AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eh zut ! On est où, là ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Eh zut ! On est où, là ?   Lun 24 Oct 2011 - 17:59

Calym fut le premier à apparaître et être projeté en pleine forêt, tout nu et assez surpris pour rester planté là à ouvrir de grands yeux. Une demi seconde plus tôt il avait une des jolies filles de l'aubergiste dans ses bras, et là... ben plus rien, il n'y avait que des arbres autour de lui.

Aelene apparut à quelques pas un bref instant plus tard et jeta un coup d'oeil affolé autour d'elle. Elle au moins était vêtue de son éternelle tenue noire, chemise, pantalon et bottes, mais paraissait tout aussi déboussolée. Elle remarqua son frère au moment où Arcam surgissait de nulle part à son tour.

Le jeune homme avait l'épée à la main et fit un magnifique vol plané car son ennemi avait soudain laissé place à la forêt. Calym laissa échapper un petit ricanement en voyant son frère s'étaler de tout son long. L'autre le foudroya du regard dès qu'il eut reprit ses esprits.


" Qu'est-ce qui s'est passé ? " demanda Aelene en faisant un pas en arrière pour se mettre hors de portée de ses frères.

Elle se méfiait des deux, évidemment. Pas question de leur faire confiance. Peut-être étaient-ils à l'origine de tout cela. Un instant plus tôt, elle s'occupait de son adorable fillette Nyméria en bavardant avec celui qu'elle aimait et là...

Mais apparemment, Calym était aussi perturbé qu'elle en voyant ce qui s'était produit. Et puis, s'il avait voulu jouer les magiciens, elle supposait qu'il aurait quand même pris le temps de s'habiller. D'ailleurs, il n'était pas très content d'avoir été tiré de ses petites occupations. Arcam n'avait pas rengainé son épée, inquiet à l'idée d'avoir sans aucun doute été victime d'un sortilège et il passa son couteau à Calym au cas où. Leur soeur tira la sien, la seule arme qu'elle avait gardé sur elle. Les Triplés restaient en alerte, ne sachant ce qui les attendait.

Mais rien. La forêt restait silencieuse. Calym jura tout bas.


" On est où, là ? C'est quoi cette forêt ? "

De fait, les arbres étaient étranges, comme entretenus. Rien à voir avec les bois qu'ils connaissaient, encombrés de broussailles denses et peuplées d'animaux sauvages. Il y avait bien des petits oiseaux qui voletaient de ci de là, mais rien qui ne laisse craindre l'arrivée d'un de ces monstres énormes que la fratrie connaissait bien. Arcam fit quelques pas, ne sachant que faire.

" Si c'est vous qui... "

Aelene fut coupée par Calym qui rétorqua violemment :

" Pourquoi ce serait pas toi, hein ? "

Ils se dévisagèrent. Non, évidemment, aucun d'entre eux n'aurait joué à un jeu aussi stupide, ils savaient combien ils pouvaient devenir dangereux si on se moquait d'eux.

" On peut pas rester là. "

Ils se mirent à marcher, sans réel but, toujours leurs armes tirées et sur le qui vive. Calym ne semblait vraiment pas gêné d'être toujours nu et les autres ne lui firent aucun remarque. Les arbres défilaient sans leur apporter d'élément nouveau alors qu'ils essayaient de trouver lequel de leurs ennemis avaient les moyens de payer un mage assez efficace pour les changer de lieu aussi rapidement.

" Ta fille va bien ? " finit par demander Arcam à sa soeur sur le ton de la conversation.

Il essayait de défendre l'atmosphère, comme toujours, mais sans réelle réussite. Aelene se rembrunit avant de sursauter. Les Triplés se jetèrent à terre lorsqu'une détonation retentit. le son était relativement lointain, mais, mis à part les explosions magiques, ils n'avaient jamais rien entendu de tel et, tendus, ils restèrent agrippés à leurs armes avant d'aller se cacher derrière les arbres trop clairsemés à leur goût

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 26 Oct 2011 - 10:56

Noreen se réveilla en forêt, hébétée. Elle avait froid, malgré le soleil qui brillait à travers la frondaison. S'asseyant au pied de l'arbre où elle se trouvait, elle tenta de rassembler ses esprits. Où diable se trouvait-elle ? Et surtout... que faisait-elle là ? Elle habitait en ville et devait sous peu se rendre à l'aéroport pour s'envoler vers la ville de Portland. Il n'avait pas été question de promenade en forêt depuis des années !

Elle se releva, épousseta son jeans machinalement et croisa les bras pour tenter de garder un peu de chaleur. Elle voyait son haleine s'envoler dans l'air glacé du matin. Pourquoi n'avait-elle pas pris de manteau si elle était sortie ? Comment avait-elle pu s'endormir ? Faisant quelques pas, elle essaya de se repérer. Une forêt banale, à première vue. A l'oreille, impossible de discerner les bruits de la circulation ou d'une quelconque source de civilisation. Son esprit encore embrumé commença à se réveiller suffisamment pour faire place à l'inquiétude, puis à la peur.

Que faisait-elle là ? Avait-elle perdu l'esprit ? Impossible de s'en souvenir et elle ne reconnaissait rien. On disait qu'il était simple de se repérer à la place de la mousse sur les troncs ou du soleil dans le ciel. Encore fallait-il savoir si l'on souhaitait aller au nord ou au sud. Un peu plus loin, un arbre avait une marque rouge, mais elle n'aurait su dire si c'était un signe pour l'abattre ou un chemin forestier.


" Y a quelqu'un ? "

Sa voix revint en écho et nul ne lui répondit. La jeune femme se mit sérieusement à s'inquiéter. La forêt commençait à lui paraître menaçante et elle eut soudain envie de partir en courant. Mais pour aller où ? Le mieux était peut-être de marcher tout droit jusqu'à retrouver la civilisation. Et puis, marcher la réchaufferait. Partant d'un bon pas, elle prit néanmoins la peine de s'arrêter régulièrement pour tenter d'entendre quelque chose. Rien que le vent dans les feuilles d'automne. Ces dernières crissaient sous ses pas, lui donnant parfois l'impression qu'elle était suivie. Mais non, rien. La peur irraisonnée s'envola finalement pour laisser place à une peur plus réfléchie : celle de tourner éternellement dans cette forêt. Et puis, un beau jour la police viendrait annoncer à sa mère qu'on avait retrouvé son corps... Noreen chassa cette pensée : elle n'était même pas certaine que sa génitrice en serait perturbée.

Ce ne fut qu'après une petite demi heure de marche qu'elle entendit un coup de feu. Sans doute un fusil, la saison de chasse avait dû être ouverte. Le soulagement à l'idée de voir quelqu'un se mêla à la crainte de recevoir une balle perdue. Mais dans le doute, mieux valait se diriger dans cette direction : elle reprendrait ses appels pour être certaine qu'on la remarque. Elle accéléra le pas.

Ce fut alors qu'elle les vit et s'arrêta, perplexe : cachés derrière des arbres se trouvaient... euh... trois personnes... sans doute des GNistes à en juger par leurs déguisements. Jolis costumes au demeurant, très réalistes. Enfin, pour deux d'entre eux, l'accoutrement du troisième, minimaliste, la fit détourner les yeux, gênée.


" Hum... "

Il y avait autre chose qui la dérangea dès qu'ils se retournèrent vers elle : leur regard rouge et surtout... surtout cet air violent, sur le qui-vive. Noreen fit un pas en arrière, troublée. Cette fois, elle avait l'impression désagréable d'avoir de bonnes raisons d'avoir peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Dim 30 Oct 2011 - 12:52

Calym fut le premier à réagir, se retournant vivement vers l'inconnue. Couteau brandi, il eut pourtant vite fait de baisser un peu son arme. A qui avait-il vraiment affaire ? A ses côtés, sa fratrie paraissait tout aussi désorientée. Cette fille, qui s'approchait d'eux, parlait certes la langue humaine, mais avec un accent étrange. Enfin, cela, ils pouvaient s'en accommoder. Ce qui les perturbait le plus était l'accoutrement de l'inconnue, à mille lieues de ce qu'ils connaissaient. Elle semblait tout simplement venir d'ailleurs.

Même Arcam, si prompt à lier amitié avec ceux qu'il rencontrait, avait gardé son épée en main, comme s'il craignait d'avoir affaire à un démon quelconque. Comme elle ne disait rien et que le silence menaçait de s'installer, Arcam tenta une approche : hors de question que la seule personne rencontrée s'enfuie en courant en se demandant ce qu'ils avaient à la fixer bêtement.


" Bonjour. Vous... il hésita, mal à l'aise. Vous êtes d'ici ? "

Aelene épiait la fille sans un mot. Pour le moment, tout ce qui lui importait était de savoir ce qui s'était passé et, plus important encore, de pouvoir à nouveau quitter ses frères et retrouver sa famille. Si elle commençait à bien vouloir croire que sa fratrie n'y était pour rien dans cette étrange aventure, elle se méfiait tout de même de ce qui risquait de suivre. Elle ne faisait plus confiance à Calym depuis bien longtemps, et pour cause : elle avat tout de même juré de le tuer si elle devait le recroiser. Nul doute que si pour le moment il semblait avoir oublié ce détail, ce n'était pas réellement le cas et si elle n'y prenait pas garde, elle risquait bien de se retrouver avec un couteau planté dans le dos. En soi, cette fille bizarre n'était sûrement pas aussi dangereuse que Calym s'il décidait de jouer les sadiques comme il savait si bien le faire.

Arcam finit par enlever sa cape et la jeter à son frère qui s'en fit une sorte de pagne, non sans avoir adressé un grand sourire narquois à l'inconnue qui ne savait visiblement pas comment se comporter vis-à-vis de lui. Ce n'était pas nouveau, les humains avaient un souci avec la nudité. Lui pour sa part ne voyait pas où était le problème, d'autant qu'il se trouvait vraiment beau à regarder. C'était cela : magnifique. La fille ne résisterait sans doute pas à son charme dès qu'elle aurait fini de les regarder avec des yeux grands comme des soucoupes.


" Désolé, j'avais pas prévu la ballade en forêt, "
railla-t-il finalement.

Sa soeur leva les yeux au ciel : qu'il annonce directement qu'ils étaient perdus, tant qu'il y était ! Non mais franchement ! Quand on était face à un potentiel ennemi on se gardait d'avouer ses faiblesses !


" Où sommes-nous précisément ? continua Arcam qui ne partageait visiblement pas ses réticences.

Aelene ne dit rien : entre Calym qui allait se mettre en tête de coucher avec cette fille dès qu'il pourrait et Arcam qui voudrait faire ami-ami, sa propre réserve n'avait pas une chance. Enfin... Peut-être au fond Arcam n'avait-il pas tort : il fallait qu'ils se repèrent avant toute chose. S'ils avaient échoué en territoire elfe ou nain, elle ne donnait pas cher de leur peau.

Une nouvelle détonation retentit, au loin, et les Triplés se jettèrent à nouveau à terre comme un seul homme. Si en plus un mage se trouvait dans les parages, les ennuis n'allaient pas tarder.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Sam 5 Nov 2011 - 10:39

D'accord, les GNistes étaient peut-être parfois un peu allumés sur les bords, mais de là à se comporter de la sorte... Noreen recula lentement mais sûrement : leurs ne armes ne semblaient pas en mousse, bien au contraire. Les lames, marquées de coups, paraissaient en bon acier et plus utilitaires que jolies.

Aussi, elle fut surprise lorsque l'un des hommes se mit à parler de façon plutôt amicale :


" Bonjour. Vous... Vous êtes d'ici ? "

La jeune femme s'arrêta, désorientée également, avant de secouer la tête légèrement. Si seulement elle avait su où elle était, justement ! La peur commençait à lui tordre l'estomac. Elle fit à nouveau un pas en arrière, sans geste brusque. Sa première idée était de partir en courant, mais quelque chose lui disait que si elle s'y risquait et qu'ils la rattrapaient, elle passerait un mauvais quart d'heure. Qui - ou quoi - qu'ils soient, elle n'avait pas très envie de les contrarier. Que l'un des hommes - quel humain avait des oreilles aussi pointues et des yeux rouge sang ? - finisse par se couvrir en faisant de l'humour ne la rassura pas vraiment : il avait l'air d'un véritable psychopathe. D'ailleurs l'attitude méfiante de la femme ne la rassura pas sur ce point. Le troisième paraissait le seul être à peu près normal. En tout cas, il avait l'air d'essayer de l'être.

" Où sommes-nous précisément ? "

Un coup d'oeil circulaire et quelque peu désespéré à la forêt lui apprit qu'elle ne savait toujours pas répondre à cette question. L'angoisse commençait à monter dangereusement. Qu'est-ce que c'était que ce cauchemar ? Devant l'attente évidente de ses interlocuteurs, elle finit pourtant par bredouiller quelque chose avant de s'éclaircir la voix et de murmurer :

" Aucune idée. "

Annoncer qu'elle était aussi perdue qu'eux n'était peut-être pas une bonne idée. Une supposition lui effleura tout à coup l'esprit : s'agissait-il d'une caméra cachée ? Après tout, pourquoi pas ? Le coup de feu qui retentit dans le lointain ne la fit pas vraiment sursauter. En revanche, voir les trois autres se jeter à terre la laissa perplexe : vu l'intensité du son, les chasseurs n'étaient pas très proches, inutile de s'inquiéter. Ils n'avaient jamais rien entendu de tel ou quoi ? Comme ils paraissaient prêts à faire face à elle ne savait quoi, la théorie du canular lui revint. Après un instant de silence gêné, elle demanda de façon un peu plus intelligible :

" C'est une caméra cachée, c'est ça ? "

Un coup d'oeil dans les arbres pour chercher la fameuse caméra ne lui révéla rien, mais les comédiens plaqués au sol étaient bien présents, eux, et leurs drôles de costumes aussi. Elle n'avait tout de même pas affaire à de véritables... quoi ? Elfes ? Il fallait arrêter de délirer ! La peur lui faisait prendre des vessies pour des lanternes !

" Je... vais vous laisser. "

Elle recula encore, mal à l'aise également. Si c'était un canular, c'était drôlement réaliste. Si ce n'en était pas un... alors elle préférait ne pas y penser pour ne pas prendre ses jambes à son cou et se faire courser à travers la forêt. Un nouveau coup de feu, au loin. Avec un peu de chance, ces inconnus resteraient plaqués au sol et l'oublieraient, elle. Elle allait pouvoir partir discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 9 Nov 2011 - 17:30

Ha, la douce musique du deuxième cercle de l'Enfer... Douces plaintes, sulfureux cris d'agonies et orgasmes douloureux. Confortablement vautrée dans son trône, la reine Asigolith écoutait avec délice ces pauvres âmes se faire torturer avec plaisir par le fouet, l'eau ou l'horrible substance organique qui composait le sol et les murs du niveau. A ses cotés, sa garde rapprochée, stoïque mais toujours sur le qui-vive, composée d'incubes et de de succubes d'élites contemplait elle aussi ce spectacle toujours renouvelé. Là, un pauvre diable se noyait quelques instants avant de reprendre juste assez d'air pour se noyer encore. Plus loin, une femme visiblement sous l'influence de sombres substances se faisait aspirer une jambe par un orifice du mur en riant comme une démente. Un abject bruit de succion et d'os qui se broie retentit au milieu de ce rire et des cris mais ne vint nullement perturber cette symphonie grotesque.

Rien n'aurait pu perturber cette joyeuse matinée. Après tout, les Anges étaient bien mal en point après leur dernière Inquisition. Plusieurs d'entre eux étaient même restés pour se répandre en vices et péchés après une courte période de contraintes extrêmes. Non, vraiment n'aurait pu...

Soudain, la forêt apparut. Aussi soudainement qu''on change une diapositive, le rouge de l'enfer fit place au vert des arbres et Asigolith sur son trône se retrouva sur le sol dur. Bien que la majeure partie de son anatomie soit découverte, elle n'en éprouva aucun mal. Sa peau luisante, comme couverte d'une fine couche de sueur, était un fragile paradoxe de douceur et de solidité. Cependant son égo était bien plus fragile. Elle, Asigolith, Reine de l'Enfer après Lucifer, se retrouvait par terre, couverte de poussière et humiliée ? Elle se releva précipitamment pour constater qu'elle n'était toujours pas seule. Deux des membres de son escorte l'avait suivi dans ce mystérieux déplacement. Si Asigolith était un mélange de tous les péchés capitaux, présentement, elle était toute faite de colère. Elle bouillonnait de rage et ses yeux lançaient des éclairs meurtriers à la recherche de quelqu'un ou quelque-chose à tuer pour améliorer son humeur.


- Toi ! Ton arme, dit-elle, en s'avançant vers une magnifique succube qui, bien que choquée par cette demande insolite, obtempéra immédiatement.

Ainsi lui fut tendue une belle épée à la lame noire et à la garde d'or qu'elle s'empressa d'enfoncer dans le ventre de sa propriétaire. Une fois coincée par le ventre de la créature, elle remonta pour la trancher en deux et dans un râle de fureur et de plaisir, fini par la décapiter. L'autre démon, un incube couleur ébène formidablement bâti et armé d'une hallebarde encore plus grande, n'avait bien sur pas bougé et attendait que sa Reine se mette en route, décide que faire ou mette fin à son incarnation également. Celle-ci n'en fit rien, visiblement calmée après avoir été couverte de sang. Elle paraissait presque joyeuse à nouveau, comme une fille qui se parfume pour son rendez-vous galant.

Elle se mit en mis en marche, son bassin ondulant sensuellement comme d'habitude, dans une direction aléatoire, suivi de près par son unique garde du corps.
Cela aurait pu être une fraîche matinée d'hiver, qu'Asigolith y aurait été indifférente: elle semblait avoir apporté avec elle un peu de la chaleur de l'Enfer. Par contre, après plusieurs minutes de marche dans cette foret monotone, elle se mit à haïr toute cette verdure autour d'elle.
Le fait d'ignorer pourquoi elle se trouvait là et où précieusement était situé "là" n'arrangeait rien. Elle menaçait d'exploser d'une minute à l'autre. Soudain, une idée lumineuse lui vint. Les arbres lui voilait l'horizon, qu'en serait-il s'il n'y avait plus d'arbres ? Elle réfléchit à la question encore une seconde( Allait elle vraiment mettre le feu elle-même ?), puis s'arrêta. Elle forma une paire de boule de feu d'une cinquantaine de centimètre de diamètre puis les lança sur les végétaux les plus proche. Comme s'il était alimenté directement à partir de la rage démoniaque de cette damée catin, le feu prit vite la dimension d'un sérieux incendie. On ne la piègerait pas dans un labyrinthe inflammable qu'on se le dise.

Plus tard, le feu sur les talons comme un nouveau serviteur, elle vit au loin un groupe de personnages. Elle continua donc dans ce sens, son pas toujours plus provocant, la curiosité se mêlant à l'Envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 9 Nov 2011 - 18:25

Arcam faisait pourtant tout ce qu'il pouvait pour mettre cette fille en confiance, mais évidemment, entre Aelene aussi glaciale que la mort et Calym qui la déshabillait du regard sans se poser de question... n'importe quelle humaine sensée devait préférer la fuite ! D'autant qu'elle ne savait pas non plus où elle était, apparemment. Inquiétant, tout cela. Combien étaient-ils à errer ainsi dans cette forêt ?

" Ne vous inquiétez pas, damoiselle, nous allons trouver une auberge où nous renseigner... "


Et PAN !

Les Triplés se relevèrent assez rapidement en constatant que l'inconnue n'était pas effrayée par les déflagrations magiques. Bon... magicienne ? Si Aelene s'en méfia instantanément, Arcam en conclut qu'elle devait mieux connaitre le monde où ils se trouvaient qu'eux. Après tout, qui avait jamais vu une forêt aussi bien arrangée ? Elle, elle ne semblait pas s'en étonner.


" C'est une caméra cachée, c'est ça ? "

Calym et Aelene échangèrent un regard dubitatif tandis qu'Arcam demandait :

" Qu'est-ce qui est caché ? Néera ? "

Par les Cinq ! Il ne comprenait vraiment pas ce qu'elle disait ! Lorsque l'on entendit une nouvelle déflagration, les Triplés restèrent cette fois stoïque, ne voulant pas se ridiculiser. Arcam en profita pour contourner rapidement la fille et lui barrer la route. Gentiment, mais fermement. Si elle savait ce qu'ils entendaient, elle avait un avantage sur eux, avantage à ne pas laisser filer.

" Ne partez pas, on a besoin de vous je crois. "

Aelene lui jeta un regard noir : non mais et puis quoi encore ? Ils n'avaient besoin de personne !

" On ne va pas vous faire de mal, ajouta le jeune homme en ignorant sa soeur ostensiblement, mais il faut qu'on retrouve notre... chemin et j'ai l'impression que vous savez mieux que nous ce qui se passe ici. Et... "

Il s'interrompit en sentant le brûlé. Quelque chose était en feu pas très loin.

" C'est normal, ça ? "

Prestement, Calym grimpa à un arbre avec une agilité surhumaine. Lorsqu'il redescendit un instant plus tard, ce fut avec une inquiétude mal dissimulée sous son apparente décontraction :

" Un incendie, droit sur nous. Et il y a deux personnes qui arrivent, aussi. "

Il indique la direction opposée, peu désireux de cherher les ennuis alors qu'il s'estimait déjà en mauvaise posture.

" On file, " décida Aelene sans leur laisser le choix.

" Venez avec nous, c'est plus prudent, " continua Arcam en prenant le bras de l'inconnue.

Sa soeur soupira : tout son frère, ça, de se préoccuper de détails quand ils devaient sauver leurs vies ! Ce fut alors qu'ils se retournèrent pour voir entre les arbres les personnages qui approchaient. Une femme, qui n'avait pas grand chose à envier à Calym question nudité et un... homme, ou quelque chose dans ce goût là.

Les Triplés s'arrêtèrent et firent face, armes à la main. On ne tourne pas le dos à des magiciens, cela ne sert à rien. On n'ignore pas une aussi belle créature, pensa en plus Calym qui ne dissimula pas le regard de convoitise qu'il lui lança. Son frère, prudent, était déjà beaucoup moins enthousiaste sur la rencontre qu'ils venaient de faire. Quant à Aelene, comme toujours, elle gardait une attitude glaciale, attendant la suite des évènements.


" Il serait dommage que nous finissions brûlés, " remarqua poliment Arcam sur le ton de la conversation. C'était souvent lui qui prenait la parole en premier, évitant les conflits si nécessaire.

Ne restait plus qu'à voir la réaction de leurs nouveaux interlocuteurs. Surtout de la femme, car c'était elle qui semblait régner en maître sur les lieux. Au demeurant, les Triplés ne paraissaient pas réellement effrayés. Sur le qui-vive, oui, comme les mercenaires habitués aux combats qu'ils étaient. Mais apeurés, sûrement pas : des psychopathes à l'ego surdimentionnés, ils en avaient déjà assez fréquentés et calym se vantait même d'en faire partie.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 9 Nov 2011 - 21:02

Trouver une auberge où se renseigner ? Bon sang, elle avait des hallucinations, là, c'était pas possible ! Elle n'avait plus qu'à aller se faire soigner ! Noreen opta pour la retraite stratégique, décidant qu'elle aurait bien le temps de consulter un psy, après avoir mis de la distance entre ces trois énergumènes et elle. Sauf que l'un des deux hommes n'avait pas l'air décidé à la laisser filer... Maîtrisant sa peur comme elle pouvait, la jeune femme essaya de ne pas paniquer. Pas tout de suite.

Ils avaient besoin d'elle ? Ah non, ça, c'était hors de question ! Et puis, elle était perdue aussi, elle ne voyait pas en quoi leur être utile ! Elle ne comptait pas non plus partir à la recherche d'une taverne ou d'elle ne savait quoi ! Quant à la promesse de ne pas lui faire de mal... il avait peut-être l'air sincère, mais il suffisait de voir l'expression des deux autres pour comprendre que la situation risquait de mal tourner d'un moment à l'autre ! La femme faisait froid dans le dos et l'autre paraissait prêt à lui sauter dessus !


" C'est normal, ça ? "

Ça quoi ? Noreen vaguement haussa les épaules. Elle ne sentait rien, pour sa part, ou du moins elle mit beaucoup plus de temps que les triplés pour s'apercevoir qu'en effet, il y avait une odeur de brûlé. Elle ne put que hausser les épaules à nouveau, non sans observer l'un des frères qui montait dans un arbre avec une agilité qui la mit mal à l'aise - d'autant qu'il avait abandonné la cape qui lui servait de pagne dans la foulée. Enfin, la fumée qui commençait à se faire plus présente lui apporta une source d'inquiétude encore plus immédiates.

Un incendie ? Noreen blêmit. Pour cette fois, elle était d'accord avec la femme qui venait d'ordonner leur départ précipité. L'autre homme venait de la prendre par le bras pour l’entraîner avec lui et Noreen préféra se laisser faire : d'abord éviter le feu, ensuite échapper à ces malades. L'amorce de la fuite fut pourtant aussitôt stoppée. En plissant les yeux à cause de la fumée qui la dérangeait - apparemment, elle était bien la seule - Noreen aperçut un homme et une femme qui approchaient.

Mais qu'est-ce que c'était encore que ce cirque ? A côté de ces deux-là, les trois autres paraissaient presque normaux. Difficile de savoir, de l'accoutrement ou de l'attitude, ce qui la mettait le plus mal à l'aise. Instinctivement, Noreen fit un pas en arrière, se plaçant prudemment derrière celui qui lui avait dit ne pas vouloir lui faire de mal. De tous ceux qui étaient présents, il était le seul qui ne la terrorisait pas complètement. Le premier qui se mit à parler, aussi, comme s'il saluait quelqu'un de parfaitement normal. Noreen eut envie de se pincer pour vérifier qu'elle ne rêvait pas. Cette femme maîtrisait le feu, non ? Il avait l'air de la suivre...

Un vrombissement assourdissant dans les airs lui confirma que ce n'était sans doute pas un simple cauchemar. Noreen leva les yeux vers le ciel, juste à temps pour voir un avion jaune et rouge. Un canadair ! S'ils restaient là... Elle ne s'était jamais penchée sur le sujet, mais n'avait pas envie de savoir ce que cela faisait de recevoir de l'eau balancée ainsi du ciel, avec assez de puissance pour éteindre un incendie. Dans un élan pour prévenir le seul qui lui avait fait un tant soit peu bonne impression, elle agrippa le bras du jeune homme derrière lequel elle s'était cachée et pointa le doigt vers le ciel :

" Canadair ! Courez ! "

Puis elle fit volte face et s'éloigna de l'incendie à toute jambe. Les pompiers ne devaient pas être très loin du drame car, un instant plus tard, l'avion revenait après avoir fait le plein et déversait son eau sur la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Jeu 10 Nov 2011 - 19:50


Cette promenade n'avait jamais été si agréable depuis que son élément préféré, le feu, se déchainait dans les quatre directions, suivant docilement sa maîtresse et incinérait tout ce qu'il pouvait trouver dans les trois autres. La présence d'individus sur son chemin ne l’inquiétait pas. Le fait qu'ils ne s'enfuit pas devant un rideau de feu guidé par l'une des plus terribles puissances infernales piquait presque sa curiosité, mais elle avait l'habitude de ces humains prétentieux qui disposait de pouvoirs et qui devenaient assez fous pour croire qu'ils avaient une chance contre elle. Par contre, les deux d'entre eux qui étaient à son goût éveillèrent son intérêt. Les autres devront la renseigner pour avoir la vie sauve. Quelle clémence de sa part ! Heureusement qu'elle les avait vu faire mine de partir, cela les innocentait quant au mystère de sa venue ici.

Asigolith arriva enfin à leur hauteur pour entendre l'un d'eux dire
: " Il serait dommage que nous finissions brûlés. "
L'incube de l'escorte fut choqué qu'on puisse s'adresser à sa reine sans aucun protocole et sur ce ton. Il s'apprêtait à aboyer sur ce chien de mortel qu'il ferait mieux d’être plus référentiel à l'avenir (dans l'au delà, car il fit mine de vouloir frapper l'imbécile de sa hallebarde.) Cependant, sa maîtresse leva une main qui eut le pouvoir d'annuler toutes les intentions de son serviteur.
Elle répondit alors sur un ton très évocateur, abaissant son visage à la hauteur de l'autre de façon à ce que leurs lèvres se frôlent par accident.

- Nous sommes bien d'accord, adorable petit mortel.

Tout en plaçant une caresse par un hasard calculée, elle se redressa et engloba le groupe du regard. Elle remarqua qu'un regard était plus intense que les autres de la part du deuxième mâle. Son charme surnaturel n'aurait sans doute pas grand chose à faire.

- Mais vous ne craignez rien pour l'instant, leur dit-elle d'un air mielleux.
Pendant ce temps, le feu faisait prudemment le tour de la petite troupe. Vous pourriez même trouver de formidables avantages à me révéler ce que vous savez de cet endroit et...

Sa phrase mourut à ses lèvres délicieuses. Une humaine bizarre cria un mot incompréhensible "canne à d'air ?". Une incantation ? Pauvre sotte ! Le vent ne suffirait pas pour ce feu. Il faudrait une quantité d'eau extraordinaire versée en un instant pour ne serait ce que ralentir sa progression ! Et c'est exactement ce qu'il advint quelques instant plus tard dans le fracas d'une explosion. Derrière eux, tout était trempé, noyé, inondé. Plus aucun d'entre eux ne pouvait prétendre être sec. A défaut d'avoir été assommé par le liquide, la projection d'eau les avait atteint de plein fouet avec la verticalité et la douceur d'un mur aquatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 11 Nov 2011 - 15:30

Arcam se douta qu'il avait peut-être fait une gaffe en prenant ainsi la parole. A voir l'attitude de cette femme, elle se prenait pour Isten elle-même, la déesse de la luxure drow. Sauf que, non, décidément, cette créature-ci différaient trop de ce qu'ils connaissaient pour croire à une réincarnation. De son côté, Calym s'accorda un petit sourire appréciateur lorsqu'il vit la façon dont l'incube fut contrait de ravaler ses propos qu'il devina désagréable. Ses muscles se tendirent alors qu'il s'apprêtait à parer le coup, mais il n'eut même pas besoin de bouger. Tant mieux, tuer le serviteur de cette femme aurait risqué de contrarier celle-ci. Pas tant qu'il ait craint de lui déplaire, mais il préférait s'amuser un peu avant. Et oui, il ne doutait pas de prendre le dessus en cas de combat. Il fallait dire que sa stature liée à sa part de sang drow et ses années d'entrainement lui donnaient ses chances. Après... il était certes orgueilleux et peut-être irréaliste, ce ne serait pas la première fois qu'il se surestimait légèrement.

Aelene, quant à elle, se contentait d'attendre, peu sensible au charme déployé par celle qui lui rappelait désagréablement son enfance. Il n'y eut finalement qu'Arcam qui prit la peine de faire un temps soit peu attention à la petite humaine et resta complaisamment devant elle pour la protéger.

Il ne bougea pas lorsque la femme s'approcha de lui, se contentant de hausser un sourcils. Sa soeur dissimula mal une moue où cohabitaient mépris et ennui. D'où sortait cette créature ? Elle avait l'impression de voir son andouille de frère faire son numéro. D'ailleurs, Calym paraissait sous le charme. Enfin, elle ne s'inquiétait pas trop pour lui, il était loin d'être naïf et du genre à tomber dans les filets de la première venue, fut-elle sublime à se damner comme celle-ci. Arcam se maîtrisait pour rester de marbre, les dieux seuls savaient ce qui lui passaient par la tête. Aelene espérait juste que son séjour prolongé loin du Puy ne lui avait pas fait oublier les risques que l'on prenait lorsqu'on cessait de réfléchir avec sa tête.

Ce qui était certain, c'était que cette femme présentait plus de danger que l'humaine terrifiée. Mais à ses mots, les Triplés comprirent aussi qu'elle était aussi perdue qu'eux. Intéressant. Elle pouvait bien brûler tout ce qu'elle voulait et les prendre de haut, elle se trouvait exactement au même niveau.


" Des av... ? "

Calym n'eut pas le temps de finir sa phrase lui non plus, que l'humaine se mit à hurler et partit en courant, malgré le mur de flammes qui menaçait de les encercler. Khan adhère ? Qui était ce Khan ? Et VLOUF, avant même d'voir pu faire un geste, il prit conscience que cette petite humaine insignifiante était en réalité elle aussi une magicienne et qu'elle venait de le leur prouver.

" Deux magiciennes pour le prix d'une, grommela Calym qui n'appréciait pas d'être prit pour un imbécile et détestait la magie contre laquelle il ne pouvait rien. Bienvenue parmi nous, ma Dame, " poursuivit-il comme si de rien était à l'adresse de celle qui venait de voir son incendie réduit à néant.

" Eh, faut qu'on parle, " reprit Arcam en se dirigeant vers l'humaine pour l'empêcher de fuir, alors que sa soeur, qui ne perdait pas le nord, gardait son arme en main en fixant les derniers arrivants comme si rien d'autre ne comptait, et surtout pas ses vêtements trempés. Apparemment, il en faudrait plus pour la déstabiliser.

Arcam n'ayant aucune envie de finir au milieu d'une bataille de magiciennes, décida encore une fois de prendre la parole, ce qui déplairait sûrement à tout le monde, mais il n'en avait cure. Il leva les mains en signe d'apaisement, remettant son épée sûrement inutile dans son fourreau trempé.

" Je vous en prie, mesdames, cessez un instant les hostilités. Nous aurions davantage intérêt à nous entraider, n'est-ce pas ? On nous appelle les Triplés, mercenaires. "

A voir la tête d'Aelene, cette dernière avait plutôt envie de tous les planter là pour aller voir ailleurs. Calym ne demandait pas mieux qu'une étroite collaboration avec qui voudrait. Quant à lui... il avait l'impression d'être revenu au Puy, impression qu'il n'appréciait pas plus que sa soeur. Mais des présentations arrangeraient peut-être un peu la situation... Il lança un coup d'oeil engageant à l'humaine, espérant qu'elle ne répondrait pas en les noyant à nouveau sous un flot d'eau.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 11 Nov 2011 - 21:09

Peut-être les phrases de cette femme venue d'ailleurs l'auraient-elle fait paniquer, mais la présence du canadair ramena Noreen sur terre. Elle verrait plus tard pour réfléchir à révéler elle ne savait quoi. Sa petite course n'eut pourtant pas beaucoup d'effet, car elle se retrouva trempée comme les autres, dégoulinante d'eau et, pour sa part, légèrement sonnée. Toussant à cause du mélange fumée-douche improvisée, elle jeta un coup d'oeil hébété à ceux qui l'accompagnaient.

Noreen mit un moment à comprendre l'allusion. Ils pensaient réellement que c'était elle qui avait fait tomber toute cette eau ? Ouvrant la bouche pour les détromper, elle la referma aussitôt. Euh... peut-être qu'en fait ce n'était pas plus mal d'éviter d'avouer que le seul atout qu'elle possédait n'existait pas. Cela semblait avoir fait son petit effet, au moins sur les Triplés. Elle n'avait plus qu'à croiser les doigts pour que l'autre magicienne - la vraie - ne prenne pas mal ce petit tour qui n'en était pas un.


" Ça nous évitera d'être repérés, " fit-elle remarquer d'une petite voix.

Après tout, elle ne disait ni que c'était elle, ni que ça ne l'était pas. L'un des triplés se présenta, ou du moins il nomma sa fratrie, ce qui ne l'avançait pas à grand chose. Il suffisait de les voir pour se douter qu'ils étaient frères et soeur.


" Noreen, " murmura-t-elle finalement.

Se rappelant que l'autre femme s'était montrée menaçante et avait exigé recevoir rapidement des informations, elle décida de tenter une nouvelle fois de se débarrasser d'eux, même si sa voix n'était pas bien assurée.


" Vous ne devriez pas rester là, vous tous, les gens vont rappliquer pour vérifier que tout est bien éteint. "

Elle pensait surtout aux pompiers, mais s'ils savaient ce que c'était, ils risquaient de se dire que finalement, elle n'était pas à l'origine de l'eau. Pour le moment, elle préférait les laisser dans le doute sans rien confirmer. En tout cas, ils feraient mieux d'écouter son conseil. S'ils se faisaient embarquer comme pyromanes... Elle, elle savait où elle était - enfin, au moins, elle en reconnaissait les références comme les canadairs - mais eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Lun 14 Nov 2011 - 17:44

Telle l'eau boueuse qui tourbillonnait dans les flaques, les divers sentiments d'Asigolith tournaient dans sa tête. Respect, haine, peur envers cette fragile enveloppe de chair qui déployait sans aucun doute une puissance admirable mais ô combien odieuse. Pour rajouter au chaos, elle éprouvait de la colère pour chacun de ces sentiments qui auraient du n'être rien d'autre que du dédain royal. Elle était plus forte car rien n'était plus forte qu'elle, c'était certain. Elle, en tout cas, en était certaine. Chez elle, oui, mais ici ? Elle sentait cette nuance de doute s'insinuer en elle, comme cette goutte d'eau glacée qui parcourait paresseusement son échine.

Pendant se temps, les présentations se faisaient dans la plus artificielle des spontanéités. Un des triplés, avait proposé de s’entraider. Elle accueillit la proposition en riant de bonne foi. Son incube lui jeta un coup d’œil insolent qui aurait mérité une sévère punition dans tout les autres cas. L'attitude à avoir venait de lui réapparaitre. Devant ses serviteurs, elle se devait d'être royale. Devant des étrangers, impériale, et en terrain hostile bien plus.
Elle se redressa de toute sa hauteur, les cornes fièrement levées et claironna:


- S'entraider ? Quelle idée ridiculement humaine ! Comme si j'avais besoin d'un troupeau pour m'empêcher un loup garou de m'approcher. Je suis la Reine des Enfers Asigolith et mes ennemis ont souvent besoin de s'entraider...


Elle prononça le dernier mot dans un sifflement de mépris, comme si on lui proposait de gouter à un fruit pourri. " Ça nous évitera d'être repérés ", avait dit l'autre. Mais pourquoi craignait-elle d'être repérée ? Ce mystère lui rongeait la cervelle. Elle coupa court à sa réflexion. Dans le doute, elle préférait combler désavantage numérique. Elle se sentait toujours plus à l'aise entourée de serviteurs loyaux. Endurants aussi, mais ce n'était pas le moment. Elle trouva facilement une ombre offerte par un vestige de châtaigner calciné. Un rond d'ombre se mit à foncer avant se détacher de celle de l'arbre pour se placer au coté d'Asigolith. Comme un lapin sortant du chapeau, une espèce de diablotin noir comme la suie en sortit en sautant. La chose resta en place une seconde le temps de dévoiler une double rangée de dents pointues puis il se mit à sauter partout, parfois au sol, parfois dans son trou. Il semblait se déplacer aussi bien à la surface que dans son trou et curieux de toutes choses, mordillant ci et ça. L'un d'eux mordit la jambe de l'incube qui riposta en écrasant du pied ce vermisseau d'ombre. En vain, la bestiole s'était réfugié dans son trou. Une vingtaine de ces trublions surgirent de l'ombre pour fouiner un peu partout autour de leur maîtresse en poussant de petits cris aigus.


" Vous ne devriez pas rester là, vous tous, les gens vont rappliquer pour vérifier que tout est bien éteint. "

Toute confiance en elle rétablie, la peur fit place à la méfiance. Qui était donc ces gens qui comptaient lui interdire quoi que ce soit ? Elle voulait au contraire les voir. La démonstration de la Canne à d'Air lui inspirait la prudence toutefois. Attendre et aviser. Elle ne répondit rien. Elle regarda pour la première fois la sœur des triplés qui n'avait rien dit depuis son arrivée. Les frères avaient l'air faibles, qu'en était-il d'elle ? Avait-elle des surprises comme l'autre ? Il suffirait peut-être qu'elle lance ses deadras d'ombre... Une autre idée lui vint.


- Mercenaires, hein ? Je suis sure que je peux m'offrir vos services, dit-elle avec un regard brillant et sourire inquiétant.


Cette fois, elle s'adressait aux autres membres de la fratrie. Elle se méfiait du "gentil". Il serait capable d'avoir des "principes" qui bloqueraient son plan génial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Lun 14 Nov 2011 - 20:27

Eviter d'être repérés ? Les Triplés n'apprécièrent pas davantage la remarque que la nouvelle arrivante. Repérés par qui ? Par quoi ? Des gens ? Quel genre de gens ? Cette forêt si bien rangée appartenait-elle à des elfes ? Après tout, qui pouvait dire ce que recelait Anaëh ? A l'idée de se trouver à l'intérieur des bois mythiques, la fratrie se resserra inconsciemment. Ce n'était jamais bon pour des demi-drows d'avoir affaire à ce peuple. Arcam parut tout de même garder sa bonne volonté en voyant que la dénommée Noreen se présentait à son tour.

" Enchanté, damoiselle Noreen. "

Le pire, c'était que malgré les circonstances, il était sincère. En revanche, la réaction de l'autre femme lui fit croiser les bras, peu coopératif. Non mais pour qui se prenait-elle, celle-là ? Il voulait bien faire des efforts, mais il ne fallait rien exagérer ! Il n'avait même pas besoin de jeter un coup d'oeil à son frère pour savoir que ce dernier devait avoir gardé son petit sourire suffisant qui faisait le pendant avec l'impassibilité glaciale de sa soeur. Mais en réalité, Calym n'était plus du tout amusé : cette magicienne venait de l'insulter !

" Humains ? "

Il avait craché le mot avec mépris et ricana. D'où venait-elle pour ne pas s'apercevoir qu'ils avaient du sang drow ?

" Nous ne sommes les ennemis de personne, pour le moment, " se hâta de couper Arcam, conciliant, en sachant pertinemment que son frère allait tôt ou tard lancer un mot de trop qui déclencherait probablement un massacre en règle.

Hum. Quelle attitude adoptait-on face à une reine ? Il n'en avait encore jamais rencontré. Bien-sûr, avec le statut de leur père, les Triplés avaient navigué dans les hautes sphères, mais pas au point de rencontrer leur roi, juste de hauts personnages. Il se servi donc de ses souvenirs de protocole pour tenter une approche qui appaiserait, il l'espérait, les tensions. Il s'inclina légèrement, avec respect, mais sans flagornerie. Ce qu'il lui restait de son éducation de noble drow, en somme.


" C'est un honneur de vous rencontrer, reine... dèsenfer. "

L'hésitation manifeste sur le dernier mot laissait assez comprendre que la notion d'enfers lui étaient inconnue. Le petit numéro qui suivit tira à peine un froncement de sourcils aux Triplés. Étonnés et impressionnés, ils l'étaient, sans aucun doute, mais ils étaient aussi habitués à cacher parfaitement ce genre de sentiment pour ne pas paraître pris en défaut.

Ce fut Aelene qui prit la parole lorsqu'Asigolith proposa de les engager.


" Sans doute, convint-elle d'une voix posée. En quoi pourrions-nous vous être utiles, votre altesse ? "

Difficile de prononcer une marque de respect avec autant de neutralité. La jeune femme donnait vraiment l'impression de dire "j'ai rempli ma part de contrat en vous donnant de l'altesse alors ne cherchez pas les ennuis, j'ai autre chose à faire que me préoccuper de ce genre de détail". Avoir affaire à une reine semblait lui passer au-dessus de la tête. Ce qui lui déplaisait en revanche énormément, c'était la démonstration de magie.

Mais Aelene avait toujours été celle qui gérait les contrats après qu'Arcam ait amadoué les clients. Exactement ce qu'il venait de faire, au demeurant. De toute manière, étant donné les circonstances, la jeune femme doutait que ce soit vraiment le moment d'accepter un contrat. Cette reine n'était pas plus qu'eux dans son élément et ses petits familiers lui tapait sur les nerfs. Et puis, elle venait de dire qu'elle n'avait pas besoin qu'on la protège, alors à quoi pensait-elle ?

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mar 15 Nov 2011 - 20:27

L'amabilité du jeune homme ne rassura pas franchement Noreen et elle garda ses distances prudemment. Quant à la réponse de la femme... Reine des enfers ? L'humaine ouvrit de grands yeux. Si elle n'avait pas été aussi effrayée, elle se serait mise à rire en louant l'originalité. Sauf que... cette Asigolith disait vrai, apparemment. Enfin... Noreen ayant toujours eu du mal à croire au ciel et à l'enfer, L'idée avait quand même des difficultés à lui paraitre réaliste. Asigolith ne faisait pas référence aux Enfers évoqués par sa religion en tout cas... Elle n'avait jamais entendu parler d'une femme à cornes. D'ailleurs était-ce des vraies cornes ? Question futile en cet instant, mais qui traversa tout de même l'esprit de Noreen.

En tout cas, ce dont elle était sûre, c'était qu'elle ne voulait être l'ennemie de personne et elle recula encore un peu. Elle allait forcément se réveiller d'un moment à l'autre, n'est-ce pas ? Elle se dirait alors "ouf ! Ce n'était qu'un rêve !" Et puis elle écrirait un livre sur le sujet, ou elle irait le jouer sur un forum RP pour passer le temps et évacuer ce qui n'allait pas tarder à se transformer en traumatisme.

L'apparition des petites créatures noires ne fit qu'accentuer encore sa peur, ce qui ne l'empêcha pas de lancer la première phrase qui lui passa par la tête : qu'ils partent tous, et vite ! Loin d'elle, si possible ! Pour sa part, elle croisait les doigts pour être retrouvée par des pompiers au plus vite ! Elle se mit donc en devoir de se faire oublier durant l'échange qui suivit, recula petit à petit discrètement. Encore une fois, elle craignait que prendre ses jambes à son cou ne lui attire des ennuis.

Au final, elle ignorait ce qui l'effrayait le plus : la reine et son serviteur, entourés de démons gesticulants, ou les Triplés, vaguement humains mais sans l'être tout à fait ce qui leur donnait une apparence inquiétante. Les premiers avaient le mérite de paraître tellement improbables qu'elle se demandait si elle devait y croire et, pour un peu, elle en aurait presque eu moins peur que des trois autres. Difficile de se décider quand elle se disait que sur un signe d'Asigolith elle pourrait finir dévorée toute crue par les petits monstres. Un cauchemar. Elle faisait forcément un cauchemar affreux.

Un autre canadair passa, un peu plus loin, sans qu'ils ne soient affectés par l'eau ou les flammes. La forêt brûlait peut-être encore ailleurs, mais plus par ici. La jeune femme tendit l'oreille en espérant percevoir une sirène de pompier ou n'importe quoi indiquant que la civilisation - la vraie - se rapprochait. c'était bien la seule chose qui l'empêchait de paniquer : se dire que, elle, au moins, elle était bien dans son monde. Il ne pouvait en être autrement, ou alors, elle était perdue, dans tous les sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mar 15 Nov 2011 - 21:40

Satisfaction ! Ho oui, la journée allait de mieux en mieux et ne pas savoir où elle se trouvait n'avait plus beaucoup d'importance. Bientôt, elle en avait la certitude, tout s'arrangerait. Autour d'elle régnait un franc pandémonium provoqué par l’apparition des diablotins. Comme le feu, ils n’étaient pas vraiment vivants mais était plutôt intelligemment animé. Cela ne les empêchait aucunement de semer une pagaille monstre, inversement proportionnelle à leur taille. Tout ce qui était nouveau était mordu, piquer, tiré, déchiré, plié, escaladé... Ailleurs, tel un animal traqué, le feu se débattait fièrement en engloutissant des hectares de verdures à toute vitesse.
Les triplés venaient d'accepter de travailler pour elle ou c'était tout comme et il ne restait plus qu'un élément ou deux pour jouer les troubles fêtes.

Elle fit signe à son garde du corps d'approcher. Celui-ci obtempéra immédiatement, sans toutefois quitter le groupe des yeux. Asigolith lui murmura quelques mots à l'oreille, semblant la lécher par moment. Une minute ! L'avait elle mordillé ? Celui-ci acquiesça gravement comme si de rien n'était.
Une détermination infernale se lisait à présent dans les yeux de la démone. Comme c'était bon d'avoir le contrôle ! Comme elle aimait la domination qu'elle exerçait sur toute chose ! La voix empreinte de bienveillance comme si elle leur faisait une grâce inespérée, elle répondit à la sœur des demi-drow:


- Pour l'instant, vous n'avez qu'à assurer... la protection de ma personne. D'un geste on ne peut plus provoquant, elle se désigna en prenant soin de mettre en avant ses prodigieux atouts. Et suivre quelques autres directives en temps voulu.


Elle jeta un coup d’œil aux mâles de l'assemblée constater les effets de son numéro. Elle n'aurait qu'à le transformer en œillade équivoque si on le lui rendait. Elle avait pleinement conscience des activations hormonales qui se produisaient quand elle pressait légèrement sa poitrine ainsi. Les perles d'eau qui constellaient son corps sombre ne devraient qu'en amplifier les effets.


-En avant, ajouta t-elle sans laisser à quiconque le temps de répondre.


Avant de se mettre en route elle même, elle se fit précéder de sa cohorte bondissante qui en profita pour tâter aux choses qu'ils n'avaient pas eu le loisir de saboter. Notamment deux spécimens particulièrement cabotins se disputèrent le bas du jean de Noreen qu'ils finirent par réduire en lambeaux. Cette action fut saluée par de nombreux petits cris perçants et un sourire de la part de leur maîtresse. L'incube s'occuperait de l'arrière garde. Son champion le plus expérimenté surveillerait ses arrières tant qu'elle ne sera pas sure de la loyauté de ses mercenaires. Il avait également une seconde mission. Celle confiée par Asigolith, sa damée Reine:
"Tue la magicienne si tu en as l'occasion."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 18 Nov 2011 - 20:07

Aelene ne bougea pas d'un cheveu, impassible devant la réponse qui se voulait alléchante. Un soupçon de mépris dansa un instant dans son regard. Arcam fronça les sourcils mais ne dit rien et Calym ne se gêna pas pour se rincer l'oeil puisqu'on lui en offrait si obligeamment l'occasion. En revanche, il espérait qu'on n'allait pas lui demander de s'en contenter, parce que c'était hors de question. Inutle d'être devin ou expert en relations humaines pour se douter qu'Asigolith faisait son effet.

Ce ne fut pas pour autant qu'il se mit à avancer aveuglément et la voix de sa soeur sembla confirmer que les Triplés n'iraient pas se jeter tête la première dans les ennuis sans réfléchir - enfin, des ennuis dans ce genre là, Calym en voulait bien des tonnes si tant était que ça ne se limitait pas à une jolie vue.


" Un instant, votre majesté. "

Qu'est-ce que ce cette soit-disant reine s'imaginait ? Qu'il suffisait d'ordonner pour être obéie ? Arcam préféra se changer les idées en aidant une Noreen terrorisée à se débarrasser des petits démons étant donné que son frère et sa soeur l'ignoraient royalement. Aelene ne tarda pas à reprendre la parole, toujours aussi impassible, à croire que la situation lui paraissait banale. Cependant, Calym eut un petit sourire moqueur en se doutant qu'elle ne faisait que jouer la comédie. Comme toujours. Il ne se souvenait pas l'avoir vue naturelle.

" Nous n'avons pas pour habitude de discuter des termes du contrat au fil du temps. "

Et qu'on ne lui réponde pas dédaigneusement qu'il était temps de changer leurs habitudes. Surtout que, comme Asigolith l'avait fait remarquer elle-même, elle ne semblait pas avoir besoin de nounou pour échapper aux sangliers. La protéger ? Mais bien-sûr ! Comme s'ils allaient s'occuper de sa vie à elle alors qu'avec l'espèce de garde du corps qui la suivait déjà ils devaient se méfier de ne pas se faire poignarder dans le dos ! Il était temps de leur fausser compagnie. Sauf que Calym ne voudrait certainement pas en rester là et le temps où elle pouvait faire autorité avec la voix d'Arcam était révolu. Malheureusement - pour lui et pour eux - elle craignait que son frère ne soit plus capable de n'écouter que lui-même.

" Nous devons déterminer la durée du contrat, le mode de paiement et les autres directives. "

Au moins, Aelene était claire. Elle n'était pas agressive pour un sou, mais sûrement pas disposée à suivre bêtement cette prétendue employeuse jusqu'à Esenfer. Elle énonçait des évidences, voilà tout. Arcam était très certainement contre ce contrat, elle s'en doutait. Restait Calym qui aurait accepté n'importe quoi pour sauter sur celle qu'il voyait comme une proie de plus. N'importe quoi, ou presque...

" je suis sûr que nous allons pouvoir trouver un terrain d'entente, " répartit d'ailleurs ce dernier, avec un sourire enjôleur.

Il n'avait pas bougé non plus. De toute manière, Arcam s'occupait d'éloigner les sales bêtes de Noreen, refusant obstinément de s'occuper de la reine.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Sam 19 Nov 2011 - 19:19

Autant dire que les diablotins se ruant sur le bas de son jean firent perdre toute contenance à la pauvre Noreen qui se mit à gesticuler, complètement terrorisée, malgré l'intervention de l'un des Triplés. Elle était tellement effrayée qu'elle ne songea même pas à hurler, se contentant de sanglots à la limite de l'hystérie. Ils allaient la dévorer vivante, ne pas se contenter de son pantalon, elle commençait à en être convaincue en sentant griffes et dents entrer en action !

Puis cela cessa. Ses coups de pieds désordonnés et l'épée du jeune homme semblèrent avoir fait leur petit effet, à moins que les diablotins ne se soient simplement lassés. Si elle avait voulu garder un moment l'image de la potentielle magicienne, Noreen était à présent tremblante et bien peu impressionnante. Essuyant d'un geste mal assuré ses larmes, elle resta proche du triplé, comme s'il était sa seule échappatoire.


" Merci... " bredouilla-t-elle sans même savoir si ses syllabes trébuchantes étaient compréhensibles.

Elle s'aperçut que les autres parlaient et que la tension était palpable. La soeur du jeune homme semblait s'opposer plus ou moins ouvertement à l'autre psychopathe sortie tout droit d'un film à gros budget. A quel propos ? Noreen l'ignorait, elle n'avait pas écouté l'échange.

L'autre frère prit la parole, annonçant qu'il était prêt à trouver un terrain d'entente avec la reine. Si seulement ces deux-là pouvaient s'occuper mutuellement et la laisser en paix ! Pourquoi diable - enfin, le terme était peut-être mal choisi en ces circonstances - les pompiers ou n'importe qui de civilisé n'arrivaient-ils pas ? Elle pria encore une fois pour se réveiller, soulagée, dans son lit. Tout valait mieux que ce qu'elle était en train de vivre. Voir cette magie à l'oeuvre avait de quoi faire chavirer les esprits les plus sains. Elle n'osait pas imaginer ce qui se serait passé dans quelques heures, coincée entre des mercenaires et une pyromane. Si elle ne finissait pas découpée en rondelles, dévorée toute crue ou carbonisée, elle aurait bien de la chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Lun 21 Nov 2011 - 10:20


" Un instant, votre majesté. "


A contre cœur, Asigolith s'arrêta et soupira d'impatience. Les considérations des mortels étaient pour elle des plus ennuyeuses. Elle consentit à l'écouter mais, pleine de mauvaise volonté, refusa de lui faire face ou de lui répondre avant que son interlocutrice n'est dit tout ce qu'elle avait à dire. Elle n'allait certes pas s'abaisser à marchander comme une poissonnière et elle n'en avait pas besoin.

Dans le même temps, elle perçut le son de nouvelles très intéressantes: les sanglots de la prénommée Noreen, la présumée redouble mage. Elle n'avait plus rien d’impressionnant à pleurnicher de la sorte. D'ailleurs, elle ne l'aurait jamais été sans son coup d'éclat de tout à l'heure. Elle posa un doigt sur ses lèvres ainsi qu'elle faisait quand elle réfléchissait. Pendant ce temps, la mercenaire déballait ces revendications insipides.
En effet, peut-être tout cela ne valait-il pas la peine. Cette comédie grotesque n'avait peut-être aucun sens. Et peut-être pouvait elle changer de plan et tuer tout le monde sur l'instant...


- Il est temps de tirer certaines choses au clair, effectivement, déclara t-elle en froide calculatrice. Je ne pensais pas qu'il serait utile de discuter de cela immédiatement, mais puisque vous semblez y tenir...

Elle fit volte-face. Son garde du corps vint se placer près d'elle.

- Je pensais que les mercenaires ne vivaient que pour l'or. Or, si je vous paye suffisamment, pourquoi me quitteriez vous ? dit-elle d'un ton trainant qui se voulait séduisant. Puisque vos...talents sont à vendre, je ne vois pas comment il me serait impossible de les acheter. Désireriez vous de l'or que je vous offrirai ce que vous pouvez porter en lingots. Mais vous devez en avoir assez de cet équipement de brocanteur, n'est ce pas ? Vous ne refuseriez pas ce genre de chose, je parie. Aleras ?


C'était l'incube qui venait de faire un pas en avant, son immense hallebarde à la main. Elle était plutôt encombrante et n'aurait été sa musculature et son gabarit, elle aurait été inutile en combat rapprochée. Il appuya sur une gemme rouge du plat de la lame et écrasa l'arme en entier entre ses main jusqu'à obtenir une orbe de la taille d'une orange. Lorsque qu'il relâcha l'orbe, dans sa main se trouvait une épée bâtarde monstrueuse avec la même gemme couleur sang sur la garde. Il recommença plusieurs fois jusqu'à obtenir ce qui aurait été un cimeterre si la lame recourbée n'avait pas fait un mètre et demi. Il sembla tout aussi satisfait que sa maitresse qui poursuivit donc:

- C'est peut-être le pouvoir qui vous intéresse ? ou alors plus durable, des terres ? des serviteurs ? Quoi d'autres ? Que voulez vous pour tuer sur mon ordre ?


Elle songea que ce discours lui était par trop familier. Combien d'âmes l'avaient entendu sous une forme ou une autre ? Et combien à présent se trouvaient dans le quatrième cercle avec les avares et les envieux ? Elle se souvenait volontiers de ces damnés qui les exhortaient à leur donner un peu plus d'or, encore un peu plus, juste un peu plus... Même quand c'était eux qui se changeaient petit à petit en or, ils étaient ravis de se faire fondre dans les forges immenses de l'enfer. La douleur était la même que s'ils étaient fait de chair, mais ils étaient plus riches et ça leur suffisaient. La plupart perdent l'esprit à ce stade, mais ceux qui résistaient se voyait à nouveau attribué un corps de chair pour recommencer le processus. Au fur et à mesure, ce genre de tourmentés se démenaient pour qu'un fragment de leur esprit survive. Une quantité astronomique d'or "vivant" était généré de cette façon. De quoi attirer encore plus d'âmes...

Elle soupira de plaisir en revenant au présent. Elle posa une main sur sa hanche très prés de son royal fessier dans une forme d'impatience débauchée. Elle était consciente qu'ils n'exigeraient pas de payement en nature de sa part mais sa nature faisait qu'elle ne pouvait s’empêcher d'envier cette facilité de payement. Même celui qui était presque nu semblait pouvoir se tenir la bride relativement haute pour garder la tête froide. Elle n'avait aucune inquiétude. Tout mortel finit par tomber dans le piège du péché et elle les avait tous.


- Au fait, que fait cette... Hum... Elle avec vous ?, demanda t-elle impérieusement, faute de mieux pour décrire Noreen qui lui inspirait un dégout difficile à dissimuler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 23 Nov 2011 - 16:00

" Il est temps de tirer certaines choses au clair, effectivement. Je ne pensais pas qu'il serait utile de discuter de cela immédiatement, mais puisque vous semblez y tenir... "

Aelene se tendit entièrement, se demandant si la reine avait décidé de se débarrasser d'eux, les trouvant trop rétifs. Elle n'aimait pas du tout cette Asigolith et n'était pas prête à lui accorder la moindre once de confiance. D'ailleurs, si elle avait l'occasion de la tuer sans faire de vagues, elle n'hésiterait pas une seule seconde. Même chose pour son garde du corps, d'ailleurs. Qu'il soit formidablement bâti ne changeait au fait qu'elle le jugeait mieux mort que vivant. Pour le coup, elle gardait les idées claires et pas franchement empruntes de bonté.

De l'or ? Evidemment que cela les intéressait. Il suffisait de voir briller les yeux de Calym pour le comprendre, même si sa soeur soupçonnât qu'il était prêt à accepter en prime quelques avantages en nature. Arcam paraissait plus intéressé par le bien-être de la dénommée Noreen, mais sans doute n'aurait-il rien contre un peu d'or lui aussi. Aelene voyait un peu plus loin, mais ce n'était de toute façon pas une offre qui se refusait. De l'or, elle en aurait besoin et pas seulement pour elle.

La démonstration magique n'était pas pour mettre en confiance les Triplés mais la suite les fit apparemment réfléchir sérieusement. Du pouvoir et des terres ? A quoi bon ? Dans ce monde, ils espéraient ne pas rester, dans le leur, ils doutaient que la reine ait la possibilité d'intervenir. Alors que l'or, semblait-il, mettait tout le monde d'accord. Et puis l'argent permettait d'obtenir le reste. C'était un parfait compromis. Aelene prit néanmoins le temps de réfléchir avant de s'exprimer. Son instinct lui disait de fuir. Au plus vite. Quelque chose clochait, sans qu'elle parvienne à définir quoi. Si cette femme demandait protection en échange d'or alors qu'elle avait avoué un instant plus tôt n'avoir besoin de personne - inutile d'en douter étant donné la démonstration incendiaire - alors, que gagnait-elle dans l'échange ? Ses frères la laissaient gérer ce genre de détail, elle le savait, alors c'était à elle de réfléchir.

Asigolith lui offrit d'ailleurs l'occasion de réfléchir un peu plus longtemps et aussi d'échanger quelques coups d'oeil avec Arcam pour savoir ce qu'il en pensait.


" Elle ne fait rien, si ce n'est me donner une occasion de me distraire... mais il semblerait qu'elle passe à présent au second plan, "
répondit aimablement Calym en laissant son regard glisser sur le corps de la reine.

Le naturel avec lequel il avait dit ces mots montrait assez qu'il n'avait aucun complexe. Pendant ce temps, Arcam et Aelene se faisaient quelques gestes rapides pour décider de la marche à suivre. Arcam ne cachait pas qu'il était réticent à accepter le contrat et la jeune femme n'avait aucun mal à deviner pourquoi. Le jeune homme revint pourtant à des considérations plus urgentes, du moins de son point de vue, car le sort de Noreen indifférait Aelene.

" Elle est sous ma protection, " déclara finalement Arcam en sachant pertinemment que les deux autres trouveraient cela stupide.

Mais il n'allait pas laisser cette pauvre humaine terrifiée se débrouiller toute seule, d'autant qu'il doutait de plus en plus qu'elle soit réellement à l'origine des trombes d'eau.


" Tuer pour de l'or, que demander de plus ? " demanda Calym, tout sourire.

Forcément. Entre l'un qui jouait au chevalier blanc et l'autre qui avait encore l'esprit bouillonnant d'dées tordues, Aelene décida de reprendre les choses en main. Sa voix se fit à nouveau entendre, glaciale :


" Nous demandons une avance de cinq pièces d'or chacun, payables de suite. Un lingot chacun par ennemi tué. Pas d'or des fées, évidemment. "

Elle voulait quelque chose qui leur reste de retour chez eux s'ils parvenaient à repartir. Inutile de préciser qu'elle se réservait le droit de rompre le contrat à tout moment. Mais qui ferait confiance à des mercenaires ? Asigolith se doutait bien qu'ils n'étaient pas du genre à se sacrifier inutilement. Le prix exigé était élevé, mais puisque la reine s'était vantée de pouvoir leur offrir n'importe quoi, alors autant en profiter.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asigolith

avatar

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Enfer, deuxième cercle

Feuille de personnage
Age du personnage: 6665
Type d'univers: Fantasy
Métier/fonction: Reine

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 25 Nov 2011 - 16:04


La réponse des Triplés fit augmenter dangereusement la température corporelle d'Asigolith. Pour une fois, cela n'avait rien à voir avec la luxure mais avec une formidable colère qui n’était pas si rare. Elle était certaine que ce guignol plein de bonnes intentions allait se mettre sur son chemin. Elle s'attendait aussi à ce que les tarifs soient élevés, mais comment osait-on lui demander une avance ? Des choses commençaient à reprendre feu aux alentours sous l'effet d'une chaleur surnaturelle. Le pire, pensait-elle, était cette odieuse et répugnante solidarité qui liait la fratrie. Elle était certaine que le dernier frère serait à elle sans le concours des deux autres. L'or devrait pouvoir acheter presque toutes les consciences et son corps, celles qui restaient !

INACCEPTABLE ! L'incendie revenait à la vie de secondes en secondes, les diablotins s'agitaient davantage sous le joug de la terreur et même Aleras, le garde du corps semblait mal à l'aise comme s'il prévoyait qu'il allait mourir comme tout le reste. La reine de l'Enfer s'approcha de Noreen. Les marques sur son corps rougeoyaient et ses yeux flamboyaient de mépris pour cette engeance désespérante. Elle lança également un regard de défi au stupide bienveillant. Qu'il tente donc de mettre sa "protection" à l’œuvre.

Elle arriva tout près de Noreen toute tremblotante et sanglotante, lui saisit le menton pour lui faire relever la tête et alors lui administra le baiser le plus formidable de sa vie. Un simple contact avec Asigolith procurait du plaisir, comme déguster un met particulièrement succulent mais on avait vu des hommes et des femmes devenir dépendants de ces lèvres extraordinaires. Cela devrait suffire à la revigorer. Elle lui parla alors avec douceur, lui caressant les cheveux avec délicatesse:

- Écoute moi, Noreen chérie, éteins à nouveau ce feu, s'il te plait. Nous ne voulons pas être repérés, n'est ce pas ?


Tant d'arrières pensées étaient aussi perceptibles que le feu autour d'eux, mais Asigolith ne s'en souciait guère. Noreen n'était sans doute plus en état de s'en rendre compte.

- Nom de dieu ! Qu'est ce que vous faites ici ? C'est une zone d'intervention ! Il y a des blessés ? Venez avec nous, vite !

Un peu plus loin, quatre hommes étaient apparus au prochain carrefour. Trois étaient vêtus dans un jaune noirci par les flammes et le dernier était en bleu marine avec un couvre-chef noir. Ils virent Asigolith en même temps de toute évidence car ils écarquillèrent les yeux soudainement et l'un d'eux porta une boite à sa bouche pour parler à quelqu'un de loin. Le "Tuez les" dédaigneux de la démone semblait superflu, la cohorte de daedras fonça sur eux quelques secondes avant que l'ordre ne soit donné.
Tout se passa en quelques instants. Alors que leur position allait être révélée, telle une bête sauvage, le feu bondit sur celui qui tenait la radio. Asigolith fut impressionnée par la résistance de sa combinaison qui protégea son propriétaire relativement. L'un d'eux s'enfuit à toutes jambes semant les diablotins, il eut alors l'honneur de recevoir une boule de feu d'un blanc éclatant qui lui fit un magnifique trou de trente centimètres de diamètre dans le thorax. Il ne vécut pas une seconde de plus. Le plus courageux fut celui en bleu. Il était armé et tira à plusieurs reprises sur les êtres d'ombre qui lui fonçaient dessus et finirent par le faire chuter alors qu'il tentait d'appeler au secours dans sa propre boite. "Sa langue." fit-on remarquer et sa tête disparut sous une nuée noire. Une seconde plus tard, l'homme réapparut le visage sanguinolent et meurtri de multiples morsures. Du sang coulait abondamment de sa bouche. Il fallut une seconde de plus à la horde noire pour ne laisser de lui qu'une immonde flaque rougeâtre au sol.


- Bien ! dit-elle en applaudissant joyeusement ses créatures. Étais ce les gens que nous devions craindre ? ( Elle croisa le regard de Noreen, puis d'Aelene.) Je n'ai plus tellement besoin de vous. Acceptez cette faveur: je vous offre la vie comme avance et un lingot comme récompense pour chaque tête que vous m'apportez. Vous serez payé lorsque nous serons de retour. Vous ouvrirez la voie.


Ce spectacle, l'odeur de la chair brulée et la vision de cette hémoglobine répandue un peu partout avaient fait disparaitre la colère et avaient égayé l'humeur de la reine. Son seul regret fut de n'avoir pu faire souffrir d'avantage ces reliquats humanoïdes qu'elle avait sottement craint à un moment. Toutes ces âmes perdues...


- Ha, et cette douce enfant sera sous MA protection, dorénavant. fit-elle comme si elle venait juste de s'en rappeler. Aleras !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Dim 27 Nov 2011 - 12:20

Aelene voyait bien que ses exigences déplaisaient à la reine. Seulement, il était hors de question d'attendre patiemment comme une bonne esclave pour satisfaire ses quatre volontés. Plutôt mourir. Et ce fut exactement ce qu'elle craignit lorsque l'incendie reprit de l'ampleur. Malgré tout, elle resta stoïque et attendit la réaction qui n'allait pas tarder. Enfin, tant qu'on s'en prenait à l'humaine pitoyable qui les accompagnait, il n'y avait pas à se plaindre. Aelene n'allait pas pleurer sur une inconnue qui risquait surtout de les encombrer en pénalisant Arcam et sa bonne conscience.

D'ailleurs, ce dernier ne voyait pas les choses de cette manière et elle lui fit un geste bref pour lui interdire toute action irréparable : il n'allait tout de même pas se sacrifier pour une parfaite étrangère ! Le jeune homme bouillait intérieurement et il foudroya la reine du regard mais n'osa pas bouger. Du moins, pour le moment, n'y avait-il aucune raison de mettre le feu aux poudres. Quoiqu'en matière de feu, Asigolith se défendait... Arcam aurait volontiers eu envie d'étriper cette femme de ses propres mains, elle qui représentait exactement tout ce qu'il avait toujours détesté et ce qu'il avait fui en quittant le Puy. Certes, elle était aussi extrêmement désirable, mais il avait trop eu à faire avec ce genre de créatures - peut-être en moins exceptionnelle, il fallait l'avouer - pour ne pas faire passer avant haine et méfiance. En revanche, c'était exactement ce que Calym adorait, aussi. Ce dernier allait d'ailleurs renchérir lorsqu'ils furent interrompu. Tant mieux, se dit Aelene qui craignait que son frère se jette encore tête la première dans les ennuis.

Des... humains. Habillés d'étrange manière, mais sans doute humains. La suite fut rapide. Sanglante et brutale. Les Triplés dévisagèrent les flaques rouges sans un mot, comprenant qu'ils n'étaient décidément pas de taille dans un affrontement direct. Il allait falloir jouer plus finement, pensa Aelene en se contentant d'un bref regard, non pas par dégoût mais par manque d'intérêt. Si la démonstration se voulait impressionnante, ce n'était pas suffisant pour affoler les mercenaires qui avaient déjà vu assez d'horreur magiques ou non pour ne plus s'émouvoir. Calym lança même un regard appréciateur à Asigolith. Intéressant. Cette femme était vraiment pleine de ressources. Elle n'en était que plus désirable à ses yeux, même s'il aurait aussi bien pu se contenter d'un viol si elle s'était révélée sans défense. Seul Arcam avait été vraiment touché, mais ce qui en ressortait était surtout de la colère mêlée de peine, le sang ne l'impressionnait pas davantage que les autres.

Aelene haussa les épaules sans se départir de son calme lorsque la reine lui demanda si c'était ceux qu'ils devaient craindre. Très honnêtement, c'était le dernier de ses soucis. Sa priorité était de retourner chez elle auprès de sa famille. Le reste... Nouveau haussement de sourcils lorsqu'Asigolith posa ses exigences à son tour. Si la reine croyait qu'il suffisait d'ordonner pour s'attacher des mercenaires... Enfin, qu'elle garde ses illusions, elle n'en serait que plus facile à défaire - si tant est qu'ils aient une chance. En réalité, Aelene n'avait pas changé d'état d'esprit d'un iota alors que Calym paraissait aussi ravi que la reine et qu'Arcam paraissait sur le point de commettre un meurtre de sang froid, ce qui n'était pourtant pas son genre.

Aelene se rapprocha d'Arcam, posa une main apaisante sur son bras. Ils ne pouvaient pas faire grand chose pour Noreen, tout juste pouvaient-ils se montrer dociles et se faire oublier un peu avant de prendre la poudre d'escampette. Dans leur monde, les choses auraient été plus simples : ils avaient des contacts pratiquant la magie qui auraient pu les aider. Mais là... Aelene se fit soudain la remarque que, justement, l'humaine était peut-être la seule encore en mesure de les aider si les choses tournaient vraiment mal. Une humaine pas franchement effrayante vu ses pleurnicheries agaçantes.

"Lorsque nous serons de retour", avait dit Asigolith. Mais de retour où ? Plus le temps passait et plus les Triplés se disaient qu'il était impossible qu'ils viennent du même monde que cette femme. Ils avaient suffisamment étudié la géographie pour savoir qu'Esenfer ne figurait nulle part. Du moins, si cela existait, ce ne pouvait être un grand royaume. Donc soit cette reine possédait bien peu mis à part sa magie, soit elle n'était vraiment pas de leur monde. Ils optaient spontanément pour la seconde option. Quoi qu'il en soit, Asigolith ne paraissait pas avoir de manière de retourner chez elle, pas plus qu'eux... Peut-être était-ce un avantage pour eux, finalement.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 30 Nov 2011 - 11:06

Noreen n'avait plus qu'une idée en tête : partir loin, très loin, le plus vite possible avant de devenir complètement folle. Que l'un des Triplés prétende qu'elle était sous sa protection ne la rassura pas plus que ça : ce qu'elle voulait, c'était retrouver une vie normale et ne plus être dans ces bois en compagnie de malades mentaux sortis tout droit d'un film d'horreur à gros budget. D'accord, sa vie n'avait rien de parfait, c'était le moins qu'on puisse dire, mais au moins, elle était cohérente et parfaitement normale. Ce qui y arrivait était logique et elle savait comment le gérer. Il n'y avait pas de magie à s'en rendre malade ni de menace de mort sous-jacente qui retournaient l'estomac. Enfin... si, il y avait aussi malheureusement, mais rien d'aussi malsain. Dans son monde à elle, tout était beaucoup plus limpide.

Du coup, elle en était réduite à trembler et pleurer convulsivement, ce qui n'était pas très glorieux. D'un autre côté, qui, issu d'un univers dont la magie était exclue, pouvait réagir positivement à ce qu'elle vivait ? D'autant qu'elle n'était qu'une simple étudiante, pas une militaire ou elle ne savait quoi surentraînée pour faire face à toutes sortes de situations. Elle essuyait ses larmes lorsque la reine s'approcha d'elle et... l'embrassa. C'était euh... c'était... Plantée là, les yeux écarquillés, la jeune femme ne bougea pas, complètement retournée par l'afflux d'émotions.


* déconnexion des derniers neurones en panique. *

La reine ajouta quelques mots, mais elle n'eut droit qu'à un regard hébété. Sous le choc, Noeen avait plus ou moins disjoncté, même si pour le coup elle ne pleurait effectivement plus, trop sonnée pour y parvenir. Apparemment, elle n'avait pas les même habitudes que les Triplés et se montrait beaucoup plus sensible. L'arrivée des pompiers sembla lui passer également au-dessus de la tête. Dommage. Quoiqu'elle n'aurait pas pu faire grand chose pour eux ou pour elle, mis à part les regarder mourir et vomir le petit-déjeuner qu'elle n'avait pas eu le temps de prendre. Le carnage qui suivit, en revanche, commença à la sortir de sa torpeur : c'était assez choquant pour la secouer un peu. Disons qu'elle avait déjà vu du sang et ne s'émouvait pas pour si peu, mais une telle bouillie, c'était quand même au-delà de tout ce qu'elle pouvait imaginer.

" Gnrf ! "

Non, les neurones n'étaient pas près de se remettre en marche, mais son instinct lui hurlait de partir en courant tout de suite avant qu'il ne soit trop tard. Ses jambes étaient presque prêtes à se mettre en marche toutes seules, mais une partie de son cerveau bloquait sur le baiser de la reine et empêchait son instinct de survie de prendre le dessus sans lui demander son avis.

" Ha, et cette douce enfant sera sous MA protection, dorénavant. "

Les neurones en cavale essayèrent d'analyser la phrase mais sans grand succès. Noreen emboîta le pas à Asigolith sans plus savoir où elle en était, machinalement. A ce stade, elle n'avait peut-être plus qu'à prendre une place à l'asile du coin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greed

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 28/11/2011

Feuille de personnage
Age du personnage:
Type d'univers: fantasy/réaliste... etc.
Métier/fonction:

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 2 Déc 2011 - 22:59


Un CRAC ! retentit au cœur de la forêt, un peu comme si on avait déchiré l'espace lui même. C'était effectivement le cas, mais rien à part le responsable n'en fut témoin. Tout avait été calciné ici. Un homme, ou ce qui paraissait l'être, se releva des cendres en toussant et s’époussetant d'un air pincé. Il rejoint le chemin à grand enjambée et inspecta celui-ci, son long manteau encore noir de suie trainant légèrement par terre.

Comme d'autres, il n'était pas de ce monde, mais à la différence des autres, il avait quelques choses à y faire, avait une rudimentaire connaissance de son contenu et y était de son plein gré. Enfin, ce dernier point était hautement discutable, de son point de vue.


Tout avait commencé il y a deux semaines. On l'avait alors tiré de son exil chez les mortels et convoqué dans le plus grand secret au cercle où régnait une puissante démone, la sœur même de la Reine. L’accueil qu'on lui réserva alors fut conforme à ses attentes. Comme toujours, les démons plus gros et plus forts l'insultaient ouvertement et n'aurait été la relative protection que lui offrait son entrevue avec Lareilith, ils l'auraient mis en pièces pour le plaisir. Eux non plus ne comprenaient pas à quoi pouvoir servir un tel avorton qui devait se transformer en humain pour avoir un semblant de force et en quoi il pouvait être utile à leur maîtresse.
Sur ce point, ils étaient d'accord, Greed n'avait que peu de pouvoir. Il échangeait les âmes des pires mortels contre un souhait et rien de plus. En dehors de ça ? Rien. Voilà pourquoi il appréhendait l'audience avec Lareilith. Ne savait-elle pas qu'il ne pouvait pas exaucer ses souhaits parce qu'elle n'avait pas d'âme ? Il se voyait déjà lui expliquer cette évidence avec une condescendance qu'il ne parviendrait pas à dissimuler. Puis les gardes se jetteraient sur lui et le déchiquetteraient pour recycler son essence.

Mais cela ne s’était absolument pas déroulé ainsi. D'abord, la vision stupéfiante de la créature qu'était Lareilith le laissa bouchée bée. Une superbe démone supérieure haute de six pieds, avec une peau bleutée unique et des cornes d'or encore plus rares, combinées avec le corps d'une déesse de la volupté... Pour lui, si la beauté devait l'emporter sur le pouvoir, ce serait Lareilith sur le trône.
Bien sur, la sœur de la Reine ne lui accorda aucun regard et sa voix se voulait froide et impérieuse mais les yeux de Greed n'avaient pas fini de se repaitre de cette image enchanteresse alors il n'entendit que la fin de ce qu'elle dit.


- ... et alors tu pourras me débarrasser de ma sœur et de tous ses proches. Compris ?

Bien obligé de sortir de sa rêverie, il avait acquiescé avec déférence et avait du faire appel à ses facultés intellectuelles hors du commun pour comprendre ce qu'elle voulait exactement et comment elle comptait s'y prendre. Il n'eut cependant pas besoin de torturer son inconscient bien longtemps. Un groupe de trois démons s'avançait en portant une forme rougeâtre aux contours incertains et le posa devant lui. Il mit un temps infini à s'apercevoir qu'il s'agissait d'un être humain maintenu en vie par des procédés malsains mais puissants. Il avait du subir des choses innommables et plus sombres que tout ce qu'il pouvait imaginer pour être méconnaissable à ce point. Greed sentait qu'il avait un peu peur de ce que cela impliquait mais éprouvait surtout beaucoup de curiosité. Il sut alors ce qu'il devait faire.

- Que souhaitez vous, votre altesse ?

La réponse se fit comme un claquement de fouet. La cadette était impatiente que son but soit atteint. Elle était certes connue pour être impulsive autant qu'envieuse quand il s'agissait de sa soeur.

- Je l'ai dit ! Je souhaite que tu me débarrasses dAsigolith et de ses proches ! Sur le champ ! Qu'elle ne soit plus de ce monde ! Qu'elle disparaisse de ce monde !

Un des démons qui avaient apporté le corps s'agenouilla auprès de lui et lui murmura quelques mots. Greed crut entendre qu'il lui promettait la mort s'il répétait mot pour mot le souhait. Dans un souffle, il s’exécuta et sa phrase fut ponctuée d'une lame qu'on enfonça dans son cœur.

- C'est fait, votre Altesse, signala t-il inutilement.


La future reine laissa échapper un rire de satisfaction intense et le congédia sans autre forme de procès. Sa mission était accomplie et les démons qui avaient fait partie de son escorte commençaient à le lorgner d'un air patibulaire. Il décida alors qu'il serait sage de se faire oublier dans les cercles supérieurs. Peut-être même retourner chez les mortels... Non, l'Enfer offrait à un démon plus de divertissements que le cruel monde des humains. De plus, il était chez lui ici autant que les autres.

Lorsqu'il pénétra dans le cercle d'où venait de disparaître Asigolith, il s'aperçut de la panique que cela avait déclenché. Les succubes royales avaient lancé tout l'étage à sa recherche et chaque démon, du plus petit diablotin farceur aux titanesques Belzebuths semblaient déterminés à examiner chaque recoin de l'Enfer pour la retrouver. Il faut dire que c'était compréhensible. Une récompense immense attendait sans doute celui qui la retrouverait et en attendant, les succubes donnaient du fouet à quiconque n'y mettait pas toutes ses forces ou croisait simplement leur route. Greed s'efforçait de faire de même tout en traversant la foule quand une patte immense le plaqua au sol avec violence. Regarder son agresseur lui demandait de se briser le cou alors il tacha de déterminer si ses os étaient encore entiers quand une voix sans douceur lui demanda:

- Toi ! Qui t'a permis de retourner en Enfer ? Vermine !

Instinctivement, il répondit la vérité. Peut-être le nom d'une des maitresses de l'Enfer lui éviterait de finir broyé.


- Pas de chance, ici, nous sommes loyaux à sa Majesté Asigolith. Lareilith ne te sauvera pas.

Greed avait remarqué ce détail, mais il ne prit pas la peine de le dire à son agresseur. Il sentait que celui-ci n'avait pas la sensibilité requise pour ce genre d'humour.

- Qu'as tu trouvé Kairakath ? Fais voir un peu, exigea une voix féminine derrière le colosse qui, pour le coup, relâcha sa prise. Greed ! Pour quelles raisons ta carcasse minable traine t-elle encore parmi les vrais démons ?
- Vous souhaitez le savoir ? commença t-il en tentant de sourire, avant d'ajouter prestement, la sœur de la Reine m'a demandé de la faire disparaitre.

Le fouet de la succube royale s'était élevé et la patte de Kairakath formait un poing si bien qu'il fut contraint de tout leur dire à la hâte. A la fin, il s'attendait à tout comment à se faire exterminer, mais Hellia hocha simplement la tête songeuse.

- Mais je suppose que tu n'as pas tué la reine, n'est ce pas ?
- Bien sur que non. Ce n'était pas le souhait et si je pouvais l'éviter, je l'aurais fait de toute façon. Je n'aime pas trahir gratuitement. Elle est dans une autre dimension. Sans magie.

La succube qui hocha à nouveau la tête fit une moue pensive.
- Et exaucer les souhaits est ton unique pouvoir ?
- Je crains que oui.
- Et tu ne te métamorphoses pas pour avoir l'apparence ?
- Ha. Oui, mais c'est vraiment inutile.
- On m'a aussi dit que tu pouvais voyager entre les mondes.
- C'est vrai, peu de démons le savent et c'est si peu utile que je l'oublie moi-même.

Kairakath souffla bruyamment par son museau et Hellia regarda Greed comme si elle attendait qu'il comprenne par lui-même.
- Et dans le cas présent ?
La lumière se fit enfin chez Greed. Même le gros Belzebuth avait compris. Et dire qu'il se considérait comme génial !
- Je pourrais aussi bien la ramener ! Et sans souhait ! Ho, si Lareilith l'apprends, je suis mort, dit-il dépité.
- Oui, mais si tu ne le fais pas, répondit Hellia avec un sadisme non dissimulé, moi et mes sœurs te tueront et ça prendra...hum... des années !


Les menaces d'une succube étaient rarement dépourvues de sens, contrairement à celles des humains. Bien qu'il soit faible, Greed était plus résistant qu'un mortel et Hellia semblait bien informé à son sujet. Elle devait savoir qu'il supportait moins bien la douleur également. Elle ferait ce qu'elle avait dit, y prendrait plaisir et peut-être même attendait elle un refus. Kairakath, lui, attendait clairement un refus. Bien que sa face soit impénétrables aux expressions humaines, l'hybride colossal ne tenait plus en place. Bien entendu, Greed accepta et disparut dans un CRAC ! caractéristique.

Et le voilà dans la même forêt que sa Reine qu'il avait lui-même envoyé au prix de l'âme d'un innocent condamné à l'Enfer pour avoir vendu son âme contre ce qu'il pensait peut-être trouver, le repos éternel. Greed savoura l'ironie du sort dont il était frappé tout en suivant les traces d'Asigolith. Il n'avait guère d'aptitudes de trappeur mais quelqu'un semblait avoir littéralement tracé une piste de feu alors il la suivit, sachant qu'au bout ne pouvait se trouver que sa reine.

Comme pour Lareilith, il redoutait sa réaction. Si elle ne se souvenait plus de lui, elle le tuerait à vue. Si elle se souvenait de lui, elle le tuerait sans doute à vue. Si elle se doutait qu'il avait un rôle à jouer dans sa disparition, elle le tuerait à vue. S'il lui apprenait qu'il avait joué un rôle crucial dans sa disparition... Bref, ainsi de suite. Et c'est avec ces pensées morbides qu'il aperçut enfin le groupe d'Asigolith au loin. Elle n'était pas seule mais ce n'était guère étonnant. "Elle et ses proches" avait spécifié sa cadette. Il avait semblé à Greed que "proche de deux mètres" serait suffisant. Il y avait un démon mais les autres avaient l'air humain. Étrange, ça, par contre.
Il se mit à courir vers eux (Il avait peu de temps !) ignora tout le monde et se jeta aux pieds de la Reine des Enfers avec aussi peu de fierté que possible. En revanche, il trouva en lui assez d'audace pour dire à toute vitesse:


- Votre Majesté, Votre Honneur ! Je suis venu vous délivrer de ce monde ! Greed, pour vous servir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greed

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 28/11/2011

Feuille de personnage
Age du personnage:
Type d'univers: fantasy/réaliste... etc.
Métier/fonction:

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Lun 12 Déc 2011 - 14:42

Les démons sont peu enclins à accorder leur confiance, connaissant bien leur propre nature. Ainsi, quand les démons se côtoient, la méfiance est de mise. Et quand un démon n'en a pas l'apparence, les soupçons qu'il provoquent ont la consistance du diamant. Asigolitth se souvenait fort bien de Greed pour l'avoir exilé de l'Enfer elle-même. Il était hors de question qu'un démon avec son pouvoir reste à proximité de la plus grande réserve d'âme du monde, après les royaumes des Hommes. Le chaos que cela pouvait entrainer était incommensurable et le risque pour son trône bien trop important. C'est ainsi, que sachant cela aussi bien que sa reine, Aleras posa sa lame redoutable sur le coup du Greed encore prosterné. Le pied de la Reine vint renforcer la contrainte de l'interrogatoire en plaquant la tête du démon au sol. Il commençait à en avoir l'habitude.

- Pathétique porcelet ! Serpent de souhaiteur sournois ! Tu viens me sauver ? Tu vas me dire dans l'instant ! Et même plus tôt ! Comment pourrais tu savoir que je puisse avoir besoin de ton... pitoyable secours ? Comment savais tu où me trouver ? Que cherches tu pour tes... misérables services ?

Haletant et toussant de la cendre, se démenant sous le pied pourtant exquis de sa reine pour que sa bouche puisse émettre un son, Greed répondit:

- J'ai été contraint par la force et la torture, de vous assassiner. Mais le souhait n'était pas précis, j'ai pu vous emmener dans ce monde à la place. Ceci fait, je viens vous ramener, car toute ma loyauté vous reviens, ô Asigolith *peuh peuh* ma reine.

Ce scénario aurait pu être grandiloquent chez les mortels, mais était plutôt plausible dans ce cas, quand on faisait le tri parmi les mensonges et les flatteries. Asigolith esquissa un sourire à la satisfaction d'avoir échapper à un attentat et aussi de dominer un autre être vivant.


- Et selon toi, qui devrait je blâmer pour cette excursion intempestive ? Qui a donc commandité ma mort cette fois ? Tu as tout à gagner en me disant la vérité, susurra t-elle doucement.

Greed parut ne pas hésiter une seconde. Il avait depuis longtemps envisagé ce point de la conversation. De deux choses l'une, soit il marchandait sa protection au risque de fâcher un des deux démons qui l'avaient sous leur joug, soit il disait directement la vérité sachant qu'il n'obtiendrait rien de plus que sa vie sauve pour une durée indéterminée. Il appliqua donc une de ses règles de vie qui disait:"Commence par contenter l'interlocuteur qui peut te tuer le plus vite". A savoir, Asigolith. Il donna donc le nom de la petite sœur aussi vite que la reine l'avait exigé. Il imaginait déjà son doux visage bleu courroucé envoyer des tueurs à sa poursuite...

- Ha, la petite peste. Elle me ressemble tellement, dit-elle joyeusement. Quand donc se fera t-elle une raison ? Je n'ai presque plus d'idée de punition. Elle a de l'ambition sans avoir d'égo, c'est infernal. Bon, nous allons pouvoir rentrer sans âme, n'est pas ?

Elle abaissa son regard sur le visage endolori de Greed et le libéra. L'incube imita sa maitresse et aida même celui-ci à se relever. Greed ne prit pas la peine de dépoussiérer ses habits, ce n'était pas la peine tant qu'il n'avait pas quitté la dangereuse compagnie que représentait sa reine. Il y avait aussi les mortels dont il ne connaissait rien mais qui était armés pour la plupart. Il allait aborder le sujet avec Aleras quand sa reine prit la parole en s'adressant aux triplés.

-Bien que vous ne m'ayez pas rendus de bien fiers services, je n'oublie pas ma parole, déclara t-elle marquant une pause pour voir si cela surprenait quiconque. Nous avons la possibilité de retourner en Enfer, là où vous attendent les montagnes d'or promises. Vous pouvez nous suivre. Autrement, débrouillez vous ! Quoique, vous pourriez faire usage des dons de Greed...

Elle sourit à Greed de toutes ses dents parfaites, ce qui était pour le moins éloquent. Elle voulait leurs âmes à tous. L'une d'entre eux n'était plus trop en état de résister. Greed se demanda dans quel cercle, elle finirait de se damner. Si elle devenait la mignonne de la reine, elle aurait de la chance. Au cercle de la luxure, le plaisir y était aussi abondant que les autres tourments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noreen O'Brien

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 15/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 19 ans
Type d'univers: University (rp in english)
Métier/fonction: Student

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Mer 28 Déc 2011 - 11:05

Impossible de réfléchir dans ces conditions. L'esprit de Noreen avait quitté depuis longtemps le rivage de la raison et voguait sur un océan de folie, ce qui est un joli cliché mais qui est toujours plus beau que de dire qu'elle était devenue complètement cinglée. L'arrivée d'un autre homme la fit vaguement tressaillir alors qu'elle essayait de retrouver des bribes de pensée cohérente. La peur surpassait l'ensemble. L'envie de disparaître, ni plus ni moins. Pas de partir au loin, la femme lui avait fait quelque chose qui l'empêchait d'avoir ce genre d'idée, mais... juste disparaître. Complètement. Après, tout serait beaucoup plus simple, si elle n’était plus là pour voir toutes ces horreurs. Quelque chose lui faisait penser à de la bouillie rouge, elle ne savait plus trop quoi et ne voulait surtout pas se rappeler. Une grosse bouillie épaisse et sanglante. La jeune femme eut un haut le cœur mais se contint.

Il y eut de l’agitation. Noreen essaya de faire le point. Il y avait un homme bizarre à terre. C'était celui qui venait d'arriver. Ah. Il marmonnait des trucs. Dans l'esprit embrouillé de Noreen, un neurone rescapé se réveilla, hébété. Greed. Avidité. Cet homme se nommait avidité. Ce n'était pas un nom... Le neurone soupira et la jeune femme s'assit par terre, ahurie, ses jambes refusant de continuer à la porter. Des souhaits... des âmes... Les notions dansaient sans sa tête, confuses. Une bonne partie de l'échange lui échappait, mais son cerveau désespéré continuait à chercher une façon de la sortir de là. Disparaître ? Non, elle n'avait pas les moyens de faire ça... Dommage.

Une autre solution ? Suivre la reine en Enfer... oui ! criaient quelques neurones corrompus et franchement éméchés. Non ! suppliait le dernier neurone sensé encore en lice. Des montagnes d'or... Non, Noreen se moquait des montagnes d'or. L’argent, ce n’était pas spécialement son truc. Ou alors pour se payer ses études aux Etats-Unis, mais elle était trop retournée pour penser avec autant de logique à des détails aussi terre à terre. Donc non, elle ne se voyait pas nager dans de l’or, merci bien. Alors, pourquoi était-elle tentée d'accepter ? Si tant était que la proposition s'adressât à elle. Elle eut un instant de vide. Peut-être pas, en fait. Elle, elle était déjà hors jeu. Cette pensée la secoua, étrangement. Qu’est-ce qu’elle était, elle, dans tout ce bazar ?

Les dons de Greed... Quels dons ? Le neurone encore en état de marche essaya de remettre les pièces du puzzle dans l’ordre. Avidité… don… âme… souhait… Cela ressemblait à bien des histoires faites pour effrayer les enfants.

" Avidité, il s'appelle avidité, " souffla-t-elle en reprenant un peu ses esprits.

Ne parlait-on pas de vendre son âme au Diable ? Les Enfers… les souhaits… les âmes… Son regard allait des uns aux autres mais s'accrocha à celui d'Arcam, le seul qui avait fait preuve d'un tant soit peu de gentillesse à son égard. Et qui ne comprenait peut-être pas de quoi il retournait, du piège qu'on lui tendait... Ce fut ce qui la poussa à parler encore malgré son trouble.

" Vos âmes. Il veut... nos âmes. En échange d'un souhait... "

C’était trop… beaucoup trop… Elle eut un hoquet et cacha son visage contre ses genoux, ramassant ses jambes contre elle. Disparaitre. Mais avec son âme. Elle avait le sentiment que c’était tout ce qui lui restait.

" … pour rentrer chez nous. "

Elle craquait nerveusement et se mit à sangloter à nouveau sans pouvoir se contrôler.


[hrp : désolée de l'attente interminable, savoir que j'allais boucler m'a un peu retenue -__- ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Triplés

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/10/2011

Feuille de personnage
Age du personnage: 78 ans
Type d'univers: fantasy
Métier/fonction: Mercenaires

MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   Ven 30 Déc 2011 - 15:03

L'arrivée du nouveau venu ne sembla pas émouvoir davantage les Triplés. Un de plus à tuer ? Aelene se contenta de tirer à nouveau son poignard, peu adepte de la discussion dans de telles circonstances. Tout cela lui avait mis les nerfs à fleur de peau, elle n’était plus d’humeur à tergiverser. Le nouveau venu était encore un... humain... qui n'en était pas un. La différence avec les autres, c'était que celui-là ressemblait plus à une loque humaine qu'à un fantasme vivant, ce qui lui attira de suite le mépris de deux des Triplés et la pitié du troisième. En revanche, la phrase qu'il bredouilla le nez par terre attira leur attention. Etre délivré de ce monde ?

La réponse de la reine, hautaine, fit lever les yeux au ciel à Aelene. Ne pouvait-elle pas laisser cet imbécile s'exprimer et le tuer plus tard quand les choses seraient revenues dans l'ordre ? Quel intérêt de le menacer maintenant ? Et puis bon, lui demander de parler, mais l'en empêcher en l'étouffant à moitié... ça manquait un peu de logique, aussi. Du moins était-ce la pensée de la jeune femme, adepte du travail propre et rapide et peu encline aux chichis grandiloquents. Calym, lui, appréciait la vue, ravi de voir une autre le concurrencer question cruauté et Arcam ne cachait pas son dégoût, les bras croisés, un œil protecteur posé sur Noreen, même s’il doutait pouvoir aider la jeune femme malgré toute sa bonne volonté.

Ce qui ne faisait l'affaire d'aucun des trois, c'était d'écouter les jérémiades du dénommé Greed. Ce qu'ils voulaient, c'était savoir comment ce dernier comptait sortir sa reine de là et si le moyen employé pouvait leur convenir à eux aussi. Rapide comme l'éclair, Aelene posa fermement une main sur le poignet de Calym : ce dernier était prêt à proposer à la reine de faire parler le démon, ou quelque chose dans ce goût là, elle l'aurait parié. Son frère s'immobilisa, réfrénant son impatience : une petite séance de torture pour s’occuper lui aurait fait plaisir et l’aurait détendu. Mais bon, tant pis, sa sœur était rabat-joie, c’était bien connu, il fallait bien faire avec.

D'autant que la suite se révéla bien plus intéressante. Quel était le marché, au juste ? La possibilité de la suivre à Désenfer... ou en Enfer, peu importait...


" Ne fais pas l'imbécile, " souffla Arcam à Calym.

Ce dernier fit la moue, dévorant la reine du regard. Bien sûr qu’il l’aurait suivie jusqu’au bout du monde ! Sauf que… Arcam avait raison, ce n’était pas le genre de femme qui pourrait manipuler à sa guise et, cela, c’était un inconvénient non négligeable. Ne cachant pas sa contrariété, il demanda plutôt :


" Les dons de Greed ? "

Ce fut la petite humaine, qui, contre toute attente, donna un sens à ce charabia. Leur âme… les Triplés n’avaient jamais été très portés sur la religion. Les dieux vivaient leur vie et eux la leur et ils ne s’en portaient pas plus mal.

« Donc faut juste qu’on souhaite quelque chose… » murmura Aelene.

Elle réfléchissait, ses frères aussi. Est-ce que cela en valait la peine ?A quoi pouvait bien leur servir leur âme ? Arcam espérait bien rejoindre le royaume de Tyra, Calym rêvait au pendant drow – en admettant qu’il ne l’ait pas déjà trouvé en la personne de la reine – et Aelene estimait qu’il y avait plus urgent à régler : pour sa part, elle avait une famille qui l’attendait et il était hors de question de rester dans cette forêt avec une âme inutile pour toute consolation. Bon… Un vœu pouvait bien servir à plusieurs personnes, non ? Et si l’humaine se sacrifiait, hein ? Vu l’état dans lequel la fille était, elle ne serait pas difficile à convaincre !

Cependant, avant que la jeune femme n’ait pu mettre ses idées sans compassion à l’épreuve, Calym reprit la parole, déclarant simplement à l’attention de Greed :


« Eh, mon gars ! »


Il n’y avait pas besoin de beaucoup réfléchir pour obtenir ce qu’il voulait et ça n’avait rien de très sympathique pour les autres. Alors Arcam s’avança à son tour, préférant éviter des ennuis à tout le monde :

« Je souhaite que Aelene, Calym, il dissuada d’un regard son frère de protester, Noreen, il fit un sourire à la jeune femme prostrée, et Asigolith, à laquelle il fit un petit signe de tête poli, et moi-même retrouvions de suite notre monde, sans entourloupe de votre part et gratuitement, sans âme en échange. »

Ben quoi ? Il avait bien le droit d’essayer, non ? Aelene haussa les épaules, attendant de voir si cela marchait. Son frère avait parfois l’esprit plus tordu qu’elle ne l’imaginait, preuve que lui aussi avait été élevé au Puy. Calym, lui, croisa les bras, contrarié de ne pouvoir suivre la reine, même s’il se doutait bien qu’au final il n’y gagnerait pas grand-chose.

_________________
° ° ° L'union fait la force ° ° °
° ° ° Calym ° ° ° Aelene ° ° ° Arcam ° ° °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eh zut ! On est où, là ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eh zut ! On est où, là ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des limbes :: Voguez à travers les univers :: RPG inter-univers-
Sauter vers: