AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réglement de compte ou justice?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Réglement de compte ou justice?    Mar 28 Aoû 2012 - 2:13

Le réveil ne fut pas brutal, puisque Galyn fut réveillé par le léger brouhaha provenant de la ville situé en contrebas de la forteresse d’Aelandir. Les bruits de la cité elfique n’avait absolument rien de reposant et comme Galyn se levait, il se dirigea aussitôt à la fenêtre qui permettait une vue d’ensemble sur les activités. On pouvait voir divers commerçants qui essayait d’attirer les passants. Sans trouver grand intérêt à ce qui se passait là, le jeune homme se détourna aussitôt pour gagner la salle d’eau réservé à lui. C’était le jour du procès et c’était aujourd’hui qu’il recroiserait Torlan. Il se devrait de resté calme, sinon tout témoignage provenant de sa part pourrait être déclaré comme étant non valide, simplement parce qu’il était trop impliqué dans l’accusation.

Le jeune homme fit sa toilette, en bonne et due forme. Il voulait être présentable pour le procès et donc, délaisser son accoutrement de garde du corps afin de portée ce que les couturières avaient laissé au bon soin de Galyn dans sa chambre la veille. L’habit qu’elles avaient laissé comportait un pantalon d’un brun très foncé, ainsi qu’un veston d’un vert foncé, qui rappelait vaguement les feuilles des arbres arrivé à maturité, une chemise blanche venait compléter le tout. Le jeune homme fixa un moment les vêtements et se décida finalement à les enfiler et lorsqu’il boutonna le dernier bouton, il était fin prêt à ce présenté à la grande salle où aurait lieu le procès. Cependant, il prit la précaution de glisser l’une de ses dagues à son coté, simplement parce qu’il ne délaissait pas ses bonnes habitudes de prudences que lui avait appris le métier de garde du corps.

Il quitta donc la chambre, sans un regard en arrière et se dirigea aussitôt vers la salle où se réunissait le grand conseil. En effet, cette pièce avait été modifié afin d’accueillir les personnes concernés par le procès et surtout, afin de faciliter le passage pendant les différents changements de témoins. Quand Galyn arriva finalement devant la salle, il y avait déjà beaucoup de personne réunis et instinctivement, son regard chercha la silhouette de la Dame Protectrice, qu’il avait dû protéger pendant près de deux ans déjà. Cette dernière se trouvait justement en compagnie de nobles, qui semblait parlementé sur un sujet très important concernant les protectorats. Pour sa part, le jeune homme n’avait pas tellement envie de plongé dans l’univers politique dès maintenant et il se contenta de détourner son regard vers un autre point. Il remarqua aussitôt l’absence de Dyarque parmi les personnes présentent et se souviens que c’était lui qui devait présider l’assemblé pendant le procès et qu’il serait donc déjà en train de se préparer.

Plusieurs longues minutes s’écoulèrent encore, tandis que tout le monde cherchait à savoir si l’être qui serait jugé pendant ses plusieurs jours, serait déclarés coupable. Finalement, un signal fut donner aux gardes qui se tenaient de chaque côté des portes et ils ouvrirent celles-ci afin de faire signe aux invités qu’ils pouvaient désormais entrer et prendre place. La salle était disposé de sorte à ce que chaque côté puisse permettre de loger les nobles et aux centres se trouvait un siège où serait assis l’accusé pendant son procès. Il y avait également des sièges situé sur le côté de la salle, qui servaient aux témoins ainsi qu’aux accusateurs. Ce fût donc vers cette endroit que Galyn se dirigea, alors que son regard se posa sur Dyarque, qui se trouvait également au centre de la pièce, surélever sur un piédestal. Tout le monde prit place à l’endroit qui lui était assigner ou plus ou moins assigné et ils attendirent le signal. Tout le brouhaha qui régnait auparavant dans la pièce se tut peu à peu afin de laisser un grand silence planer. Les regards étaient convergés vers Dyarque et ce dernier se décida finalement à donner le signal aux gardes qui se trouvaient prêt d’une petite porte située en retrait.


- Faites entrer l’accusé, dit-il d’un ton qui ne laissait pas place à la discussion.

Galyn s’était placé juste à côté de la demoiselle, puisqu’ils étaient placés de sortent à ce que l’ordre qui apparaîtrait pendant le procès soit respectés et naturellement, on avait choisi Galyn comme deuxième témoin à l’histoire. Lorsque la silhouette de l’invité fut finalement visible par l’ensemble de l’assemblé, le jeune homme serra la mâchoire à s’en casser les dents tellement la vue du personnage le mettait dans une colère noir. Déjà, l’audience ne faisait que commencer et il était déjà dans tous ses états. Comment ferait-il pour conserver son calme alors que Torlan raconterait l’ensemble des faits qui se sont déroulés avec ses parents, mais également avec la demoiselle, alors qu’il était censé de la protéger. On conduisit l’accusé jusqu’au siège qui lui était réserver et tous attendirent à nouveau le signal de Dyarque pour poursuivre la procédure du procès.

- Vous pouvez vous asseoir. Nous commencerons la séance par la description des crimes qui sont retenus contre l’accusé et ensuite, nous entendrons à tour de rôle les témoins parler de leur version de l’histoire. Un verdict sera finalement rendu, déclarant l’accusé innocent ou coupable des crimes qu’on lui reconnait.

Aucun villageois n’avait été autorisé à assister à l’audience et seuls les personnes de la haute société y était présent. D’une manière ou d’une autre, quelqu’un finirait par s’échapper sur ce que renferment ses murs et la nouvelle s’ébruiterait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Mar 28 Aoû 2012 - 20:25

Nyrlae s'efforçait de rester calme. Du moins, elle tentait de paraître maîtresse d'elle-même alors que tout en elle n'était que désordre intérieur. Elle aurait voulu hurler, pleurer, maudire, frapper, partir en courant... mais rien de tout cela n'était possible.

Elle avait passé beaucoup de temps à s'en vouloir, à se reprocher le comportement qu'elle avait vis-à-vis de Galyn. Cette situation la rendait malade. Elle n'avait pas eu besoin de chercher à l'éviter : ils avaient tout deux été très pris et s'ils se croisaient c'était en présence de Dyarque ou d'autres conseillers qui empêchaient toute discussion autre que politique. Elle avait refoulé peine et colère.

Quand elle avait réussi à mettre tout cela de côté, n'était plus resté pour lui occuper l'esprit que le procès en lui-même, et donc Torlan. Il lui avait été relativement facile pendant un temps de faire semblant d'être indifférente à l'idée de le revoir, mais plus le temps passait, plus elle sentait la terreur sourdre, de moins en moins contrôlable. Elle ne s'était rendue compte de rien, lorsqu'il l'avait manipulée. Et s'il recommençait ? L'idée d'être restée là, à sa merci, consentante...

Il allait pourtant falloir qu'elle se dresse face à lui et raconte une nouvelle fois ce qui s'était passé.

Elle le fit. Comme dans un cauchemar trop réel. Elle parla. Répondit aux questions posées par son père et les membres du Conseil afin que tous puissent entendre les réponses. Elle fixa le vide devant elle, blême, en tentant de ne pas voir Torlan. Elle aurait pourtant juré qu'il lui avait souri. Elle dut se faire violence pour ne pas s'effondrer.

Puis elle se retrouva à devoir supporter les explication du protecteur. Calmes et détaillées. Oui, il l'avait menée jusqu'au mariage, mais c'était évidemment avec son consentement. C'était même elle qui avait insisté. Les yeux fermés, tremblante et s'empêchant de craquer définitivement, la jeune femme était soulagée d'avoir pu s'asseoir après ses propres explications. Elle n'en pouvait plus.

Mais il y avait trop de témoins pour que la vérité n'éclate pas. Entendre la voix de Galyn, vibrante de colère, apaisa un peu Nyrlae. Elle savait qu'il devait aussi faire un effort pour se maîtriser, même si pour lui il s'agissait de haine et non de terreur comme celle qui lui nouait le ventre. Lören parla aussi, en agitant beaucoup les mains et en jetant des regards scandalisés à Torlan, choquée par ce qu'il avait osé faire. Puis d'autres témoignèrent à leur tour.

Nyrlae se sentait de plus en plus mal. C'était comme une lente descente aux enfers. Elle ne se souvenait pas de tout, loin de là, et chaque personne qui s'exprimait lui apprenait de nouveaux détails de sa manipulation. Plus les minutes passaient et plus elle avait honte.

Lorsqu'elle put enfin se retirer, elle courut à l'écart pour pleurer autant qu'elle le voulait. Elle se sentait d'autant plus mal qu'elle s'était promis de rester de marbre durant le procès. Là, tout le monde avait pu voir qu'elle avait perdu son sang froid. Tout le monde savait ce qu'elle avait laissé faire. Dyarque avait sans doute atténué les faits d'une manière ou d'une autre, mais selon le point de vue de la jeune femme, il y avait largement de quoi mourir de honte. Le pire avait été lorsque Lören avait avoué les avoir vu s'embrasser une fois. A chaque fois qu'elle repensait à sa dame de compagnie murmurant cela, un peu gênée, Nyrlae se remettait à sangloter sans pouvoir s'en empêcher et se détestait encore plus d'avoir cette réaction.

Occupé à faire avancer le procès, son père fit malgré tout une brève incursion dans son esprit pour lui enjoindre de se calmer et tenter de la rassurer. Sans grand succès : en soi, elle ne s'inquiétait pas pour le verdict. Torlan savait très bien lui-même qu'il avait définitivement raté son coup d'état. La sentence serait le bannissement ou plus probablement l'emprisonnement à vie au vu de la dangerosité de l'ancien protecteur. Mais toutes les explications du monde ne pouvaient suffire à raisonner un sentiment de honte qui n'était de toute façon pas raisonnable.

Elle avait encore quelques heures devant elle avant de devoir y retourner pour mettre un terme à cette affaire. Elle aurait dû les mettre à profit pour aller vérifier que Galyn était prêt pour l'affaire suivante, le procès qu'il attendait depuis des années déjà. Elle resta un moment encore seule, puis passa dans la salle d'eau pour se rafraîchir le visage et faire disparaître toute trace de larmes. Elle avait encore les yeux rouges, mais après tout, il devait bien avoir compris qu'elle avait été secouée par la confrontation avec Torlan. De toute manière, elle n'avait pas le choix, Dyarque lui avait demandé de s'informer auprès de l'ancien garde du corps. Peut-être son père avait-il pensé qu'elle aurait besoin de gérer quelque chose pour se sentir mieux. La jeune femme n'était pas certaine que ce soit efficace, mais il ne lui avait pas demandé son avis.

Elle se mit donc à la recherche de Galyn et fut soulagée de le trouver seul. Elle n'était pour le moment plus capable de se tenir face à des conseillers ou des membres de la cour. Elle exposa de suite la raison de sa visite, en espérant qu'il ne ferait pas attention à son état.


" Mon père voudrait savoir si vous êtes prêt pour demain. Il veut s'assurer que vous vous maîtriserez. "

Non, ça ne marchait pas. Ca ne marchait même pas du tout. Cela ne faisait que lui rappeler qu'elle-même avait été incapable de se contenir. Elle ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose mais en fut incapable. Des larmes silencieuses se remirent à couler sans qu'elle puisse les retenir.

" je suis désolée... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Jeu 30 Aoû 2012 - 2:33

Lorsque la lecture des différentes accusations qui pesaient sur Torlan fut faite dans son ensemble, on appela le premier témoin qui apparaissait sur la liste, Nyrlae. Quand elle s’approcha du lieu où elle devait se tenir, il sembla à Galyn qu’elle était peu assurée sur ses pieds et elle semblait sur le point de craqué à tout moment. Les réponses qu’elle donnait semblait plus ou moins réfléchit, comme si elle était perdu dans les limbes de ses pensées. Le garde du corps concentrait également son attention sur l’accusé en lui-même. La vue du personnage lui donnait non seulement la nausée, mais lui donnait des envies de meurtre difficilement contrôlable. Il savait que dans son regard, toute la haine qu’il ressentait pour lui apparaissait aux yeux des gens présent, mais il s’en fichait. Il n’essayait même plus de la cacher tellement elle bouillait en lui.

Quand le témoignage de la demoiselle fut terminé, ce fut au tour de Torlan de parler. Ses paroles étaient claires et on voyait nettement la préparation qu’il avait fait pour se présenté aujourd’hui. Aucun autre accusé au cours de l’histoire n’aurait pu paraître aussi calme que pouvait l’être l’ancien protecteur à cet instant. Il était confiant, même s’il savait que le nombre de témoins gênant ne cessait d’augmenter pour faire pencher la balance. Quand il raconta le moment où Nyrlae avait insisté pour la demande en mariage, le jeune homme ne put retenir un regard dans sa direction. Il avait pourtant cru l’avoir prévenu assez souvent de ne pas s’approcher de lui et voilà qu’il apprenait que ce mariage était son idée, alors qu’il avait cru que la main lui avait été forcé par le protecteur. Il ne savait si la drogue pouvait réellement être en cause, mais ce qu’il entendit ne lui faisait guère plaisir. Cela le mit davantage en colère et il serra les poings pour supporter le reste de l’audience. Il n’avait pas envie de céder, pas devant lui, ni devant les autres.

Quand ce fut son tour, Galyn raconta en détail ce qui s’était passé et il raconta même sa condamnation à mort, ainsi que le changement de sa sentence par la demoiselle. Il raconta tout ce qu’avait pu dire Torlan et surtout la partie ou il parlait du mariage avec la demoiselle, afin de l’utilisé à ses fins. Il était manipulateur, fil et abject. Il se demandait comment un elfe pouvait en arrivé jusque-là. Il fit également le récit de l’attente qu’il avait dû faire face quand il ne voyait pas la jeune femme revenir, après les jours convenus. Finalement, la fin du récit s’acheva sur l’épisode où ils se trouvaient dans les catacombes afin de prononcer la future union de ses deux êtres. Il savait que mentir ne lui apporterait rien de bon, simplement parce que Dyarque savait déjà en partie les faits et parce que n’importe quel magicien pouvait se permettre de fouillé dans ses souvenirs pour y voir la vérité des événements.

Plusieurs autres témoins passèrent après Galyn, mais ce dernier ne les écoutait plus. Il sentait la demoiselle tendu à ses côtés et il savait que de raconté à quel point il avait réussi à la manipuler n’aidait en rien à la calmer. Surtout pas devant un public aussi important et devant tous ses nobles qu’elle se devrait de côtoyer par la suite. Comment ferait-elle simplement pour leurs faires face? Il ne croyait pas que quelqu’un allait oublier l’épisode de sitôt. Quand l’audience fut soulevée, le jeune homme se dirigea immédiatement dans sa chambre afin de passer quelques heures seul. Il n’appréciait pas tellement la compagnie et la solitude était le meilleur moyen pour lui de repasser en boucle les événements concernant le procès, mais les événements antérieurs également. Surtout concernant la mort de ses parents.

Les heures avançaient et Galyn se décida finalement à sortir de la chambre qu’il occupait, habiller simplement de ses habits de garde du corps. Il n’aimait pas personnellement les habits donnés par le couturière, non qu’ils étaient laid, mais simplement parce que la légèreté lui manquait. Encore une fois, il vint s’installer sur le balcon où il se trouvait la veille. Il aimait bien la vue et le vent léger qui soufflait par là. Le jeune homme fini par sentir une présence derrière lui et il se tourna vers la silhouette qu’il reconnut aussitôt. Il pouvait discerner les traits tirés de la jeune femme, preuve qu’elle avait pleuré pendant une bonne partie de la journée.


" Mon père voudrait savoir si vous êtes prêt pour demain. Il veut s'assurer que vous vous maîtriserez. "

C’était évident. Dyarque ne laisserait pas Galyn se présenté au procès sans avoir préalablement vérifié que tout serais en ordre et que personne n’aurait à intervenir. Il ne saurait dire s’il arriverait à ce maîtrisé pendant le procès. Déjà, la chose n’avait pas été facile aujourd’hui et les événements ne le concernaient pas directement. Seulement, il regarda plus attentivement la demoiselle, lorsque des larmes se mirent à coulées le long de ses joues. Elle ne sanglotait pas, mais la tristesse ne cessait de perlée sur son visage.

" je suis désolée... "

- Pourquoi êtes-vous désolé, exactement?, dit-il sans la quitter des yeux.

Il ne s’était pas rapprocher et se contentait de la regarder, peu doué pour gérer ce genre de situation. De plus, il ne savait pas pourquoi, mais il était toujours en colère d’avoir entendu certains faits pendant le procès. Il se détourna finalement, incapable de la voir ainsi davantage et laissa son regard errer en contre bas.

- C’est moi qui suis désolé. Jamais je n’aurais cru que ma vengeance pourrait affecter d’autre personne que moi. Je n’avais même pas cru possible que Torlan surgissent à nouveau…Si je l’aurais tué avant…rien de tout cela ne serait arrivé...

On pouvait toujours sentir la colère vibrante dans la voix du garde du corps et il s’en voulait beaucoup. Il se tourna finalement vers elle pour planté ses yeux dans les siens. En apparence, il conservait le calme d’un garde du corps, mais il ne savait trop ce qu’il ressentait présentement.

- Vous souvenez vous de tout ce qui s’est passé pendant que vous étiez sous l’effet du filtre, avec lui?

Quand elle l’avait été avec lui, elle semblait se souvenir en partie de ce qu’elle avait fait, alors pourquoi cette fois ça serais différent. De plus, il ne savait même pas pourquoi il posait la question. Qu’est-ce que cela pourrait bien changer? Absolument rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Jeu 30 Aoû 2012 - 16:36

" Pourquoi êtes-vous désolée, exactement ? "

Elle le regarda, désemparée. Pour tout... Pour rien... Pour tellement de choses... A la vérité, elle n'aurait su le dire elle-même. Elle s'en voulait. Terriblement. De s'être laissée manipuler, de ne pas avoir su réagir, de ne pas avoir été capable de rester digne durant le procès. De ne même pas être capable de se rappeler exactement ce qui s'était passé. Que Galyn paraisse en colère n'allait pas l'aider à parler et elle n'essaya même pas. Les mots restaient coincés dans sa gorge. Et puis, pour lui dire quoi ?

Elle aurait dû le laisser et retourner dans sa chambre pour tenter de se calmer une nouvelle fois. Mais en réalité, elle sentait confusément qu'elle serait toujours mieux ici, avec lui, que seule. C'était même exactement pour cette raison qu'elle était venue, elle ne s'en rendait compte que maintenant. Et pourtant, elle avait l'impression que pour une obscure raison, il lui en voulait. Et même si elle ne comprenait pas pourquoi, cela lui faisait mal.


" C’est moi qui suis désolé. Jamais je n’aurais cru que ma vengeance pourrait affecter d’autres personnes que moi. Je n’avais même pas cru possible que Torlan surgisse à nouveau…Si je l’aurais tué avant… rien de tout cela ne serait arrivé... "

Nyrlae soupira, essuya ses larmes et s'approcha du balcon pour regarder aussi dans le lointain. La végétation, ici aussi, courait sur toutes les constructions. Depuis l'éclipse, ils revenaient à la nature, qu'ils le veuillent ou non. Peut-être était-ce mieux ainsi. Trop d'entre eux devenaient trop humains.

" Le seul responsable... C'est Maeglin, " murmura-t-elle.

Elle se raidit. Même prononcer son nom lui était devenu difficile. Et puis, elle se sentait aussi coupable, quoi qu'elle en dise. Elle aurait dû... Elle faillit se remettre à pleurer, mais parvint dans un grand effort de volonté à se retenir. Elle ferma les yeux, inspira à fond pour se calmer. Il fallait absolument qu'elle redevienne maîtresse d'elle-même. Elle sentit qu'il se tournait vers elle et elle croisa son regard. Il était encore en colère. Il se contenait, bien mieux qu'elle, c'était certain. Mais elle le connaissait trop bien pour s'y fier. Seulement, elle avait beau l'observer, plonger dans ses yeux, elle n'arrivait pas vraiment à savoir s'il lui en voulait, à elle. Non pas que cela ait dû avoir la moindre importance, mais...

" Vous souvenez-vous de tout ce qui s’est passé pendant que vous étiez sous l’effet du filtre, avec lui ? "

La question la figea. A vrai dire, elle n'avait parlé à personne de ce qu'elle avait vraiment ressenti durant tout cela. Avec son père, ils avaient manqué de temps et il avait fallu s'en tenir aux faits afin d'accélérer l'organisation du procès. Auprès de Lören, elle avait pesé ses mots de peur que la dame de compagnie n'aille tout raconter sans en mesurer les conséquences.

La jeune femme paraissait plongée dans ses pensées. Quand elle s'aperçut qu'elle le dévisageait depuis un petit moment déjà, elle se détourna et se mit à parler doucement.


" Je me souviens que j'avais envie de lui faire confiance. Au début, j'ai lutté contre cela, parce que vous m'aviez dit de me méfier. Mais c'était... complètement irrationnel. Ce qu'il disait, chacun de ses gestes... tout me paraissait crier que vous vous étiez trompé. Il ne se montrait pas hostile envers vous, mais m'empêchait de vous voir en demandant de plus en plus d'attention. Et... "

Ses doigts jouaient nerveusement sur la balustrade. Elle n'avait pas prévu de tout lui raconter. D'ailleurs, si elle avait été en mesure d'y réfléchir, elle ne l'aurait pas fait, pour éviter d'attiser une colère contre Torlan déjà bien trop présente. Mais maintenant qu'elle était lancée, c'était comme si elle avait ouvert une vanne impossible à refermer. Elle avait besoin d'en parler.

" Et j'ai commencé à le croire. Je n'arrivais plus à raisonner par moi-même. Dès que j'avais une décision à prendre, je lui demandais son avis, jusqu'à... jusqu'à lui demander de les prendre à ma place. C'était comme si... comme si c'était évident... que je n'avais plus le choix... "

Les larmes s'étaient remises à couler, faisant trembler sa voix.

" Après, certains moment sont devenus trop flous, trop confus. J'avais de longues absences. Les médecins ont dit que c'était lorsque l'effet de la drogue allait trop contre ma volonté, qu'il touchait à une valeur trop profondément ancrée en moi... je me souviens de mots de tête violents à ces moments. Ensuite, je me réveillais dans mon lit. "

Elle avait supposé avoir perdu connaissance. Torlan l'avait détrompée à chaque fois, prétendant qu'elle était juste fatiguée, mais une suivante avait confirmé l'un des évanouissements lors du procès. C'était la même qui avait évoqué le baiser. A cette idée, Nyrlae eut un sanglot avant de parvenir à se reprendre assez pour continuer.

" Je ne me souviens pas avoir... qu'il ait... mais... je... je suis certaine que jamais, jamais je n'aurais pu proposer le mariage de moi-même ! "

Elle se retourna soudain vers Galyn, lui lançant un regard acéré malgré les larmes qui lui brouillaient la vue :

" Vous le saviez, n'est-ce pas ? Vous ne l'avez pas cru ? "

Elle se souvenait à présent du coup d'oeil qu'il lui avait lancé lorsque le protecteur avait osé la rendre responsable. La colère l'étreignit soudain, la faisant secouer la tête, incrédule :

" Non, vous... vous ne l'avez pas cru ? "

Si. Bien sûr que si. Que le public accepte n'importe quoi, elle le comprenait. Mais que lui pense qu'elle ait pu aller jusque là... Elle avait déjà honte, elle se sentait déjà extrêment mal de ce qui s'était passé, mais alors là... Elle en perdait ses mots, avait l'impression de suffoquer sous le coup de la colère, de la peine. Alors, c'était ainsi. Même lui la croyait coupable, au moins en partie. Elle fit un pas en arrière, le regardant comme s'il venait de la trahir... ce qu'au fond elle ressentait.

" Sa parole a donc plus de valeur que la mienne à vos yeux ! "

Elle aurait voulu disparaître. Oh et puis non, c'était trop facile de fuir et elle avait déjà assez pleuré comme cela. Il était temps de réagir et la colère qui grandissait peu à peu allait l'y aider. Elle essuya ses larmes d'un geste fébrile, repoussa ses cheveux derrière ses oreilles, s'approcha vivement de Galyn et planta un doigt rageur sur son torse, martelant ainsi chacun de ses mots :

" Je me demande bien pourquoi je me fatigue à vous raconter tout ça, si vous le croyez ! Même droguée, j'avais encore assez de lucidité pour réagir s'il allait trop loin ! Mais vous ! Vous l'écoutez quelques minutes au procès et vous acceptez de croire tout ce qu'il vous dit ! "

Ce fut un coup de poing au même endroit qui conclut la tirade. Rien qui ne puisse le blesser, elle n'avait pas la force de laisser la moindre trace et de toute manière n'avait pas pour but de le faire souffrir, mais c'était venu tout seul, sous le coup d'une colère qui avait besoin de s'exprimer. Ou alors elle voulait le faire réagir, elle n'en savait rien. Elle lui en voulait d'avoir pu songer une seule seconde que Torlan avait raison. Bien sûr, si elle avait pris le temps d'y réfléchir, elle aurait convenu qu'il ne pouvait pas deviner, mais elle était tout sauf en état de réfléchir. Elle était choquée et déçue que lui, plus que quiconque, ait pu y croire. Elle était furieuse. Furieuse et malheureuse. Et furieuse. Elle le frappa à nouveau, plus par dépit qu'autre chose, sans réelle violence, comme si ce geste allait arranger la situation. Elle ne savait même pas ce qu'elle attendait. De réussir à se fâcher vraiment. De réussir à le détester assez pour se simplifier la vie ou elle ne savait trop quoi. La haine, c'était une force, plus que les larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Mer 5 Sep 2012 - 0:14

Le silence de la demoiselle était frappant quand il lui eut demandé pourquoi elle était désolée. Elle n’avait pas l’air de savoir par où commencer et c’était peut-être mieux ainsi, qu’elle ne parle pas. Tous les deux étaient visiblement épuisés de la confrontation qu’ils avaient eue aujourd’hui avec Torlan. Lorsqu’elle soupira, le jeune homme tourna la tête vers elle afin de connaître la raison de ce soupir.

" Le seul responsable... C'est Maeglin, "

Prononcé son nom n’aidait en rien l’ancien garde du corps à ce sentir tout à fait calme. Au contraire, cela le mettait davantage en colère, autant que d’entendre tout ce qui s’était dit pendant la première partie du procès. Le jeune homme sentait que la jeune femme était fragile à ses côtés, mais il ne savait absolument pas quoi faire pour chasser son chagrin, surtout qu’il était en partie en colère contre elle…Il lui en voulait d’une certaine manière, même s’il essayait de se raisonner que c’était principalement dû aux effets du filtre. Elle lui avait rapidement fait confiance et demander des choses et ils savaient tous les deux que le filtre pouvait avoir des effets assez imprévisible. Elle aurait dû se méfier davantage suite à ses paroles, mais elle ne l’avait pas fait, voir pas cru, il ne savait lequel des deux.

Quand il osa finalement lui posé la question qui lui brûlait les lèvres, il remarqua la jeune femme qui venait tout juste de se raidir, comme s’il venait de la coincé contre un mur et qu’elle n’avait plus réellement d’issue. De plus, comme elle ne parlait pas et qu’elle commençait sérieusement à le dévisager, le jeune homme savait qu’elle était en train de réfléchir à tout cela.


" Je me souviens que j'avais envie de lui faire confiance. Au début, j'ai lutté contre cela, parce que vous m'aviez dit de me méfier. Mais c'était... complètement irrationnel. Ce qu'il disait, chacun de ses gestes... tout me paraissait crier que vous vous étiez trompé. Il ne se montrait pas hostile envers vous, mais m'empêchait de vous voir en demandant de plus en plus d'attention. Et... "

Bon, il pouvait déjà retirer la première option. Elle avait essayé, mais cela n’avait guère été assez. Elle ne l’avait pas crut et c’était certainement ça qui le mettait le plus en colère ou qui attisait son impression d’avoir été trahi, mais pourquoi? Il se sentait trahi, parce que lui faisait confiance à la jeune femme, mais si elle ne prenait même pas la peine de l’écouter alors qu’il lui disait un avertissait clair et précis, a quoi bon? Mais à quoi bon quoi? Il fronça les sourcils tout en réfléchissant de son côté. Torlan avait toujours été un fin manipulateur et il le prouvait encore pendant le procès. Il conservait son calme naturel, comme s’il espérait encore avoir la chance de remporté quoi que ce soit. Il aurait une bien triste nouvelle pour lui.

" Et j'ai commencé à le croire. Je n'arrivais plus à raisonner par moi-même. Dès que j'avais une décision à prendre, je lui demandais son avis, jusqu'à... jusqu'à lui demander de les prendre à ma place. C'était comme si... comme si c'était évident... que je n'avais plus le choix... "

Ainsi, elle avait fini par céder aux paroles du « beau » parleur. Parce qu’il fallait bien l’avouer, Torlan n’avait absolument rien d’attirant chez lui. Il était simplement assez charismatique pour faire oublier à tout le monde à quel point il était dépourvu de charme. Bon, il en mettait peut-être un peu trop…mais l’idée était là. Les larmes de la jeune femme prouvaient au jeune homme que la situation la touchait particulièrement, mais pour sa part, il lui en voulait. Il ne savait pas trop comment réagir face à tout cela. Quand elle parlait de contre volonté, il se demandait si sa pouvait avoir un lien avec ce que lui-même avait oublié pendant l’épisode de l’auberge. Seulement, il ne voyait pas tellement ce qu’il aurait pu faire contre sa volonté au point d’oublier? Il n’avait cependant pas eu d’énormes maux de têtes par la suite, donc la drogue ne devait pas être conçut grâce au même ingrédient.
Quand elle affirma que jamais elle n’aurait d’elle-même proposée un mariage, le jeune homme ne put retenir un froncement de sourcil. Elle se souvenait, donc il ne comprenait pas réellement comment tout ça aurait pu aller contre sa volonté…C’était…en partie irrationnel…mais vu le monde dans lequel ils vivaient…Le filtre aurait, certes, pu la poussée à faire quelques faux pas, mais un aussi grand?


" Vous le saviez, n'est-ce pas ? Vous ne l'avez pas cru ? "

L’accusation était désormais tombée. La question n’était pas réellement s’il avait cru Torlan, puisqu’il croyait que la réponse s’imposait d’elle-même après tout. Cependant, la demoiselle persistait sur cette voix et il planta son regard dans le sien, mêlant sa colère à la sienne.

" Sa parole a donc plus de valeur que la mienne à vos yeux ! "

- Comment pouvez-vous penser cela, ne serait-ce qu’une seconde!?

La voix de Galyn était autant en colère que celle de la demoiselle. Quand la demoiselle avança près de lui pour marteler son torse de son doigt, le jeune homme ne la quittait pas des yeux. Écoutant attentivement chacune de ses paroles. Il se dit, l’espace d’un moment, qu’elle devrait avoir la même fougue que présentement, lorsqu’ils combattaient à l’épée.

" Je me demande bien pourquoi je me fatigue à vous raconter tout ça, si vous le croyez ! Même droguée, j'avais encore assez de lucidité pour réagir s'il allait trop loin ! Mais vous ! Vous l'écoutez quelques minutes au procès et vous acceptez de croire tout ce qu'il vous dit ! "

Cette fois s’en était assez! Il prit le poignet de la demoiselle en l’éloignant de son torse et sans le lâcher, ce fût à son tour de faire un pas dans sa direction comme pour se faire mieux entendre.

- Vous croyez sérieusement que je pourrais acquiescer à ces propos. À LUI?, dit-il avec un mépris non dissimuler. Sa vision me donne des envies de meurtre et vous arrivez à croire que ces paroles peuvent m’atteindre d’une quelconque façon? Bien sûr que non je ne l’ai pas cru!

C’était maintenant lui qui était en colère, parce qu’elle croyait sérieusement qu’il l’avait écouté, ce charlatan, ce traître, ce bon à rien! Il avait parlé avec franchise et elle pouvait savoir qu’il était parfaitement sérieux lorsqu’il arborait la notion de meurtre. L’ancien garde du corps n’aurait jamais hésité à prendre la vie du protecteur et il s’en était fallu de peu dans les cachots pour qu’il ne le fasse pas.

- Vous êtes la première à douter de moi et dans les deux cas, par sa faute!

Il faisait allusion à la fois ou elle était venue dans sa chambre pour l’accusé d’avoir usurpé l’identité du fils Talassi. Il se détourna vers la balustrade, amer et se mit à hocher la tête négativement.

- Nous devrions nous épauler et nous ne trouvons rien de mieux à faire que de se mettre à dos l’un et l’autre, murmura-t-il.

Il jeta un dernier un regard en direction de la demoiselle et se décida finalement à ce détourner pour prendre congé de cette conversation qui avait déjà trop durée. De plus, ils étaient les seuls pouvant réellement témoigner contre Maeglin, donc mieux valait être du même côté que chacun dans son coin. Quelqu’un les avaient peut-être entendu, il ne savait pas.Pour le moment, peu lui importait, il était déçu de savoir que non seulement la demoiselle croyait qu’il avait pu croire les paroles de Torlan, mais qu’en plus c’était elle qui avait demandé le mariage. La situation commençait à ce compliqué et le jeune homme se doutait bien que Torlan essayait de faire germer une idée dans sa tête. Galyn ne voulait pas tomber dans l’un de ses pièges et mieux valait pour lui de ne pas trop écouter les paroles de l’ancien Protecteur pour ne pas se laisser troubler par celles-ci. De retour dans sa chambre, il révisa son témoignage, tout en repensant à la scène du balcon. C’était comme s’il pouvait toujours sentir le doigt de la demoiselle contre son torse et cela le remit de nouveau en colère. Comment pouvait-elle douter de lui à ce point?

Une image inattendue lui revint en mémoire, celle du baiser qu’elle lui avait donné juste après qu’il se fut rapproché dans la chambre de l’auberge. Il se demandait encore pourquoi elle avait fait une telle chose, si une minute plus tôt elle l’avait repoussée. Cependant, il chassa bien rapidement l’image, se disant que cela n’avait absolument rien à voir avec le procès et c’était simplement dû à son imagination. La drogue pouvait avoir des effets pervers sur les souvenirs et l’imagination. La preuve, Nyrlae ne se souvenait pas exactement de ce qui s’était déroulés. Il était donc possible que rien ne tout cela ne soit arrivé. Alors pourquoi avait-il de telles images en tête? Trop de question.


**

Le lendemain, lorsqu’il entra dans la salle, le jeune homme posa son regard sur le siège encore vide de l’accusé et vint se placer juste aux côtés de la demoiselle. Ils ne s’étaient pas reparler depuis la veille et il se demandait dans quel état d’esprit elle pouvait bien être aujourd’hui. Quand Torlan entra, le jeune homme ne lui adressa pas un regard, se concentrant sur ce que Dyarque allait dire. La séance se déroulait pratiquement de la même façon, seulement cette fois, c’était au tour de Galyn de parler, afin de relater les événements entourant la mort de ses parents. Les détails étaient précis, il racontait également les différentes missives qu’il avait réussi à intercepté, mais perdu malencontreusement. Il ne stipula en aucun cas que c’était la demoiselle à les avoir vu pour la dernier fois. Elle portait déjà un lourd fardeau alors il n’irait pas en rajouter davantage. Pendant tout le récit, le jeune homme sut garder son calme, même si à certain passage on sentait sa voix vibrer d’une colère sourde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Mer 5 Sep 2012 - 9:51

" Lâchez-moi ! " cria Nyrlae en se dégageant, hors d'elle.

A non ! Il n'allait pas s'en tirer comme ça ! Lui faire des reproches injustes qui la blessaient et ensuite tourner les talons et la planter là sous prétexte qu'ils ne devaient pas se disputer avant le procès ! Elle était déjà en colère, mais là, elle était carrément excédée de le voir réagir de la sorte, comme si c'était elle, la responsable !


" Je doute de vous ? "

Elle haussait le ton, elle s'en moquait. Enfin... non, elle ne pouvait décemment pas faire un esclandre en public au balcon. Sa voix allait porter jusqu'en bas, dans les jardins et les dieux seuls savaient qui pourrait les entendre. Aussi, elle attrapa Galyn par le bras sans ménagement et le fit rentrer avant de le pousser dans la première pièce venue - un salon, vide, manifestement. Elle avait pas mal de force quand elle ne cherchait plus à se maîtriser. En même temps, il n'était pas censé refuser de faire ce qu'elle lui demandait. Il était toujours sous ses ordres, non ?

La porte claqua lorsque la jeune femme la referma violemment.

Il était en colère ? Et alors ? Parce que, elle, elle n'avait pas de raison de se fâcher, peut-être ? Même s'il n'avait rien dit, elle comprenait très bien où il voulait en venir et ce qu'il insinuait ! Qu'elle aurait dû se maîtriser, même droguée ! Cette simple constatation lui donnait envie de hurler.


" Vous osez m'accuser alors que c'est vous qui me reprochez les effets de la drogue ! S'il y a bien une personne sur laquelle je pensais pouvoir compter pour comprendre ma situation, c'était vous ! "

Il allait encore se plaindre que c'était une question de confiance et prétendre que tout était de sa faute, qu'elle l'avait trahi ou elle ne savait quoi ! Evidemment ! Ce ne serait que la seconde fois qu'il la mènerait ainsi en bateau et retournerait ses arguments contre elle ! C'était trop facile ! Elle ne comptait pas se laisser impressionner, cette fois !

" Je devrais vous droguer, comme je l'ai été, vous enfermer dans une pièce avec Maeglin et voir comment vous réagissez ! Vous ne tiendrez pas plus que je n'ai pu résister à ce poison ! Vous finiriez par renier tout ce en quoi vous croyiez et par le croire, comme je l'ai cru ! Et vous souffririez comme j'ai souffert, parce qu'il vous atteindrait au plus profond de vous même ! "

Elle en tremblait, autant de colère que de dégoût pour ce qu'elle avait fait. Penser qu'elle avait laissé Torlan la manipuler la révulsait toujours autant. Elle savait qu'elle ne s'habituerait sans doute jamais à cette idée. Mais l'heure n'était plus aux larmes et elle était bien décidée à mettre les points sur les i à son garde du corps borné !

" Et ensuite, il n'y aurait qu'à vous tirer de là, vous laisser reprendre conscience et vous reprocher d'avoir trahi jusqu'à vos parents ! Dans quel état vous sentiriez-vous, à votre avis ? Et pensez-vous vraiment que vous auriez besoin que je vienne vous rappeler que je vous avais bien dit de vous méfier en vous regardant de haut ? "

Car c'était bien ce qu'il lui avait dit, quelques temps plus tôt, et elle était persuadée qu'il n'avait toujours pas changé d'avis ! De quoi la faire rager de plus belle !

" Me méfiez ! La belle affaire ! Vous n'avez même pas pris la peine de m'avertir que j'avais affaire à un meurtrier et vous me reprochez de ne pas m'être assez méfiée ! De ne pas vous faire confiance ! La confiance fonctionne dans les deux sens, et sûrement pas en accablant l'autre lorsqu'il est déjà à terre ! "

Car s'était bien l'impression qu'elle avait. Torlan l'avait détruite sans état d'âme, à tel point qu'elle n'avait même pas été capable de garder contenance au procès. Elle avait espéré au moins du soutien de la part de Galyn, parce qu'ils avaient tous deux été victimes du protecteur félon et au lieu de cela, il la regardait comme si elle avait commis une faute ! Autant l'achever de suite en prétendant qu'elle était responsable au même titre que Torlan ! Autant la juger avec et la condamner à la même peine !

" Vous ne comprenez rien, parce que vous ne l'avez jamais vécu et que tout ce à quoi vous avez été confronté, c'était un malheureux aphrodisiaque qui vous a manifestement tellement peu traumatisé, que vous n'avez même pas pris la peine de vous excuser pour vos gestes déplacés ! "

Cela, c'était peut-être un peu hors sujet, un coup bas, mais après tout elle ne pouvait pas deviner qu'il avait tout oublié, juste en déduire qu'il préférait faire comme si ne s'était passé. Mais le fait était qu'il ne savait pas ce qu'elle avait pu ressentir en étant droguée, cette sensation horrible de perdre le contrôle inéluctablement. Cela n'avait rien à voir avec l'agréable sensation d'avoir envie d'embrasser une personne qu'on... appréciait, disons.

Elle se maîtrisait assez pour ne pas retourner le frapper, mais elle était loin de retrouver son calme, au contraire. Plus elle parlait et disait ce qu'elle avait sur le coeur, plus elle se sentait hors d'elle.


" Mais vous ne comprenez surtout rien, parce que vous ne cherchez pas à comprendre ! Vous avez raison, nous devrions nous épauler, mais ce n'est pas moi qui vous regarde comme si je vous reprochais la situation ! Vous prétendez que je doute de vous, mais c'est bien contre moi, que vous êtes en colère ! Vous êtes cruel, et injuste... et vous ne paraissez même pas vous en rendre compte. "

Sa colère retomba avec la fin de sa phrase. Elle ferma les yeux, soupira et se mordit la lèvre. Elle se sentait vidée. Même plus envie de pleurer. Juste vidée de tout sentiment. Elle avait dit ce qu'elle avait à dire. Il lui en voudrait davantage, sans aucun doute, puisqu'il s'obstinait à tout voir de son point de vue. Point de vue obscurci par le miroir déformant de la haine qu'il ressentait pour Torlan. Mais justement, elle ne comprenait pas pourquoi elle devait payer pour ce qu'avait fait le protecteur. Elle culpabilisait suffisamment de ne pas avoir été assez forte, mais de là à accepter qu'il le lui reproche... Cela, elle ne pouvait pas le supporter.

Elle se laissa tomber sur un canapé et fixa le tapis avant de déclarer à mi mots d'un ton neutre :


" Vous feriez mieux d'aller vous préparer pour le procès. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Sam 8 Sep 2012 - 16:32

Le cri ne Nyrlae avait plutôt surpris le garde du corps qu’autre chose. Il ne s’était pas vraiment attendu à une telle réaction, mais il conserva son calme, préférant plutôt aborder de suite la confrontation qui semblait inévitable entre eux. Elle était de plus en plus en colère et lui aussi pour sa part il l’était. Cependant, lorsqu’il se décida finalement à s’en aller, il sentit une force le tirer par le bras afin de l’attirer dans la pièce la plus proche. Il savait que c’était la demoiselle, simplement parce que si une personne avait tenté de l’attaquer, il ne se serait pas contenter de son bras, mais plutôt de son cou comme prise. Le garde du corps se tourna vers la jeune femme, interrogateur sur ce qu’elle cherchait à faire. C’était fort possible qu’elle ce soit également rendu compte qu’ils étaient en public et qu’ils leur valaient mieux évités de faire une scène, pouvant laisser libre cours aux rumeurs des colporteurs. Il savait que ça n’aurait pas été la première fois qu’ils auraient été pris pour ce qu’ils n’étaient pas, mais il ne fallait pas non plus chercher à répandre ces rumeurs.

" Vous osez m'accuser alors que c'est vous qui me reprochez les effets de la drogue ! S'il y a bien une personne sur laquelle je pensais pouvoir compter pour comprendre ma situation, c'était vous ! "

C’est vrai. Le jeune homme avait déjà pu voir quel effet avait la drogue sur la demoiselle, mais il ne croyait jamais que cela la pousserais au mariage avec un tyran et que sa confiance envers lui ne cesserais de croître. Lorsque la demoiselle affirma que si lui aussi était droguer et qu’il était enfermer avec Maeglin, il réagirait de la même façon. Cependant, le jeune homme n’aurait accepter aucun breuvage de la part du Protecteur, simplement parce que sa haine envers lui était beaucoup trop forte pour accepter quoi que ce soit venant de lui. De plus, même si les effets de la drogue décuplaient certaine capacité venant de l’autre personne, le garde du corps était tellement convaincu que Torlan était un vil manipulateur qu’il ne croit pas l’avoir cru. Il savait que la jeune femme ne le connaissait pas comme lui pouvait le connaître et qu’il avait donc été facile pour elle de douter. Elle n’avait eu aucune preuve tangible avant qu’il ne la prévienne que c’était un être dépourvu de toute compassion et que son seul but était de gravir de plus en plus d’échelons. Alors, pouvait-il réellement lui en vouloir…?

Le jeune homme voyait que visiblement, l’archère avait beaucoup de mal à contrôlé ses émotions. Tantôt, elle était en larmes et voilà que son regard semblait vibrer d’une nouvelle détermination, mais pas réellement a l’avantage de Galyn. Il pouvait lire la colère dans son regard et voir qu’elle lui en voulait d’être en colère et de lui-même lui en vouloir.

" Et ensuite, il n'y aurait qu'à vous tirer de là, vous laisser reprendre conscience et vous reprocher d'avoir trahi jusqu'à vos parents ! Dans quel état vous sentiriez-vous, à votre avis ? Et pensez-vous vraiment que vous auriez besoin que je vienne vous rappeler que je vous avais bien dit de vous méfier en vous regardant de haut ? "

- Jamais je n’aurais trahi mes parents et surtout pas face à ce manipulateur!, dit-il autant en colère contre les propos de la jeune femme que l’idée elle-même d’une trahison envers ses parents.

Pour le reste, il ne savait plus très bien à quel moment il lui avait rappelé qu’il l’avait prévenu avant que toute cette histoire ne commence. Et c’était vrai qu’elle doutait de lui. Elle lui avait reproché de le croire lui, plutôt qu’elle, alors qu’elle savait pertinemment qu’en aucun cas les paroles de Torlan n’avaient eu d’effet sur lui. Il le connaissait trop bien désormais.


- Torlan nous a eu tous les deux! Quand vous êtes venus me voir dans les cachots et vous m’avez dit de vous attendre dans deux jours, j’ai attendu! Bien plus longtemps que nécessaire et vous pensez que je pensais à quoi pendant tout ce temps?

Elle croyait certainement qu’il avait pensé aux petits oiseaux chantant à l’extérieur alors que lui attendait sa condamnation à mort sur la place publique. Évidemment!

- Si le prête ne serait jamais venu me donner ma rédemption, jamais je n’aurais su que vous étiez sur le point de vous marier avec lui et surtout, je serais mort sur la place public, parce que Torlan n’aurait pas eu la même clémence que vous!

Oui, c’était peut-être des reproches, mais si elle voyait bien, ils étaient tous diriger contre les gestes de Torlan. Il s’était senti trahi, parce qu’il avait compté sur la jeune femme pour le sortir de là et surtout, il avait compté sur sa mise à mort pour que Torlan fasse un faut pas, mais comment Nyrlae aurait pu le remarquer? Après tout, elle était tellement sous son emprise qu’elle avait même crut que Galyn l’avait abandonnée, alors qu’elle devrait savoir que jamais il ne l’avait fait, même si elle l’avait renvoyée.

" Vous ne comprenez rien, parce que vous ne l'avez jamais vécu et que tout ce à quoi vous avez été confronté, c'était un malheureux aphrodisiaque qui vous a manifestement tellement peu traumatisé, que vous n'avez même pas pris la peine de vous excuser pour vos gestes déplacés ! "

Ces gestes déplacés? Le jeune homme fronça les sourcils, ce demandant de quel genre de gestes déplacés elle pouvait bien parler. Le seul moment qu’il se rappelait c’était lorsqu’il l’avait prise dans ses bras pour donner un effet de couple aux servantes qui revenaient. Et il croyait bien se souvenir que c’était elle qui l’avait embrassé avant de le repoussé! Bref, la question n’était pas réellement là.

" Mais vous ne comprenez surtout rien, parce que vous ne cherchez pas à comprendre ! Vous avez raison, nous devrions nous épauler, mais ce n'est pas moi qui vous regarde comme si je vous reprochais la situation ! Vous prétendez que je doute de vous, mais c'est bien contre moi, que vous êtes en colère ! Vous êtes cruel, et injuste... et vous ne paraissez même pas vous en rendre compte. "

- Cruel et injuste?,dit-il en la regardant droit dans les yeux.

Comment pouvait-elle osée lui dire ça? Oui il était en colère contre elle, parce que c’était elle qu’il attendait dans les cachots. Il était tout autant en colère contre Torlan, mais pour bon nombre de raisons qu’elle connaissait déjà et cette histoire n’avait fait que rajouter une couche sur toute la haine qu’il avait déjà. Désormais, elle semblait vider, plus du tout en colère. Pour sa part, la colère du jeune homme était toujours bel et bien présente. Il la regarda choir sur le canapé, sans un mot.

" Vous feriez mieux d'aller vous préparer pour le procès. "

Puisque c’était comme ça. Maintenant qu’elle c’était vidée, tout allait bien. Plus rien ne comptait? C’est ça? Il sortit un bout de papier de la petite bourse qu’il portait à la ceinture et le déposa sur la petite table en face de la jeune femme, sans prendre la peine de le déplier.

- Voilà ce que vous m’avez écrit pendant que j’étais enfermé. Peut-être comprendrez-vous, à votre tour.

Il ne prit pas la peine d’attendre qu’elle ait lu le papier en question, puisque de toute façon, il n’y absolument rien à lire sur celui-ci. Galyn sortit du salon, en claquant la porte derrière lui et se dirigea vers ses appartements. Ce bout de papier était celui que le prête lui avait tendu, comme on tend un os à un chien. Il l’avait saisie, croyant que ce dernier allait lui apporter de bonne nouvelle ou simplement lui dire que la situation s’améliorait. Hors, il n’y avait eu absolument rien sur ce papier. Rien! C’était ça le plus frustrant, de savoir qu’il avait attendu et qu’au bout du compte il n’y avait rien. Et la réplique que lui avait lancé le prête ce jours-là n’avait pas amoindris son sentiment de trahison. Il avait eu l’impression qu’on jouait avec lui, qu’on le traitait comme un imbécile.

**

Le lendemain, lorsqu’il entra dans la salle, le jeune homme posa son regard sur le siège encore vide de l’accusé et vint se placer juste aux côtés de la demoiselle. Ils ne s’étaient pas reparler depuis la veille et il se demandait dans quel état d’esprit elle pouvait bien être aujourd’hui. Quand Torlan entra, le jeune homme ne lui adressa pas un regard, se concentrant sur ce que Dyarque allait dire. La séance se déroulait pratiquement de la même façon, seulement cette fois, c’était au tour de Galyn de parler, afin de relater les événements entourant la mort de ses parents. Les détails étaient précis, il racontait également les différentes missives qu’il avait réussi à intercepté, mais perdu malencontreusement. Il ne stipula en aucun cas que c’était la demoiselle à les avoir vus pour la dernière fois. Elle portait déjà un lourd fardeau alors il n’irait pas en rajouter davantage. Pendant tout le récit, le jeune homme sut garder son calme, même si à certain passage on sentait sa voix vibrer d’une colère sourde.

Il eut une brève interruption et finalement ce fût au tour du Protecteur de parler des événements. Torlan savait manipuler et les paroles qu’il prononçait tombaient comme du venin sur le cœur de Galyn. Il le haïssait et c’était peu dire. Le tyran racontait calmement comment et dans quel circonstance il était entré au service du défunt père de Galyn. Il disait à quel point ils étaient proche tous les deux et cette seule idée retournait l’estomac du garde du corps. Tout ce qu’il affirmait n’était que mensonge et tromperie. Quand Maeglin décrivit l’assaut, avec un calme implacable et sa non implication dans les événements, jeune homme du ce faire violence pour ne pas quitter son siège et l’abattre sur le champ avec sa dague.

Une pause fut finalement accorder entre le dernier témoignage et la déclaration de la sentence. Tous les nobles présents se trouvaient désormais dans le grand hall, divisé par de petits groupes qui discutait entre eux. Le garde du corps, pour sa part, ce mit légèrement à l’écart, ne voulant pas trop se mêler au reste du groupe. Il savait que très bientôt, il n’aurait d’autre choix que de faire partie de la population noble, mais à quelque part, cela lui plaisait de passer inaperçu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Dim 9 Sep 2012 - 10:52

" Jamais je n’aurais trahi mes parents et surtout pas face à ce manipulateur! "

C'était encore pire que ce qu'elle pensait. Il n'avait vraiment aucune conscience de l'effet que cette drogue avait pu avoir. Encore moins de l'impuissance qu'elle avait pu ressentir. Autant essayer d'expliquer ce qu'on ressentait devant un arc en ciel à un aveugle. Nyrlae eut un rire sans joie :

" Alors vous êtes plus naïf que je ne le pensais. Et surtout, vous insinuez que si, moi, je vous ai trahi, ainsi que mon père et ma position, c'était un choix délibéré de ma part ou une négligence ! "

C'était cela qui lui faisait mal et la mettait autant en colère. Qu'il puisse penser qu'elle avait eu le choix et qu'elle avait simplement mal choisi. Elle s'en voulait déjà de ne pas avoir résisté suffisamment, de ne pas avoir été assez forte, mais elle savait au moins qu'à aucun moment elle n'avait fait quoi que ce soit de son plein gré. Qu'il puisse penser le contraire la détruisait plus sûrement que s'il l'avait mise elle aussi au banc des accusés. Si lui pouvait penser de la sorte, les dieux seuls savaient ce que des étrangers pouvaient avoir comme opinion d'elle.

Mais apparemment, il préférait remuer le couteau dans la plaie et énoncer à nouveau ce qu'elle avait déjà dû subir pendant le procès. Oui, elle l'avait laissé enfermé, oui, il aurait pu mourir. Oui. Elle avait été sous l'emprise de Torlan et avait manqué à tous ses devoirs. Oui. Elle ne l'avait jamais nié. Sa colère finit par retomber. A quoi bon ? Il n'était pas capable de comprendre, ou ne le voulait pas, elle l'ignorait. A partir du moment où il la tenait pour responsable de ses actes lorsqu'elle était droguée, le débat était stérile. Elle avait essayé de lui expliquer, mais il ne voulait rien entendre et paraissait la détester.

Elle déplia le papier et le regarda d'un air vide. Comprendre. Il n'y avait plus rien à comprendre de toute façon. Elle aurait dû se réjouir : en un sens, il lui facilitait la tâche pour l'avenir. Mais tout ce qui lui restait était une boule dans la gorge et une envie de pleurer. Encore.


***

Au procès, le lendemain, la Dame Protectrice semblait s'être remise. Du moins l'était-elle assez pour se comporter de façon glaciale et raconter simplement ce dont elle avait été témoin. Elle avait bien vu les documents en question à défaut de pouvoir les lire. Elle assumait les avoir perdus. Elle pensait Galyn honnête et dans son bon droit. Les recherches entreprises sur son ordre allaient en ce sens, bien avant qu'il ne lui avoue la vérité. Elle ne regarda pas le garde du corps une seule fois, ni Torlan, ni son père. En fait, elle paraissait fixer le vide, se maintenant dans une bulle protectrice dont il était hors de question qu'elle sorte. Les témoignages qui suivirent étaient peu nombreux, cette fois, Torlan ayant évidemment fait en sorte autrefois de les limiter autant que possible.

Puis la sentence tomba. Pour ces crimes également, comme pour avoir tenté de forcer au mariage la Dame Protectrice, Torlan était condamné à la prison éternellement. Nyrlae écouta le verdict et s'en sentit quelque peu soulagée... mais ce qui lui pesait sur le coeur était bien trop lourd pour qu'elle s'en réjouisse. De toute manière, le mal était fait.


***

Nyrlae assista à la courte cérémonie qui fit de Galyn le Protecteur de Cirdan Surion. Elle ne dit pas un mot, ne bougea pas - de toute façon elle n'avait aucun rôle à tenir - et se contenta de le féliciter brièvement comme le firent les autres nobles présents, tout en évitant son regard. Puis elle s'éclipsa, malgré un coup d'oeil réprobateur de son père, ne souhaitant pas subir le repas qui devait suivre.


***

Le lendemain, une nouvelle épreuve l'attendait : faire le trajet en carrosse jusqu'à Cirdan Surion. Un long tête à tête avec Galyn. Ils auraient pu chevaucher, bien-sûr, mais il fallait respecter les convenances et le nouveau protecteur ne pouvait arriver dans son ancienne demeure couvert de la poussière du voyage.

Il se retrouvèrent donc face à face. Un silence pesant, étant donné que Nyrlae ne cherchait pas à le briser. Elle regardait par la fenêtre obstinément, le visage fermé. Elle aurait pu commencer à aborder le travail de Protecteur, mais ils auraient tout leur temps pour cela plus tard. Et puis, Galyn aurait sans doute besoin de se retrouver seul pour faire l'état des lieux. Ce ne serait sûrement pas facile pour lui de retrouver son ancienne demeure.

En réalité, Nyrlae se sentait de trop. La culpabilité revenait la ronger. La colère avait finalement laissé place à la tristesse, mais elle avait épuisé ses larmes depuis la veille. Qu'il ne s'inquiète donc pas, elle allait le laisser en paix. Il pouvait bien continuer à la détester autant qu'il le voulait pour tout ce qu'il avait à lui reprocher. Ou ce qu'il pensait avoir à lui reprocher.

Le paysage défilait. Un cahot de la route lui fit lever les yeux malgré elle et elle croisa un bref instant le regard de Galyn. Il pu voir dans le sien qu'elle aurait voulu être à mille lieues de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Dim 4 Nov 2012 - 16:32

Ce fût comme recevoir une dague en plein dans les flancs, lorsqu’elle le traita de naïf. Elle le croyait naïf? Ce qu’elle croyait qu’il croyait à son sujet était complètement faux. Jamais il n’avait cru qu’elle avait agi de façon délibérer lorsqu’elle avait lancée toutes ces propositions à Torlan et encore moins que sa décision de l’épouser avait été fait de façon réfléchit. Cependant, à cette instant précis, il était beaucoup trop en colère pour se permettre de répliquer ou simplement de faire savoir à la jeune femme qu’elle se trompait sur ce qu’il pensait réellement. Elle le trouvait naïf. Bien. Si c’était comme ça que les choses devaient se déroulés avant qu’il se rendre jusqu’à Cirdan Sùron pour combler le poste de Protecteur, alors ça serais ainsi. Pour l’instant, ils s’étaient suffisamment détruit l’un l’autre pour la soirée et lorsque la jeune femme lui dis de retourner dans sa chambre, il n’objecta pas du tout. Pas qu’il se laissait tout bonnement dire la conduite à prendre, mais bien parce qu’il était trop en colère pour répliquer quoi que ce soit, en sachant que ce qu’il prononcerait ne pourrait pas la blesser un minimum. Après tout, elle avait affirmé qu’elle ne voulait pas du tout de lui comme garde du corps à présent, comme s’il avait failli à sa tâche d’une quelconque manière. C’était ça qu’elle pensait, qu’il avait échoué dû aux événements qu’avait entraîné la venue de Torlan au château de Daranovar?

Il aurait au moins espérer que le bout de papier fasse changer les choses, maist le lendemain, pendant le procès, le jeune homme avait bien remarqué que rien n’avait changé. Le regard de la demoiselle semblait davantage éteint qu’à l’habitude, voir glaciale. Quand ce fût à elle de parler comme témoin, il fut surpris de l’entendre affirmer qu’elle avait eu les fameux documents en main, puisque quelques instants plus tôt, il avait nié qu’elle ait pu les avoirs. Pour la suite du témoignage, plus rien ne l’étonnait, par contre. L’ancien garde du corps savait que la Dame Protectrice avait fait des recherche sur son compte afin de s’assurer de la véracité de son identité, sans qu’il ne s’en rendre réellement compte, ce qu’il considérait comme étant une erreur de sa part. Jamais auparavant son identité n’avait été révélé et c’était vraiment avec son arrivé à Daranovar que les choses avaient commencés à changés pour lui.

Quand ce fût le temps de prononcer la sentence, le jeune homme ne regarda pas une seconde Torlan, trop occupé à fixer les lèvres de Dyarque qui étaient en train de condamner Torlan à la prison à vie. La sentence ne convenait en rien à Galyn et il serra les poings en détournant son regard. Il ne comprenait tout bonnement pas la sentence que Dyarque avait choisie pour l’accusée et surtout pour un être aussi affable et ingrat que pouvait l’être l’ancien protecteur. Par chance pour lui, il y eut une pause entre le procès et sa proclamation en tant que protecteur. Il prit donc cette petite pause avec soulagement et se dirigea dans un endroit isolé, où personne ne pourrait le voir et laissa libre cours à sa colère en frappant des poings sur les rambardes. Pourquoi diable Dyarque n’avait pas condamné à mort Torlan. Quiconque avait entendu la sentence aujourd’hui pourrait savoir qu’il avait simplement été enfermé et si les sbires de Torlan étaient toujours en activité, il y aurait fort à parier qu’ils pourraient tenter quelque chose pour le délivrer. Il espérait simplement que Dyarque prendrait d’énorme précaution, surtout magique, vue ce qu’il avait osé faire à Nylae. Il se demanda un moment comment elle prenait la sentence prononcer pour l’ancien protecteur. Était-elle satisfaite?

Oui bon. Ils étaient tous les deux en chicanes l’un contre l’autre, à quoi bon y penser? Les choses ne changeraient pas de sitôt entre eux. L’ancien garde du corps se décida finalement à regagner la salle où aurait lieu la cérémonie qui ferait de lui le Protecteur officiel de Cirdan Sùron. La cérémonie fut brève et le jeune homme convenait qu’il était mieux ainsi pour tout le monde. Tout nobles présents était épuisé par les longues heures d’inactivités pendant le procès et Galyn, pour sa part, était épuisé d’avoir donné autant d’argument pour ne laisser aucun doute sur la sentence qui devrait être fait au Tyran. À la fin du procès, le jeune homme salua les différents nobles qui se présentaient à lui pour le félicité et lorsque ce fût le tour de la demoiselle, il la remercia, mais sans chercher pour autant a prolongé la discussion. Elle était toujours affectée par les événements de la veille et cela pouvait facilement ce voir, lorsqu’on la connaissait un minimum comme lui la connaissait.

**

Le lendemain matin, ils étaient temps pour eux de se diriger jusqu’à Cirdan Sùron. Il était temps pour Galyn de retourner dans sa ville natale afin de prendre le poste pour lequel on l’avait nommé. Seulement, avec tous les événements qui venaient de se passer avec la demoiselle, le garde du corps se doutait bien que la demoiselle n’aurait guère envie de faire ce trajet avec lui comme il était prévu à la base. En sortant de la demeure avec ses effets personnel, le nouveau protecteur s’attendait à pouvoir chevaucher comme bon lui semblait, mais alors qu’il se dirigeait vers l’ancienne monture qui lui appartenait, l’un des serviteurs lui fit remarquer le carrosse dans lequel la demoiselle prenait déjà place. Il fronça légèrement les sourcils, mais comprenant que personne ne le laisserais chevauché comme il le voulait, il se décida a délaisser ses effets personnels aux serviteurs et vint prendre place dans le carrosse, juste en face de la demoiselle.

Le regard du jeune homme ne chercha pas particulièrement à rencontrer celui de la demoiselle, alors qu’il prenait place juste en face d’elle. Il ne savait que trop bien qu’elle lui en voulait toujours et pour sa part, il lui en voulait également de ce qui s’était passé pendant le procès. Le silence qui régnait dans la voiture n’était pas particulièrement insupportable pour le garde du corps, puisque son esprit était occupé ailleurs. En effet, il était en train de penser au choc que cela lui ferait de revenir à Cirdan Suron après une si longue absence. De plus, il n’avait jamais remis les pieds dans sa contrée d’origine depuis la mort de ses parents. Son regard était porté vers l’extérieur de l’habitacle, autant que celui de la demoiselle. Pour l’instant, penser au travail de protecteur de l’intéressait pas. Certes, le poste devrait demander de sa part une constance prudence et intérêt, mais pour le moment, il ne voulait guère y penser.

Une bonne partie de la journée avait déjà passée, lorsque le carrosse roula sur une bosse. Le regard de Galyn qui était abordé par l’extérieur dévia vers celui de la Dame Protectrice. Il vit dans son regard qu’elle n’avait pas du tout envie d’être là, avec lui. Il se rappelait de la dispute de l’avant-veille, mais de là à lui en vouloir au point de ne plus souhaiter sa présence, c’était trop. Il aurait préféré que les choses se passent autrement, mais il semblait qu’au moment où ils allaient se séparés, une querelle demeurerait entre eux. L’ancien garde du corps ne chercha pas à briser le silence, préférant se concentrer de nouveau sur la route. Tout l’escorte firent halte dans une petit clairière, afin de pouvoir se reposer et permettre aux chevaux de reprendre du mieux avant la reprise du trajet.

Plusieurs jours de voyages encore furent nécessaire pour qu’ils se rendre jusqu’à Cirdan Sùron. Lorsque le convoi franchit un énorme hêtre se séparant en deux énormes branches, le jeune homme sut qu’ils étaient sur le point d’arriver. Il redoutait l’arriver, mais en apparence il laissait paraître que rien de tout cela ne le touchait réellement, du moins, le croyait-il. Lorsque les gens virent arrivé le carrosse, ils savaient que ce n’était pas Torlan qui se trouvait à l’intérieur de celui-ci, simplement parce que les rumeurs du procès s’était répandu à une vitesse phénoménal. Il espérait simplement que toute personne en lien avec Torlan, de loin ou de près, avait été chassé. Sinon il se ferait un devoir de s’en charger lui-même. Il avait beau être recalé au poste de Protecteur, ses réflexes de garde du corps étaient toujours présents.

Le carrosse arriva finalement dans le village de Cirdan Suron où plusieurs paysans s’amassaient déjà pour voir le carrosse du nouveau protecteur. Le jeune homme détourna le regard de la route à cette vue, il n’appréciait déjà pas le fait d’être présent dans un carrosse, alors de là a faire un spectacle en ayant l’air satisfait de se prendre pour le centre de l’attention, s’en était trop pour lui. Il posa son regard sur la jeune femme et croisa finalement son regard. Pendant les plusieurs haltes qu’ils avaient fait, le jeune homme n’avait jamais pris soin d’entamer une conversation, puisqu’elle semblait déjà assez affectée d’être obligé de se retrouver là avec lui, mais en plus, si une nouvelle dispute aurait éclaté, les apparences auraient pu être trompeuse. Il soutient son regard pendant un moment, puis se décida finalement a briser le silence qui régnait entre eux depuis une bonne partie du trajet.


- Qu’est-ce qui vous met dans cet état depuis que nous avons quitté la cour de Dyarque? Et ne me dites pas qu’il n’y a rien a dire, je vous connais assez pour savoir qu’une chose vous tracasse.

Son regard fantomatique la fixait et il ne demandait pas mieux de redevenir en bon terme avec elle. Ils avaient tellement vécus ensemble et la situation l’affectait plus qu’il ne pouvait le laisser paraître. Il n’aurait su dire pourquoi, comme dans l’auberge, mais c’était comme ça. De plus, il se souvenait des paroles que la jeune femme avait prononcés quand ils se hurlaient littéralement dessus pour défendre leur point ; il avait commis des gestes déplacés à son égard, mais il ignorait toujours quoi?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Mer 7 Nov 2012 - 22:24

" Qu’est-ce qui vous met dans cet état depuis que nous avons quitté la cour de Dyarque? Et ne me dites pas qu’il n’y a rien a dire, je vous connais assez pour savoir qu'une chose vous tracasse. "

Nyrlae ouvrit la bouche mais la referma aussitôt, détournant les yeux. Tracassée ? Il la trouvait tracassée ? Elle se contenait depuis tellement longtemps, pourtant. C'était la dernière ligne droite. Elle ne pouvait pas craquer maintenant. Elle aurait pourtant eu envie d'ouvrir cette porte et de partir en courant, de ne jamais revenir. Elle n'avait pas pensé que ce serait si difficile.

Le temps s'étirait. Elle sentait qu'il l'observait alors qu'elle essayait d'empêcher les larmes de monter. Les mains crispées sur sa robe, elle inspira pour tenter de se calmer. Elle avait suffisamment laissé libre cours à sa colère, sa peine ou elle ne savait quel autre sentiment, ces derniers temps. Il fallait absolument qu'elle arrive à se reprendre.


" C'est... c'est juste que... "

Il y avait du monde à l'extérieur. Des curieux, des impatients de voir qui était dans ce carrosse. Certains même qui se hasardaient à louer le nouveau Protecteur, parce que ça pouvait toujours être utile. Enfin, l'inquiétude restait palpable chez la majorité des villageois.

" Ce n'est pas le moment de parler de mes états-d'âme, " conclut finalement la jeune femme dans un souffle.

On pouvait les voir un peu par la fenêtre et elle n'avait aucune envie de lancer des rumeurs absurdes en affichant un air aussi triste.


" Je vous promets d'en parler plus tard, lorsque vous aurez pris vos fonctions. "

Elle était au bord des larmes et elle coupa court à la discussion en fermant les yeux pour se plonger dans une méditation apaisante. Il faudrait faire bonne figure quand ils mettraient pied à terre. Il était hors de question de montrer qu'elle était bouleversée par quoi que ce soit. Enfin quoi ! Ils avaient eu tout le trajet pour discuter et c'était maintenant qu'il décidait de bavarder !

Lorsqu'on leur ouvrit la porte et qu'ils sortirent dehors, Nyrlae avait retrouvé un visage inexpressif. De toute manière, les gens étaient surtout préoccupés par Galyn. Elle aurait peut-être dû le conseiller sur cette première prise de contact, mais il était au-dessus de ses forces de faire comme si tout allait bien et elle décida qu'il n'y avait aucune raison pour qu'il s'en sorte mal sans elle.

On leur montra les appartements prévus pour eux et Nyrlae s'y retira dès que la bienséance le lui permit. Se retrouver seule lui fit du bien après ce voyage qui lui avait paru étouffant. Galyn avait paru faire une tentative pour ramener un peu la paix entre eux, mais malheureusement il ignorait qu'il n'avait aucune chance d'y parvenir en l'état actuel des choses. Il ignorait trop de détails qui se révéleraient à lui sous peu. A cette pensée, la jeune femme sentit à nouveau les larmes lui monter aux yeux. Elle ne s'était pas attendue à porter un tel poids. En un sens, cela l'arrangeait, même si ce sentiment n'avait rien d'agréable ou de soulageant. Elle finit par se décider.

Au repas qui suivit le soir même, elle comprit que les conseillers n'attendaient qu'une chose : pouvoir s'entretenir avec Galyn des affaires du Protectorat. Elle avait à présent assez d'expérience pour deviner lesquels étaient le plus fiables et ceux qu'il faudrait évincer, ceux qui jouaient la comédie et ceux qui se montraient relativement honnêtes. Ce qu'elle ignorait, c'était si Galyn avait cette capacité et s'il partagerait son point de vue. Il fallait qu'elle lui parle au plus vite, mais elle ne pouvait se résoudre à le faire. Lui paraissait pour le moment occupé à renouer avec son passé et elle était bien placée pour savoir que ce genre d'exercice était douloureux.

Les conseillers qui avaient fait le déplacement se retirèrent, n'osant pas encore intervenir ou préférant, dans leur coin, prévoir la suite selon le comportement du nouveau Protecteur qu'ils avaient pu observer. Nyrlae retourna quant à elle dans sa chambre, réfléchissant à la meilleure manière d'expliquer à Galyn ce qui justifiait un tel comportement.

Peine perdue... De toute manière, le jeune homme n'avait sans doute pas envie d'avoir de nouveaux soucis alors qu'il redécouvrait les lieux avec tous les souvenirs qui devaient affluer. Pour le moment il valait mieux qu'elle s'en tienne à ce qu'elle avait décidé : l'aider à prendre ses marques.


***

Nyrlae passa quelques heures à se reposer du voyage puis décida de demander à un domestique si Galyn s'était déjà retiré pour la nuit. A la réponse négative, elle s'habilla dans l'idée d'aller le retrouver. Pour être honnête, elle ne savait pas réellement dans quel but elle voulait le voir. La seule chose dont elle était certaine, c'était qu'elle ne voulait en aucun cas risquer de s'enfermer elle-même dans un silence pesant. Il avait semblé vouloir renouer le dialogue et elle ne voulait pas en laisser passer l'occasion, même si, au final... Elle passa outre ses sombres pensées et dirigea ses pas du coté de la bibliothèque et du bureau, se disant qu'il s'y trouvait peut-être.

Le palais était silencieux et elle ne croisa qu'un seul domestique. La bibliothèque plongée dans le noir lui apprit que le nouveau Protecteur ne s'y trouvait pas. Nyrlae se promena ainsi de couloirs en couloirs un moment, ne pouvant s'empêcher d'imaginer le carnage qu'il y avait eu là. Les cris, le sang... Elle fut presque soulagée lorsqu'elle croisa un nouveau domestique qui lui révéla que Galyn était dans son ancienne chambre. La jeune femme hésita un moment, mais, puisqu'il n'était semblait-il pas encore couché, elle accepta de se faire annoncer.

Bon, la situation n'était pas très protocolaire, mais apparemment, le domestique voyait l'ancienne chambre comme un lieu sinistré qui ne prendrait plus la même fonction, plus que comme la chambre du nouveau Protecteur. On lui en avait fait préparer une autre, d'ailleurs, plus conforme à son nouveau statut.

Restant malgré tout sur le pas de la porte, mal à l'aise, la jeune femme murmura un
"bonsoir" hésitant.

Elle se rendait compte à présent qu'elle risquait surtout de le déranger. Malgré les quelques heures déjà passées à retrouver son ancienne demeure, on pouvait supposer qu'il n'avait toujours pas assimilé son retour. D'autant que Torlan avait probablement changé une bonne partie des pièces. A moindre niveau, elle imaginait ce qu'elle aurait pu ressentir si on avait saccagé les affaires qu'elle tenait de sa mère. A cette idée, son coeur se serra.


" Est-ce que ça va ? " demanda-t-elle dans un murmure compatissant.

Il y avait de ces circonstances ù il était impossible de rester stupidement fâchée pour des motifs qui paraissaient tout à coup futiles au possible. Il y avait tellement plus important...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Mer 9 Jan 2013 - 21:17

La demoiselle réussie à retenir la réponse impulsive qui allait sortir de sa bouche. Qu’est-ce qui pouvait bien la tarauder ainsi, pour qu’elle refuse de lui parler pendant tout le voyage. Il est vrai qu’il n’avait pas fait davantage d’effort de son côté, mais comme il la croyait en colère contre lui ou quelque chose dans le genre, il n’avait osé briser ce silence entre eux. Un silence qui semblait les accommoder tous les deux auparavant, mais maintenant, Galyn voulait simplement savoir ce qu’il y avait. Les mains crispées sur sa robe n’échappèrent pas au regard observateur de l’ancien garde du corps. Pourquoi se refusait-elle à lui dire? Il fronça légèrement les sourcils, ne prêtant aucune attention au monde extérieur. Même s’il ne l’avouerait pas, les responsabilités auxquelles ils devraient désormais faire face l’effrayaient un peu et les gens qui se trouvaient autour du carrosse ne faisaient que lui rappeler cette crainte.

" Je vous promets d'en parler plus tard, lorsque vous aurez pris vos fonctions. "

Comment? C’était donc ainsi qu’elle concluait le sujet. Le garde du corps la regarda pendant un moment avant de se décider à laisser tomber l’affaire. Du moins, pour le moment. Il gardait dans un coin de sa mémoire que cette discussion n’était toujours pas terminé. Il s’agissait simplement pour lui d’attendre le bon moment pour revenir sur le sujet, qui semblait tabou aux yeux de la jeune femme. Les larmes qui étaient sur le point de couler sur ses joues n’échapèrent pas au regard du jeune homme, mais n’en fit aucune remarque. Plus tard, elle devrait bien se décider à parler, surtout qu’il savait désormais qu’il y avait réellement anguille sous roche si elle réagissait ainsi.

Le reste du trajet sembla durer des heures à l’ancien garde du corps, alors qu’au fur et à mesure qu’ils avançaient, de plus en plus de curieux se pressait pour apercevoir le carrosse du nouveau protecteur. Le nom que quelques-uns osaient prononcer s’avérait être inexacte, puisqu’ils étaient loin de se douter que le fils des anciens protecteurs étaient toujours vivant et que sa allait être lui, après tant d’année, qui allait reprendre le poste de ses défunts parents. Galyn ignorait si s’était pour le mieux, mais au moins les paysans n’auraient plus à faire à la tyrannie de Torlan ou au plan machiavélique qu’il avait en tête. Lorsque le cortège s’arrêta finalement devant la demeure dans laquelle logerait désormais le nouveau protecteur, le jeune homme eut du mal à relever les yeux vers l’édifice. Cela faisait déjà bien des années qu’il s’était enfuit et l’image qu’il avait de ce lieu n’avait absolument rien d’heureux ou de réjouissant.

Galyn passa la porte du carrosse le premier et tendit une main en direction de la jeune femme. Il fallait bien qu’il ait l’air gentleman, sinon les gens ne l’aimerais pas. Cependant, il ne pensa pas pendant une seconde que ce geste aurait pu paraître déplacer ou qu’il soulèverait certaine question de la part des personnages réunit là. Il jeta un regard à la ronde, saluant les conseiller qui se trouvait là. Les paysans qui s’étaient rendu là laissèrent échapper plusieurs murmurent. Galyn perçut certain d’entre eux, mais continua de parler avec ses nouveaux conseillers, tout en entrant dans le bâtiment.

Aussitôt que cela lui eut été permis, le jeune homme se retira également dans les appartements qui avaient été aménagé pour lui. Il se glissa dans une baignoire d’eau chaude et s’immergea dans l’eau pendant un moment, histoire de faire un peu la paix avec lui-même et son cœur qui ne cessait de le faire souffrir depuis qu’il était arrivé dans les lieux de son enfance. Il avait du mal. Il réussit à le cacher, mais cela restait tout de même pénible pour lui. Les appartements qu’on lui avait désigner se trouvait assez loin de ceux qu’il occupait plus jeune et il ne logeait pas dans celle qu’occupait Torlan alors qu’il se trouvait là. Il se promit d’aller y jeter un petit coup d’œil, histoire de voir qu’est-ce qu’il avait bien pu changer. Surtout que le jeune homme savait qu’il avait repris les appartements de ses parents. Cela l’enrageait à un point tel qu’il ne savait plus s’il pourrait un jour se sentir maître de ses sentiments en ces lieux.

Au repas du soir, le jeune homme prit place à l’endroit qu’on lui avait désigné, échangeant certain discours avec ces conseillers. Même s’il ne connaissait pas encore très bien le rôle qu’il aurait à suivre dans la suite des choses, il était encore capable d’évaluer le potentiel de certain des elfes qui se trouvaient et certains d’entre eux ne se montrait guère à la hauteur du poste qu’ils occupaient. Parfois, alors qu’un conseiller essayait de lui parler de choses qu’il considérait urgente, l’ancien garde du corps laissait son regard vagabonder du côté de la jeune femme. Elle semblait aussi évaluer la force de ses conseiller et il savait que s’il aurait besoin de conseil de ce côté-là, sa serait-elle avant tout qu’il écouterait et non ceux-là. Prenant une gorgée dans la coupe de vin posée devant lui, il se leva en fin de soirée pour regagner ses appartements. Les jours suivants risquaient d’être rudes pour lui et il ne souhaitait en aucun cas s’épuiser à des futilités.

Après avoir regagné ses appartements, le garde du corps essaya de se plonger dans la lecture d’un rapport que l’un de ses conseillers lui avait donné. Celui-ci devait le mettre au courant de choses importantes qui étaient survenus dans le protectorat depuis l’arrivée au pouvoir du tyran. Seulement, malgré les bonnes volontés qu’il avait et surtout, en sachant le serment qu’il avait prêté auprès du père de la demoiselle, Dyarque, il savait que les tâches lui incombaient de prendre soin des terres dons il avait hérité. Il finit par délaisser complètement le rapport, incapable de repousser les images d’horreurs qui lui venaient en tête. Il devait la voir. Il voulait la voir.

Il enfila ses dagues et sortit en douce vers la chambre où tout son monde avait commencé par s’effondrer. Il croisa plusieurs domestiques, mais ne leur prêta pas davantage d’attention qu’à une pierre qui constituait les murs du château. Lorsqu’il arriva devant la porte de la chambre, Galyn resta un moment devant celle-ci, sans oser l’ouvrir. Il n’osait pas, mais en même temps, il craignait de ce qu’il allait trouver derrière cette porte. Après plusieurs minutes d’hésitations, la jeune homme se décida finalement à poser sa main sur la poignée, ouvrant ainsi la porte de ses cauchemars. Il s’engouffra dans la pièce, jetant des regards autour de lui, comme s’il attendait quelque chose.


"Bonsoir. " Est-ce que ça va ? " demanda-t-elle dans un murmure compatissant.

Il se tourna vers elle, le regard a moitié vague et secouant la tête en penchant la tête, de sorte que ses cheveux cachent son visage à la vue de la demoiselle.


- Tout a changé. Il n’y a absolument plus rien qui se trouve à sa place.

Il se retourna de nouveau vers la pièce qui était désormais vide de tout meuble, comme si jamais personne n’avait vécu là. Du regard, il cherchait une quelconque trace de ce qu’aurait dû laisser le combat, du sang sécher, des traces, mais rien. Tout avait été soigneusement nettoyé, comme s’il avait allusiner tout ce qu’il avait vu cette nuit-là. Il se sentait vulnérable, même si jamais il n’oserait l’avouer, pas même à la jeune femme. Sa haine, sa vengeance n’était pas accomplie. L’ancien garde du corps n’avait pas réussi à avoir justice contre Torlan et ça, il en était persuadé. Sans s’en rendre compte, il avait serré les poings au point où c’est jointure était devenu blanchit par l’effort. Il avait dû mal à ce contenir.

- Je crois qu’il est préférable que je me retire pour la nuit, dit-il avec une où on percevait toujours la colère et la haine.

La tristesse, il essayait du mieux qu’il le pouvait de la dissimuler. Galyn contourna donc la demoiselle en se dirigeant vers les appartements qu’on lui avait aménager, peu désireux de revoir des lieux qui pourraient lui rappeler des souvenirs désagréables. Il se coucha dans son lit et resta éveiller pendant une bonne partie de la nuit, ne cessant de ressassé les événements.
Cela lui prit une bonne dizaine de jours avant de s’adapter au lieu et il prit même le temps, seul, d’aller voir l’endroit le plus traumatisant. La porte sur laquelle il avait trouvé sa mère cloutée et décapitée. Encore une fois, celle-ci avait disparue, laissant à l’ancien garde du corps une impression amère.

L’un des domestiques l’avaient entretenu sur les nouvelles manières de faire au château. Les salles d’eau étaient désormais communes, afin de permettre un meilleur roulement et surtout d’éviter le gaspille de l’eau. Ils avaient aménagés une nouvelle source chaude à l’intérieur des fortifications et s’était là désormais qu’il devait aller prendre son bain. Le jeune homme avait froncer les sourcils un instant, avant d’hocher légèrement la tête. Après tout, il avait déjà prit des bains dans des sources chaude, en quoi sa serait différent cette fois? Grâce à l’accès direct qu’il avait avec sa chambre, il ne lui suffit que d’enfiler une serviette autour de ses reins et de suivre le couloir qui y menait. Rendu là, comme il voyait qu’il n’y avait personne, il s’immergea complètement dans l’eau, appréciant le contact bouillant de celle-ci contre sa peau. La toilette était apprécier après l’entrainement qu’il s’était lui-même obliger d’accomplir. Il est vrai qu’il n’était plus garde du corps, mais il valait mieux pour lui de rester en forme que de complètement abandonner ses réflexes. De plus, en voyant ce que la jeune femme lui avait révéler sur les Drows, il se devait d’être alerte, en cas d’attaque.

Lorsque le nouveau protecteur immergea de l’eau, il sentit une présence près de lui et se retourna assez rapidement, découvrant ainsi la demoiselle dans ses plus simples habits. Ainsi c’était ça qu’il voulait dire par « communes ». Heureusement pour lui, le semi brouillard qui flottait au-dessus de l’eau empêchait l’archère de voir quoi que ce soit. Seulement, quelque chose venait de lui revenir en tête. Il sentait que sa pouvait avoir un lien quelconque avec une scène de ce genre, mais il ignorait complètement où, quand, et même comment. Ce n’était que des flous, imprécis et vague. Il détourna néanmoins la tête en rougissant légèrement, heureusement pour lui ses cheveux cachaient une partie de son visage.


- L’autre jour, vous m’avez accusé d’avoir commis des gestes déplacés…à votre égard …Quel son exactement la nature des gestes que j’ai commis?

Il était incertain dans sa question. Il ne savait pas vraiment s’il se rappelait, ni même si s’était le bon moment. Il savait également que d’autres questions pressaient davantage, comme celle à laquelle la demoiselle n’avait toujours pas répondu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Jeu 10 Jan 2013 - 21:08

Dix jours. Dix longs jours. Dix jours franchement interminables, pour être honnête. Nyrlae s'était renfermée dans un silence morose. Du moins, devant les conseillers et l'entourage de Galyn gardait-elle ses allures de Dame Protectrice que rien ne pouvait ébranler. Avec le nouveau Protecteur, elle ânonnait inlassablement le b-a-ba du métier, allant à l''essentiel aussi vite qu'elle le pouvait. Elle savait de quoi elle parlait, c'était évident. Mais ce qu'elle taisait lui pesait de plus en plus. Galyn n'était pas revenu sur ses questions, soit parce qu'il jugeait qu'elle saurait quand s'y résoudre, soit, plus probablement, car il avait la tête ailleurs. Elle l'avait vu plus d'une fois glisser dans les couloirs, la nuit, tel un fantôme. Cette vision lui faisait également mal au coeur, mais au point où elle en était... Elle devait être la dernière personne qu'il souhaitait voir tenter de le consoler.

Des journées qui s'étiraient donc inexorablement. La jeune femme savait qu'elle devait parler. Mais chaque conversation avec son père rendait la décision plus difficile. Et plus elle attendait, plus elle savait que Galyn serait furieux. Du moins, le supposait-elle. Elle ne voyait pas comment il eut pu en être autrement.

Un bain chaud lui ferait du bien. Pour ce qu'elle en avait vu, certaines heures voyaient les thermes se vider de toute présence alors elle se décida à s'y rendre. Une servante lui apporta une serviette propre et se chargea de ses vêtements après quoi Nyrlae la congédia, désirant profiter de ce moment de répit. S'immergeant jusqu'au cou, elle ferma les yeux et se laissa bercer par l'eau.

Rien de tel qu'un bain chaud pour se délasser. Nyrlae ne s'était pas sentie aussi bien depuis une éternité. Pas question d'abréger et, avec un peu de chance, le reste des habitants des lieux se dirait que déranger la Dame Protectrice dans un tel moment n'était pas une bonne idée. Pour une fois qu'elle profitait un peu de sa position, on n'allait tout de même pas le lui reprocher ! La jeune femme en profita donc pour se laver, puis joua à laisser filer l'eau entre ses doigts avant de fermer à nouveau les yeux, goûtant à la chaleur du bain.

Un vague mouvement non loin d'elle lui apprit que quelqu'un venait de la rejoindre. Nyrlae retint un soupir contrarié. Habituellement, elle se serait plus ou moins moquée de prendre un bain en commun - quoique son statut ne l'y avait pas vraiment habituée autrement qu'enfant, en famille, dans les sources en surface - mais là, elle aurait bien aimé être tranquille ! Elle eut un geste pour s'en aller simplement mais s'immobilisa en voyant soudain qui venait de s'immerger près d'elle.

Galyn ! Par tous les dieux, qu'avait-elle donc fait qui mérite un tel supplice ? Et comme si cela ne suffisait pas, histoire qu'il puisse bien comprendre à quel point sa présence la mettait mal à l'aise, elle sentit ses joues s'enflammer dans la seconde. La jeune femme se serait volontiers noyée sur le champ. Mais apparemment, les dieux n'étaient toujours pas décidés à entendre ses prières et elle resta là, à regarder Galyn avec de grands yeux effarés, incapable d'esquisser un geste ou murmurer le moindre mot.

Il se détourna légèrement. Etait-il gêné lui aussi ? Après ce qui s'était passé dans ce village, il y avait de quoi...


" L’autre jour, vous m’avez accusé d’avoir commis des gestes déplacés…à votre égard …Quelle est exactement la nature des gestes que j’ai commis? "

La bouche de Nyrlae s'arrondit en un O incrédule. C'était... Woahh. Ca c'était de la question qui tombait à pic. Elle se sentit rougir encore davantage, en admettant que cela fut possible.

" Euh... C'est... non... nous... vous avez... "

Elle s'immergea complètement. Trop, c'était trop. Elle se comportait de manière parfaitement ridicule. Il fallait qu'elle se ressaisisse. Et de toute manière, il y avait pire. Tellement pire... Elle devait lui parler. Maintenant. Si elle continuait à attendre, elle deviendrait folle. Elle refit surface, prenant sur elle pour considérer que la situation n'avait rien d'étrange. Après tout, les bains publics avaient été de tout temps un lieu d'échanges. La seule raison qui aurait pu justifier qu'elle se sente gênée aurait été qu'elle fasse le rapprochement avec ce fameux soir et cela signifiait s'imaginer que la drogue n'avait pas l'entière responsabilité de leurs actes. Or, ils avaient bel et bien été complètement inconscients. Il n'y avait jamais rien eu entre eux et il n'y aurait jamais rien, point final. Une évidence qui lui fit ressortir la tête de l'eau.

Galyn était toujours là. Dommage. Enfin, maintenant qu'elle avait pris sa décision, il fallait bien assumer.


" Talassi, je dois vous parler. "

hum. Elle se félicita d'avoir repris une voix à peu près normale. Juste froide ce qu'il fallait.

" Tout d'abord, oubliez ce que je vous avais dit à propos de ces... elle se troubla en se rappelant brièvement le contact de sa peau contre la sienne, mais se reprit, gestes déplacés. Nous étions tous les deux drogués. D'ailleurs, je m'en souviens à peine. "

Cela, elle aurait peut-être dû éviter. Le mensonge était tellement énorme qu'il aurait fallut que le jeune homme soit sourd et aveugle pour passer à côté. Enfin... Il faudrait un jour que les dieux arrêtent de les droguer pour un oui ou pour un non, tout de même.

" Ce que j'ai à vous dire est plus important et, surtout, laissez-moi finir car je ne sais si j'aurai le courage d'aborder cela une autre fois. "

Marquant une pause, elle décida de se jeter à l'eau, cette fois au sens figuré, bien qu'elle ait réellement l'impression d'être sur le point de se noyer.

" Ceci sera la dernière aide que je vous apporterai dans votre rôle de Protecteur. Une constatation plus qu'un conseil : à présent, sachez que vous êtes seul. "

Sa voix s'était nouée. Le trouble précédent avait fait place à une tristesse sans fond. Une résignation qui n'augurait rien de bon pour la suite.

" La première chose que mon père m'a dit lorsque j'ai été nommée à ce poste, c'est cela. Que j'étais désormais seule et que je le resterai. Seule devant mes choix et mes décisions. Bien-sûr, il y aura toujours des conseillers pour critiquer et donner leur avis, mais la décision finale vous reviendra. Le poids de ces décisions et leurs conséquences. Le poids des vies que vous tenez entre vos mains et qu'il faudra faire passer avant tout... absolument tout le reste. Même ce qui vous est le plus cher. "

Elle continua en baissant les yeux sur l'eau qui miroitait entre eux, laissant s'échapper de la vapeur qui montait en tourbillonnant, et poursuivit doucement.

" Ne jamais faire confiance. A personne. Jamais. Si vous ne me croyez pas, alors je vais vous le prouver moi-même. Je n'ai pas voulu cela mais... mon père craint pour notre royaume. Je vous ai expliqué à quel point nous étions menacés. Il... m'a demandé de prendre le pouvoir ici. Par votre intermédiaire. Il n'a pas confiance en vous. j'ai refusé... j'ai tellement essayé de... Je ne voulais pas, je vous assure, mais il a répété que vous deviez prendre ce poste parce que vous pouviez passer pour le fils Talassi. J'ignore s'il vous croit... Il m'a demandé de vous aider, de... de vous convaincre et de me placer ainsi à vos côtés puis de vous évincer peu à peu une fois dans la place. je ne voulais pas. Il m'a dit que je n'avais pas le choix... pour la stabilité du royaume. Parce qu'on ne pouvait pas se fier à un jeune homme tout juste sorti de l'adolescence. "

Même elle n'avait rien trouvé à répondre à cela. Oui, elle faisait confiance à Galyn en tant que garde du corps, mais comme Protecteur ? Trop franc, trop honnête pour se fondre dans les méandres tortueux de la politique. Trop opposé aux conventions, à l'étiquette. Elle serra les poings, se forçant à poursuivre sourdement :

" J'ai accepté de vous convaincre, mais rien de plus. je pensais que vous pourriez malgré tout vous en sortir, avec quelques conseils... Mais après... il m'a dit que si je vous disais la vérité, vous refuseriez le poste. Alors... Il... il a promis que si c'était le cas, il n'hésiterait pas à ce que vous disparaissiez pour de bon afin de simplifier la situation. Ne jamais prendre le risque qu'un ancien héritier vienne tout remettre en doute s'il plaçait quelqu'un autre... Il est capable de... j'ai joué le jeu, parce que je ne voulais pas que vous refusiez... Je sais qu'il est près à tout pour son peuple. Sacrifier l'un à la cause des autres. J'ai... j'ai accepté de vous convaincre et de vous former... Mais... je ne peux plus... Je n'ai jamais voulu vous trahir... mais de fait je l'ai fait. "

Elle se sentait tellement mal qu'elle en aurait hurlé. Seulement, il fallait encore qu'elle termine.

" Vous me détestiez déjà parce que vous pensiez que j'avais laissé Torlan me manipuler, eh bien à présent je vous donne une bonne raison de me haïr. J'aurai quitté les lieux dès demain... "

Elle se leva, faisant mine de sortir de l'eau, sa nudité étant à présent le dernier de ses soucis.

" Je suis désolée. Je n'ai jamais voulu cela. Je l'ai fait pour notre peuple. Il faut croire que je suis la digne fille de mon père, " conclut-elle avec amertume, écoeurée par cette constatation.

Elle avait sacrifié Galyn et de son point de vue l'avait ni plus ni moins trahie. S'il lui permettait de rester jusqu'au lendemain matin, elle s'estimerait encore heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    Dim 13 Jan 2013 - 15:52

Ça pouvait sembler long dix jours durant lesquelles ont étaient forcés à ne presque rien faire, mais c’était comme ça. Galyn n’était pas aussi prêt qu’il le croyait pour prendre le poste de protecteur et voilà qu’il ne cessait de devoir se présenté à des rencontres avec les conseillers. Au moins, la demoiselle était là et quand il y avait certain point qui semblait pointu, elle pouvait utiliser son expérience et régler la question aussi vite qu’elle s’était présentée. Évidemment, pendant ces nombreux jours, le jeune homme ne mit pas complètement de côté l’élément que cherchait à lui taire de la Dame Protectrice, mais chaque fois qu’il se croyait prêt à lui poser la question, une autre question survenait plus importante ou un conseiller qui avait immédiatement besoin de ses conseils. Il l’avait donc repoussé, du mieux qu’il le pouvait. En même temps, c’était facile de complètement repoussé avec les sentiments chambranlant qu’il ressentait. Tantôt c’était de la tristesse, après de la colère, après un profond désespoir et parfois un vide immense. Il ignorait comment se détacher de ses sentiments. Parfois, c’était même trop dur.

Pour évacuer un peu se surplus d’émotions, le jeune homme avait choisi de s’entraîner chaque matin. Il allait même parfois à pousser son corps à bout, plus parce que la colère s’emparait de lui que par réel intention. Ce matin-là n’était pas différent des autres et seul l’eau pouvait réconforter ses muscles endolories et évincer l’odeur de sueur qui émanait de lui. Il aimerait que l’eau puisse également réconforter son cœur, mais pour ça, il se disait que le temps finirait bien par faire ce qu’il avait à faire. Entre trente ans et un millier d’année, qu’elle différence il y avait, mis à part des jours qui s’écoulent durant lesquelles ont ce sent complètement perdu.

Le jeune homme se rendit donc jusqu’au bain chaud pour essayer de se détendre et il n’avait pas perçu de présence dans la pièce, qui lui avait laissé penser qu’il se retrouvait seul. Lorsque la demoiselle émergea à son tour de l’eau pour le regarder, le jeune homme sut qu’il n’était pas seul. La question qu’il posa alors n’aidait en rien la demoiselle à se sentir plus à l’aise à la vue de l’ancien garde du corps. Pour sa part, c’était un peu la même chose, mais il voulait savoir de quoi il en retournait.


" Euh... C'est... non... nous... vous avez... "

Avant même qu’elle eut le temps de terminé sa phrase, le jeune homme vit la silhouette de la demoiselle disparaître dans les profondeurs de l’eau. Il fronça les sourcils, incrédule. Il semblait que c’était lui avait avait fait quelque chose, mais quoi? Il l’ignorait complètement et ce n’était certainement pas de la façon dont agissait la jeune femme qu’il allait recevoir des réponses à ses questions. Quand se décida finalement a ressortir de l’eau, le garde du corps haussa légèrement les sourcils, l’air de dire qu’il attendait toujours la réponse à sa question.

" Talassi, je dois vous parler. "

Le ton employé ne suggérait certainement pas une réponse de sa part. Il fronça désormais les sourcils, se demandant de quoi elle voulait lui parler. Ça semblait grave vu le ton qu’elle employait et surtout, qu’elle utilisait son nom de famille. Quand elle essaya de le dissuader de l’histoire qui avait pu arriver, le jeune homme ne fut pas assez crétin pour tomber dans son piège. Elle s’en souvenait parfaitement, sinon elle n’aurait pas abordé la question lors de leur dispute au château de Dyarque.

" Ce que j'ai à vous dire est plus important et, surtout, laissez-moi finir car je ne sais si j'aurai le courage d'aborder cela une autre fois. "

Elle voulait surement aborder le fameux sujet qu’elle taisait depuis qu’il lui avait demander dans le carrosse. L’archère ne semblait pas se sentir complètement prête de lui en parler, mais il fallait bien qu’elle finisse par le faire. Surtout que pour sa part, Galyn ne la pressait pas ou s’était-il retenu de le faire du moins. Maintenant qu’il était confronter à ça, il se sentait un peu moins sur de vouloir l’entendre, vu le ton grave. En apparences, ses traits étaient tout à fait calmes, mais son cœur ne pouvait s’empêcher de battre légèrement plus vite qu’à l’accoutumer.

" La première chose que mon père m'a dit lorsque j'ai été nommée à ce poste, c'est cela. Que j'étais désormais seule et que je le resterai. Seule devant mes choix et mes décisions. Bien-sûr, il y aura toujours des conseillers pour critiquer et donner leur avis, mais la décision finale vous reviendra. Le poids de ces décisions et leurs conséquences. Le poids des vies que vous tenez entre vos mains et qu'il faudra faire passer avant tout... absolument tout le reste. Même ce qui vous est le plus cher. "

Il ne comprenait pas. Cette partie du rôle de protecteur, il l’avait toujours compris, surtout que c’était là la principale responsabilité du protecteur, d’assumer ses choix peu importe les répercutions qu’ils pourraient y avoir. Était-elle en train de lui dire qu’elle ne l’aiderait plus ni même qu’elle ne serait plus du tout présente dans sa vie, maintenant qu’il était protecteur? Si s’était le cas, c’était presque impossible, puisque les protectorats n’avaient d’autre choix que de s’envoyer des missives pour communiquer entre eux. De plus, rien ne les empêchait de se rencontrer pour fixer des règles pour les protectorats. Le jeune homme n’eut pour seule réaction de froncer davantage les sourcils, incapable de comprendre.

" Ne jamais faire confiance. A personne. Jamais. Si vous ne me croyez pas, alors je vais vous le prouver moi-même. Je n'ai pas voulu cela mais... mon père craint pour notre royaume. Je vous ai expliqué à quel point nous étions menacés. Il... m'a demandé de prendre le pouvoir ici. Par votre intermédiaire. Il n'a pas confiance en vous. j'ai refusé... j'ai tellement essayé de... Je ne voulais pas, je vous assure, mais il a répété que vous deviez prendre ce poste parce que vous pouviez passer pour le fils Talassi. J'ignore s'il vous croit... Il m'a demandé de vous aider, de... de vous convaincre et de me placer ainsi à vos côtés puis de vous évincer peu à peu une fois dans la place. je ne voulais pas. Il m'a dit que je n'avais pas le choix... pour la stabilité du royaume. Parce qu'on ne pouvait pas se fier à un jeune homme tout juste sorti de l'adolescence. "

La révélation eu l’effet d’un coup de poignard dans le cœur du garde du corps. Il devait bien se douter qu’une telle chose allait arriver avec Dyarque qui ne cessait de brusquer Nyrlae. Il devait le savoir. Présentement, il se haïssait d’avoir fait confiance à la demoiselle. Il se haïssait même d’avoir fait confiance au roi et encore plus d’appartenir à la race des elfes. Comment diable avait-il pu en arriver là? Le roi ne lui faisait pas confiance? Eh bien la réciproque était aussi vraie pour lui. Il détestait même Dyarque, sa manière d’agir, de se croire supérieur et surtout, d’avoir choisi de ne pas tuer promptement Torlan.

- Passer pour le fils Talassi…? dit-il sans cacher son amertume

Ça avait été plus fort que lui. Qu’elle emploi ses mots avec lui, il ne pouvait tout simplement pas y croire. Il avait risqué sa vie pour elle. C’était son métier, c’est vrai, mais il saurait attendu à un minimum de respect pour ce qu’il affirmait. Et de l’évincer ? Les mots qu’elle choisissait amplifiaient l’effet de poignard qui s’enfonçait dans son cœur, comme mille coups de couteau. Tout ce qu’elle dit ensuite, passa presque dans l’oreille d’un sourd. Il était désormais aveugler par une colère noire, sans fond et qui ne trouverait peut-être jamais vengeance. Parce que oui, désormais, la seule chose qu’il pouvait faire, c’était ce vengé.

- Garder votre protectorat! Gardez tout et prenez tout!, dit-il avec colère.

Il ne se privait pas pour hurler, pour hurler la colère qui saisissait chacun de ses muscles. Avec éclaboussures et facilité, il sortit hors du bassin d’eau et entoura sa taille de la serviette qu’il avait.

- Vous voulez m’évincez, eh bien vous n’aurez pas à le faire. J’aurai quitté ces lieux dans une vingtaine de minutes.

Il commençait déjà à partir, mais se détourna au moment où il franchit les premières dalles pour se rendre jusqu’à ses appartements :

- Vous serez satisfaite de vous. Je ne serai plus votre garde du corps, ni même protecteur par intermédiaire. Vous allez être débarrassé de moi, impossible d’être gêner par qui que ce soit. Et haïr? Le terme est faible, beaucoup trop faible. Je vous hais, vous, votre père et ce peuple!

Les mots pouvaient sembler fort, mais Galyn pensait chacun d’eux. Il avait honte d’appartenir à un peuple aussi sournois que les elfes. La trahison venant de la demoiselle était plus forte pour lui que venait du roi même ou même de Torlan. C’était invivable. Il n’avait plus du tout envie de vivre ici, ni même dans aucun territoire elfe possible. De toute façon, il savait pertinemment que si le roi cherchait à l’évincer, il serait traqué comme une bête sauvage. Le meilleur pour lui désormais c’était simplement de partir. La lâcheté n’avait absolument rien à voir, subir trahison sur trahison commençait à devenir insupportable pour le garde du corps.
A grand pas, il se dirigea vers ses appartements et s’habilla rapidement, sans prendre la peine de choisir ses vêtements. Il prit avec lui plusieurs chemises, ainsi que plusieurs pantalons, sans oublier les capes qu’il roula en boule dans son sac. Il déposa une cape sur ses épaules en l’attachant avec fébrilité. Encore une fois, il quittait le lieu qui l’avait vu grandir, mais pour une trahison qui lui semblait tellement plus dur à endurer que la précédente. Il avait eu confiance envers Nyrlae et elle l’avait tout bonnement lancer dans la gueule du loup. La confiance qu’ils avaient lui avait seulement permis de le berner. Il s’en voulait de l’avoir laissé faire et aussi facilement! Galyn rangea ses dagues dans les fourreaux prévus à cet effet. Il campa son carquois, suivit rapidement de son arc qu’il campa en plein milieu de son torse. Personne ne l’arrêterait. Il n’avait aucun moyen de le convaincre. Il ne lui resterait qu’à aller s’approvisionner au cuisine avant de quitter définitivement les lieux.


Sans attendre, il descendit les marches quatre à quatre pour aller dans les cuisines voler quelques miches de pain ainsi que du fromage. Les cuisiniers étaient tellement occuper à préparer le banquet du soir qu’ils le regardèrent à peine. Et même s’il aurait voulu le regarder, le regard fantomatique colérique et haineux les dissuada de toute tentative. Rapidement emballer, il franchit la porte de la cour intérieur. Il n’avait d’autre choix que de passer par là pour sortir du château fort. Ses pas, poussés par la colère, avançait rapidement dans l’herbe de la cours pour de nouveau résonner contre les dalles. Le jeune homme se rendait désormais compte que tout les doutes qui l'avaient assaillit plutôt, avant son entrer en poste, n'était que mensonge et futilité. La demoiselle qui tentait de le réconforter tant qu'à son rôle n'avait été aussi qu'un mensonge. Il se demandait si quelque chose dans ce qu'il avait vécu à Daranovar ou entre ce moment-ci, s'il y avait quelque chose de vrai. Le garde du corps se fichait bien des sentiments de culpabilité et de tristesse qu'elle avait eut pendant qu'elle lui poignardait le coeur à son tour. Il s'en fichait. Elle l'avait fait et à ses yeux, c'était tout ce qui comptait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réglement de compte ou justice?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Réglement de compte ou justice?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG fantasy et fantastiques-
Sauter vers: