AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Lun 21 Jan 2013 - 1:03

Deux mois déjà venaient de s’écouler depuis le moment où la demoiselle lui avait annoncé le plan que Dyarque avait pour lui. Il voulait que la jeune femme dirige le protectorat dans l’ombre, alors que lui ne serait qu’une marionnette pour détourner l’attention. Il ne voulait pas jouer dans cette ligue. De plus, la trahison de la demoiselle était supportable pour le jeune homme qui lui avait accordé toute la confiance qu’il avait depuis la mort de ses parents. Cette nouvelle, il l’avait très mal prise, puisque non seulement, personne ne l’avait avisé, mais qu’en plus, la jeune femme était au courant depuis de nombreux mois avant son entrer en poste comme protecteur. Fuir pour lui avait été la seule solution. Il ne se montrait pas lâche, mais il ne voulait pas être l’un des jouets du roi, surtout qu’il n’aurait aucun pouvoir décisionnel sur les choses qui se passerait dans son propre protectorat. De plus, Galyn aurait espérer pouvoir reprendre ce que ses parents avaient commencé à faire avant que Torlan ne les assassine. Seulement ça, Nyrlae n’en avait absolument rien à faire et tout ce qu’elle réussissait à faire, c’était d’être dans la jupe de son père à défaut d’avoir celle de sa mère.

L’ancien garde du corps, qui se retrouvait désormais sans métier et sans possibilité d’en avoir un, errait dans la forêt, se nourrissant principalement de ce qu’elle produisait. Il s’approchait rarement et très peu des villages ou des villes qu’il trouvait sur sa route. Il n’avait pas envie de se faire retrouver et ramener devant le roi, surtout vu ce qu’il avait prévu faire de lui. Cependant, le jeune homme avait bien envie de faire savoir au roi sa façon de penser et celle-ci risquait d’être bien aiguisée s’ils venaient à ce croiser.
Il erra donc, pendant de nombreux jours, qui se transformèrent en semaines et finalement en mois avant qu’il finisse par dénicher un petit boulot dans une ferme très éloignée du reste des villages. Galyn avait réussi à entrer en contact avec l’homme qui tenait les lieux et celui-ci s’était présenter comme quelqu’un de non agressif et prêt à offrir son aide si sa femme et lui avait besoin d’aide pour quoi que ce soit. Tout ce qu’il demandait en échange, s’était d’être payé par un toit au-dessus de sa tête, ainsi que de la bonne nourriture. Un jour, alors qu’il travaillait au champ, son nouveau patron revint au grand galop jusqu’à la ferme et mit pied à terre en se dirigeant vers Galyn.


- Il faut tout embarquer! Les drows sont à nos portes, il ne faut pas tarder. Ils nous faut fuir!

Sans même laisser le temps à Galyn de répliquer, ce dernier se dirigeait vers la maison et en ressortit aussitôt avec des effets qu’il déposa dans un sac de voyage accroché à son cheval. Ils ne pourraient pas tout mettre dans une charrette et avancer assez vite pour sauver leur peau. À cette annonce, le jeune homme se mit à penser au protecteur et plus précisément à la demoiselle. Il savait que ce jour allait arriver, mais il ignorait quand. Il semblerait que l’armée elfique n’ait pas réussir à maintenir les troupes à distance. Il était temps pour eux de se défendre et surtout de sauver leur peau autant qu’il le pouvait. Néanmoins, malgré son désir de se défendre et de se battre, il ne cessait de ressasser les choses du passé. Il lui en voulait toujours et il pouvait se montrer très rancunier avec le temps, il n’avait qu’à regarder avec Torlan. Trente années s’étaient écoulées depuis et il lui en voulait comme au premier jour.

Il lui fallait prendre une décision et rapidement. Il se mit à courir à l’intérieur de la maison et saisit le bras de son patron pour le ralentir dans sa course. La force qu’il employa alors étaient efficace et fit presque tomber le vieux bonhomme qui le regarda avec de grand yeux.


- Lâcher moi! Il faut fuir!
- Est-ce que les drows se dirige vers Daranovar? Oui ou non?!
- Bien sur que oui! Ils raseront tout sur leur passage!

La première partie de la phrase avait suffi à Galyn pour qu’il se rendre jusque dans sa chambre pour enfiler sa cape, ses armes et mettre ses effets dans son sac à dos. Il devait partir et ça, sur le champ. La situation était urgente. Malgré sa rancune, il savait que les elfes avaient besoins de dirigeant comme elle et son père, des gens qui tenaient davantage au gens du peuple qu’à leur propre gens ou au personne qui leur était proche. Si ça ce n’était pas prendre leur peuple au sérieux, il se demandait bien c’était quoi. Fin prêt, il descendit les quelques marches et sortit à l’extérieur.

- Où aller vous?! Vous ne venez pas avec nous?
- Non, je dois vous quitter maintenant.

Sans plus d’explication, il s’enfonça dans la forêt au pas de course pour se rendre rapidement jusqu’à Daranovar. Toutes les troupes avaient déjà dû être mobilisées pour le combat et Galyn se demandait combien il en restait très exactement. De là où il était, il mit plusieurs jours à se rendre jusqu’à la cité. Il essayait de dormir le moins possible pour accélérer son avancer, mais il savait que les drows maintenait toujours une bonne cadence au combat. Ce fût à l’aube du cinquième jour qu’il vit apparaître derrière la cime des arbres l’énorme forteresse de Daranovar. Apparemment il arrivait au bon moment et surtout, avant les troupes Drows. Il devrait néanmoins se dépêcher pour trouver la demoiselle et la sortir de ce foutoir avant que la forteresse ne soit assiégée.

Il délaissa son sac dans un coin de bois facilement retrouvable par lui et il se faufila a travers les ombres des arbres vers l’entrée principale. L’ancien garde du corps avait l’avantage de connaître les lieux comme le fond de sa poche pour l’avoir exploré à de nombreuses reprises. Il se glissa donc avec une aisance hors du commun dans les coins les moins surveillés de la forteresse et prit bien soin de ne pas se faire remarquer.

Il se glissa finalement dans le bureau de la demoiselle, qui se trouvait seule à ce moment-là.


- Les drows sont à vos portes. Suivez-moi et ne poser pas de question!, dit-il d’un ton pressant.

Il lui tendait la main, tout en la regardant droit dans les yeux. Son regard était de braise, malgré la blancheur de celui-ci. C’était évident qu’une colère sans nom bouillait au plus profond de lui et attendait de sortir. Il lui fallait le suivre, à moins qu’elle ne préfère écouter les fabuleux conseilles de son papounet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Lun 21 Jan 2013 - 21:47

Nyrlae releva la tête du parchemin qu'elle était occupée à couvrir d'une écriture fine lorsqu'elle entendit que l'on entrait dans son bureau.

" Depuis quand... "

Ses mots se perdirent alors qu'elle se figeait en reconnaissant celui qui lui faisait face. Galyn ? Ici ? Eberluée, elle se contenta de le regarder avec de grands yeux jusqu'à ce qu'il parle.

" Les drows sont à vos portes. Suivez-moi et ne posez pas de question! "

Fronçant les sourcils, la jeune femme jeta un coup d'oeil instinctif à la fenêtre, comme si les armées sombres avaient pu effectivement apparaître tout à coup sous les murs. Mais non, évidemment, il n'y avait toujours rien. Les éclaireurs évoquaient encore deux jours de répit avant que la forteresse ne soit attaquée. Deux jours durant lesquels il fallait achever de convaincre les civils récalcitrants de suivre les plus prudents en exil, terminer de donner les ordres à l'armée, prévoir les vivres pour un éventuel siège, gérer les renforts qui arrivaient de façon continue quoique insuffisante...

La jeune femme dévisageait le garde du corps avec incrédulité. Elle l'avait fait rechercher sans cesse depuis deux mois - enfin, moins depuis qu'elle était prise par l'avancée des drows - et c'était maintenant qu'il donnait signe de vie ! Elle se sentait dépassée par les évènements. Complètement abasourdie.


" Où voulez-vous que... "

Elle s'était levée et avait fait un pas dans sa direction comme il la pressait de le suivre, mais elle se ravisa subitement en comprenant où il voulait en venir. Son visage changea d'expression, passant de la perplexité à la colère :

" Par les Cinq ! Vous n'imaginez tout de même pas que je vais abandonner la forteresse ! "

Elle le regardait d'un air horrifié à présent, scandalisée qu'il puisse la penser capable d'une telle décision. Enfin... elle était surtout furieuse. Furieuse qu'il s'imagine qu'elle le suivrait dans de telles circonstances, furieuse que... Enfin, furieusement furieuse. Mais elle n'allait surement pas laisser éclater sa colère maintenant et elle se contint en se rasseyant calmement :

" Je vais rester ici et assumer mes responsabilités. Il faut bien que quelqu'un se comporte comme le veut sa fonction. "

Ah non, elle n'avait semblait-il pas digéré qu'il abandonne son poste. Ou du moins cela ressemblait étrangement à une pique dirigée contre lui. Ou alors il se faisait des idées, il ne fallait pas devenir paranoïaque non plus. Elle plongea son regard dans le sien en continuant :

" Les drows sont à nos portes, je le sais, et je sais également ce que je risque, je vous remercie. "

A ces mots, un éclair de terreur pure qu'elle ne put réprimer à temps passa dans ses yeux, mais elle le chassa rapidement. Elle avait plus urgent à régler. Des mots qu'elle avait eu tout le loisir de laisser macérer... le résultat n'allait pas être très digeste. Elle continua froidement... ou du moins aussi froidement qu'elle le pouvait car elle bouillait de colère intérieurement et avait du mal à le cacher, comme toujours :

" Si vous vouliez m'aider, il fallait prendre vos responsabilités au lieu de fuir au premier obstacle. Vous avez réagi comme un gamin au lieu de saisir votre chance de prouver que vous n'en étiez pas un, justement. Vous me détestez et vous détestez notre peuple, pour reprendre vos mots, alors que faites-vous là ? "

Elle avait haussé le ton, incapable de se contenir. Quelqu'un frappa à la porte demandant si tout allait bien et en fut quitte pour un "fort bien, merci" si sec qu'il n'oserait sans doute plus poser ce genre de question avant quelques millénaires. Nyrlae se leva, ses yeux lançant des éclairs :

" J'ai passé des semaines à me reprocher mon comportement et puis j'ai réalisé une chose : j'ai fait ce que je pensais être le mieux pour notre peuple. Vous pas. J'ai fait en sorte de vous permettre d'en arriver où vous le souhaitiez et je vous ai éclairé sur la situation sachant que je mettais tout le reste en péril et vous, vous m'avez tout lancé à la figure comme si je vous avais effectivement trahi ! J'aurais mieux fait de me taire ! "

Elle se maudit intérieurement car elle avait encore une fois les larmes aux yeux et qu'elle se sentait trop en colère pour avoir envie de pleurer bêtement. Ce n'était pas le moment de montrer sa faiblesse. Il ne ferait que la piétiner sans état d'âme, si elle se le permettait. Il l'avait déjà prouvé par le passé. A en voir la façon dont il la regarderait, il recommencerait.

" J'ai retourné la situation dans tous les sens et je n'ai pas trouvé d'autre solution ! Que vouliez-vous que je fasse d'autre ? Que je vous laisse refuser le poste et avoir les hommes de mon père à vos trousses ? Vous dire la vérité dès le début ? Auriez-vous vraiment accepté le poste en sachant ce qu'il en était ? Que devais-je faire ? "

Elle soupira, frustrée. Oh, elle avait regretté, culpabilisé, il pouvait être tranquille. Mais ensuite, qu'est-ce que cela avait changé ? Elle pouvait se torturer l'esprit autant qu'elle le voulait, les faits étaient là et elle avait fini par en venir aux résultats : elle n'avait pas eu le choix. Qu'elle lui dise tout cela, après tant de temps, lui paraissait irréel. Elle l'avait fait rechercher au début pour essayer d'arranger la situation. Puis par crainte que son père ne le retrouve avant elle. Puis... elle ignorait pourquoi elle avait poursuivi.

Une vague de tristesse la submergea soudainement, lui faisant baisser la voix.


" Vous n'avez plus rien à faire ici, Galyn, ce n'était pas une façon de le chasser, mais une constatation désenchantée, vous l'avez dit, vous détestez tout et tout le monde, ici... Sauvez donc votre vie et laissez nous. Les drows auront au moins fait un heureux. Je ne me suis pas donnée tout ce mal pour vous garder en vie pour que vous veniez mourir à mes côtés. Vous vous êtes vous-même déchargé de vos obligations. Vous êtes libre, alors profitez-en pour vivre loin de la politique et de tout ce que cela implique. "

Il n'y avait aucune trace d'agressivité dans sa voix. Elle était juste désabusée. Il lui avait reproché trop de choses ces derniers temps pour qu'elle en supporte davantage. De toute manière, se torturer l'esprit n'avait plus guère d'intérêt. Les sombres à leurs portes, Daranovar serait balayé comme fétu de paille. Mais elle lutterait jusqu'au bout, parce qu'il fallait bien que quelqu'un s'en charge.

" je ne vous en veux même plus, vous savez... je comprends. Après ce que vous avez vécu... je comprends. "

Elle se redressa soudain, prenant conscience qu'elle sombrait dans une tristesse qui ne la mènerait à rien de bon. Si quelqu'un entrait dans le bureau et la voyait aussi faible, elle n'arriverait plus à diriger l'armée de quelque manière que ce soit. Ses généraux avaient besoin d'une personnalité forte et sûre de la victoire.

" Si Daranovar tombe, ce ne sera pas sans emporter quantité de drows avec elle, " conclut-elle néanmoins.

Elle paraissait résignée malgré elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:29

Comment dire? Ils n’avaient pas réellement le temps de parler, puisque les drows se trouvaient désormais en territoire elfique et que très bientôt, ils trouveraient le chemin vers la forteresse de Daranovar et là, la situation serait impossible à gérer. Mais bon, pourquoi ne pas prendre le temps de discuté et de permettre au Drow d’avancer? Lui-même ne saurait dire pourquoi il avait fait le chemin vers la demoiselle, alors que les armées sombres pouvaient déjà se faire pressentir. Le caractère farouchement déterminé de la jeune femme, pouvait parfois l’amener à s’exposé à des situations de danger très élever. La colère du jeune homme, alors qu’il tendait sa main vers celle de la jeune femme était toujours palpable. Plusieurs mois déjà c’était écoulés depuis les événements, mais c’était encore tout frais dans sa mémoire et aucun détail ne lui échappait. Seulement, ils devaient fuir. La seule personne qui pouvait assurer une survit au peuple elfique et l’aider à ce relever après la bataille qui suivrait serait Nyrlae.

" Où voulez-vous que... "

Il croyait, quand elle s’était levée pour s’approcher, qu’elle avait enfin entendu la voix de la raison et qu’elle fuirait la mort qui ne cessait d’approcher de ces murs. Seulement, voilà, les principes de la grande protectrice revenaient, elle devait protéger les elfes et pourtant, elle n’avait pas hésité à le trahir pour le faire.

" Par les Cinq ! Vous n'imaginez tout de même pas que je vais abandonner la forteresse ! "

- Il vous faudra tôt ou tard l’abandonner! Vous courrez à une mort certaine en restant ici!

Voilà, ça recommençait. Les deux se mettaient à hurler pour faire entendre leur point. Le jeune homme la fixait droit dans les yeux, sachant que la meilleur solution était partir. C’était du suicide de vouloir rester ici à jouer les braves!  

" Je vais rester ici et assumer mes responsabilités. Il faut bien que quelqu'un se comporte comme le veut sa fonction. "

- Pour assumer ses fonctions, il faudrait d’abord des gens digne de confiance pour les accomplir, murmura-t-il entre ses dents.

Elle l’avait trahie. Voilà la vérité. La terreur qui passa alors dans les yeux de la jeune femme démontrait qu’elle voulait plutôt se montrer maîtresse de la situation, alors que certain aspect lui échappait. En même temps, elle devait non seulement se montrer forte pour le peuple, mais se montrer forte pour elle-même, afin de ne pas perdre tout espoir.

" J'ai retourné la situation dans tous les sens et je n'ai pas trouvé d'autre solution ! Que vouliez-vous que je fasse d'autre ? Que je vous laisse refuser le poste et avoir les hommes de mon père à vos trousses ? Vous dire la vérité dès le début ? Auriez-vous vraiment accepté le poste en sachant ce qu'il en était ? Que devais-je faire ? "

- Vous auriez dû me dire la vérité dès le début. J’aurais préféré être poursuivit pendant ma vie durant, plutôt que d’endurer une tel trahison de votre part. Il est évident que je n’aurais pas accepté, ou peut-être que si. J’avais confiance, vous m’avez trahi au profil du peuple, que vous ne connaissez même pas.

C’était ça qu’il ne trouvait pas concevable. Comment abandonner, trahir, quelqu’un au profit de personne qu’on ne connaît même pas. Il est vrai qu’être protecteur c’est d’assumer des responsabilités pour le peuple, mais ça devrais également être de savoir ce montrer honnête.

" Vous n'avez plus rien à faire ici, Galyn, ce n'était pas une façon de le chasser, mais une constatation désenchantée, vous l'avez dit, vous détestez tout et tout le monde, ici... Sauvez donc votre vie et laissez nous. Les drows auront au moins fait un heureux. Je ne me suis pas donnée tout ce mal pour vous garder en vie pour que vous veniez mourir à mes côtés. Vous vous êtes vous-même déchargé de vos obligations. Vous êtes libre, alors profitez-en pour vivre loin de la politique et de tout ce que cela implique. "

- Vous m’avez déchargé de mes obligations. Vous m’avez chassé en tant que garde du corps. Je suis venu jusqu’ici, parce qu’il est clair que vous avez besoin d’hommes qualité. Qui sait se battre et surtout, dans le feu de la bataille, ne perdra jamais son objectif de vue. Je vais vous protéger, que vous ne le vouliez ou non. Je me suis engager et c’est maintenant qu’il sera le plus nécessaire de le faire.

Le jeune homme détourna son regard de sur la demoiselle, afin de tenter de redevenir maître de ses émotions. Ils avaient plus urgent à faire que de ce querellé sur des histoires passés. Ils auraient le temps, s’ils étaient toujours en vie, de débattre de la question bien plus tard. Cela ne signifiait pas pour autant qu’il abandonnait toute rancune, simplement, il voyait qu’il y avait plus pressant. Les paroles qui suivirent, manquèrent de faire éclater de nouveau la colère du garde du corps. Il ne tolérait pas qu’on le traite de gamin. Il avait été utilisé, il avait ses raisons de réagir de la sorte, même si elle ne comprenait pas l’ampleur de son ressentiment.

- J’aimerais que vous m’expliquer exactement la disposition de vos troupes. J’aimerais pouvoir combattre, pas par intérêt, simplement parce qu’il faut qu’il y ait un peu de clarté parmi cette noirceur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:35

« Pour assumer ses fonctions, il faudrait d’abord des gens dignes de confiance pour les accomplir, » murmura-t-il entre ses dents.

Elle l’ignora sciemment, écœurée qu’il puisse remettre en question sa bonne volonté. A moins qu’il ne fasse référence à Dyarque, mais elle était suffisamment énervée pour prendre spontanément l’attaque contre elle. A croire qu’il faisait tout pour la faire sortir de ses gonds !

Elle garda ensuite le silence alors qu’il demandait la disposition des troupes. Parce qu’il s’imaginait qu’elle allait le laisser rester ? En se remémorant ses mots, elle comprenait qu’au fond, sa première erreur…


«  Mon erreur a été de penser que vous feriez un bon protecteur. Je ne vous ai pas trahi, elle avait appuyé sur ces mots, se maîtrisant pour ne pas se remettre en colère, mais je vous ai vu tel que j’espérais que vous seriez, pour notre bien à tous. »

En protecteur avide de faire le bien de son peuple. Capable de faire passer de parfaits inconnus avant lui-même, en effet. Parce que les elfes n’étaient pas de parfaits inconnus, justement. Parce qu’ils formaient un tout. Peut-être avait-elle cette notion ancrée profondément en elle par plusieurs centaines d’années d’éducation. Mais elle ne concevait pas qu’il puisse en être autrement. Elle n’aurait jamais pu lancer ainsi détester les sylvains. Jamais. Elle secoua la tête en se rasseyant à son bureau, poursuivant froidement :

« Vous me demandez égoïstement comment je peux préférer un peuple à votre petite personne. Je vous répondrais que oui, la vie de centaines d’enfants innocents et de leurs parents passe avant la vôtre, ou la mienne. On appelle cela le sens du devoir et manifestement, si vous avez cette notion en tant que garde du corps, ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit de gouverner. »

Elle ne le ménageait pas, volontairement, autant pour qu’il comprenne, que parce qu’il l’avait profondément blessée et qu’il le méritait bien de son point de vue. Ce qu’il venait de lui dire, ce qu’il lui avait dit… elle ne pouvait pas le supporter. Elle aurait dû en rire, peut-être, prétendre que cela ne l’affectait pas, mais c’était plus fort qu’elle. Que lui, puisse penser cela d’elle…

« C’est pour cela que je n’aurais même pas dû vous prévenir. J’ai… eu un moment de faiblesse et je l’ai fait. Visiblement ce fut ma seconde erreur. »

Oh oui, elle lui en voulait ! Elle avait lâché prise un instant, pour lui, et voilà ce qu’elle en retirait ! Cela lui apprendrait à se laisser bêtement attendrir. On ne l’y reprendrait plus. Le visage fermé, elle continua impitoyablement :

« Il n’y aura pas de clarté ici. Vous perdez votre temps et vous y laisserez également votre vie si vous insistez. Je ne veux plus de vos services. Sa voix se troubla, mais elle se força à poursuivre. Ce serait une mission vouée à l’échec. »

Elle inspira pour se calmer. Elle savait aussi bien que lui ce qui allait se passer. Les drows allaient débarquer, les submerger et elle mourrait. Son seul réconfort était d’espérer mourir vite et sans trop de souffrance… Elle avait l’impression d’avoir déjà pensé à cela des centaines de fois. Ses idées revenaient en boucles macabres sur ce qui allait advenir d’eux. Elle ne voulait juste pas ajouter son cadavre au sien, c’était déjà suffisamment difficile de se forcer à rester et de vivre ses derniers jours la peur au ventre.

« Vous ne m’empêcherez pas de faire mon devoir, alors partez… »

Elle se maudit aussitôt du ton suppliant de sa demande et se leva brutalement pour lui faire face avec autant d’aplomb que possible – c'est-à-dire bien peu, même si elle y mettait toute son énergie :

«  Partez, c’est un ordre. Je ne vous donnerai aucune information, j’ai déjà des hommes compétents qui travaillent sur le sujet. Je… »

Elle s’arrêta, le dévisagea. Puis parut réfléchir et se mordit la lèvre avant de se décider à prendre son courage à deux mains. Ils ne pouvaient pas continuer à se disputer comme ça, cela n’avançait à rien et leur faisait plus de bien que de mal. Il fallait qu’elle se comporte en adulte puisque lui tenait absolument à continuer à jouer l’enfant. Bon… peut être pas, elle devait le reconnaître. Lui aussi essayait de calmer le jeu. Seulement, il ne pourrait pas effacer ce qu’il lui avait dit. Mais même s’il la détestait, elle ne pouvait pas en faire autant, même si, à présent, elle l’aurait souhaité. Alors quitte à continuer à vouloir son bien…

« Galyn. Elle avait retrouvé son calme, mais pas pour longtemps, alors elle tâchait de faire vite. J’ai fait mon choix, j’ai accepté de gérer Daranovar et il faut bien que quelqu’un retienne les drows. Nous allons mourir ici à moins d’un miracle, je le sais. C’est déjà suffisamment pénible pour que… sa voix se brisa, mais elle était suffisamment lancée pour ne pas continuer. Pour ne pas vous voir mourir aussi. Je peux comprendre que vous me détestiez ou que vous vouliez me protéger… En y réfléchissant, ce n’était pas vraiment cohérent, elle ne comprenait pas ce qui pouvait passer par la tête du garde du corps, mais ne m’infligez pas ça. »

Elle s’aperçut qu’elle le dévisageait avec de grands yeux suppliants et se détourna, mal à l’aise. Elle n’était pas habituée à faire étalage de sentiments autres que la colère.

«  Ne m’infligez pas ça, je vous en prie, » répéta-t-elle malgré tout.


Qu’il ne compte pas sur elle pour organiser gentiment sa mort. C’était déjà assez dur de savoir que des centaines d’elfes mourraient avec elle, pour ne pas y ajouter sa mort à lui. Cette simple idée la rendait malade, bien qu’elle se demande bien pourquoi. Après tout, en quoi pouvait-elle bien être encore attachée à lui ? Il n’était pas le premier garde du corps qu’elle côtoyait, il ne serait pas le dern… en fait si, il serait le dernier. Elle lança une prière muette au Cinq : elle ne voulait pas craquer maintenant. Pas devant lui. Elle se força à rester stoïque. Attendre qu’il s’en aille. Elle avait été claire, non ? Elle lui avait donné un ordre. Un garde du corps, ça obéissait aux ordre. Par pitié, qu’il obéisse et abrège ce calvaire, elle n’en pouvait plus. Elle venait pourtant de se promettre de ne plus montrer de signe de faiblesse et c’était exactement ce qu’elle venait de faire. Trop tard pour se maudire. Trop tard pour tout maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:43

Elle avait tout à fait raison de prendre l’attaque contre elle, mais en même temps, Dyarque n’était pas à exclure. Il se prétendait roi des elfes, mais n’hésitait pas à trahir les siens pour le bien de sa propre cause. Cette façon de penser l’écœurait au plus haut point. Devant le silence stoïque de la demoiselle, le jeune homme avait cru qu’il était enfin temps d’enterrer la hache de guerre pour faire face à la réalité présente : les drows étaient à leur porte et ne tarderait pas à les attaquer. Ils devaient parler des choses plus essentiel et délaisser les choses futiles pour le moment.

«  Mon erreur a été de penser que vous feriez un bon protecteur. Je ne vous ai pas trahi, elle avait appuyé sur ces mots, se maîtrisant pour ne pas se remettre en colère, mais je vous ai vu tel que j’espérais que vous seriez, pour notre bien à tous. »

Visiblement, il avait tords. La rancune et la colère étaient loin d’être enterrer. Elle avait tords de croire qu’il n’aurait pas fait un bon protecteur. Il aurait été prêt à être présent pour les elfes, autant que pour les autres protecteurs et pour son roi, s’il ne se serait pas fait planter un couteau dans le dos par la personne envers qui il avait le plus confiance. Elle croyait quoi? Qu’il prendrait le rôle comme convenu, qu’il accepterait qu’au fond, il n’avait ce poste que parce qu’il avait osé se prononcer contre Torlan et parce qu’il avait revendiqué son héritage. Dyarque ne l’avait mis là que pour le faire taire, que rien ne soit dévoilé au grand jour pour protéger sa chère fille. Après, il disait vouloir le bien de tous les elfes, sans pour autant leur faire confiance. Qui était le plus facile à berner, lui ou elle? Malgré son envi de riposté, il se contenta de prendre une grande respiration et de détourner l’objet de sa colère vers la fenêtre. Il devait à tout prit se calmer, sinon d’autre paroles qu’il pourrait regretter allait sortir de sa bouche et cette fois, elle serait probablement irréfutable.

« Vous me demandez égoïstement comment je peux préférer un peuple à votre petite personne. Je vous répondrais que oui, la vie de centaines d’enfants innocents et de leurs parents passe avant la vôtre, ou la mienne. On appelle cela le sens du devoir et manifestement, si vous avez cette notion en tant que garde du corps, ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit de gouverner. »

Elle continuait à remuer le couteau dans la plaie, qu’elle avait elle-même ouverte. Comment pouvait-elle oser lui dire tout ça, après ce qu’il avait fait pour elle. Elle ne connaissait rien de lui en tant que gouverneur, puisqu’elle ne lui avait même pas laissé la chance de se faire valoir! Elle partait déjà avec un pas derrière. Elle n’avait pas plus confiance en lui que son père aurait pu en avoir. Qu’est-ce qu’il faisait là à la fin? Il avait pourtant été clair quand il l’avait quitté, il la détestait, il détestait les elfes, alors pourquoi les protéger? Son esprit était plus confus que décidé. Il lui en voulait toujours, même s’il ne répliquait pas, il lui en voulait des paroles qu’elle lui disait. Elle pouvait dire qu’il avait fui par crainte, par colère, par envi, mais lui savait que c’était complètement faux. Les raisons étaient plus profondes. Se sentir ainsi trahi par elle, l’avait rendu complètement fou et impulsif. Il ignorait pourquoi réagir de la sorte, mais il ignorait encore pourquoi maintenant, il se trouvait là. C’était probablement son sens du devoir qui prenait le dessus sur ces sentiments. Quand elle serait hors de danger, il partirait, forcément. Il ne pouvait plus exercer le métier de garde du corps, puisque son secret avait été dévoilé au grand jour et ça, grâce à qui?

« Il n’y aura pas de clarté ici. Vous perdez votre temps et vous y laisserez également votre vie si vous insistez. Je ne veux plus de vos services. Sa voix se troubla, mais elle se força à poursuivre. Ce serait une mission vouée à l’échec. »

Était-ce un défi qu’elle lui lançait? Prétendre qu’il serait incapable de la défendre, alors qu’il la si souvent défendu dans des situations pire que critique. Avait-elle seulement oublié?

- Aucune mission n’est vouée à l’échec, à moins de ne pas y croire. Vous ne voulez plus de mes services et bien soit. Seulement, je n’abandonnerai pas aussi facilement.

La lueur déterminée dans son regard pouvait bien lui prouver qu’il ne mentait pas. Il se trouvait là pour une raison et il allait aller jusqu’au bout. Personnellement, elle ne voulait plus de ses services, mais les troupes allaient avoir non seulement besoin d’un archer aguerrit, mais d’un elfe capable d’affronter des ennemies au corps à corps sans avoir la crainte au ventre.

« Vous ne m’empêcherez pas de faire mon devoir, alors partez… »

- Et vous, vous ne m’empêcherez pas de faire le mien.

L’ancien garde du corps était toujours déterminé à rester, malgré les supplications de la demoiselle ou sur ce qu’elle pourrait dire. Il n’avait pas envie de voir une ère de noirceur s’installer sur le royaume, alors que tant d’être avait déjà vécu une bonne partie dans la noirceur.

«  Ne m’infligez pas ça, je vous en prie, » répéta-t-elle malgré tout.

Le ton suppliant de la jeune femme aurait pu faire renoncer bien des hommes à vouloir se battre, mais pas lui. Il ne pouvait tout simplement pas la laisser ici, en sachant que seule la mort l’attendait s’il la laissait ici. Il ne pourrait jamais se pardonner de l’avoir laisser derrière, alors que lui sauverait sa peau. La lâcheté n’a jamais fait partie de ses qualificatifs. Malgré les supplications de la jeune femme, il resterait et combattrait au côté des autres sylvains, même si la fin de cette bataille se solderait par sa propre mort. Il s’approcha d’elle, comme s’il voulait quitter la pièce, mais s’arrêta à sa hauteur et tourna son regard droit dans le sien. Ils ne ce trouvaient qu’à quelques centimètres de son visage.

- Je n’ai jamais été doué pour suivre les ordres. Je compte resté et je combattrai aux côtés de vos hommes. De toute façon, je suis plus votre garde du corps, je suis donc libre d’agir comme je le souhaite.

Il aurait aimé pouvoir dire qu’il était toujours son garde du corps, mais voilà. Elle l’avait renvoyé pour qu’il prenne le poste de protecteur qu’il n’avait pas tenu au final. Tout ça, pour rien. Il reste-là, prêt d’elle, pendant quelques secondes encore. Leurs souffles pouvaient se mêler et le garde du corps eut un léger frison qu’il réussit à dissimuler. Évidemment, cela n’était dû qu’aux nombreuses semaines où ils ne s’étaient pas vus. Détournant le regard, il prit congé de la jeune femme et alla chercher ses effets personnels qui se trouvaient toujours dans les bois alentours avant de revenir sur ses pas pour gagner le quartier des soldats qui commençaient de plus en plus à s’organiser, non seulement en vue d’un siège, mais également pour des attaques au front. Le jeune homme fronça un instant les sourcils en voyant l’énormité des choses qui restaient encore à faire pour qu’ils soient prêt. Les choses risquaient rapidement de mal tourné, même avec une armée importante derrière soi. Le jeune homme hésitait à se trouver-là, plutôt qu’avec la jeune femme, mais il se dit que pour l’instant, ils avaient davantage besoin de lui ici, qu’en haut. Elle avait déjà bien assez de chose à gérer comme ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:45

- Je n’ai jamais été doué pour suivre les ordres. Je compte rester et je combattrai aux côtés de vos hommes. De toute façon, je suis plus votre garde du corps, je suis donc libre d’agir comme je le souhaite.
Décidément, il ne comprendrait jamais ce que signifiait la hiérarchie ! Qu’il soit ou non son garde du corps importait peu : elle restait sa Dame Protectrice et il n’était pas censé n’en faire qu’à sa tête. L’idée de le lui rappeler lui traversa l’esprit. Mais elle n’avait jamais aimé user et abuser de son titre. Et puis, pour quel résultat ? Elle se sentait de toute façon trop anéantie par ce qui était en train de se produire pour trouver encore la force de protester. Les quelques minutes où ils échangèrent un long regard acheva de la faire taire. A quoi bon protester ? Et dans quel but ?

Elle s’assit, épuisée par l’altercation, dès qu’il eut quitté la pièce. Un instant, elle songea à appeler quelques gardes pour leur intimer l’ordre de jeter Galyn hors de la forteresse. Lui sauver la vie, qu’il le veuille ou non. Puis elle se raisonna : elle ne pouvait pas lui imposer ce genre de choix. De toute manière, il avait raison : ils avaient besoin de toute l’aide possible. Sauf que ce ne serait pas un unique archer qui ferait la différence. Il serait massacré comme les autres. Cette simple idée faisait monter en elle un désespoir sourd qui lui broyait les entrailles. Elle se dépêcha de se lever : il fallait qu’elle s’occupe.

***

La pluie s’était mise à tomber, petite bruine fine qui s’immisçait partout, formant des rigoles dans la cour de la forteresse. Daranovar s’emplit des odeurs de terre humide et de forêt mouillée. Les derniers civils avaient été évacués, de gré ou de force. Seuls demeuraient les militaires qui savaient que l’arrivée des drows était imminente. Sans doute dans la nuit, à la faveur de l’obscurité que cette race maudite affectionnait tant. Les bois alentours avaient été piégés magiquement, forçant les sombres à passer par la forteresse qui tenait lieu de verrou. Verrou qui ne tiendrait qu’un temps, tout le monde le savait. Ceux qui se trouvaient là étaient restés en connaissance de cause par héroïsme plus ou moins bien placé ; ou par sens du devoir exacerbé. Ou encore parce qu’ils avaient contracté quelque obligation. Nyrlae se méfiait de ces derniers, ce seraient sans doute les premiers à tenter de fuir. Ils n’en auraient pas l’occasion. Et parmi les troupes, il y avait Galyn… La jeune femme tenta une nouvelle fois, toujours sans succès, de le rayer de ses pensées.

Les drows étaient suffisamment nombreux pour ne pas même avoir à tenter un siège. Daranovar serait balayé comme un fétu de paille. L’ordre de retraite était déjà prévu : les plus téméraires resteraient pour tenir les troupes ennemies au maximum et les pièges magiques permettraient de rayer la forteresse de la carte en emportant le plus d’ennemis possible. Les sylvains les plus chanceux auraient eu le temps de s’enfuir par les souterrains, en priant pour que ceux-ci ne s’écroulent pas également sous la force des impacts de sorts. En théorie, certains survivraient peut-être, s’ils avaient assez de chance pour échapper ensuite aux armées drows qui auraient pris possession de la forêt alentour lorsqu’ils ressortiraient des souterrains. Nyrlae ne se faisait aucune illusion sur ses chances de survie à elle. Elle serait une cible de choix, de part ses connaissances sur le royaume. Elle ne comptait pas fuir pour autant, juste avoir le cran d’en finir avant d’être prise comme prisonnière. Cela valait de toute façon mieux pour elle.

Les archers, placés sur les hauteurs, seraient le plus en sécurité dans un premier temps, mais seraient aussi les derniers à pouvoir se replier dans les souterrains. Elle évita le regard de Galyn lorsqu’elle se présenta sur les créneaux les plus hauts, l’arc à la main. Son capuchon rabattu sur ses visage, elle essayait comme les autres de préserver son arme de la pluie. Ce temps n’arrangeait pas la situation, mais au fond tout ces détails importaient peu alors que le soleil entamait sa descente vers l’horizon. Dans quelques heures, ils seraient submergés. Le verrou sauterait. Il n’y avait qu’à espérer que le laps de temps octroyé par cette bataille dérisoire suffirait aux armées du nord pour descendre dans le sud. Peut-être sauverait-on ainsi une partie du royaume en sacrifiant Daranovar.

Le général chargé de gérer la défense ferait sans doute référence à tout cela dans son discourt. Bien-sûr, il pourrait reprendre les mots de Galyn à propos de la volonté et du fait qu’il suffisait d’y croire pour y parvenir. Idioties ! Comme si les frontières tombaient petit à petit parce qu’au fond, les sylvains ne croyaient pas assez fort en eux ! On pouvait certes faire des miracles avec de la volonté, mais il fallait rester réaliste. Tenant son arc contre elle, sous sa cape dont elle restait emmitouflée, Nyrlae observait la forêt qui s’étendait à leurs pieds. Au loin, on distinguait les rangs sombres qui pour l’heure restaient immobiles. Seule une multitude de petites colonnes de fumée grise montait vers le ciel. Le vent apportait parfois la rumeur de leur langue rauque, à moins que ce ne soit l’imagination de la jeune femme qui lui joue des tours. Peu importait.

Elle abandonna les archers pour aller se tenir près de son général qui venait de rassembler les troupes dans la haute cour. Le discours. Nyrlae ne l’écouta que d’une oreille, se concentrant pour afficher une expression de tranquille assurance, effaçant sa fatigue des traits de son visage. Apparaitre comme la Dame Protectrice qui assumerait sa charge et qui, comme son nom l’indiquait, protégerait la forêt et ses habitants. Il fallait bien la connaitre pour détecter une faille dans la façon dont elle se tenait, bien droite face à la foule. Il n’était pas question de nier que la plupart d’entre eux mourrait, mais de se persuader que ce massacre serait utile. Les hommes lancèrent suffisamment s’acclamation à la fin du discours pour que ce dernier paraisse avoir été efficace. La jeune femme s’avança, lançant à son tour d’une voix forte, plus assurée qu’elle ne l’était réellement :

« Daranovar, garth uicalen, uihim ! »

Daranovar, forteresse toujours verte, toujours fidèle, telle était la devise de la ville. Les acclamations reprirent, lui arrachant un léger sourire. On se donnait du cœur à l’ouvrage comme on pouvait. Puis elle remonta sur les remparts retrouver son arme.

Au loin, les premiers pièges magiques se déclenchèrent alors que l’armée drow se remettait inexorablement en marche. Les lueurs colorées qui brillèrent dans le soleil couchant indiquèrent que les mages drows contraient la magie pour permettre l’avancée des troupes qui se répandaient telles une coulée de lave maléfique. Nyrlae acheva de donner ses derniers ordres et de refuser de se mettre à l’abri puis, parmi les archers qui l’entouraient, elle chercha Galyn des yeux.

A quelques pas, il fronçait les sourcils, fidèle à lui-même. L’impression de désespoir sourd qu’elle avait ressentit lui vrilla à nouveau le ventre en songeant qu’il allait mourir comme chacun d’entre eux ici. Ce serait sans doute la dernière fois qu’elle aurait l’occasion de lui parler, alors qu’il prenait sans doute conscience de ce qui les attendait en voyant pour la première fois l’arrivée des sombres. Elle hésita encore un bref instant avant de se glisser à ses côtés, posant une main légère sur son bras pour attirer son attention dans cette ambiance électrique qui précédait l’assaut.

« Je suis désolée, pour tout ce que j’ai dit que je ne pensais pas, tout ce que je vous ai fait que vous ne méritiez pas. Je sais que c’est inutile, mais je tiens à vous le dire. Je vous dois beaucoup, Galyn. J’aurais préféré que nous nous… séparions en meilleurs termes. »

Elle avait passé la majeure partie de sa vie à porter un masque, à jouer le rôle qu’on lui avait imposé. C’était enfin le moment de se montrer sous son vrai jour, si elle en était encore capable. De mettre de côté sa colère, sa méfiance et son orgueil. Elle plongea ses yeux dans les siens :

« Galyn, je… »

Un cor résonna, noyant les mots qui suivirent et faisant se tourner toutes les têtes vers les armées sombres qui noyaient à présent le bas des remparts. Nyrlae sentit une montée d’adrénaline l’envahir alors qu’elle lâchait le jeune homme pour s’emparer de son arc et encocher une flèche.

« Je vous ordonne de rester en vie et je vous jure que si vous faites mine de mourir, je vous tue moi-même ! » hurla-t-elle par-dessus le vacarme avant de se mettre à tirer avec vivacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:49

Les préparatifs des quelques jours qui avaient suivi son arriver avait tellement prit la tête à Galyn, qu’il ne pensait presque plus à l’imminence de la bataille qui ne tarderait pas à se produire. Il s’occupait d’aider les troupes à s’organiser, pour le ravitaillement et bien sûr, de chasser les quelques civils qui s’obstinaient à vouloir rester, comme des braves dans leur maison. À la vue de l’ancien garde du corps et de ses méthodes un peu radicale pour les chasser, ils se mirent à obtempérer d’une soudaine bonne volonté. Il ne fallait pas perdre davantage de temps avec eux, ils avaient déjà trop à faire pour perdre du temps de la sorte. Au final, même si elle ne lui avait pas dit directement, le jeune homme avait compris que la demoiselle avait fini par accepter son choix de resté. Sinon, elle aurait commandée à des soldats de l’expatrier en bonne et due forme, hors, elle ne l’avait pas fait.

Alors qu’il se promenait parmi les hommes, en train de les aider à placer de la marchandise, le commandant des troupes était venu le voir afin de lui donner son poste d’affectation. Tout d’abord, il lui avait demandé de se posté sur le mur le plus bas, avec les autres archers. Seulement voilà, le jeune homme avait suffisamment d’entraînement militaire pour savoir que ceux qui se trouvait le plus bas, était ceux qui réussissait le plus facilement à fuir et le garde du corps n’ignorait pas la volonté de la jeune femme de vouloir se sacrifier pour le peuple. Donc, s’il continuait dans cette logique, elle-même se trouverait sur le plus haut rempart, afin de défendre la forteresse. Fronçant les sourcils, le jeune homme exigeant au commandant de changer avec un archer déjà présent sur le deuxième rempart ou bien de simplement le changer d’affectation. Soit c’était la demoiselle qui avait exigé au commandant de le placer là, afin d’essayer de le sauvé. Têtu comme il était, le jeune homme ne voulait non seulement pas avoir la tâche facile pour fuir, mais en plus, il voulait une place de choix auprès de la demoiselle afin de pouvoir la voir et donc, pouvoir la protéger en tout temps.  


***

Le grand jour était finalement arrivé. Après deux jours de préparatifs intenses, voilà que leur vie allait soit se jouer sur un coup de chance ou sur l’adresse au combat qu’ils avaient acquis au fil des années. En même temps, est-ce qu’un seul elfe ici avait combattu en cas de situation extrême, il en doutait. Le peuple des sylvains avait tellement tendance à vivre reclus et à chercher à tout prit un compromis, qu’une guerre était presque inenvisageable pour eux. Galyn avait enfilé ses bracelets de cuir au poignet, ainsi qu’une cape grisâtre qui permettait la dissimulation dans certain coin d’ombre. Ce genre d’atout pouvait toujours servir à son avantage. Il avait fini de s’équiper avec les dagues familiales de ses parents ainsi que son arc et son carquois qu’il traînait depuis quelques années déjà. Il était fin prêt à affronter l’adrénaline du combat et depuis deux jours, il ne cessait d’y penser. Il avait exploré toute les issues, toute les situations possibles, afin d’être le plus préparer possible. Seulement, voilà, en cas de combat, il ne fallait pas non plus être aveugle, rien ne pouvait être prévu à l’avance. Chaque situation se montrait unique.

Les archers étaient déjà en place, lorsque le garde du corps c’était décider à monter sur le plus haut rempart. Il déposa son carquois à son côté, sachant qu’il perdrait davantage de temps à replier son bras vers le dos, plus que de prendre la première flèches et l’encocher aussitôt. De toute façon, un coup le verrou sauté et les drows à l’intérieur des murs, ce ne serait pas de malheureuses flèches qui allaient lui sauver la vie, mais plutôt son adresse au corps à corps. Fin prêt, le jeune homme empoigna la garde de son arc dans sa main gauche et laissa son regard courir sur la fumée qui s’élevait d’entre les arbres. Ils étaient tout près et le garde du corps pouvait presque déjà sentir l’odeur des sombres dans l’air. Il était prêt au combat et n’attendait que ça commence. Il remarque la demoiselle qui s’avançait pour venir les rejoindre. Il ne chercha pas personnellement son regard, sachant que déjà trop de chose c’était passer entre eux. Rien ne devait se passer avant la bataille. Du haut des remparts, le jeune homme suivit néanmoins sa silhouette descendre, afin d’aller rejoindre les troupes de sol. Ils auraient besoins davantage de courage que les archers, puisqu’ils se précipitaient davantage vers une mort subite que lui ou que les archers qui se trouvait autour de lui. C’est vrai, il restait optimiste, sachant que la mort pouvait le prendre à tout moment, mais il ne baisserait pas les bras aussi facilement. Il ne la quitta pas des yeux, alors qu’elle essayait de montrer une image forte devant ses troupes. Pour sa part, Galyn ne se laissa pas berner. À moins d’avoir ses talents d’archère, la demoiselle n’avait pas encore acquis assez d’expérience au corps à corps pour espérer s’en sortir saine et sauve et elle avait l’impression de courir à une mort certaine, mais nécessaire, en assistant à cette bataille. Il aurait presque sourit à cette idée, en se demandant ce que Dyarque pouvait bien penser du sacrifice de sa fille, alors que tant de parents allaient perdre ici et maintenant, leurs enfants. Sa seule consolation était que s’il mourrait, il y avait une infime possibilité pour que lui aille rejoindre les siens.

Les premières pièges ce déclenchèrent enfin, signe imminent que la bataille commençait. Le jeune garde du corps sentait que son sang commençait à bouillir en lui, saisit d’une dose d’adrénaline typique à l’arrivée d’un combat. Sourcil froncé, le garde du corps encocha déjà trois flèches sur son arc, sachant qu’il serait très bien capable de les décocher toute et que chacune d’entre-elles atteindraient sa cible. Néanmoins, alors qu’il se préparait à décocher ses flèches, il sentit une main se poser sur son bras et le fit détourner un instant du cœur de la bataille pour plonger son regard dans les yeux de la demoiselle.


« Je suis désolée, pour tout ce que j’ai dit que je ne pensais pas, tout ce que je vous ai fait que vous ne méritiez pas. Je sais que c’est inutile, mais je tiens à vous le dire. Je vous dois beaucoup, Galyn. J’aurais préféré que nous nous… séparions en meilleurs termes. »

- Cessez de vous culpabiliser avec cela. Vous n’y pouviez rien, c’était moi ou votre père.

Il commençait à comprendre, même si au fond, il lui en voulait toujours un peu. Le temps pourrait peut-être effacer les choses et ça c’était évidemment s’il réussissait à survivre à la bataille.

« Galyn, je… »

Le cor résonna, annonçant la mort prochaine des elfes qui se trouvaient là. Les sombres se trouvaient déjà au bas des remparts, ne laissant aucune parcelle de terre libre. À la première ligne de front, ils pouvaient déjà apercevoir les premiers lâches qui fuyaient vers les sous terrains en essayant de sauver leur peau. Que des lâches!

« Je vous ordonne de rester en vie et je vous jure que si vous faites mine de mourir, je vous tue moi-même ! » hurla-t-elle par-dessus le vacarme avant de se mettre à tirer avec vivacité.

- Je vous interdis de vous éloigner de moi ne serait-ce qu’une seconde et de faire mine de mourir, Nyrlae!, hurla-t-il à son tour.

Il lui lança un dernier regard, alors que les flèches des autres archers pleuvaient déjà autour d’eux. Empoignant finalement son arme, il encocha les trois flèches et tira la corde. Aussitôt décocher, trois corps tombèrent sur le sol. Il encocha aussitôt trois autres flèches. Contrairement aux autres archers, il n’attendait pas l’ordre du commandant pour les lancer. Plus vite il les tirait, plus vite il éliminait des sombres. Le garde du corps, malgré la précision de ses traits, se rendait bien vite à l’évidence qu’il finirait par manquer de munition avant même que les sombres ne réussisse à défoncer le verrou de la porte. De plus, le jeune homme pouvait déjà entendre les incantations des mages au bas des murs. Malheureusement, comme il n’était pas initié à la magie, il ne pouvait pas comprendre l’essence même du sort qu’ils étaient en train de lancer. En même temps, il ne tarda pas réellement à le savoir. Plusieurs archers qui se trouvaient autour de lui commencèrent à empoigner leurs alliés et les lancèrent par-dessus les remparts. Plusieurs d’entres-eux connurent le même sorte et même Galyn fut empoigner, mais se débattit assez violemment pour se défaire de la poigne de son agresseur et le lancer en bas à son tour.

Il devait trouver la jeune femme et vite. Dans la mêlée, il l’avait perdu de vue pendant une seconde et la retrouva quelques pas plus loin. Il mit sa main sur son épaule pour la faire pivoter vers lui, pour qu’elle ne craigne pas une attaque de derrière.

- Qu’est-ce qui leur prend?!, hurla-t-il par-dessus le vacarme de la foule.

En bas, les sombres essayaient de défoncer la porte et en haut, des archers s’en prenaient aux autres afin de les tuer. Avait-il seulement un moyen d’arrêter un sort pareille?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 28 Juin 2013 - 16:54

- Cessez de vous culpabiliser avec cela. Vous n’y pouviez rien, c’était moi ou votre père.
Nyrlae sentit un certain poids s’envoler de ses épaules. Même si, finalement, Galyn n’avait toujours pas compris que la situation n’était pas aussi simple. Si elle avait seulement dû choisir entre lui et son père, le dilemme eut été beaucoup moins lourd à porter. Mais au point où ils en étaient, elle allait se contenter de ce vague pardon, à défaut de mieux.

- Je vous interdis de vous éloigner de moi ne serait-ce qu’une seconde et de faire mine de mourir, Nyrlae!, hurla-t-il à son tour.
Peut-être était-ce l’ironie de la situation, ou le fait qu’il l’appelle par son prénom, mais elle lui décocha un sourire lumineux avant de commencer à tirer ses flèches. Il était temps de se concentrer et de faire le plus de dégâts possible aux sombres. On les approvisionnait en traits et Nyrlae savait qu’aucun des siens ne manquerait sa cible, mais la fin inéluctable demeurait malgré tout… elle repoussa cette idée sans cesser de tendre et lâcher sa corde. Elle ne regrettait pas d’avoir enfilé la même tenue que les archers de métier ainsi que les gants qui protégeaient les doigts efficacement des frottements.

Les sylvains étaient bien entrainés mais, malgré la discipline et leur volonté de fer, ils reculaient devant l’avance impitoyable des drows. Dans le même temps, les flèches se tarirent et Nyrlae cessa de tirer pour tenter de savoir d’où venait la pénurie, anormale si tôt dans la bataille. C’était le chaos et elle dut hausser la voix pour se faire entendre du garçon responsable de l’approvisionnement. Au même instant, les mages entonnèrent leurs sorts et soudain, ce fut encore pire.

Sur le qui-vive, elle se dégagea brutalement et fit volte face, prête à frapper, avant de reconnaitre Galyn. Ce qui se passait ?

« Magie ! » cria-t-elle pour toute explication.

Si elle-même ne pratiquait pas, avoir un père et une sœur concernés lui permettait de reconnaitre ce genre de sort. Il n’y avait rien à faire pour qui ne savait manier cette arme, mis à part mettre hors d’état de nuire les victimes. Et fermer son esprit…

Avant d’avoir pu en toucher un mot à Galyn, elle sentit l’attaque arriver, tel un souffle glacé dans son esprit. Les autres n’avaient sans doute même pas eu le temps de réaliser, mais elle était habituée à laisser son père entrer mentalement en contact avec elle et elle eut le temps de dresser un semblant de barrière. Assez pour que le mage assaillant ne soit surpris de rencontrer de la résistance et se retire.

« Galyn ! Amenez-moi aux mages, vite ! »

Il y avait dans sa voix une panique qu’elle ne chercha même pas à dissimuler. Il fallait qu’ils la prennent en charge avant qu’elle ne faiblisse. Il aurait aussi fallut que les dirigeants clefs soient immédiatement protégés. Elle devait donner des ordres en ce sens, mais avant qu’elle n’ait pu ouvrir la bouche, son assaillant mental revint à la charge, marquant son esprit au fer rouge. Se pliant en deux sous le choc, la jeune femme s’écroula en hurlant. Elle se tenait la tête des deux mains, cherchant sans grand résultat à reprendre son souffle et retrouver le contrôle d’elle-même. Si elle survivait, il faudrait qu’elle remercie son père pour cet entrainement mental, plus utile qu’elle ne l’aurait pensé.

Prostrée au sol, incapable de mettre un pied devant l’autre et la vue brouillée, elle espéra que l’ancien garde du corps avait saisi l’urgence de la situation et la teneur de son message. Bien sûr, elle aurait aussi pu se laisser aller et déclarer que quitte à mourir, ce pouvait bien être de cette façon. Mais abréger ses souffrances en laissant envahir son esprit était hors de question. C’était contre nature, comme un viol mental qu’elle ne pouvait instinctivement pas tolérer. Elle hurla à nouveau de douleur, tétanisée, en repoussant un nouvel assaut malgré elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Mer 3 Juil 2013 - 3:49

Il aurait bien froncé les sourcils en voyant le sourire de la demoiselle, mais il avait des préoccupations légèrement plus urgente que ça. En même temps, qu’est-ce qui pouvait bien la faire sourire ainsi? Ils allaient peut-être, voir probablement mourir dans les minutes ou dans l’heure qui allait suivre et elle souriait? Bon, le jeune homme ne pouvait pas réellement saisir le comportement d’une femme, mais de là à sourire, sa dépassait complètement sa compréhension. Bref, il avait une bande de gentil drow au pied de la forteresse, il pourrait bien y penser de l’autre côté. Le garde du corps constata au même moment que la jeune femme que les flèches commençaient à manqués et qu’il n’y avait plus personne pour les approvisionner. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire à la fin?

Galyn comprit quand il vit les archers autour de lui commencer à se comporter de manière particulièrement étrange envers les siens. Le seul moyen de savoir était de retrouver la demoiselle dans la cohue. Elle avait un père magicien et pourrait peut-être le renseigner sur la nature du sort que les mages sombres étaient en train de lancer sur leur troupe. Quand elle se dégagea prête à frapper, le jeune homme essaya de la calmer pour éviter qu’un accident aussi bête leurs coute la vie. Seulement, voilà, là où il espérait avoir des réponses la jeune femme ne pouvait pas lui dire mieux que s’était de la magie.


« Galyn ! Amenez-moi aux mages, vite ! »

Il se tourna vers elle, après avoir mis hors d’état de nuire un archer qui venait de s’en prendre à lui. Si même leur alliées se liguait contre eux, comment pourraient-ils espérer une once de victoire? Il se demandait qu’est-ce que la demoiselle pouvait bien avoir pour l’implorer de la sorte. Son visage semblait plus dure qu’à l’accoutumer…il lui rappelait quelque chose…mais quoi? Il puisa dans ses souvenirs avant de tomber sur la fois où ils quittaient Daranovar pour aller à la rencontre de Dyarque. Elle avait eu la même expression lorsque son père avait communiqué avec elle, par l’esprit! Évidemment, d’autres événements s’étaient déroulés pendant ce périple, dont il ne venait que des bribes au garde du corps. Il se souvenait d’avoir échangé un baiser avec la demoiselle, peut-être même plusieurs…Enfin, l’heure n’était pas au souvenir, mais à l’action!

Reconnaissant la panique dans la voix de la demoiselle, Galyn se précipita vers elle, mais pas assez vite. La voilà qui se pliait en deux, au prise avec une nouvelle attaque mentale de son assaillant. Que faire? S’il la laissa là, il n’aurait d’autre choix que de la tuer, puisqu’elle deviendrait une arme solide contre eux, mais en même temps, il ne pouvait pas se résoudre à penser cela. Il devait bien y avoir une solution. Voyant l’urgence de la situation, le jeune homme finit par se décider et se précipita droit sur elle en la saisissant à la taille pour essayer de la remettre sur pied. Visiblement, elle était trop occupée à lutter contre un nouvel assaut pour penser à rester debout. Il devait l’amener aux mages situés sur le premier rempart, mais comment la protéger des assauts provenant de l’intérieur?


- Êtes-vous capable de marcher?, hurla-t-il par-dessus le vacarme.

La question semblait presque grotesque vue comment elle se tordait de douleur pour résister à la nouvel charge. Il n’aurait pas d’autre choix que de la transporter ou du moins, de l’aider à marcher. Il essaya tout d’abord la deuxième option, avant de se rendre compte que c’était aussi inutile que de fixer une fourmi qui se déplaçait sur les pavés. Il jeta un rapide coup d’œil autour de lui, afin d’évaluer la situation. Les drows s’acharnaient déjà contre la porte, qui résistait tant bien que mal aux assauts. D’autres tiraient des flèches dans leur direction et les autres, les mages, s’acharnaient à pourrir leur troupe. La situation pouvait-elle empirer? Forcément. Il constata cependant que peu d’archer étaient atteint par l’attaque mentale des mages et qu’ils auraient peut-être des chances de se frayer un chemin sans trop de difficulté.

Il se tourna de nouveau vers la demoiselle, où la situation n’allait pas en s’améliorant et glissa une main dans son dos ainsi qu’une sous ses genoux et la fit basculer dans ses bras. Il devait se dépêcher, son temps risquait d’être compté. Elle ne pouvait pas lutter indéfiniment contre la force obscure qui l’assaillait. La proximité de leur corps provoquait une sensation particulièrement étrange de la part du garde du corps. Il avait l’impression de se rappeler d’une chose qu’il avait complètement oublié, mais sans en avoir l’image. Il regarda un instant la demoiselle dans les yeux, avant de commencer à descendre l’escalier le plus rapidement possible. Il fallait faire vite, voilà tout. Il y réussi sans trop de problème et éviter de justesse un assaillant. Plus vite il aurait les mains dégager plus vite il pourrait se défendre et répliquer.

Seulement voilà, un homme finit par lui barré la route, armée d’une lame particulièrement tranchante. Le garde du corps réfléchit à toute vitesse et finit par déposer la demoiselle contre l’un des murs de la forteresse, puis se tourna vers son assaillant. Ce dernier fini par charger, pointe en avant. Galyn para l’attaque, mais son ennemie était loin d’être un débutant. Ils échangèrent plusieurs coups et l’homme blessa même le garde du corps à l’épaule. La lame s’enfonça dans son épaule, tranchant la chair qui n’opposait pas une résistance solide. Galyn ne cria pas, il ne contenta de grogner, puis voyant que son ennemi assez proche de lui, il trancha la gorge net.

Ainsi débarrassé de l’ennemi, plus rien ne pourrait venir à bout de lui, mis à part peut-être la blessure à son épaule. Il ne l’avait pas manqué et du sang coulait, mais il avait quelque chose à faire avant de s’occuper de sa blessure. Il se pencha de nouveau vers Nyrlae pour la reprendre dans ses bras, se retient un instant de gémir tellement son bras lui faisait mal, puis serra les dents pour supporter la douleur. On voyait qu’il avait du mal, mais continua tout de même et se rendit finalement jusqu’au mage. Ceux-ci regardèrent un instant la jeune femme, puis comprirent aussitôt l’étendue de la situation, ils commencèrent à réciter des incantations, un peu comme les mages d’en bas. Le jeune homme fronça les sourcils, sans quitter des yeux la demoiselle. Leurs formules semblaient commencer à faire effet, parce qu’il avait l’impression que le visage de la demoiselle commençait à se détendre un peu.

Seulement voilà, au même instant, un craquement sourd se fit entendre, puis un silence qui ne dura qu’une fraction de seconde, avant que les dernières résistances de la porte cède le passage à une bande de drows déchaînés. Cette seconde suffit à tous pour comprendre l’ampleur du drame.


- Il faut partir, maintenant!, dit Galyn en se tournant vers la jeune femme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Mer 3 Juil 2013 - 15:51

Les mains plaquées sur ses oreilles, protection dérisoire, voire complètement inutile contre la magie, Nyrlae n'était plus même en mesure de marcher ou de repousser le moindre agresseur. Aussi, elle se laissa faire lorsque Galyn la souleva pour l'emporter - elle l'espérait du moins - vers les mages. Si elle essaya dans un moment où la pression diminua de lui faciliter la tâche en passant ses bras autour de son cou, elle se retrouva bien vite à se recroqueviller à nouveau en se tenant la tête comme si cette dernière allait éclater. Les vagues de douleur étaient juste insupportables. Elle ne réagissait même plus de façon volontaire, ce n'était qu'une question de temps avant que ses défenses instinctives tombent après l'avoir épuisée.

Elle ne réagit même pas lorsqu'il la déposa contre un mur, essayant sans grand résultat de reprendre son souffle et de détendre un peu ses muscles tétanisés par la douleur. La prochaine attaque serait plus violente que les précédentes, c'était une évidence. Et, instinct de survie ou pas, la jeune femme se savait incapable de résister à une horde de mages. Elle essuya ses yeux brouillés de larmes d'une main tremblante et essaya de localiser Galyn avec anxiété. Avant qu'elle y soit parvenu, il se pencha à nouveau sur elle et elle se blottit dans ses bras, tout en essayant de retrouver son calme en vue de la prochaine vague de douleur... qui ne tarda pas, la faisant se raidir subitement et manquer de les faire tomber tous les deux.

Lorsque les mages sylvains la virent, elle se tenait à nouveau repliée sur elle-même, ne pouvant s'empêcher de hurler. Elle lutta un instant pour rester accrochée à Galyn malgré tout, plus assez lucide pour vraiment savoir où elle en était. Puis... la pression sembla diminuer. L'impression horrible que l'on cherchait à entrer en elle s'atténua, petit à petit, comme une aiguille effilée que l'on aurait ôtée progressivement de son cerveau, jusqu'à disparaître. Seule subsista la douleur de son corps contracté et elle resta inerte, essayant de retrouver son souffle. Un craquement sourd se fit entendre, lui faisant reprendre un peu conscience de l'endroit où elle se trouvait. Elle tenta de remettre ses idées en ordre alors qu'elle avait l'impression de nager dans une brume sanglante.


" Il faut partir, maintenant ! "

Encore en état de choc, Nyrlae ne répondit pas. Elle dut faire un effort pour comprendre ces mots qui lui parvenaient assourdis. Elle n'était même pas sûre de pouvoir se relever, ni même d'en avoir vraiment la volonté. Elle tendit tout de même une main à Galyn pour qu'il l'aide et s'aperçut qu'elle tremblait comme une feuille. Autant dire que si elle avait autant de mal à faire le point sur son propre état, elle était à mille lieues de se préoccuper de ce qui était en train de se produire. Autrement, elle aurait sans doute protesté et donné des ordres à tout un chacun. Au lieu de quoi, elle laissa retomber sa main, effrayée par sa propre faiblesse, et essaya de retrouver ses esprits.

L'ancien garde du corps ne tarda pas à comprendre qu'il allait devoir prendre la décision à sa place et la soutenir, voire la porter à nouveau s'il voulait avoir une chance de progresser rapidement. Au moins n'était-elle plus en mesure de protester qu'elle voulait rester. La jeune femme se laissa faire sans rien dire, trop occupée à ne pas totalement s'effondrer. Le chaos était général, mais, même lorsque Galyn dut la lâcher pour diverses raisons, elle ne chercha pas à reprendre en main quoi que ce soit. L'odeur du sang lui montait à la tête, lui donnant envie de vomir et elle se raccrochait au jeune homme avec soulagement dès qu'il revenait la chercher.

Lorsqu'ils atteignirent enfin un souterrain, Nyrlae arrivait enfin à mettre un pied devant l'autre, bien qu'elle ait encore les jambes tremblantes. Les couloirs se multipliaient, formant un véritable réseau de galeries sous la forteresse. A chaque embranchement, des signes étaient gravés dans la roche. Lorsque ses yeux se furent habitués à l'obscurité, la jeune femme indiqua rapidement la marche à suivre. Elle n'avait pas protesté à propos du fait qu'il fuyaient ainsi les combats. Hagarde, elle se contentait d'indiquer du doigt le boyau à emprunter, s'appuyant toujours sur Galyn.

Ils se retrouvèrent rapidement seuls. La seule chance de survie pour ceux qui sortiraient des souterrains en terres désormais drow serait d'être assez discrets pour passer inaperçus. Les autres fuyards le savaient également. Chacun pour soi. Si certains avaient proposé leur aide au vu de son rang en début de bataille, Nyrlae dans son costume d'archer couvert de sang ne se distinguait plus d'un combattant lambda et on ne les remarqua pas.

Bientôt, on n'entendit plus la rumeur des combats et seul le bruit de leurs pas résonna. Nyrlae faisait un réel effort pour suivre le rythme que lui imposait Galyn par nécessité. Tant qu'elle était capable de marcher, elle n'allait pas en demander plus et se faire porter. De toute manière, elle paraissait encore trop sonnée pour se faire ce genre de réflexion et se contentait de faire ce qu'on lui disait, une fois n'est pas coutume. indiquer le chemin était déjà assez compliqué pour elle. Il continuèrent à avancer côte à côte.

Une situation étrangement familière, sauf qu'ils avaient échappé aux armes et à la magie et non au feu et à l'eau. Après avoir traîné les pieds un bon moment, Nyrlae finit par ralentir jusqu'à s'arrêter, appuyée sur l'ancien garde du corps, exténuée. Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle remarqua le sang qui les couvrait et s'inquiéta sur une blessure qu'il aurait pu subir. Elle l'interrogea du regard, trop épuisée pour former ne serait-ce qu'un mot. La tête lui tournait. Une petite part d'elle-même se demandait à quoi bon poursuivre ? Dans cet état ils ne survivraient pas à la sortie à l'air libre... si on ne les avait pas rattrapés dans les souterrains avant. Enfin, lui survivrait peut-être, mais sûrement pas s'il devait la porter, ce qu'il ne devrait pas tarder à faire si il voulait qu'elle le suive.

Des pas lourds et des cris dans une langue rauque lui glaça le sang. Ils avaient donc déjà trouvé les souterrains ?

Il n'y aurait eu qu'elle, elle se serait écroulée là depuis longtemps. Mais elle avait interdit à Galyn de mourir et cette idée lui en donna une autre. Dans un dernier effort, elle indiqua un nouvel embranchement, un signe différent. Quelques pas encore et elle s'arrêta devant une surface de roche qui paraissait aussi lisse que les autres. Sauf qu'un léger accroc dépassait au niveau du sol, invisible pour qui ne connaissait pas son existence. Se laissant tomber à genoux, Nyrlae activa le mécanisme, découvrant une cellule secrète. Il n'y avait qu'à entrer, la refermer... jusqu'à ce que la faim les pousse hors de cette cachette.

Nyrlae savait déjà ce qu'ils y découvriraient : une petite pièce carrée avec des planches en bois, emplacement pour une paillasse. Un trou dans le plafond bas qui permettait d'aérer si l'on souhaitait faire un feu et un filet d'eau qui sourdait dans une petite vasque de pierre dans un coin. De quoi survivre longtemps si l'on avait emporté quelque nourriture et que l'on ne devenait pas fou à force de rester enfermé ainsi.

Au même instant, l'ombre de leurs poursuivants apparut à l'angle du souterrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Lun 5 Aoû 2013 - 18:04

Le corps crispé de la demoiselle entre ses bras ne facilitaient guère leur avancer vers les mages. Le jeune homme faisait son possible pour y arriver le plus rapidement possible, mais avec les nombres de corps qui s’interposait entre eux, il était difficile de progresser rapidement. Au moins, durant l’altercation qu’il y eut entre le garde du corps et un elfe posséder, elle semblait moins mal en points que quand il l’avait dans ses bras. Lorsque Galyn aperçu les mages plus hauts, il accéléra la cadence, voyant bien que la demoiselle était de nouveau confronter à une attaque mentale de la part de l’ennemi. Il devait faire vite, parce que si la demoiselle tombait au début de la bataille beaucoup des troupes qui se trouvaient là allaient déserter pour sauver leur peau.

Pendant que les mages s’occupaient d’améliorer les défenses mentales de la protectrice, le garde du corps évalua la blessure qu’il avait à l’épaule. La douleur était toujours aussi vive qu’au moment de l’entaille. Le sang continuait de tâcher les contours du trou où la plaie se trouvait, mais affluait beaucoup moins rapidement que lorsqu’il était en mouvement. Tant mieux, avec un peu de chance les mages auraient le temps d’y jeter un coup d’œil avant qu’ils ne soient repris dans le feu de la bataille. Peine perdu, le craquement de bois qui se fit entendre alerta aussitôt Galyn que quelque chose n’allait pas. La porte avait céder devant les attaques répétés des drows et les troupes qui se trouvaient derrière la porte avait du mal à s’organiser pour freiner l’arrêter des sombres. Ils devaient fuir.

La demoiselle avait toujours l’air en état de choc, lorsqu’il lui dit qu’ils leurs faillaient quitter. Elle ne sembla pas opposer une aussi grande résistance à quitter les lieux qu’au moment où il lui avait demandé de les quitter la première fois, alors qu’il n’y avait aucun danger. Tant mieux, il n’aurait pas voulu à devoir parlementer avec elle pour sauver l’archère. Le garde du corps lança un regard en direction de la demoiselle, alors que celle-ci lui tendait la main. Il voulut la saisir, mais pas assez rapidement. La jeune femme avait déjà laissé retomber sa main, alors qu’il voyait bien lui aussi qu’elle tremblait comme une feuille. Il n’aurait d’autre choix que de la porter et ne tarda pas à le faire. Il s’approcha d’elle à grande enjambé, se saisit de sa taille avec un bras, puis de l’autre maintenait sa dague bien en main pour être en mesure de se défendre en cas d’attaque. Ils devaient faire vite. Les sombres commençaient déjà à se frayer un chemin parmi les défenses au sol et ils devaient aller rejoindre les sous terrains s’ils voulaient avoir une chance de s’en sortir.

Soutenant tant bien que mal la demoiselle, le garde du corps s’efforçait de pousser les corps entasser les uns contre les autres. Il n’avait pas non plus le choix de regarder sur le sol, afin d’éviter une flaque de sang sur laquelle ils auraient bêtement pu trébucher ou un corps qui entravait le chemin. Malgré le chaos général qui régnait autour d’eux, Galyn conservait son sang-froid, fixant toujours son objectif. Il devait protéger la protectrice de Daranovar, non seulement parce que c’était son devoir, mais également parce que c’était la seule en qui le peuple pouvait réellement faire confiance. Il vivrait avec le fait d’être responsable de sa retraitre de la bataille en temps et lieux, mais pour le moment, ils n’avaient pas réellement le choix. C’était soi ça, soit Dyarque retrouverait le corps de sa fille lapidé et violé par des elfes noires et cette idée enrageait le jeune homme. Il ne laisserait personne y toucher.

Pendant leur progression jusqu’au souterrain, le jeune homme n’eut guère le choix d’abandonner quelques minutes la jeune femme, puisque plusieurs allié-ennemie se dressait devant lui, bloquant complètement sa progression. Heureusement pour eux, il réussissait à s’en débarrassé assez rapidement à chaque fois. Récupérant la demoiselle contre lui, il se sentait de plus en plus soulager à mesure qu’ils s’éloignaient du chaos de la bataille. Finalement arrivé à destination, le jeune homme s’aperçu que la jeune femme avait tendance à moins prendre appui sur lui et qu’elle était même capable de mettre un bien devant l’autre. Bien, ils iraient plus rapidement que si elle restait appuyer contre lui. Dans d’autre circonstance il n’aurait pas réellement eut de problème à lui servir d’appui, mais puisque leur vie était en jeux, il fallait faire vite. Seulement, leur progression fut nettement ralentie par les nombreux couloirs qui se présentaient à eux. C’était ingénieux d’avoir construit un réseau de souterrain sous la forteresse, mais peu ingénieux d’avoir fait autant d’embranchement selon le garde du corps, presser de se retrouver en lieu sûr pour se faire un garrot à l’épaule. La douleur ne cessait de lui tirailler le bras et commençait à s’étendre le long de ce dernier.  Le jeune homme n’avait d’autre choix que d’attendre les indications de la demoiselle pour savoir quel embranchement prendre. Il n’avait d’autre choix que de se reposer sur la mémoire de la demoiselle pour avancer. Il espérait simplement que sa mémoire ne lui jouait pas des tours.

Ils n’avaient encore croisé personne qui venait dans leur direction. Galyn commençait à trouver cela particulièrement suspect. Soit tout le monde était déjà mort et les drows s’aventuraient déjà dans la forteresse en quête d’information ou simplement pour saccager, soit tous les fuyards avaient déserté dès la vue des sombres. Dans l’un ou l’autre des cas, ça n’avait d’encourageant. Continuant d’avancer, le jeune homme regardait parfois par-dessus son épaule, afin de s’assurer que personne ne les suivait et continuait de progresser avec la demoiselle en avant de lui. Il préférait qu’elle soit en avant pour protéger ses arrières. Si l’ennemie les suivait, il arriverait forcément de par-là.

Leur cadence ralentis soudainement jusqu’à devenir complètement inexistante. Qu’est-ce qui lui arrivait? Le jeune homme avait posé son regard sur la jeune femme, alors que celle-ci cherchait de nouveau un appui, qu’il ne tarda pas à lui fournir. Elle avait l’air épuisée de la cadence qu’il lui imposait. Même lui était légèrement essoufflé par leur course. Lorsqu’elle le dévisagea pour lui demander d’où provenait ce sang, le jeune homme se contenta de détourner les yeux. Il ne voulait pas l’inquiété avec une blessure quelconque, surtout qu’ils avaient déjà beaucoup à penser.  La blessure le faisait toujours souffrir et il continuait de s’échapper du sang, mais rien de particulièrement grave. Ils devaient continuer. La quantité de sang perdu par le jeune homme commençait à l’affecter de plus en plus dans leur progression. Ils faillaient avancer rapidement, sinon ils n’allaient tout simplement pas s’en sortir et il ne serait plus en mesure de la protéger si ses forces le quittait peu à peu.

Les voix rauque qui leur pavèrent firent pivoter le garde du corps sur lui-même, arme en main. Il était prêt à se battre. Du coin de l’œil, il constata que la jeune femme avait continué d’avancer et reculant de quelques pas pour la couvrir le plus possible, il la vit s’accroupir pour chercher quelques choses dans le sol. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire. Ils allaient être tôt ou tard attaqué par des drows et tout ce qu’elle trouvait à faire c’était s’accroupir? Il est vrai qu’elle connaissait mieux ses souterrains que lui et qu’elle avait peut-être trouvé une autre porte de sortie que celle qui était indiquée depuis le début. Lorsque le mur de pierre pivota sur lui-même, le jeune homme fronça les sourcils. Cela ressemblait à une petite cellule carré où une seule porte était accessible. Galyn n’eut pas le loisir de réfléchir aux différences possibilités qui s’offraient à eux, parce que l’ombre se trouvait déjà dans l’embranchement et fonçait droit sur eux.


- Rentrez immédiatement!, dit-il sans regarder la protectrice.

Il fixait son adversaire foncé dans sa direction, arme en main. Il avait plusieurs cicatrices au visage, ainsi qu’aux avant-bras, prouvant un passé guerrier assez glorieux ou impulsif, selon le choix. Le jeune homme reculait à pas rapide, mesurant la distance qui lui manquait à parcourir et constata qu’il n’aurait pas le temps de se mettre en sureté avant que le sombre ne soit déjà sur eux. Le choc fût assez dur pour privé le garde du corps de son souffle pendant une seconde. Galyn avait réussi à éviter la lame en la déviant grâce à sa dague, mais le drow, dans sa course avait poussé le garde du corps vers la petite cellule où se trouvait déjà la jeune femme. La force musculaire des sombres dépassaient largement celle des elfes. Le jeune homme ne pouvait pas rivaliser avec la force brute du drow, même s’il était plus musculeux que la plupart des elfes. Le sombre cessa son avancer en se rendant compte d’où il se trouvait désormais. Il jetait des regards alentour et tomba sur la demoiselle. Un sourire malicieux étira ses lèvres.

- Après lui, ça sera ton tour ma jolie, dit-il à l’intention de la jeune femme.

Le garde du corps lança un regard bref en direction de la concernée, pour lui faire comprendre de fermer la porte de pierre s’il y avait un drow avec eux, rien ne disait qu’il n’y en avait pas d’autre qui le suivait. Mieux valait devoir en affronter un seul que 2 ou même 5. Le jeune homme fixa ensuite son regard sur le sombre, décidé à ce débarrassé de lui le plus rapidement possible. Se positionnant sur ses jambes, il agrippa fermement la dague qu’il avait dans ses mains, tout en faisant pivoté le drow, de sorte à ce que la demoiselle se retrouve derrière lui et non à porter de main. Il devrait lui passer sur le corps avant de pouvoir la toucher.


- Tu crois réellement avoir des chances de me battre?
- Et toi? Tu crois avoir des chances de survie?

Sans attendre le sombre chargea à plusieurs reprises, mais chaque fois le jeune homme évitait les coups avec soin. À plusieurs reprises la lame frôla le corps agile du garde du corps, mais sans l’atteindre. Il devait être le genre de combattant à ce montré plus impulsif que réfléchit et le garde du corps comptait sur cet atout pour pouvoir le défaire. Cependant, alors qu’il évitait un autre coup, le drow utilisa son autre main pour saisir Galyn à la gorge et le projeté contre le mur. Le souffle couper, il essayait de reprendre pied, mais voilà que le sombre le saisit à la gorge, un sourire cruelle sur les lèvres. Galyn n’avait même pas eu le temps de récupérer sa dague, alors qu’il se faisait soulever. Son adversaire vit rapidement la blessure qu’il portait à l’épaule et grâce à sa main libre, il enfonça deux doigts dans la plaie du garde du corps. Un cri impossible à retenir sortit de sa gorge, alors qu’il sentait qu’il allait s’évanouir tellement la douleur était forte. Heureusement pour lui, il avait une autre dague qui pendant à sa ceinture et il s’en saisit aussitôt tout en essayant de l’enfoncer tout la mâchoire du sombre pour lui transpercer la tête. Seulement sa lame fût dévier par un mouvement brusque et vint se planter dans la cuisse de son ennemi. Un grognement de douleur fit comprendre au garde du corps qu’il avait touché un point particulièrement sensible. Il savait que dans la culture drow, montrer la douleur, démontrait la faiblesse d’un combattant et que même si le grognement était minime, il voyait bien qu’il avait du mal à se déplacer aussi aisément cette fois.

Pour sa part le jeune homme ne pouvait plus se servir de son bras blesser. Il commençait même à ressentir quelques picotements dans le bout de ses bras, preuves que la circulation lui manquait. Il défia le sombre du regard, prêt à affronter la prochaine attaque. Il devait être agile. Son adversaire le toisa également du regard et regarda un instant la demoiselle. Seulement cet instant lui couta la vie, puisque le jeune homme en profita pour s’approcher suffisamment et planter sa dague sous la mâchoire de son adversaire. Tandis que celui s’écroulait, il lança son bras dans un dernier effort pour atteindre le garde du corps, lui lacérant le torse. Le jeune homme n’eut même pas le temps de voir le sombre s’écrouler, que lui-même tombait, inconscient. Au moins, il avait amener la jeune femme en lieu sûr...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Mar 6 Aoû 2013 - 14:06

" Rentrez immédiatement! "

Encore en état d'hébétude, Nyrlae ne protesta pas et obéit, se jetant dans la pièce miraculeuse. Le garde du corps la suivit de toute façon un instant plus tard, ne pouvant retenir le drow qui l'accompagna au grand désespoir de la jeune femme. Plaquée contre le mur, elle chercha d'une main fébrile la dague à sa ceinture... sans trouver l'arme. Elle avait dû la perdre dans la bataille, elle ne se souvenait pourtant pas s'en être servie. Alors, elle ne pouvait que regarder, les yeux agrandis d'horreur, priant de toutes ses forces pour que Galyn parvienne à se débarrasser de son adversaire.

Elle s'était bien sûr précipitée pour fermer la porte, avant même que le garde du corps ne le demande. Il fallait limiter le nombre d'adversaire, bien que s'enfermer volontairement avec un tel monstre frise la folie. Elle se rejeta contre le mur, se déplaçant autant que possible pour rester entre le sombre et Galyn, tout en se révoltant de se servir de ce dernier comme bouclier humain.

La jeune femme avait beau chercher, elle ne trouvait aucun moyen de se rendre utile, encore en état de choc suite aux attaques mentales qu'elle avait reçues. Elle n'avait pas d'arme, rien à lancer au drow et pour être honnête, elle n'avait même plus réellement envie de survivre.

La panique la saisit pourtant lorsque Galyn se trouva acculé. Si elle-même ne faisait plus grand cas de sa propre vie, elle ne pouvait en revanche supporter de le voir mourir sous ses yeux ! Le cri lui glaça le sang alors qu'elle restait figée quand une petite voix lui hurlait de faire quelque chose. Mais quoi ?


" Galyn ! " articula-t-elle d'une voix étranglée, sachant pertinemment que cela ne servirait à rien.

Ce fut pourtant ce qui les sauva, détournant l'attention du drow un bref instant, assez pour que le garde du corps saisisse sa chance. Les deux adversaires s'écroulèrent dans le hurlement que poussa Nyrlae en voyant le sombre lacérer le jeune homme.

Ce fut la goutte d'eau qui la poussa à réagir, la faisant se précipiter vers Galyn, affolée.


" Galyn ! GALYN ! "

Inconscient, il ne réagissait pas, et le sang s'écoulait, les tachant tous deux. D'une main tremblante, elle alla chercher l'eau de la vasque et l'en aspergea afin de découvrir les deux blessures et de savoir où poser les pansements... Les pansements ? Quels pansements ? Elle le dégagea de sa tunique de cuir à grand peine et se servit de sa chemise pour le bander, non sans s'être coupée deux ou trois fois tant ses mains tremblaient. Des petites entailles sans importance, qu'elle ne réalisa même pas, trop occupée à se contenir pour ne pas pleurer, ou pire, s'évanouir.

Finalement, elle le débarbouilla et fit de même pour elle afin de se débarrasser du sang poisseux, avant de revenir s'asseoir près de lui. Il n'avait pas l'air bien et elle ne put retenir un sanglot.


" Je vous avais interdit de mourir, idiot... "

Sa voix était à peine audible et elle s'assit en s'adossant contre le mur, posant la tête du jeune homme sur ses jambes.

" Galyn, il faut me répondre, maintenant... ce n'est pas le moment de faire la sieste ! "

Humour dérisoire qui se noya dans ses larmes. Elle ferma les yeux, exténuée, mais essaya de rester éveillée malgré tout. Il fallait bien que l'un d'entre eux reste vaillant. Serrant la main du jeune homme, trop froide à son goût, elle murmura encore avant de sombrer elle-même dans une légère somnolence :

" Restez avec moi Galyn, je vous en prie, restez avec moi... "

Elle n'était pas certaine de prononcer ses mots, ne sut pas si elle s'était assoupi, mais elle sursauta soudain après un temps indéterminé : le jeune homme venait de bouger. Nyrlae serra sa main de plus belle, lui tapotant la joue de l'autre :

" Galyn ! Galyn ! Réveillez-vous ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Mar 20 Aoû 2013 - 17:04

Le combat qui s’annonçait avec le drow, risquait d’être sanglant. Pas juste pour le jeune homme, mais également pour le sombre. Galyn n’allait certainement pas se laisser tuer aussi facilement, alors qu’il avait réussi à rester en vie jusque-là. Les coups répétés que son adversaire dirigeait contre lui, aurait pu épuiser, après un bref instant, n’importe quel guerrier non entraîner pour faire face à ce genre de situation. Heureusement, ce n’était pas le cas du jeune homme et, même s’il était essoufflé à force d’éviter les coups, il réussissait à tenir bon, pas uniquement pour lui, mais également pour la jeune femme. Il devait la protéger, c’était son devoir. Évitant une nouvelle attaque de justesse, le garde du corps cherchait à trouver un point faible au guerrier qui se tenait devant lui. Seulement, pas assez vif pour l’attaque suivante, il se retrouva maintenant projeté contre le mur, à bout de souffle.

Le cri de la jeune femme détourna juste assez longtemps l’attention du sombre pour permettre une ouverture au jeune homme et ainsi leur éviter à tous les deux une mort certaine. Seulement, son adversaire profita également de son dernier souffle pour provoquer une blessure, qui pouvait être mortelle au garde du corps, s’il ne se faisait pas soigner rapidement. La douleur fulgurante qui l’avait saisie au moment où la lame froide du sombre lui lacérait le torse avait suffi au jeune homme pour sombrer dans une inconscience bienfaitrice.

Des échos de voix parvenaient parfois à percer les brumes de son esprit, pour lui ordonner de se réveiller, mais rien à faire, il restait inconscient. Il ne ressentit absolument rien lorsque la demoiselle retira sa chemise, ni même au moment où elle se mit à nettoyer ses blessures avec l’eau de la source d’où ils se trouvaient. Tout était noir autour de lui, complètement assommer par la brûlure que sa plaie lui causait tant elle était douloureuse. Après un moment, seulement, le jeune homme commença à saisir la fraîcheur de la pierre dans son dos, ainsi que le bruit de l’eau qui s’écoule d’une source. De plus en plus réceptif à ce qui l’entourait, il sentit bientôt une peau chaude contre sa paume, alors qu’il découvrait peu à peu la forme d’une main.

" Galyn ! Galyn ! Réveillez-vous ! "

Toujours en état de somnolence, il reconnut la voix de la jeune femme, mais lorsqu’il l’interpella, sa voix ne fût qu’un râle étouffer bientôt pour une quinte de toux. Sa bouche était tellement sèche et pâteuse qu’il ne réussissait même pas à avaler sa propre salive. Et ça, c’était sans compter l’intensité de la douleur qu’il ressentait au niveau du torse. Il avait l’impression que chaque parcelle de la plaie battait au rythme de son cœur. Il toussota encore quelques secondes avant de sentir sa tête retomber d’un niveau, sur le sol. Qu’est-ce qui lui arrivait? Il avait à peine la force de relever légèrement ses paupières, malheureusement pas assez pour discerner clairement ce qui se passait. Il voyait floue et sentit bientôt un liquide frais couler contre ses lèvres. Il prit encore plusieurs gorgées d’eau avant de sentir l’inflammation au niveau de sa gorge se calmer un peu.

- Nyrlae…, murmura-t-il en la cherchant de son regard flou.

Il sentit bientôt une présence près de lui, preuve qu’elle l’avait entendue malgré son murmure. En même temps, les elfes avaient une très bonne ouïe. Il ignorait depuis combien de jour ils étaient là, mais une chose était sûr, ils ne pourraient pas y rester de manière définitive. Les sombres étaient au-dessus de leur tête et le jeune homme ignorait s’ils avaient réussis à mettre la main sur le plan des sous terrains ou bien s’ils avaient simplement rasé complètement la forteresse pour ensuite poursuivre leur avancer. En prenant compte le fait qu’ils auraient possiblement trouvé les sous terrains et qu’ils auraient forcé l’un des leurs à avouer où était passé la jeune femme, il se pourrait très bien qu’une horde de sombre se trouvait posté derrière cette porte en pierre massive. Il avait encore la tête qui tournait un peu, mais devait rester concentrer à cibler leur survit. Il jeta un coup d’œil autour de la cellule, afin d’évaluer ce qu’il y avait à leur disposition pour rester le plus longuement possible ici et élaborer un plan réel de survit rendu à l’extérieur.

Déjà, il y avait la source, au moins il ne manquerait pas d’eau. Contre les parois de pierre, il y avait des plantes grimpantes qui s’élevait jusqu’au tout qui leur permettait d’évacuer la fumée. Bien. Décidément, ils pouvaient remercier celui qui avait eu l’idée ingénieuse de construire une telle cellule dans les sous terrains. Le jeune homme tourna légèrement la tête vers la demoiselle, afin de la regarder droit dans les yeux. Avec la blessure qui continuait à lui tirailler tous les muscles du torse, il ne pourrait pas lui être d’une grande aide et tout ce qu’il pouvait faire, c’était la guider pour maximiser leur chance de survie.


- On va devoir faire un feu, dit-il en pointant les branches au loin. Prenez ma dague pour couper les branches.

Il ne l’avait pas directement sur lui et il croyait même qu’elle était toujours fiché dans le corps du sombre, mais ça lui éviterait de perdre des forces à essayer de briser l’une de ses branches. Il suivit ses gestes du regard, avant de se décider à essayer de se redresser sur son séant. Il laissa échapper un léger râle, puis se redressa d’un coup en serrant fermement sa mâchoire pour éviter de laisser transparaître sa douleur. De toute les blessures qu’il avait eu depuis son entrer en poste pour la demoiselle, celle-ci devait être la plus douloureuse, mais pas la plus mortel si on compte la blessure au poison qu’il avait reçu en sortant à l’air libre à la fin de leurs multiples épreuves dans le sous terrain. À petit coup, il rampa contre la paroi de pierre et s’y adossa, sans quitter la demoiselle du regard. Il savait qu’elle lui en voulait de l’avoir laisser tomber au protectorat, mais pour lui, c’était une véritable trahison de sa part. Lorsqu’il lui avait demandé s’il était apte, il s’attendait à une réponse sincère de sa part, pas à une réponse pré-faites de la part de son père qui allait le forcé à prendre le poste. Il continua de la regarder, jusqu’au moment où elle eut rassemblé une quantité suffisante de bois pour qu’ils puissent allumer un feu. Le garde du corps jeta un coup d’œil vers le petit trou et ce dit qu’une petite volute de fumée ne se remarquerait certainement pas, puisque tout devait déjà avoir été détruit dans les environs.

- Si on veut avoir des chances de demeurer en vie, on va devoir manger, dit-il alors qu’elle allumait le feu.

À première vue il n’y avait absolument rien de quoi se nourrir, puisque la seule chose que la personne qui avait construit cette abris, était de la garnir de nourriture sèche, qu’ils auraient facilement pu faire cuire avec l’eau juste à côté et un peu créativité. Le jeune homme fit lentement le tour de la pièce, avant de tomber sur le corps inerte du sombre. La seule chose qu’ils pourraient manger dans cette espace clos était possiblement la chose qui avait de moins appétissant. Il jeta un bref regard vers la jeune femme et retourna bientôt vers le drow. Ils n’avaient pas le choix, C’était soit ça, soit ils mourraient tôt ou tard de faim.

- On doit manger, sinon on va mourir de faim. Vous m’avez fait promettre de rester en vie, mais vous le devez également Nyrale…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Mer 18 Sep 2013 - 15:11

Nyrlae sentit une vague de soulagement lorsqu'elle vit le jeune homme ouvrir les yeux. Elle n'avait eu à jouer les guérisseuses qu'une seule fois dans sa vie, et c'était déjà pour lui... un mauvais souvenir dont elle se serait passé. Elle se força à inspirer pour se calmer, sans grand résultat. Galyn se mit à tousser et elle eut la présence d'esprit d'aller chercher de l'eau qu'elle lui versa entre les lèvres, tout en se demandant s'il ne risquait pas de s'étouffer.

Il prononça son prénom et elle murmura le sien en retour, d'une voix nouée, sans savoir quoi ajouter. Elle avait été élevée pour faire face à de nombreuses situations, mais pas à un tel choc. La forteresse qui tombait, sans parler du royaume en lui-même, les drows qui se déversaient sans doute toujours dans les souterrains et le garde du corps qui venait de frôler la mort... Elle n'avait jamais été préparée à cela et elle fixait Galyn d'un regard perdu. Aussi, elle ne se détourna pas lorsqu'il plongea ses yeux dans les siens et s'y raccrocha désespérément.

Faire un feu ? Elle eut un instant de vide avant de se lever pour faire ce qu'il lui demandait, appuyant son pied sur le corps du sombre pour aider à retirer l'arme en tirant dessus des deux mains. Après la panique, elle paraissait abattue et se déplaçait mécaniquement, suivant les recommandations du jeune homme. Seul le râle de douleur la fit sursauter et lui jeter un regard angoissé. Mais comme il n'ajoutait rien, elle reprit son travail, coupant quelques branches avec difficulté. Encore un exercice qu'elle n'avait jamais eu à exécuter, mais qui était de loin le moins terrible, même si ce fut laborieux et peu productif.

La jeune femme ne répondit rien lorsqu'il fut question de manger. Elle était loin d'avoir faim. Une envie de vomir persistante ne la quittait pas. Les flammes s'élevèrent enfin, sans plus de réaction de sa part. Puis Galyn reprit la parole et elle ne bougea pas pendant un long moment, assise près du feu, à regarder les branches qui se consumaient.

Rester en vie... Et quel intérêt ? Dans quel but ? Elle finit par se relever malgré son épuisement et alla se poster devant le drow, le couteau à la main. Qu'est-ce qui pouvait bien être comestible, là-dessus ? Elle suivit simplement les instructions du garde du corps avec des hauts le coeur difficilement contrôlables. Seule, elle n'aurait même pas eu l'idée de s'en faire un repas. Puis elle fit cuire la viande et la porta à Galyn, toujours sans un mot. Après quoi elle s'assit près de lui sans faire mine de vouloir manger. Elle n'avait même pas pris la peine de laver ses mains du sang qui les maculait et resta là, les yeux dans le vague. Elle avait suivi la moindre des consignes de Galyn, mais elle ne goûterait pas à cette chair immonde. Plutôt mourir ! D'ailleurs... elle n'avait plus la moindre envie de se débattre.

Au dehors, le bruit finit par cesser et le silence, morbide, retomba. Nyrlae se replia sur elle-même, enserrant ses jambes de ses bras. Puis un nouveau râle de Galyn lui rappela qu'il était blessé et elle se tourna vers lui avec inquiétude, semblant reprendre un peu conscience de ce qui l'entourait.


" Comment vous sentez-vous ? "

Elle-même paraissait au bord de l'évanouissement, mais n'était heureusement pas blessée, seulement en état de choc. Un choc qui semblait l'avoir enfoncée dans un abattement dont seul l'état de Galyn parvenait à la sortir par intermittence. Si elle avait eu l'impression de mourir en même temps que sa forteresse, la présence de Galyn l'empêhait de sombrer tout à fait. Elle lui avait fait promettre de rester en vie. Il était là par sa faute et il était hors de question qu'il trépasse ! Alors, elle l'observait d'un air inquiet, ne sachant comment l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Jeu 3 Oct 2013 - 19:37

Le garde du corps avait prononcé le nom de la demoiselle, plus pour se s’assurer qu’elle soit toujours là, que par réel nécessité d’aide. Certes, il avait mal, mais au moins il était conscient. Lorsqu’il entendit son nom en retour, il sentit une vague de soulagement dans son corps, malgré la douleur persistances de ses blessures. Elle ne l’avait pas abandonnée. Le son de sa voix lui prouvait également qu’il n’était pas à l’article de la mort, du moins, pour l’instant. Quand Galyn finit par réussir à ouvrir ses paupières, le regard de détresse qu’il perçut chez la demoiselle ne le rassura guère sur la situation. Elle semblait tellement perdue par ce qui arrivait au royaume, à la forteresse. Le garde du corps se doutait bien que les choses allaient finir de la sorte. L’idée de demeurer là, aux premières lignes des attaques sombres, représentait un pur suicide autant pour elle que pour le reste des combattants qui s’étaient trouvés là. Seulement, il savait que même s’il aurait voulu la raisonner de toute sa volonté, elle serait restée là, simplement parce qu’ici, il y avait tout ce en quoi elle croyait. Une force qu’il admirait chez elle et qu’il désespérait un jour de trouver en lui. Elle était prête au sacrifice pour un peuple qu’il détestait de jour en jour et pourtant, il était resté pour la défendre.

Bon pour l’instant, ils leurs fallait survivre s’ils voulaient faire un changement dans ce qui était en train de se produire. Ils avaient encore des chances de survie si, jusqu’à présent, personne n’était venu défoncer la porte et pour sa part, l’étriper et violée pour la jeune femme. Première des choses, le feu. En donnant ses directives à la jeune femme, il s’attendait à ce qu’elle les exécute le plus rapidement possible, mais cette dernière semblait stoïque. Il suivit la silhouette de la jeune femme pendant l’ensemble de ses déplacements. Elle avait l’air à bout de force, à bout de nerfs et surtout, morte de peur par ce que qui arrivait. L’un des deux se devait de garder la tête froide pour qu’ils puissent finir par réussir à sortir de cet endroit. Ils ne dureraient pas long feu s’ils n’avaient rien d’autre à manger que les sombres, au plus, quelques jours à peine.

Le moment venu, aborder la question de manger ne fût pas plus concluante au départ que celle du feu. La jeune femme ne cessait de fixer les flammes et le garde du corps la regardait, incapable de savoir quoi dire pour la rassuré. Elle devait croire qu’en espérant et qu’en disposant habilement ses forces, elle serait en mesure de repousser partiellement, voir complètement les attaques des drows. Seulement, vue leur nombre, c’était déjà bon qu’ils aient tenues aussi longtemps. Le jeune homme lui dit, au moment où elle se décida enfin, toutes les parties qui pourraient leur être profitable à long terme. Il fallait prendre les parties les plus nourrissantes et en cas d’extrême urgence, finir par manger les organes. Pour ce qui est des hauts le cœur de la demoiselle, le jeune homme de son côté avait tellement souvent dépecé des bêtes qu’il ne considérait pas le sombre qu’autre chose qu’une bête. Le fait qu’il est essayé de le tuer quelques heures plus tôt lui aurait davantage donné le goût de le décapité avant à vrai dire. Mais bon, il n’était pas réellement en état pour le faire.

Le jeune homme accepta la viande avec un léger hochement de la tête pour remerciement. Il avait tellement faim. Son corps puisait tellement d’énergie pour essayer de cicatrisé ses blessures, qu’il commençait à manquer de force. Ses paupières commençaient à devenir lourde tellement la fatigue l’accablait. En général, s’il avait été en pleine forme, il aurait facilement pu rester éveillés plusieurs heures encore, peut-être même une journée supplémentaire avec beaucoup de volonté, mais là, c’était hors de son contrôle. Son corps réclamait du repos. Il croqua net dans la chair en la déchirant avec ses dents. Il y avait quelque chose de caoutchouteux dans la viande, tellement qu’à ça se mâchait très difficilement. Prenant une bonne minute pour mâcher chaque morceau, le jeune homme finit par se rassasier assez pour dire qu’il avait légèrement manger. Il jeta un coup d’œil vers la demoiselle, qui refusait catégoriquement de dévorer ce qu’ils avaient à disposition. Elle devait manger, sinon elle finirait par s’épuiser complètement et présentement, le jeune homme n’avait plus la force pour se battre pour eux d’eux.

Avec un effort surhumain, il se mit sur un genou, ce qui lui tira un râle de douleur, puis s’avança avec lenteur vers le sombre. Cet action lui prenait une bonne partie de ses forces et lui tirait un rictus de douleur incontrôlable, mais elle devait manger. Pousser par cette idée, il se rendit jusqu’au corps du sombre et coupa net un lambeau de chair avant de commencer à le faire cuire. Son regard fantomatique se tourna vers celui de l’archère, comme pour s’assurer qu’elle était toujours là.


- Je vais « bien ». Ça serait plutôt à moi de vous demander comment vous vous sentez…

Ses yeux s’attardèrent un moment, puis voyant que la viande était finalement cuite, il s’approcha de nouveau jusqu’à la demoiselle et lui tendit.

- Vous devez manger, que vous ne le vouliez ou pas. Vous avez promis de ne pas mourir…

Le ton était sans réplique. Il ne se serait pas donner tout cette peine et cette douleur pour rien! Elle lui avait promis. Si elle ne se nourrissait pas pendant plusieurs jours, elle finirait par être à bout de force et mourir. Le résultat allait finir par être le même que s’ils étaient restés à l’extérieur. Le garde du corps attendit un instant, puis vint se placer lentement contre le mur aux côtés de la demoiselle. La fatigue ne cessait de le gagner. Après un instant, il appuya sa tête contre la paroi rocheuse, ferma les yeux, juste quelques secondes…quelques minutes…Juste un peu.

En ouvrant les yeux, Galyn remarqua tout d’abord la noirceur de la pièce. Était-il mort? Son attention fût attirée par les braises rougeoyantes du feu qui devait à peine de s’éteindre. Après un moment, sont regard d’adapta à l’obscurité ambiante, puis il vit la silhouette de la demoiselle allongée contre la paroi. Depuis combien de temps dormait-il exactement? Il n’aurait su le dire. En même temps, il ne pouvait pas réellement se fier au feu, celui-ci consumait de petites brindilles rapidement transformées en cendre, alors…Galyn reporta son attention sur la jeune femme, celle-ci était parcouru de léger frison. Soit elle était en train de rêver, soit la fraîcheur de la pièce l’empêchait de se réchauffer. Délicatement, le jeune homme vint s’allonger près d’elle, puis glissa sa main sur la hanche de la dame protectrice. Au début, il la laissa-là, en la regardant dans la noirceur. Le toucher lui raviva des souvenirs flous. Il se trouvait dans une chambre avec la jeune femme, il y avait un homme…Il se souvenait du toucher de la jeune femme, qui lui tira un léger frison le long du dos. Qu’est-ce qui lui prenait à penser à ça. Ils étaient en mode survit présentement, rien d’autre. Le reste demeurait assez vague. Le jeune homme finit par glisser le reste de son bras autour d’elle pour essayer de la réchauffer. La technique servait uniquement à la réchauffer, rien d’autre! Ce qu’il ignorait c’était qu’en était coucher ainsi sur le côté, les plaies allait forcément se rouvrir à certain endroit…provoquant une certaine marre de sang…ou voir de l’inconscience dû à la perte trop élevée…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Ven 18 Oct 2013 - 18:38

Nyrlae évita de regarder le garde du corps quand il mordit dans la viande. Comment pouvait-il manger une telle abomination ? Pour sa part, comme nombre d'elfes, elle n'avait jamais goûté à de la chair animale. Alors, songer ne serait-ce qu'un seul instant à s'approcher de cette créature puante... Elle dut faire un effort pour ne pas vomir.

La jeune femme se préoccupa à nouveau de Galyn lorsqu'il se redressa. Par les Cinq, qu'allait-il donc encore inventer ? A présent, il n'y avait plus qu'à attendre que les combats cessent à l'extérieur et prier pour qu'en ressortant, ils parviennent à échapper aux lignes ennemies. Imaginer l'état de désolation de la forteresse tira un frisson incontrôlable à Nyrlae et lui fit monter les larmes aux yeux. Larmes, qu'elle chassa rapidement : pleurer ne les mènerait à rien. A vrai... Peu de choses les mèneraient à grand chose. Il fallait être d'un optimisme sans faille pour penser qu'ils s'en sortiraient vivants et elle avait perdu espoir depuis bien longtemps malgré l'aplomb qu'elle avait pu afficher avant la bataille.


Je vais « bien ». Ça serait plutôt à moi de vous demander comment vous vous sentez…

Nyrlae détourna le regard. A quoi bon répondre ? Le sentiment de lassitude qui l'envahissait lui donnait envie de rester là à attendre la mort. Ce serait tellement plus simple... Qu'avait-elle gagné à se battre pour son peuple ? Qu'est-ce que son peuple y avait gagné ? C'était des coups d'épée dans l'eau, comme brasser la tempête. Ridicule.

Vous devez manger, que vous ne le vouliez ou pas. Vous avez promis de ne pas mourir…

Ton sans réplique ou pas, elle détourna la tête, repoussant doucement sa main pour ne pas le brusquer.

" Je ne suis pas morte. "

Son ton était doux, aussi. Comme résigné. Elle ne mangerait pas. Du moins, pas de cet immondice. Peut-être pas davanatge d'autre chose, son estomac étant toujours irrémédiablement noué Galyn attendit un instant, puis, voyant qu'elle ne céderait pas, il finit par sombrer dans le sommeil. Alors, Nyrlae laissa couler ses larmes, jusqu'à s'endormir elle-même.

Elle fut tirée d'un sommeil agité en sursaut, par une présence près d'elle. Se figeant pour ne pas paraître éveillée, il ne lui fallut qu'un instant pour reconnaître la présence de Galyn. Non seulement, il ne pouvait s'agir que de lui, même si son comportement était quelque peu inédit - enfin... disons qu'il était inédit - ensuite, elle aurait reconnu son odeur entre mille. Epuisée, elle ne se posa pas plus de question et se blottit dans ses bras en se rendormant.


***


Lorsque Galyn reprit connaissance, la lumière qui filtrait des ouvertures du plafond indiquait qu'il faisait jour. Ses plaies avaient été lavées et pansées proprement avec semblait-il une partie de sa tunique et celle de la demoiselle résuite à présent à son strict minimum. Dès qu'il ouvrit les yeux, elle se précipita vers lui, soulagée.


" Galyn ! Enfin ! Vous dormez depuis deux jours ! "

Disons plutôt qu'il était inconscient, mais elle n'avait pas voulu l'alarmer. Elle s'empressa de lui tendre de l'eau et de la viande séchée. Elle-même n'avait pas dû se résoudre à y toucher, à voir son état d'épuisement. Pourtant, son visage rayonnait de voir que le garde du corps allait mieux.

" Vous avez perdu tellement de sang... J'ai cru que vous ne vous réveilleriez plus ! J'ai tâché de vous soigner u mieux que j'ai pu... Je crois que vos plaies ont cicatrisé, elle ne suintent plus. mais vous n'ouvriez toujours pas les yeux... J'ai cru que c'était trop tard ! Oh, dieux merci, vous êtes vivant ! "

Sans doute ne l'avait-il jamais vue aussi bavarde. Le soulagement la faisait parler à toute vitesse pendant qu'elle l'aidait à se restaurer. Puis l'épuisement reprit le dessus et elle se laissa retomber à ses côtés, un pauvre sourire aux lèvres.

" Nous devrions essayer de sortir d'ici. Cette viande n'est plus vraiment bonne, même pour vous. Les drows ont dû avancer, l'endroit doit être désert. "

Ce qui ne suffirait peut être pas à les sauver, ne serait-ce que s'ils croisaient un des énormes charognards que comptait la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Dim 29 Déc 2013 - 20:50

La jeune femme semblait tellement résigner à son sort, que Galyn ignorait si lui-même aurait la force de la raisonner pour qu’elle reste en vie. Certes, elle avait toujours des forces, mais de là a dire qu’elle était débordante d’énergie, il y avait un fossé énorme. Il pouvait comprendre que la défaite vécu par les elfes, aussi peu de temps après le début de la bataille devait l’affecté. Seulement, il fallait être réaliste dès le départ, vue le nombre d’assaillant qui s’en prenait au territoire, il était tout bonnement suicidaire de tenter de les freiner. Le mieux pour eux, il parlait pour l’ensemble des elfes, pas seulement pour elle et lui, aurait été de fuir directement vers la capitale elfique, afin de se rallié au reste des forces. Là, ils auraient probablement eut une chance de s’en tirer, avec les mages, les archers, et les combattants d’élite. À Daranovar, il ne possédait qu’une partie de cet effectif. En même temps, le mal était fait. Penser aux solutions qui aurait pu faire changer le déroulement de la bataille ne les avancerait pas plus. L’ancien garde du corps pensait également au reste du territoire elfique. Les drows devaient avoir réussi à se frayer un chemin dans les terres et nul doute que plus ils avançaient, plus le nombre de victime devait augmenter et moins de temps les séparaient de la capitale. Si lui y pensait, la jeune femme devait y pensait deux fois plutôt qu’une.

Galyn était plongé dans une profonde noirceur. Des flash lui venaient parfois, surtout l’épisode de la mort de ses parents pour des sombres. Il sentait ses muscles se crispés à mesure que la scène s’éclaircissait. Il revivait chaque secondes de cette nuit de souffrance, ressentait chaque battement de cœur, chaque peur. Il finit par se réveiller en sursaut, à la vision d’un Drow enfonçant sa lame dans son torse. Son corps, couvert de sueur, frissonnait de tout son long. Prenant de grande respiration, le regard fantomatique du jeune homme croisa celui de la demoiselle, qui accourait à ses côtés.


" Galyn ! Enfin ! Vous dormez depuis deux jours ! "

Depuis deux jours, vraiment? Il dormait? Rendu à ce stade, dormir pendant deux jours, même avec son état de fatigue, était impossible. Il sentait dans le regard de la jeune femme qu’il y avait plus qu’un simple état de sommeil, mais elle ne voulait visiblement pas l’inquiété. Même en ouvrant la bouche, simplement pour reprendre le contrôle sur son souffle, il sentit sa bouche asséché, comme s’il s’était retrouvé dans une région aride pendant plus d’une semaine. Complètement déshydraté, il se saisit du contenant d’eau que lui tendant Nyrlae et s’en aspergea à grande goulée la gorge. Il se mit à toussoté, tellement l’eau était froide et dû à l’odeur de charogne qui lui venait désormais au nez. Un coup d’œil en direction du cadavre de l’elfe noir, l’informa qu’il dans un état de décomposition avancé et à n’en croire son expérience, cela devait faire au moins trois jours, voire quatre jours, qu’ils étaient enfermés dans ce petit espace.

" Vous avez perdu tellement de sang... J'ai cru que vous ne vous réveilleriez plus ! J'ai tâché de vous soigner u mieux que j'ai pu... Je crois que vos plaies ont cicatrisé, elles ne suintent plus, mais vous n'ouvriez toujours pas les yeux... J'ai cru que c'était trop tard ! Oh, dieux merci, vous êtes vivant ! "

Il avait toujours l’esprit embrouillé, par l’inconscience qui venait de le quitter, mais se concentra sur la voix de la jeune femme. Ses plaies désormais cicatrisées ne lui diraient plus des grimaces de douleurs, à l’exception de certain mouvement, lorsque ceux-ci étaient trop brusques. Le jeune homme tourna son regard vers l’archère lorsqu’il constata de nouveau l’état de fatigue dans lequel elle se trouvait. Il se doutait bien que pendant les deux jours qu’il avait « dormit », elle ne s’était pas précipité sur la viande afin de récupérer un peu de force et n’avait, visiblement pas non plus sembler croire que dormir était une bonne idée.

" Nous devrions essayer de sortir d'ici. Cette viande n'est plus vraiment bonne, même pour vous. Les drows ont dû avancer, l'endroit doit être désert. "

C’est vrai, depuis le temps, ils n’avaient certainement pas prit la peine de laisser des troupes derrière eux, afin de ne pas se dispersé. Comme tout ennemi intelligent, ils voulaient maximiser leur chance de réussite, logique.

- Vous avez raison. On doit sortir d’ici,
dit-il en se redressant lentement, jusqu’à tenter de se mettre sur ses pieds avec l’appui que le mûr lui offrait.

Il n’était pas au meilleur de sa forme, mais si un ennemi se présentait devant lui, il serait en mesure de défendre sa peau et celle de la jeune femme. Il marcha jusqu’à ses armes, glissa son arc au travers de son torse et saisit sa lame dans sa main droite :

- Prête?

Même si elle ne l’était pas, le serait-elle seulement un jour? Personne n’était vraiment prêt à affronter la mort de si près, surtout qu’ils n’auraient d’autre moyen de se nourrir que ce que la forêt voudrait bien leur donner. Se rapprochant l’ouverture qu’ils avaient emprunté pour se retrouver là, le garde du corps fit glisser sa lame dans le joint, visible de leur côté de la paroi. Après un moment, il finit par trouver le mécanisme et grâce à sa lame effilée, il réussit à ouvrir la porte. Sur ses gardes, il attendit en position défensive de voir que personne ne se trouvait derrière la porte avant d’oser un pas à l’extérieur. Jetant un regard en arrière, rassuré que la jeune femme se trouve derrière lui, il osa encore quelques pas, puis s’arrêta pour écouter les bruits environnant. Rien. Le silence le plus complet régnait dans les sous terrains de la cité. Poursuivant leur avancé, ils débouchèrent finalement à la jonction des tunnels. À leur droite se trouvait celui qu’ils avaient emprunté pour arriver jusque-là, seulement, avec tous les tremblements, un effondrement était survenue, bloquant entièrement l’entrée de ce côté. Ils ne leur restaient comme seul et uniquement choix, le tunnel de gauche, qui s’allongeait sans fin.

Prenant sur lui, il ouvra la marche. Il ignorait combien de temps exactement ils marchèrent, mais une chose était sûr, ils devaient sortir de là au plus vite. Comme si quelqu’un avait entendu les prières silencieuse du jeune homme, ils finirent par déboucher en plein cœur de la forêt, dans un endroit qui ne semblait pas du tout avoir été touchés par les sombres. Étrange quand même. Regardant tout autour de lui, le jeune homme remarqua une légère volute de fumée au loin, qui était loin de ressembler à un ordre de drow. Un chant doux et langoureux s’éleva tout autour d’eux. Seulement, ce chant ne semblait pas pouvoir être produit par un quelconque instrument existant. Au premier abord, Galyn avait serré la main sur la garde de sa dague, mais peu à peu, celle-ci se fit de moins en moins ferme. Il se mit à avancer dans une direction, sans prévenir la jeune femme sur ses intentions. Poussé par il ne savait quoi, il poursuivit son chemin, jusqu’à déboucher sur un camp muni d’habitation construite pour la plupart dans les arbres environnant. Le chant s’amplifia jusqu’à devenir presque insupportable. C’est à ce moment qu’une de femme sortirent de l’ombre des arbres et les encerclèrent. Toujours atteint par le chant qui semblait émaner de l’endroit même, le jeune homme fixa son attention sur celle qui semblait être la dirigeante de cette communauté.


- Qui êtes-vous?
- Nous sommes les Nymphes de la forêt, dit-elle avec un léger sourire.

Pour le peu qu’il en savait, les Nymphes étaient des créatures particulièrement dangereuses. Désormais encerclés, ils n’avaient plus aucune issus pour s’enfuir. Décidemment, ça allait de mieux en mieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyrlae Lanthaloran

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 456 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Dame Protectrice de Daranovar

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Dim 20 Avr 2014 - 18:35

Epuisée, Nyrlae n’avait plus qu’un souhait : trouver un endroit chaud où s’écrouler pour manger et dormir en paix. Elle se contentait de suivre Galyn sans un mot, les images de la bataille perdue d’avance défilant dans ses pensées. La situation aurait peut-être pu être différente si elle avait eu encore la possibilité de communiquer mentalement avec son père. Mais les mages elfiques avaient bien fait leur travail et son esprit demeurait à présent fermé aux autres. Bien sûr, Dyarque aurait pu forcer le verrou, il en était sans aucun doute capable, mais il ne pouvait ainsi risquer la santé mentale de sa fille. Nyrlae tenta de ne plus réfléchir et de se contenter de caler ses pas dans ceux de son ancien garde du corps.


La forêt avait été ravagée, brûlée en de nombreux endroits, piétinée partout sous le passage des hordes drows. Les animaux avaient été massacrés comme les elfes qui avaient tenté de résister. Les cadavres des uns et des autres jonchaient le sol. Les arbres majestueux qui ployaient autrefois sous le poids des fleurs ou des fruits n’étaient plus que des morceaux d’écorce calcinés. Nyrlae avait déjà trop pleuré pour verser encore des larmes sur la forêt de son enfance, mais son cœur se serrait peu à peu comme s’il s’éteignait.


Elle ne demanda même pas à Galyn où il les menait aussi vite qu’il le pouvait. Au fond, cela n’avait plus grande importance. Si les charognards ne décidaient pas de leur sort, les mercenaires drows qui ne tarderaient pas à suivre s’en chargeraient. Leur seule chance était de retrouver des terres épargnées… s’il en existait encore. Et plus il avançaient, plus la jeune femme doutait que cela soit possible.


Puis Galyn s’arrêta tout à coup, se mettant à parler.


" Qui êtes-vous ? "

Certes il se comportait de façon un peu étrange depuis qu’ils étaient sortis des tunnels, mais Nyrlae n’y avait pris garde , trop occupée à se désoler du paysage et à se forcer à mettre un pied devant l’autre. Elle regarda autour d’elle, prise au dépourvu. Si ce n’était la désolation, il n’y avait rien de bien intéressant à observer et encore moins âme qui vive à laquelle parler.

" Nous sommes les Nymphes de la forêt, " murmura une voix lointaine, comme en écho.

Nyrlae se mordit la lèvre, soupirant intérieurement. Il ne manquait plus que cela… Et si le sort des mages la protégeait visiblement, il n’en était pas de même de Galyn qui avait l’air de voir un autre monde auquel elle n’avait heureusement pas accès. Les nymphes pouvaient être dangereuses comme bienfaitrices, mais leur fâcheuse tendance à se jouer cruellement des humains leur donnait mauvaise réputation. On disait qu’en revanche, les elfes les plus purs avaient tout leur respect. Galyn mangeant de la viande sans frémir, la jeune femme doutait qu’il ressorte indemne de la rencontre avec les nymphes.

" La dame Lanthaloran et son fidèle garde du corps revenu d’entre les morts, " reprit la voix.


Comment, par les Cinq, savait-elle qui ils étaient et surtout que Galyn revenait après de longues semaines ?

" Vous semblez épuisés, intervint une seconde voix encore plus mielleuse, venez vous reposez parmi nous. "

En toute autre circonstance, Nyrlae eut décliné l’offre, mais ils n’avaient nulle part où aller et, s’ils continuaient à marcher, elle doutait tenir plus d’une lieue sur ses jambes. Elle essaya donc de reprendre une attitude un peu plus noble, avant de déclarer aux créatures qui lui restaient invisibles :

" Nous vous remercions de votre hospitalité et je vous demande assistance, selon le traité de la Lente Feuille. "

Nyrlae ignorait à quel point Galyn pouvait être sous l’influence des nymphes. Cependant, dans l’immédiat, l’essentiel était de ne pas provoquer la colère des créatures. La jeune femme sentait le regard de ses dernières peser sur elle. Nul doute que les nymphes avaient compris que l’esprit de la Dame Protectrice leur restait fermé.

" Bien sûr, susurra l’une d’entre elle. Vous trouverez de l’eau et de la nourriture en abondance si vous voulez bien nous suivre. "

Galyn ne se le faisant pas dire deux fois, Nyrlae lui emboita le pas. Si aucun sort mental ne pouvait l’atteindre, les nymphes disposaient de grands pouvoirs et pouvaient user contre elle des forces de la nature. Inutile de les provoquer. Et puis… aux yeux de la jeune femme, ils n’avaient plus rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galyn Talassi

avatar

Masculin Messages : 118
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 25
Localisation : Québec

Feuille de personnage
Age du personnage: 130 ans ~
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Garde du corps

MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    Sam 18 Avr 2015 - 19:37

Bon je tente ma chance ici, semblerait que je puisse plus répondre à rien. C'est normal?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs    

Revenir en haut Aller en bas
 
Guide de survie contre une attaque d'elfes noirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide de survie en territoire zombie [Règles]
» [Bande Engagée] Les Elfes noirs de Shalintanor
» Règles des elfes noirs à Mordheim
» elfes noirs. chaos et elfes sylvains.
» Guerrier Fantômes / Corsaires Elfes Noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG fantasy et fantastiques-
Sauter vers: