation ou de ses siècles à devoir supporter patiemment des diplomates pouvant parler pendant des heures de la pluie et du beau temps, mais le petit être détestait souverainement les mondanités. Et là, il fallait admettre qu’il venait de frapper fort. Une padawan ? Rétropédalant mentalement, je tentais de m’expliquer.

Une padawan… non… ce n’est pas cela… Ariyà n’est pas… enfin si, mais…

Bon sang, pour un peu j’aurais cru être de retour au début de ma formation lorsque le simple fait de croiser une légende vivante comme Yoda me faisait perdre tous mes moyens. Bien que Yoda ait toujours fait preuve d’une extrême gentillesse envers les jeunes apprentis qu’il tenait d’ailleurs lui-même à former aux premières techniques jedis, peu d’entre nous pouvions croiser son regard perçant sans avoir l’impression qu’il lisait en nous comme dans un livre ouvert. Reprenant mon souffle, je décidais de faire des présentations plus officielles.

Ariyà, voici maître Yoda, grand maître de l’ordre jedi du temps de l’ancienne république. Maître Yoda, voici Ariyà, une espionne au service de l’Alliance et une amie.

Je préférais passer sous silence la parenté de la jeune femme, ne sachant pas trop comment elle allait réagir face à Yoda. Je ne doutais pas une seule seconde qu’elle le connaisse de nom, il faisait partie de l’histoire récente et même le système impérial ne pouvait réussir à effacer son nom de la mémoire collective.

Maître Yoda, que faites-vous ici ? Je vous croyais mort lors de votre duel face à Palpatine.

Une lueur de regret et de douleur passa dans les yeux de la petite créature.

Survécu j’ai, bien que cela ait été de peu. Conscient que je ne pouvais vaincre le seigneur noir, j’ai décidé de me cacher en ce lieu marqué par le côté obscur. Ici, Palpatine et Vador ne peuvent sentir ma présence, et je savais que la Force guiderait à moi les jedis survivants.

Survivre à un duel face à Palpatine, voilà qui seul démontrait la puissance du jedi. Mais si Yoda lui-même n’avait pu réussir à vaincre l’empereur, il fallait désespérer que quiconque y arrive. En neuf siècles d’existence, aucune défaite connue n’émaillait la carrière du grand maître… ce jusqu’à ce dernier duel dans le sénat de Coruscant. Les rapports impériaux que j’avais « consulté » indiquaient qu’aucun corps ne se trouvait dans les débris qui recouvraient le sol, mais de là à retrouver Yoda bien vivant et à l’autre bout de la galaxie, il y avait un sacré pas à franchir.

Pour autant, ce fut avec amertume que je répondis :


Eh bien si c’est à moi que vous pensiez, la Force s’est trompée. Je ne suis plus un jedi depuis bien des années.
Si !

Le ton avait changé, la voix chevrotante remplacée par celle de l’ancien grand maître jedi. L’espace d’un instant, ce ne fut plus la petite créature mal fagotée qui se trouva devant nous mais un être dont la volonté faisait autrefois force de loi et qui disposait d’une influence rarement atteinte par un membre de l’ordre jedi.

Un jedi toujours tu es, même si tu te refuses de l’admettre !

Que répondre à cela ? Tournant la tête vers Ariyà, je regardais comment elle réagissait à cette rencontre.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Mar 22 Mai 2012 - 13:29

    La petite créature verte avait continué son avancée et à mesure je la voyais apparaître sous mes yeux. Petit, le dos voûté et la main fermement serrée sur sa canne, il m’inspira confiance au premier regard. Peut-être étais-je dupe, mais je baissais aussitôt mon blaster. Je trouvais presque insultant de continuer à le braquer ainsi. Il prit la parole et sans réellement savoir s’il s’adressait à moi ou à Havan, je hochais légèrement la tête.
    S’ensuivit un échange fort surprenant et si j’oublie le contexte qui nous avait amené ici et l’apparence miteuse de cette planète, j’aurais pu trouver cette conversation encore plus étrange mais j’étais restée bloquée sur les premiers mots échangés. Yoda ? Le célèbre chevalier jedi dont m’avait parlé mon père ? Un padawan ? Quezako !
    J’étais intriguée par cette petite personne qui, si Havan avait bon, était en fait bien plus dangereux qu’il n’y paraissait. Il avait du en avoir plus d’un avec son air de papi fatigué ! Excellente idée pour prendre son adversaire par surprise.

    Bon, la stupeur passée, j’essayais de me raccrocher à la conversation et d’effacer mon air bête. J’entendis vaguement Havan parler de moi comme d’une amie, ce qui me fit un drôle d’effet. Etait-ce mes joues que je sentais rougir ?
    Yoda semblait ravi qu’un jedi ait réussi à le rejoindre et je faillis lui répondre que c’était un coup de chance si nous avions atterri sur Dagobah mais je restais silencieuse. Les vaines protestations d’Havan furent balayer d’un revers par la petite créature et je me sentis sourire jusqu’aux oreilles.


    – Et c’est un excellent Jedi ! Je lui dois la vie … deux fois !

    Yoda émit une sorte de gargouillis que j’interprétais comme un rire étouffé. Sa présence sur cette planète m’intriguait énormément et je n’avais qu’une hâte : qu’il nous raconte les raisons de sa présence sur Dagobah. J’étais persuadée que son récit serait des plus passionnants, mais l’environnement que l’on pouvait clairement qualifier d’hostile n’était pas des plus engageant pour une histoire autour d’un feu de camp.
    A mesure que les minutes défilaient, j’avais l’impression que cette brune étrange s’épaississait et gagnait en hauteur. Il me fallait faire appel à tout mon courage pour ne pas me précipiter dans le vaisseau et attendre que cette atmosphère surréaliste se calme.

    Me rendant compte que j’étais loin d’être une jeune fille bien élevée et polie, je rompis le silence pour rattraper ma bêtise, en gardant mon sourire pendu aux lèvres.


    – Je suis honorée de faire votre connaissance Maître Yoda. J’ai souvent entendu votre nom, il faisait partit de ceux qui revenaient fréquemment dans les histoires que l’on me comptaient le soir.

    Et si on bougeait de là hein ? L’odeur commençait sérieusement à me donner la nausée et très franchement je ne me voyais pas clôturer cette rencontre en vomissant tripes et boyaux sur les pieds d’un des Maîtres Jedi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Mar 22 Mai 2012 - 19:20

La demeure de Yoda qu’il nous désigna au loin du bout de sa canne se révélait quelque peu inadaptée à des humains, aussi pour éviter de nous cogner la tête tout bout de champs je lui proposais de venir à bord de l’Iron II pour continuer cette discussion à peu près au sec et à l’abri des miasmes puants du marécage. Après avoir un peu rechigné sur la description de son habitat, le petit être accepta et nous nous retrouvâmes un peu plus tard dans la pièce centrale du vaisseau. Une fois assis, je repris sur un sujet qui me taraudait depuis plusieurs jours, en fait depuis ma dernière mission avec Ariyà.

Maître Yoda, les siths sont de retour. Pas seulement Palpatine et Vador, nous en avons croisé un sur Ghorman alors que l’empire ne croyait y avoir affaire qu’à de petits groupes rebelles. Si dans un secteur secondaire un sith s’est déplacé en personne, il doit y en avoir d’autres.

Je repris toute l’histoire au bénéfice de Yoda qui ne pouvait plus suivre l’évolution de la lutte au fin fond de cette planète perdue et coupé de toute communication moderne. Et je lui racontais tout… la mort apparente de Palpatine, la montée en puissance de la rébellion, notre mission à Ghorman, le combat contre Darth Oxious… je ne lui cachais que mes sentiments envers Ariyà, cette partie de l’histoire étant bien trop personnelle pour que je la lui expose, surtout lorsque l’on connaissait ses préjugés envers tout ce qui pouvait ressembler à de l’attachement sentimental.

Après m’avoir écouté en silence, le maître jedi fronça les sourcils et remua ses oreilles, signe de grande réflexion chez lui. Marmonnant, il répondit :


Hmm… manipulateur toujours l’empereur a été, et il ne se fie à personne. Un contrepoids à la machine militaire impériale ces siths peuvent être, pour éviter qu’un groupe ne puisse devenir une menace pour lui.

Je devais admettre que même isolé et retiré des affaires, Yoda demeurait assez clairvoyant. Palpatine s’arrangeait toujours pour monter les uns contre les autres, favorisé les antagonismes entre ses lieutenants et surtout les empêcher de s’allier entre eux. Vador tenait la flotte impériale à l’œil, mais même le seigneur noir ne pouvait surveiller seul une galaxie. Ces nouveaux guerriers siths jouaient-ils le rôle de « missi dominici » auprès des moffs ? Le pouvoir politique et le pouvoir militaire constituaient deux grands joueurs sous l’empire, Palpatine venait-il de créer un troisième pôle ?

Je fus interrompu dans mes pensées par le bruit de la canne de Yoda frappant le pont métallique du vaisseau


Détruire les siths, vous devez !

Comme il y allait le petit vieux. Ai-je la tête du saveur de la galaxie ? Ca, pour vous refiler une corvée il savait y faire mais je ne comptais pas sortir de mon glorieux isolement qui seul me permettait de survivre face aux traques des impériaux. S’attaquer aux siths impliquait de se rendre dans des endroits auprès desquels Nar Shaada constituait un lieu de villégiature rêvé.

Devez ? Maître Yoda, je suis retiré du parcours depuis près de quinze ans, et si j’ai tué ce sith sur Ghorman c’est plus par chance qu’autre chose.
L’orgueil une faiblesse est, mais tu ne dois pas tomber dans le déni pour autant. Dans la vie, rien n’est du à la chance, il n’y a que la Force.

Décidément, il avait réponse à tout et savait ressortir les vieilles maximes à bon escient. Oui, je savais combattre les siths, oui je savais mener une guérilla et tout ce que cela impliquait. Mais ne pouvait-il pas comprendre que je ne voulais plus me mêler de sauver une république qui nous avait abandonnée . Lui-même vivait à l‘écart, pourquoi donc aurais-je du entrer en lutte contre l‘empire ? Le respect que je ressentais toujours envers Yoda me retint de lui sortir tout cela, aussi je tentais une approche plus diplomatique.

Très bien, très bien. Admettons. J’ai réussi à tuer ce sith sur Ghorman, d’accord. Mais que puis-je faire d’autre alors que je suis seul ?

Un fin sourire apparu sur les lèvres du vieux maître jedi lorsqu’il tourna son regard vers Ariyà.

Seul ? Seul tu n’es pas.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Mer 23 Mai 2012 - 11:46


    C’est avec soulagement que je retournais sur l’Iron II en compagnie d’Havan et de Yoda. Je commençais à saturer de respirer cette atmosphère pestilentielle… Notre séjour sur Dagobah s’annonçait compliqué dans ces conditions. Havan et Yoda s’était installés sur les fauteuils de la pièce principale du vaisseau et je m’étais volontairement chargée d’amener à notre invité de quoi boire et manger. La petite créature ne fit pas le difficile et dévora tout ce qui se trouvait devant lui…Et quand je dis tout, c’est tout ! Même les papiers d’emballage dit donc !
    Pendant que lui s’empiffrait, Havan lui racontait en détail tout ce qu’il avait raté en restant terré sur cette planète. Et il y avait de quoi faire un roman, peut-être même un film tient ! Il ne lui épargna aucun détail, de notre mission sur Ghorman et de notre arrivée sur Dagobah.

    Yoda, après avoir dévoré l’équivalent d’une semaine de ration, reprit un air sérieux. Passé les premières difficultés de compréhension, je me retrouvais à boire ses paroles comme une élève devant un professeur passionnant. Je tâchais de ne rien montrer pour ne pas avoir l’air d’une groupie stupide et décérébrée. Cependant je ne fus pas longue à redescendre de mon nuage. La douche froide se produisit assez violemment lorsqu’il ordonna à Havan de détruire les Sith. Avait-il perdu l’esprit à force de respirer ce brouillard verdâtre ? Non pas que je doutais des compétences d’Havan, mais il risquait sa vie à chaque combat contre l’un de ces chevaliers noirs…s’il avait tué Darth Oxious sur Ghorman, il ne fallait pas oublier le facteur chance et…et puis c’était littéralement l’envoyer au suicide et…et non, non, je ne voulais pas qu’il meure.
    J’approuvais d’un hochement de tête la question de Havan concernant son pouvoir à éradiquer la menace Sith tout seul et je dois reconnaître que la réponse de Yoda me coupa le souffle.


    - Vous ne pensez pas…c’est ridicule… Je suis peut-être douée avec un blaster mais face à un sith cela ne sert à rien…. Et même si je faisais l’appât comme sur Ghorman, qui nous dit que ça marchera à chaque fois….Avec tout le respect que je vous dois….c’est du suicide.

    J’étais loin d’être une peureuse, je pense que mes états de service au sein de l’Alliance Rebelle prouvaient ma détermination et le courage que demandait certaine mission. Je n’avait jamais bronché, jamais refusé une seule mission et par je ne sais quel miracle j’étais toujours en vie. Mais j’étais loin d’être une désespérée prête à me jeter la tête la première dans une mission d’où il était certain que je ne reviendrais pas.

    - L’arme d’un jedi un blaster n’est pas. Pas plus que celle d’un padawan. Apprendre à manier la force tu dois et un bon professeur tu as là.

    Je croisais le regard d’Havan et restais bouche bée. Ce n’était pas du tout dans le programme et je n’étais pas sure de vouloir que ça y soit. Je n’avais pas besoin de me mentir sur certains points, après tout après ma mission sur Nar Shaddaa, j’avais cherché des nuits durant la piste de n’importe quel chevalier jedi encore en vie. A ce moment là, je n’avais souhaité qu’une chose, en trouver un et apprendre de lui ce que mon père n’avait pas eu le temps de m’apprendre. Depuis sa mort, j’avais toujours eu en tête l’envie de suivre ses traces. De devenir comme lui : un jedi. Je connaissais les sacrifices auxquels devaient se plier les jedi tout au long de leur vie et jusqu’à présent cela ne m’avait posé aucun problème puisqu’il s’agissait des mêmes que ceux qu’exigeait l’Alliance au sujet de ses espions. Mais les choses avaient changé depuis.
    Non.
    En fait une seule chose avait changé… et la cause principale était devant moi.
    Si j’acceptais ce que proposait Yoda, je perdais la seule personne à laquelle je tenais. Ce lien était encore nouveau et indéfinissable pour moi, mais il était là et il me rassurait. Jusqu’à présent je m’étais dis que j’aurais tout le temps de le comprendre, de l’analyser et de décider…mais j’étais au pied du mur. Un seul mot de lui m’aurait suffit pour choisir… un seul… mais rien ne me prouvait qu’il savait ou qu’il imaginait quel bouleversement ce choix impliqué pour moi, ni même le torrent d’émotion contradictoire que j’éprouvais à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 24 Mai 2012 - 8:02

Je restais sidéré lorsque Yoda nous indiqua qu’il me fallait prendre Ariyà comme ma padawan afin de la former à devenir une jedi. Dans la catégorie des surprises intersidérales, celle là se plaçaient à haut niveau et il me fallut quelques secondes pour reprendre mes esprits et retrouver l’usage de la parole. Malgré le temple détruit, malgré l’empire régnant d’une main de fer sur la galaxie et les siths traquant les derniers jedis survivants, voilà qu’il voulait que je reprenne le flambeau des formateurs comme si tout se déroulait encore comme avant la guerre. Me levant, je demandais d’un ton un peu sec :

Maître Yoda, pourrais-je vous parler en privé ?

Quittant le vaisseau, nous nous éloignâmes quelque peu jusqu’au bord du marigot. Entre l’odeur du lieu et les émanations du côté obscur en provenance du bois, j’aurais du me sentir mal mais je ne pensais pas une seule seconde à mon environnement.

Vous n’y pensez pas ? Que je prenne Ariyà comme padawan ? L’ordre jedi est fini, le temps des padawans aussi.
Non. Pas plus que les siths disparus n’avaient. Puissante dans la Force elle est, et unis beaucoup vous pourrez accomplir.

Je savais que sur le papier du moins Yoda parlait vrai. Deux jedis combattant de manière unis pouvaient venir à bout de mains adversaires, fussent-ils de puissants seigneurs siths. Mais accepter de prendre Ariyà comme ma padawan aurait profondément transformé nos rapports alors même qu’ils demeuraient flous et que nous n’osions trop en parler.

Je ne suis plus un jedi, Yoda. Tout du moins plus comme vous l’entendez. Prendre Ariyà comme padawan serait détruire ce qui nous lie.
L’amitié survit à un tel lien. Inchangés seraient vos rapports.

Il ne s’agissait pas que d’amitié mais je n’osais encore l’admettre, bien que je commençais à me douter que le maître jedi n’en ait déjà deviné bien plus que ce que je lui en disais et qu’il me poussait dans mes retranchements volontairement. Le lien qui existait entre Ariyà et moi se renforçait peu à peu atteignait des niveaux plus intimes bien que jamais il n’en ait été question. Je ne pouvais nier que je ne voyais pas juste la jeune femme comme un compagnon d’armes. Préférant éviter le sujet, je tentais un autre angle d’attaque.

Ariyà est une amie qui m’est chère, la former à la Force serait la mettre en grand danger alors que les siths sont de retour. C’est la fille de Rewan ! Et vous savez très bien que Rewan a été un frère d’arme pour moi.
Vraiment ? Et comme ta fille aussi tu la considères ? Ou plus que cela est-elle pour toi ?

A cela je ne sus que répondre, le petit être ayant frappé juste. Je ne pouvais nier qu’Ariyà constituait un élément primordial dans ma vie ces derniers mois, et que je m’imaginais désormais mal vivre sans elle. Lorsqu’à bord de la flotte rebelle j’avais cru ne plus jamais la revoir, une sourde mélancolie s’était alors emparée de moi. Est-ce que je l’aimais ? Il me faudrait affronter cette question en face mais pas ici, pas sur Dagobah, pas si près des sources obscures.

Prends garde Havan, la force des sentiments et la peur de perdre l’être aimé un danger sont. L’exemple de Skywalker tu ne dois pas oublier.

Se retournant, le maître jedi s’en retourna dans la brume en direction de sa cabane. Je restais de longues minutes sans bouger, à contempler en silence le marais sans même le voir. Je ne voyais qu’une seule chose : je ne voyais que la jeune femme qui était entrée dans ma vie et l’avait bouleversée. Quinze ans durant je n’avais compté que sur moi-même pour et voilà que je ne pouvais quitter Ariyà qui pourtant venait de réussir en quelques semaines de me mettre à dos mon employeur hutt et de me lancer dans le conflit entre l’empire et la rébellion.

Un léger bruit de pas me fit me retourner.


Ariyà ?

Bon sang, depuis quand était-elle là ? Qu’avait-elle entendu de ma conversation avec Yoda ?

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 24 Mai 2012 - 12:02

    En privé ? En privé ! Non mais elle était bonne celle là ! Dites tout de suite que je vous dérange… Et puis cette discussion me concerne tout autant que lui alors pourquoi demander un entretien privé avec le vieux maître jedi hein ? Pfff…
    Je n’avais pas souvent mauvais caractère mais je savais parfaitement bouder, pester et râler quand il le fallait. Et là c’était l’occasion idéale ! Croisant les bras devant ma poitrine, je m’enfonçais contre la banquette et regardais partir ces messieurs. J’étais vraiment stupide d’avoir cru qu’il comprenait mon désarroi devant cette annonce. On n’avait pas vraiment approfondi le sujet de cette connexion étrange qu’il y avait entre nous, mais je pensais qu’il l’avait ressenti lui aussi. Or là, il était clair que j’étais là seule à me faire des idées. C’était peut-être le confinement forcé dans ce vaisseau et notre mission sur Ghorman qui m’avait fait m’imaginer des choses ridicules. Comment pourrait-il penser à moi autrement que comme celle qui lui avait gâché tous ces projets dans le secteur Hutt, ou encore comme celle qui l’avait entraîné si près de l’empire qu’il avait faillit laisser sa peau face à un sith ?

    Non, il ne ressentait rien qui soit comparable à ce que j’éprouvais. J’avais encore du mal à comprendre de quoi il s’agissait…un attachement profond, une amitié sincère… Pourquoi ? Je ne le connaissais pas après tout. Pourtant j’avais été envoyé des centaines de fois en mission et je n’avais jamais rien ressentie de tel pour mes partenaires d’alors…
    Raaahhh.
    Je ne supportais pas cogiter ainsi. C’était idiot et totalement inutile en plus, il avait suffit que cet homme débarque pour que j’oublie tous mes rêves de jedi et de sabre laser. Si je devenais padawan, son élève à lui ou celle d’un autre, cela règlerait la question définitivement. Je devrais tirer un trait sur lui définitivement. Ce qui, de toute évidence, était loin de le déranger.

    Quittant rageusement ma place, je me précipitais vers la sortie du vaisseau. Cette conversation me concernait et il était hors de question que je me fasse évincer juste parce que Monsieur ne voulait pas dire devant moi qu’il ne supportait pas l’idée de me former.
    Cette fois ci je ne fis guère attention à l’odeur nauséabonde, ni même au brouillard qui avait continué de monter lentement, m’arrivant presque au dessus du genou. J’aurais du m’en inquiéter, il pouvait y avoir tout un tas de chose caché là-dessous mais je filais droit devant.
    Je repérais les deux hommes – enfin l’homme et Yoda – au son de leur voix. Alors que je faisais un nouveau pas vers eux, je me mis bêtement à culpabiliser. J’étais en train de réagir comme une gamine, c’était stupide et puéril…J’aurais du faire demi tour, je sais bien, mais une phrase me figea sur place. Les dernières paroles d’Havan me surprenaient tellement que je restais quelques secondes à me demander à quoi réagir en premier. Au fait qu’il me considérait comme une amie chère ? Ou bien qu’il ait omis de me dire qu’il avait été le frère d’arme de mon père ? Et les paroles de Yoda vinrent tout embrouiller… l’être aimé ? Skywalker ?
    Bon sang je n’avais rien à faire là, je fis demi tour pour regagner le vaisseau mais je dus faire un peu trop de bruit et j’eus l’impression de vibrer lorsque j’entendis mon prénom prononcé par Havan. Inutile d’imiter le cri d’une chouette et de m’enfuir lâchement…. Il savait que j’étais là alors autant le rejoindre…lentement…très lentement.


    - Je… j’aurais du rester dans…Mais en même temps vous êtes tellement…et cette conversation me concernait aussi…je suis désolée.

    C’était un mélange entre colère, indignation et ton de petite fille fautive…J’étais en colère contre lui et maintenant que je l’avais devant moi, que je pouvais croiser son regard, je me rendais compte que ce n’était pas seulement parce qu’il m’avait exclu de sa conversation avec Yoda. C’était plus profond que ça… Je lui en voulais d’être là, d’être lui, je lui en voulais parce que s’il acceptait de me former alors je devrais l’oublier en l’ayant constamment près de moi… Et pire que tout, je lui en voulais parce qu’il n’était pas honnête avec moi et que je n’arrivais pas à l’être avec lui.
    Qu’aurais-je pu dire ? « Asseyons nous en tailleur et parlons calmement de cette attirance que nous éprouvons l’un pour l’autre ! » Un peu trop direct non ?


    - Pourquoi ai-je constamment l’impression que quoi que je fasse…je suis un poids pour vous ? Il n’y a pas une journée depuis notre rencontre ou je ne vous ai pas causé des problèmes…C’est pas comme ça que j’imaginais les choses…. entre nous.

    Ne pouvant plus soutenir son regard sans sentir ma gorge se nouer, je tournais des talons et repris le chemin vers le vaisseau. Je me sentais nauséeuse et cette odeur n’arrangeait rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 24 Mai 2012 - 12:56

Ariyà se détourna et me laissa seul dans la brume épaisse du marais. Je sentis une sourde colère naître en moi. Colère de ne pas réussir à accepter la réalité en face. Colère de me trouver dans une situation tellement compliquée du fait de mon passé. Un regard aux arbres morts qui délimitaient ce bois imprégné du côté obscur me fit l’effet d’une douche froide qui me rappela où je me trouvais. Prenant brusquement ma décision de cesser d’agir en ancien jedi incapable d’accepter réellement la fin de l’ordre, je tournais les talons et repris d’un pas rapide la direction du vaisseau. Je retrouvais Ariyà dans la pièce centrale mais je passais sans m’arrêter, lui expliquant juste :

Dagobah n’est pas le lieu idéal pour parler avec sincérité.

Sans attendre la réponse, je m’installais au poste de pilotage et démarrais le réacteur. Nous reviendrions peut être un jour sur Dagobah, et je sentais instinctivement qu’une épreuve nous attendait au fond des bois obscurs, mais l’heure n’était pas encore venue pour ce défi. Pour l’instant il nous fallait admettre certaines choses, et Dagobah ne s’y prêtait vraiment pas. Il allait nous falloir avouer ce que nous avions au fond du cœur hors de cet endroit où l’influence du côté obscur était trop puissante et trop insidieuse.

Une fois en orbite, je coupais le réacteur et revint dans la pièce principale. La jeune femme n’avait pas bougé, comme si elle m’attendait. M’asseyant face à elle, je me demandais comment lui parler de mes sentiments. Vraiment pas aisé, même en mettant de côté ces aspects d’entrainements à la Force que je me refusais à voir interférer.


Ariyà, je…

Par où commencer ? Je sentais instinctivement ce que je voulais lui dire, lui expliquer, mais je ne voyais pas comment aborder les choses aisément. Me rappelant qu’elle m’avait dit quelques instants plus tôt avoir l’impression de n’être qu’un poids pour moi, je décidais de repartir de là pour lui ôter cette vision faussée.

Comment vous dire ? Depuis que nous nous sommes rencontrés sur Nar Shaada, ma vie bien tranquille a été bouleversée. Les hutts, la rébellion l’empire… tous les dangers que je cherchais à éviter nous sont tombés dessus. Depuis quinze ans je fais profil bas, évitant de compter sur quiconque et ne pensant qu’à moi. Tout ce sur quoi j’ai bâti ma vie après la chute de l’ordre jedi vient de voler en éclat.

Je vis une larme poindre au coin de l’œil de la jeune femme. Larme de tristesse face à ce qui semblait annoncer une séparation ? Larme de colère face à ce qui aurait pu être pris comme une accusation ? Je l’ignorais, mais je poursuivis :

Et pourtant je ne regrette rien. T’avoir rencontré est la plus belle chose qui me soit arrivée.

Cette fois, ce n’était ni de la tristesse ni de la colère mais de la surprise. Cependant, je ne mentais pas. Ariyà comptait désormais plus pour moi que tout ce à quoi je m’étais raccroché durant ces longues années et jamais je n’aurais accepté de revenir à l’ancienne situation si cela m’avait été proposé. La vision de la jeune femme sur son influence dans ma vie se trouvait en effet faussée. Certes elle avait bouleversé ma vie, mais elle m’avait apporté tellement plus.

Le passage au tutoiement était révélateur, je sortais de mon formalisme envers elle pour passer à un ton plus intime, plus honnête. Les dernières réticences de mon côté jedi tombaient les unes après les autres.


Ariyà, je n’ai jamais été aussi heureux que depuis notre rencontre. Je…

Les mots avaient du mal à sortir mais ils étaient comme un barrage fissuré, prêts à céder à la moindre pression supplémentaire. Ce n’était pas des mots qu’un jedi prononce souvent, en théorie ce ne sont pas des mots qu’il doit jamais prononcer. Jetant aux enfers les règles des jedi dont je me drapais encore comme d’un lambeau de gloire perdue, j’avouais enfin ce que je ressentais au fond de moi-même :

Je t’aime.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 24 Mai 2012 - 13:43

    Le calme de la pièce centrale du vaisseau n’arrivait pas à m’apaiser, j’étais trop submergée d’émotion contradictoire. J’avais envie d’exploser, de me défouler sur la première chose qui me passerait sous la main, mais j’avais également envie de pleurer, de me recroqueviller dans un coin et de ne plus en sortir. Le vaisseau décolla mais je fis mine de ne pas réagir. Pourquoi quitter Dagobah ? C’était la planque idéale ! Voulait-il fuir le Maître Jedi ? Avait-il décidé de mettre le cap sur la première planète qu’il trouverait pour le larguer dans un spatioport et reprendre sa petite vie ? Etrangement je ne lui en aurais pas voulu. Je lui avais causé tant de problème que cette réaction aurait presque été normale. Mais je ne sentis pas la poussée d’accélération du vaisseau. Il était à l’arrêt, en orbite autour de la planète.
    Lorsqu’il se planta devant moi et qu’il m’envoya à la figure ce que je savais déjà, j’eus beau me mordre la lèvre inférieure, je sentis les larmes monter à mes yeux. Il avait tellement raison, et je m’en voulais tant…Il avait raison, j’avais foutu en l’air sa petite vie tranquille, j’avais réduit à néanmoins son petit commerce lucratif et je l’avais obligé à me révéler sa véritable nature…contre son gré j’en étais certaine.

    J’allais me mettre à chialer…deux secondes et je me transformais en fontaine mais la phrase suivante me surpris tellement que j’en restais bouche bée. J’avais bien entendu ce qu’il venait de dire là ? C’était impossible…
    Mais il continuait, il était en train de s’ouvrir, de déverser tout ce qu’il retenait en lui et je prenais ce flot de parole en pleine figure. Avais-je pressentis les derniers mots qu’il allait prononcer ? Peut-être, j’avais levé ma main, l’index tendu comme pour le faire taire, l’empêcher dans dire plus. Mais les trois petits mots franchirent ses lèvres et là ce fut pire qu’avant.

    Je savais ce qu’impliquait une formation de padawan, je savais que j’aurais du tirer un trait sur les sentiments que j’éprouvais pour lui. Mais jusqu’alors ça m’était moins difficile…parce que j’avais pensé qu’il ne ressentait pas la même chose. Mais maintenant…Le sacrifice était encore plus douloureux, plus cruel aussi. J’avais probablement viré au rouge et mon air choqué ne devait probablement pas le rassurer. Je me levais brusquement mon poing dans le premier placard venu. Et je continuais de taper tantôt avec le plat de la main, tantôt avec mon poing. Je devais avoir l’air d’une hystérique mais il fallait que je me défoule sur quelque chose d’autre que lui.


    - C’est injuste déclarais-je sans cesser de taper, et en me rendant compte à cet instant que je pleurais. Tu ne peux pas dire ça…Tu ne peux pas me faire ça….tu sais ce que ça implique bon sang… Et c’est injuste… Pourquoi toi ? Hein ? J’aurais pu tomber sur n’importe qui d’autre mais...

    Epuisée de cogner, je me laissais tomber sur la banquette, totalement vidée. Aucun regard vers mes mains probablement dans un sale état, aucun regard vers Havan, vers rien du tout… Je fermais obstinément les yeux, espérant que j’allais bientôt me réveiller. Mais ne voyant rien venir de tel. Je me concentrais pour essayer de m’exprimer de façon plus cohérente cette fois.

    - Devenir Jedi comme mon père…c’était mon rêve…Parce que je voulais lui ressembler, je voulais vivre selon le code Jedi, aider et sauver des gens quoi qu’il m’en coûte… Mais là… tu viens d’augmenter le prix qui était exigé de moi…

    Relevant la tête, je croisais le regard d’Havan qui n’avait pas bougé d’un poil. Mon numéro de boxe avait peut-être changé l’image qu’il avait de moi, mais il valait mieux que je démonte sa cuisine que sa tête, je suis sure qu’il aurait été d’accord avec moi.

    - Tu es le seul à m’avoir dit ces mots…et tu es le seul de qui je rêvais de les entendre…Comment pourrais-je accepter une formation de jedi après ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Jeu 24 Mai 2012 - 14:37

Je ne m’attendais vraiment pas à une réaction aussi violente de la part d’Ariyà. Encore que… une gifle en plein visage aurait pu être sa réponse indignée à ma déclaration, donc dans le fond qu’elle choisisse de démolir méthodiquement ma cuisine était un moindre mal sauf sans doute pour sa malheureuse main qui perdait par ko technique face au métal. Furieuse, elle me hurla que c’était injuste, augmentant encore ma perplexité. Qu’est-ce qui était injuste ? Je commençais à comprendre un peu mieux où elle voulait en venir lorsqu’elle me parla de son père et de sa volonté de suivre ses traces comme jedi.

Peu à peu, le puzzle s’assemblait lorsque je compris ce besoin de suivre le destin paternel. Le code des jedi interdisait de se laisser aller à des émotions trop puissantes, et nul ne pouvait nier que l’amour en faisait partie. Le fait qu’aucun jedi ne se soit marié du temps de l’ancienne république renforçait encore plus cet aspect rigide de leur personnalité et Ariyà considérait que pour suivre le chemin tracé par Rewan, elle se devait d’agir ainsi. Je notais tout de même avec un certain plaisir qu’elle désirait entendre les mots que je venais de prononcer… quand bien même ils constituaient à ses yeux la fin de ses rêves.


Comment pourrais-je te donner une formation de jedi alors que je n’en suis plus un depuis des années et que j’ai renié la plupart de leurs principes ? Jedi n’est qu’un mot, Ariyà. Un mot dont nous nous servons pour désigner les utilisateurs du côté clair de la Force. Ce n’est pas respecter de vieux principes qui fait le jedi, c’est ce qui l’anime au fond de son cœur.

De fait, au cours des millénaires le code des jedi avait maintes et maintes fois évolué. Durant sa longue histoire, l’ordre avait toujours eu du mal à clarifier ses positions vis-à-vis des sentiments amoureux malgré que nombre de ses membres en aient ressentis. Dès l’époque de ma formation, plusieurs préceptes du code me paraissaient quelque peu rigides et peu adaptés à la nécessiter d’un jedi de comprendre réellement ce qui faisait tourner la galaxie. Pendant toutes ces années j’avais enfoui ces questions qui ne me gênaient guère au quotidien, mais je savais désormais quelle était la réponse…

…le code jedi se trompait, par excès de rigidité et refus d’admettre la réalité de la nature humaine. Le considérer comme un absolu pouvait mener aux mêmes erreurs que le rejeter en bloc.


Les grands maîtres du temple affirment que l’amour conduit au côté obscur car il éveille des passions puissantes. Et pourtant les siths eux-mêmes renient et méprisent l’amour, alors qu’ils louent les vertus de la convoitise et de la colère. Fermer son cœur, étouffer ses sentiments… crois-tu vraiment que cela aide un jedi à devenir meilleur ?

Me levant, je vins m’asseoir à côté d’elle sans toutefois trop m’approcher, n’étant pas sur de son état émotionnel. Je ne voulais pas spécialement partager le sort de cette pauvre armoire.

Pourquoi les jedis n’auraient-ils pas le droit d’aimer ? Crois-tu vraiment que ton père ait regretté un seul instant d’avoir trahi les préceptes des grands maîtres ? Crois-tu qu’il ait regretté un seul instant de te voir grandir, de pouvoir te chérir ? Crois-tu qu’il aurait lutté pour tenter de sauver la galaxie s’il ne vous avait pas autant aimé, ta mère et toi ?

J’avais gardé pour la fin mon argument visant à toucher le point sensible que constituait Rewan. Fille d’un jedi, j’espérais que lui rappeler les actions et les choix de son père ferait plus que tout le reste vaciller ses certitudes. Si son propre père devait lui servir de modèle, alors elle ne pouvait qu’admettre que l’amour n’était pas un sentiment interdit aux jedis. Se refuser ce que son père s’accordait, voilà une position indéfendable pour elle et vers laquelle je tentais de l’acculer.

Je posais une main sur son poignet, sentant le léger tremblement qui l’habitait dans ce chaos d’émotions nés de ma déclaration. Je savais ce que je voulais désormais, je savais que je ne voulais plus jamais la quitter. Quinze ans durant les restes des préceptes de l’ordre avaient constitué un poids sur mes épaules dont je rechignais à me débarrasser, mais Ariyà venait de me faire comprendre qu’il me fallait dépasser ces préceptes pour admettre qui j’étais vraiment.


Ariyà, je t’aime et rien ne pourra changer cela. Puis-je te former comme jedi au sens que l’entendaient autrefois les grands maîtres du temple de Coruscant ? Non. Puis-je te former comme jedi au sens que l’entendait ton père lorsqu’il tomba amoureux de ta mère ? Oui.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryià Renhanda

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 26
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Espionne au service de l'Alliance Rebelle

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 25 Mai 2012 - 11:45

    Je l’écoutais parler sans l’interrompre et je me rendais compte que j’adorais ça. Le son de sa voix, les mots qu’il choisissait…j’adorais l’écouter. Mais ces paroles me firent froncer les sourcils. Si le début m’avait presque laissé indifférente, la suite beaucoup moins. Les yeux rivés sur la table devant moi, je m’efforçais de ne pas l’interrompre, de le laisser terminer. Que savait-il exactement sur mon père ? Ce pouvait-il qu’il ait connu ma mère ? Connaissait-il son identité alors que durant toutes ses années on s’était évertué à m’envoyer paître chaque fois que je posais une question sur elle ? Je voyais bien qu’il essayait de me calmer, de me réconforter, même si c’était quelque peu maladroit. Lorsqu’il prononça mon prénom je levais à nouveau la main, pressentant qu’il allait à nouveau prononcer ces trois petits mots qui m’avaient bouleversé, mais il ne s’arrêta pas et je les entendis raisonner à mes oreilles pour la deuxième fois.

    Je détestais qu’il fasse ça, qu’il me déconcentre, qu’il m’amadoue juste avec ces trois mots, et pourtant j’adorais les entendre dans sa bouche…Je ne me serais pas lassée de les entendre indéfiniment. Le silence qui suivit me fit réaliser que c’était à moi de parler, je devais répondre quelque chose mais quoi ? Quel sentiment écouter en priorité ? J’avais tellement de chose à répondre à tout ce qu’il venait de dire. Rester calme, ça c’était le principal. Mes yeux glissèrent sur les doigts qu’il avait posés sur mon poignet. C’était probablement notre tout premier contact physique ce qui devait expliquer mon cœur battant la chamade et ce nœud au creux de mon ventre. J’avais besoin de garder mon esprit clair et pour cela je ne voyais hélas qu’une solution. Je me levais et fis quelques pas au milieu de la pièce.

    Reste calme, respire, ne bafouille pas tu te rendrais ridicule une fois de plus, c’est pas compliqué de respirer non. Bon et maintenant réponds sinon il va croire que tu n’as rien écouté…


    - Mon père obéissait au code Jedi. De toute évidence ma naissance n’était que le fruit d’une erreur de jeunesse sinon comment expliquer que jusqu’à sa mort je le prenais pour mon oncle, ou pourquoi il n’avait jamais voulu me parler de ma mère.

    Ces souvenirs là m’étaient encore douloureux. J’avais vécu dans le mensonge toute mon enfance et le jour des funérailles de mon père, lorsque j’avais tout appris d’un bloc, j’avais eu beaucoup de mal à m’en remettre. Je lui en avais beaucoup voulu, des mois durant je ne supportais pas la simple évocation de son nom. Mais j’avais fini par comprendre qu’il m’avait caché la vérité parce qu’il en avait honte lui-même. Il m’avait aimé comme sa fille, de cela j’en étais persuadée, mais jamais il ne m’a parlé de ma mère ni de l’amour qu’il avait éprouvé pour elle. Il avait honte d’avoir bafoué l’une des règles les plus importantes du code Jedi, il m’avait caché auprès de sa mère, s’était fait passé pour mon oncle et m’avait tenu loin de ma mère pour ne pas que l’Ordre Jedi l’apprenne. Du moins c’est ce que j’avais toujours imaginé, et cette version là me convenait parfaitement.

    - Quand j’étais jeune, lorsque je posais des questions sur ma mère il me répondait : Elle est morte en te mettant au monde, arrête de retourner le couteau dans la plaie tu chagrines ta grand-mère en parlant d’elle. Et le jour de ses funérailles, quand j’ai su la vérité sur lui et sur son histoire, on n’a rien voulu me dire sur ma mère. Seulement qu’elle m’avait laissé aux soins de mon père.

    D’un geste sec de la main je balayais l’air, agacée de mettre livrée à de telles confidences. Je n’avais jamais parlé de cela à personne, et je n’aurais probablement pas du le faire maintenant. Mais, il avait essayé de me remonter le moral en parlant de l’amour qu’éprouvait mon père pour ma mère et moi… Or pour moi, il était clair qu’on ne pouvait pas parler d’amour entre eux deux. Juste…d’une erreur qui vingt six ans après se posait bien trop de question à leur sujet.
    Faisant face à Havan, je le regardais en écoutant le silence s’installer entre nous. Il avait mis trois mots sur le sentiment que j’éprouvais lorsque je le regardais. Il m’avait fait y voir plus clair sur ce que je ressentais en me disant ce que lui il ressentait pour moi. J’en avais encore le cœur qui battait à tout rompre...


    - Havan…

    Prononcer son prénom le fit tambouriner encore plus. J’avais l’impression d’être une idiote en face de lui, pourtant je n’étais pas une jeune pucelle écervelée loin de là ! Mais il me renvoyait à mes premiers amours d’adolescente, c’était très étrange comme sensation.

    - Tu as raison…Après tout, si les jedis n’avaient pas le droit d’aimer, personne dans cette galaxie ne pourrait me former…Ce que je ressens pour toi est trop fort pour que je puise l’ignorer ou l’oublier. Je n’arrive pas à expliquer pourquoi…ni comment en si peu de temps tu as pris une place aussi importante dans ma vie… mais je sais que je préfèrerais perdre toute possibilité de devenir un jour un jedi plutôt que de te perdre toi.

    C’est en prononçant ces derniers mots que je me rendis compte qu’ils étaient entièrement vrais. Quelques minutes avant je lui en voulais de m’imposer un tel sacrifice, mais maintenant c’était clair qu’il n’y avait pas de sacrifice à faire, si j’avais du choisir, je l’aurais choisi lui, sans l’ombre d’une hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havan Kehln

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 11/04/2012

Feuille de personnage
Age du personnage: 41
Type d'univers: Star Wars
Métier/fonction: Chevalier Jedi

MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   Ven 25 Mai 2012 - 14:01

Nous restâmes de longues minutes ainsi en silence, nos mains s’effleurant. Il ne manquait plus à la scène qu’une musique bien mièvre et un gros cœur rose apparaissant au-dessus de nos têtes.

C’était magnifique…

Oui, en matière de gente féminine je me contentais d’habitude soit du quartier rouge de Nar Shaada où les petits mots d’amour sont remplacés par des prix soigneusement tarifés, soit des harems des seigneurs hutts où ces pauvres filles sont tellement terrorisées à l’idée de déplaire que je repartais avec une sensation de gêne. Et je vous interdis de juger mes mœurs, certes indignes d’un jedi que je ne suis plus ! Quinze ans dans la clandestinité à travailler comme contrebandier pour les pires crapules, cela use vos préceptes. Et contrairement aux hutts, je ne brutalisais jamais aucune ces malheureuses.

Bref, après ce passionnant détour par mon pas-toujours-très-glorieux-ni-reluisant passé, revenons à ce qui nous intéresse, à savoir les cas de conscience de notre héroïne adorée.


Que ton père t’ait caché son identité ne veut pas dire qu’il regrettait une quelconque faute. N’oublie pas que tu as grandi dans un monde ou les derniers jedi sont impitoyablement traqués par l’empire. Rewan menait une vie très dangereuse et courrait quotidiennement le risque d’être capturé par les sbires de Vador. Que crois-tu qu’aurait fait le seigneur sith en apprenant qu’un jedi avait eu une fille ?

Inutile d’être plus explicite, Ariyà pouvait aisément deviner qu’elle aurait alors reçu la visite d’un inconnu tout de noir vêtu parlant comme une machine et adepte de trancher dans la vif du sujet à grands coups de sabre-laser. Un enfant doté du pouvoir de la Force mais à l’esprit encore vierge de toutes notions de bien ou de mal… je ne pouvais qu’imaginer ce qu’un sith réussirait à en faire en l’éduquant selon ses préceptes, un autre Darth Maul sans doute.

Ta mère… je ne sais pas pourquoi Rewan est resté aussi discret. Était-elle elle aussi une jedi ? Ou une personnalité publique ? Le code jedi recèle tout de même beaucoup de paroles justes, et un des préceptes qu’il enseigne est de ne pas juger sans savoir.

Je pouvais imaginer mille et une raison ayant poussé Rewan à taire l’identité de son épouse, les plus probables étant qu’il avait également voulu la protéger contre ceux qui en voulaient à sa vie. Je ne pouvais que difficilement imaginer le déchirement de ne pouvoir révéler son identité à sa propre fille. Ce pan de mystère sur le passé de la jeune femme se lèverait peut être un jour, mais pas ici ni maintenant.

De fait, lorsqu’en quittant la flotte rebelle je m’étais dit que le hasard ne devait pas être la cause du choix de Dagobah par Ariyà, je ne me trompais pas. « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que la Force » disent les jedis et je voulais bien croire que notre rencontre avec Yoda était tout sauf fortuite. Sans cette rencontre, jamais Ariyà ne m’aurait parlé de sa volonté de devenir jedi, sans cette rencontre jamais je n’aurais ainsi pu lui ouvrir mon cœur. Une page de notre histoire débutée sur Nar Shaada devait s’écrire sur Dagobah, et nous savions désormais tous deux que d’autres suivraient.


Pour l’instant nous n’avons plus rien à faire sur Dagobah. Nous allons avoir besoin d’espace pour ton entrainement, la soute d’un vaisseau n’est pas l’idéal. Et pour être honnête l’idée de retourner passer des semaines près de ce marais malodorant imprégné du côté obscur, je ne vais pas y arriver.

Je ponctuais ma phrase par un léger rire. De plus, commencer à entrainer Ariyà sous le regard désapprobateur de Yoda qui était passé maître en la matière n’allait vraiment pas m’aider. Il nous fallait une planète calme, isolée, dotée d’un climat tropical et de grandes plages de sable fin léchées par une mer paresseuse où… quoi ? Qui a dit que je cherchais des critères pour voir Ariyà en tenue légère ? Je ne vous permets pas ! Une planète calme et isolée donc fera notre bonheur.

_________________
Fiche de personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[STAR WARS] Un petit voyage dans la bordure extérieure... ça te tente ? [Havan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [OCTGN] Premier tournoi français Star Wars JCE sur OCTGN
» Star Wars Pocket Models TGC
» Star Wars Starship Battle
» figurines STAR WARS
» Voyage dans la jungle [CLos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG univers connus-
Sauter vers: